Version classiqueVersion mobile

Allégories de l’estomac au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer

Satires

Allégories de l’alimentaire dans la poésie scientifique du xixe siècle

Hugues Marchal

Résumé

Au xixe siècle, alors que la poésie scientifique abonde en allégories de la nature, apothéoses de savants et autres personnifications du progrès, les auteurs semblent cantonner l’évocation de l’alimentation et de ses organes à des représentations strictement factuelles, soit que ce champ ne fasse pas à leurs yeux l’objet d’innovations majeures, soit qu’ils s’attachent à éviter un effet comique qu’exploitent avec succès, à la même époque, certaines parodies du genre dévolues à la cuisine, notamment la Gastronomie de Berchoux. Qu’elle surgisse dans des méditations en prise avec l’évolution contemporaine des savoirs, tels les textes que Sully Prudhomme consacre au struggle for life darwinien, ou qu’elle domine les nombreux poèmes médicaux à faible ambition littéraire, qui mettent en vers des préceptes diététiques anciens, la nutrition se prête donc peu à l’allégorèse. Il en va toutefois autrement dans les versions publicitaires de cette poésie, littérature elle-même alimentaire qui ignore la distinction entre sérieux et burlesque. Les réclames en vers pour l’industrie de bouche exagèrent systématiquement les vertus médicales des denrées et leur origine scientifique, afin de les ranger parmi les grandes inventions du siècle, ce qui permet à la marque déposée de remplacer les anciens simples. Quant à l’industriel promu rival du savant, il est propulsé dans un monde où il côtoie le progrès et le génie personnifiés, voire des déités aussi improbables que la fée de la moutarde qui, chez Étienne Ducret, transforme l’épicier Bornibus en héros d’épopée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La poésie scientifique, que René Ghil définit par son souci de « pren[dre] thème en les connaissances d’alors1 », a donné lieu à un corpus imposant de la Révolution à la Belle Époque2. Qu’importe si, en 1886, l’historien de la littérature Jeanroy-Félix a voulu y voir un « festin poétique » fallacieux, dont le lecteur sortait « l’estomac vide, et l’appétit plus ouvert que jamais, pour aller satisfaire sa faim dans les productions autrement substantielles et savoureuses de Virgile et de Lucrèce3 ! ». Cette création a participé, tout au long du siècle, de ce que Jean-Marc Lévy-Leblond nomme la « mise en culture4 » des sciences et des techniques. Elle a pris acte des découvertes, donné voix aux débats qu’elles suscitaient et construit des schèmes de représentation collective où les allégories peuvent jouer un rôle important : on y trouve de nombreux portraits de chercheurs en guerriers pacifiques, explorateurs ou philanthropes, ainsi que des figurations variées de concepts comme le prog...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search