Version classiqueVersion mobile

Allégories de l’estomac au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer

Conclusion

Bertrand Marquer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Gaster sum, et nihil gastrici a me alienum puto ». Cette parodie de Terence, que le docteur Ernest Monin choisit d’intégrer à son très sérieux ouvrage consacré à L’Hygiène de l’estomac1, dit assez la centralité d’un organe devenu, au xixe siècle, un référent hyperbolique, et une allégorie de la condition humaine. « Je suis un estomac, et rien de ce qui le concerne ne m’est étranger » : prise au mot, cette sentence physiologique ramène l’homme à sa constitution la plus élémentaire, à une condition partagée qui, Brillat-Savarin le rappelle dans son premier aphorisme, est le propre de la vie (puisque « [l]’Univers n’est rien que par la vie, et [que] tout ce qui vit se nourrit ») ; rapporté à la relation parodique qui lui donne toute sa saveur, le propos acquiert néanmoins une portée tout autre, et renoue avec l’ontologie – mais une ontologie rétive au sérieux, car inscrite dans les tréfonds du corps. À l’image du Gaster de Rabelais, l’estomac du xixe siècle permet d’incarner de grand...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search