Version classiqueVersion mobile

Allégories de l’estomac au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer

Poétiques

« L’estomac et le ventre, c’est deux » (Hugo)

David Charles

Résumé

À examiner ce que Victor Hugo écrit de la « question du ventre » (1849), depuis la préface de Cromwell (1829) jusqu’à L’Année terrible (1872), on constate sa difficulté à maintenir la distinction entre l’estomac, ou le besoin, qui sont affaire d’économie, et le ventre, ou l’appétit, qui sont moins une affaire de morale qu’un problème en un siècle qui a droit au « bien-être » mais le devoir de ne pas tomber dans le matérialisme philosophique et politique où la révolution industrielle le pousse. De cette difficulté à laquelle Zola consacrera tout un roman témoigne le petit nombre de textes publiés sur le sujet par Hugo, plutôt que laissés dans ses brouillons et reliquats.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La question du ventre », constate Hugo, est la question du xixe siècle. C’est la question du « bien-être1 ». Le bien-être a beau être « la forme la plus matérielle du bonheur », le bonheur a beau être lui-même « un but inférieur » du progrès2, « bien-être » n’est pas subsistance et la « question du ventre » ne devrait pas être celle de l’estomac. Néanmoins, c’est bien pour Hugo une question « économique3 ». « Le ventre » fait donc problème. Cette « question du ventre » succède aux questions religieuse et politique respectivement posées aux xvie et xviiie siècles, explique Hugo. Il n’y a là, de l’âme au cerveau puis du cerveau au ventre, de l’« esprit » à la « matière », aucune régression mais un progrès. En quelque sorte, le plus dur est fait, la question du ventre est la moins difficile à résoudre des trois : « les questions diminuent et s’abaissent ». L’homme qui se les pose grandit et s’élève en proportion inverse : « Il est beau de penser qu’il a commencé à s’occuper de l’autr...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search