Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

La pensée du ventre

Gastrologiques (Rousseau, Hegel, Sartre, Barthes)

Christine Ott

Résumé

La contribution propose un examen critique de quelques « philosophies alimentaires » qui postulent un impact direct de la nutrition sur le caractère et la pensée d’un individu, voire d’un peuple. L’hypothèse qu’il existe un lien entre les habitudes alimentaires et une forme de culture sert souvent à véhiculer des clichés sur les autres, négatifs pour la plupart du temps. Il est très tentant de tirer des habitudes alimentaires des connaissances d’ordre plus général sur le « caractère » d’un peuple ou d’une culture – comme le montrent quelques exemples tirés de Lévi-Strauss et de Barthes. De plus, il existe aujourd’hui de nombreuses philosophies alimentaires très chargées idéologiquement, fondées sur la conviction qu’on peut changer nos modes de pensée en changeant notre alimentation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Prolégomènes : culte gastronomique et influence de la nourriture sur la pensée

L’attention croissante que le xviiie siècle français accorde à l’estomac va de pair avec une réévaluation plus large de la cuisine. Cette dernière fait d’ailleurs l’objet de débats animés qui divisent les philosophes des Lumières françaises.

« C’est une plaisante chose que la pensée dépende absolument de l’estomac, et que malgré cela les meilleurs estomacs ne soient pas les meilleurs penseurs », écrit Voltaire à d’Alembert le 20 août 1770, soulignant les étranges affinités entre la pensée et l’estomac1. Le philosophe n’apporte pas plus de précision, s’étendant davantage sur ses faiblesses physiques qui entravent ses efforts intellectuels. Le bon mot de Voltaire n’en est pas moins représentatif d’une tendance de son temps qui établit un lien entre le fonctionnement de l’esprit et celui de l’estomac. En témoigne également Georg Christoph Lichtenberg qui écrit en 1770 : « La nourriture exerce certainement une ...

Auteur

Goëthe-Universität.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search