Version classiqueVersion mobile

Allégories de l’estomac au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer

Systèmes

La « science du grand pot-au-feu national » : quelques mentions de l’estomac en économie

Christophe Reffait

Résumé

Repartant d’une expression de Jean-Baptiste Say, cet article consiste à s’aventurer, sans désir d’objectivité ni capacité de dépasser la simple paraphrase du discours économique, dans quelques textes du xviiie siècle et du début du xixe siècle, afin d’y approcher le sens de la métaphore de l’estomac. Dans l’article « Économie » écrit par Rousseau pour L’Encyclopédie, la mention de la bouche et de l’estomac pour désigner le commerce, l’industrie et l’agriculture participe d’une métaphorisation globale du corps social dont on peut montrer la différence avec les métaphores mécanistes de l’équilibre systémique bientôt introduites par l’économie politique classique. Dans le Traité d’économie politique de Say, l’estomac fait partie d’une métaphore de la consommation qui a cette fois une valeur micro-économique. Enfin chez Adam Smith et Thomas R. Malthus, l’intérêt de la métaphore de l’estomac est qu’elle se concentre sur les limites de cet organe et les bornes de l’appétit pour interroger les déterminants du développement. Mais comme le reconnaît David Ricardo et comme le soulignent les analystes contemporains de la rhétorique de l’économie, la métaphore reste métaphore et relève des vérités falsifiables.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toute l’économie apparaît d’emblée comme affaire d’estomac, ainsi que le suggère cette formule de Jean-Baptiste Say dans une lettre à l’économiste et membre du Parlement Sir Henry Parnell1. Elle a avant tout pour objet de réfléchir à la subsistance de tous, que nous pensions aux réflexions de François Quesnay et des physiocrates sur le moyen de fournir annuellement un produit agricole à la population ou bien à leur opinion sur le commerce des grains – « il s’agit prioritairement de faire manger les hommes », rappelle René Passet à propos des physiocrates2 – , ou que nous pensions au succès de l’Essai sur le principe de population dans lequel Thomas Robert Malthus réfléchit à la relation entre accroissement des subsistances et natalité, qui détermine le bonheur ou le malheur des hommes3. On notera d’ailleurs que le discours de la nourriture, chez l’industriel ou chez l’économiste, sera avant tout un discours de la frugalité : cela se voit très bien dans les pages de « l’almanach du b...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search