Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Symbolique alimentaire et sémiologie du personnage

Bartleby : le scribe de la faim

Édouard Marsoin

Résumé

Cette contribution étudie la manière dont Bartleby le scribe de Herman Melville interroge les liens entre régimes alimentaires et régimes identitaires. Le régime de Bartleby est à la fois idiosyncratique (il se nourrit exclusivement de petits biscuits au gingembre) et autotélique (il finit par se nourrir de sa seule formule), déstabilisant les cadres d’appréhension identitaires et appétitifs du narrateur, pour qui Bartleby est indigestible. Le refus de Bartleby (ou plutôt, sa préférence négative) est simultanément une grève (il refuse de travailler) et une grève de la faim (il refuse progressivement de s’alimenter), et à ce titre l’une des premières grèves de la faim littéraires. Bartleby est en effet un « artiste de la faim », ou plutôt, un scribe de la faim, dont le spectacle produit des effets sur le narrateur et provoque une révolution de régime. Construite sur le modèle intertextuel de la comédie des humeurs de Ben Jonson, où chaque personnage est réduit à un seul et unique affect, Bartleby le scribe est une comédie des régimes qui ne prête pas toujours à rire, et Bartleby le « médecin d’une Amérique malade », pour reprendre l’expression de Deleuze, dont le traitement est éthique autant que diététique : sa grève de la faim conduit à la démultiplication des affects.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Herman Melville est sans doute le romancier américain du xixe siècle le plus clairement et constamment préoccupé par les nourritures terrestres et les régimes alimentaires. Dans la poétique de sa fiction, le monde peut être une table, le réel un aliment. Ce parti-pris prend des formes multiples : l’omniprésence de métaphores culinaires pour dire le corps et la matière, une compréhension originale de l’humaine condition qu’Ismaël appelle dans Moby-Dick « le cannibalisme universel1 », la représentation d’inspiration biblique et renaissante de la parole comme nourriture, ou encore la mise en scène de personnages dont les régimes alimentaires définissent des régimes de soi. La fiction melvillienne comporte ainsi quatre grands ascètes dont les éthiques sont des diététiques : Achab dans Moby-Dick (1851), Pierre dans Pierre ou les Ambiguïtés (1852), Benjamin Franklin dans Israel Potter (1855), et Bartleby dans Bartleby le scribe (1853)2.

La question éthique des modes de vie est introduite d...

Auteur

Université Paris Descartes – Paris 5.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search