Version classiqueVersion mobile

Allégories de l’estomac au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer

Emblèmes

Une table à soi : l’identité alimentaire de la bohème parisienne

Frédérique Desbuissons

Résumé

Dès la monarchie de Juillet, les représentations de la bohème sont traversées en France de références aux ingrédients, aux mets et aux boissons, à leur élaboration et à leurs modes de consommation. Outre qu’elles participent de la construction du mythe de l’artiste marginal, ces représentations d’une diète spécifique s’articulent aux conceptions de l’art et de la littérature propres aux débuts du modernisme, en tension avec le corps, ses besoins et sa capacité à transformer et créer, à l’image et en rivalité avec la vie organique. Car si la plupart des thèmes et motifs de la vie contemporaine migrent au cours du siècle de l’illustration vers les beaux-arts, ce phénomène prend un relief particulier en entrant en conjonction avec la mythification de la bohème, la vulgarisation du « bien manger » et l’émergence de ce que nous pourrions qualifier, en paraphrasant Dumas fils, d’« esthétique du ventre ». En exprimant les nécessités les plus élémentaires comme les modalités d’organisation de la vie en commun et du partage des ressources, l’alimentation a contribué de manière significative à l’identification de la marginalité artiste et de sa vie à rebours.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Qu’est-ce que la nourriture ? Ce n’est pas seulement une collection de produits, justiciables d’études statistiques ou diététiques. C’est aussi et en même temps un système de communication, un corps d’images, un protocole d’usages, de situations et de conduites. »Roland Barthes, « Pour une psycho-sociologie de l’alimentation contemporaine1 »« Il y a là quelque chose qui tient du rêve. »Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût2

Sans feu ni lieu

Encore ponctuelles en France à la fin de l’Ancien Régime, les représentations de la peinture comme cuisine et de son appréciation comme consommation, de bon comme de mauvais goût, se multiplient après la Révolution. Elles se cristallisent au milieu du siècle et s’épanouissent dans la littérature, la critique et la caricature, offrant aux agents du monde de l’art une réserve de métaphores à partir desquels penser, commenter et inscrire leurs pratiques dans une culture désormais pensée au pluriel. Ce mouvement de fond touche jusqu’aux ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search