Version classiqueVersion mobile

Allégories de l’estomac au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer

Satires

Ventriloquies : La Stomaciade et Mémoires d’un estomac

Bertrand Marquer

Résumé

Si l’apologue de Menenius est souvent évoqué, en particulier dans la presse gastronomique, les véritables prosopopées de l’estomac demeurent relativement rares, y compris dans la littérature panoramique des années 1830. Elles fournissent néanmoins leur argument à La Stomaciade du mystérieux professeur Danzel (1821) et aux Mémoires d’un estomac – publiés en anglais en 1853 et traduits en 1874 par le docteur Gros. Ces deux textes d’apparence fort dissemblable permettent d’interroger le pouvoir de métaphorisation prêté à un organe a priori destiné au registre burlesque, lorsqu’il ne sert pas une simple actualisation de l’apologue antique. Dans les deux cas, en effet, le discours de l’estomac donne forme à un long récit (l’un en vers, l’autre en prose) aux enjeux complexes, représentatifs de la place singulière que le xixe siècle lui accorde : l’intention comique n’y prend pas réellement la forme de la farce, ni franchement celle de la satire politique, mais accompagne le portrait d’une époque qui, à des moments et pour des motifs bien différents, semble voir dans l’estomac une allégorie de ce qui peut constituer son esprit.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’apologue de Menenius est souvent évoqué, en particulier dans la presse gastronomique, les véritables prosopopées de l’estomac demeurent relativement rares, y compris dans la littérature panoramique des années 18301. Elles fournissent néanmoins leur argument à deux textes d’apparence fort dissemblable, mais dont le procédé commun permet d’interroger le pouvoir de métaphorisation prêté à un organe a priori destiné au registre burlesque, lorsqu’il ne sert pas une simple actualisation de l’apologue antique. Dans les deux cas, en effet, le discours de l’estomac donne forme à un long récit (l’un en vers, l’autre en prose) aux enjeux complexes, représentatifs de la place singulière que le xixe siècle lui accorde : l’intention comique n’y prend pas réellement la forme de la farce, ni franchement celle de la satire politique, mais accompagne le portrait d’une époque qui, à des moments et pour des motifs bien différents, semble voir dans l’estomac une allégorie de ce qui peut constituer ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search