Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de l’événement

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Anthony Mangeon

Transmission littéraire et artistique

L’homme au casque de verre : perspectives de l’afronaute dans la littérature et les arts

Ninon Chavoz

Texte intégral

  • 1 « dans l’eau, la gravité bâillonnée au prix de l’oxygène / entraînait leur souffle à la poursuite d (...)

In water, gravity numbed at the cost of oxygen
made their breaths catch for a taste

of weightlessness – space, centuries before
the Buzz became news.
Odd, how we explore

the high and deep, rarely the middle – that belt
of rarefied air which balloons occupy
1

  • 2 Le choix de cette forme peut évoquer le film District 9 de Neill Blomkamp (2009) qui imagine, sous (...)

1Le propre de l’afronaute est sans doute de ne pas se constituer en événement – au sens, à tout le moins, où il n’advient pas. Contrairement à ses homologues, tous inscrits au glossaire des néologismes spatiaux – astronautes américains, spationautes européens, cosmonautes russes, taïkonautes chinois – l’afronaute appartient en effet au domaine de la fiction, quand il n’est pas condamné au ridicule d’un décollage raté. Témoin de l’inclusion croissante de ce voyageur spatial dans la culture populaire, un spot publicitaire de l’enseigne alimentaire Chicken Licken évoque ainsi en 2016 le sort malheureux d’une mission spatiale sud-africaine. Présentée sous la forme d’un journal télévisé2, la publicité s’attache à l’événement que constitue le départ de l’afronaute Rodwell Tshabalala, chargé de transmettre aux passagers du vaisseau un précieux colis : celui-ci s’avère cependant vide à l’arrivée et tout donne à penser que les mets qu’il contenait ont été dévorés par le messager.

  • 3 Voir par exemple à ce sujet : Kibangula Trésor, « Afrique du Sud : Mandla Maseko, le futur premier (...)

2Si la représentation de l’échec de la mission est ici évidemment comique, il n’en demeure pas moins vrai que l’afronaute semble toujours buter sur un contretemps. Quand il fait irruption sur la scène médiatique – par exemple lorsque le Sud-Africain Mandla Maseko est retenu parmi les lauréats du concours Space Academy Lynx Apollo3 – il se contente de creuser un horizon d’attente et d’attiser en vain l’appétit du public, avide d’assister à un événement toujours dérobé ou différé : dans les faits, le premier Sud-Africain à entreprendre un voyage spatial est Mark Shuttleworth qui, s’il est volontiers qualifié d’afronaute dans la presse, n’en demeure pas moins un entrepreneur blanc, dont le portrait ne correspond en rien à la figure rêvée d’un explorateur spatial noir et africain. Malgré ces échecs à répétitions, le surgissement de l’afronaute constitue un événement dont des supports de plus en plus nombreux et variés entretiennent la mémoire. Cette dernière s’avère pourtant doublement paradoxale : en premier lieu parce qu’elle se montre rétive à toute perspective documentaire, et verse volontiers dans l’imaginaire et dans l’anachronisme en anticipant parfois largement sur les premières apparitions de l’afronaute dans les années soixante ; en second lieu parce que, loin de se borner au rappel univoque d’un événement avorté, elle se mue en foyer mémoriel complexe où se constitue un véritable palimpseste historique.

Tomber les masques : qui est l’afronaute ?

  • 4 Derrida Jacques, Habermas Jürgen, Le « concept » du 11 septembre. Dialogues à New York (octobre-déc (...)

3La proposition d’un portrait de l’afronaute, tel qu’il est construit et véhiculé par les média, les arts, et, de façon certes plus marginale, la littérature, invite à examiner en quoi cette figure, par son simple surgissement, constitue un « événement » susceptible d’entretenir une construction mémorielle complexe, démontrant dans les termes de Jacques Derrida, une capacité disruptive à « suspendre la compréhension4 ». Force est en effet de constater que le succès de l’afronaute repose largement sur la mise en œuvre d’un effet de surprise qu’on pourrait presque qualifier de théâtral, tant il s’apparente à un lever de rideau ou à une scène de reconnaissance où tombent les masques.

  • 5 La bande dessinée peut être lue en ligne à l’adresse suivante : https://imgur.com/gallery/RIcAF (co (...)
  • 6 La transposition de la lutte pour les droits civiques en contexte spatial trouve une autre illustra (...)

4L’une des premières apparitions du voyageur spatial noir – située cette fois en contexte afro-américain – intervient dans les dernières vignettes du comic « Judgment Day! », signé en 1953 par Joe Orlando et Al Feldstein5. Parue dans la série « Weird Fantasy », cette bande dessinée de huit pages fut jugée assez subversive pour que sa réédition en 1956 se heurte à une menace de censure, qui pesait essentiellement sur les dernières images. « Judgment Day ! » relate en effet le voyage de Tarlton, un astronaute dépêché pour évaluer les progrès de la civilisation sur une planète confiée aux mains des robots. Après s’être convaincu de leur bonne performance scientifique et technologique et avoir visité le siège de leurs institutions démocratiques, Tarlton comprend néanmoins que la société qu’il a été chargé de documenter est scindée en deux – divisée entre les robots orange, qui s’arrogent une position dominante, et les robots bleu qui sont cantonnés dans des quartiers périphériques. Rappelant aux habitants de la planète Cybrinia qu’ils sont tous conçus sur la même chaîne de montage, il décide alors de retarder leur accession à une communauté qui les placerait sur un pied d’égalité avec les hommes et leur recommande d’apprendre d’abord à « vivre ensemble ». La bande dessinée se termine lorsque l’astronaute, de nouveau seul dans sa fusée, enlève le casque dont les reflets dissimulaient son visage : il révèle ainsi la couleur noire de sa peau, sur laquelle, dans les termes du dernier cartouche, les gouttes de sueur luisent comme autant d’étoiles dans la nuit. « Judgment Day ! » conduit donc le lecteur à procéder à son propre examen de conscience – et à reconnaître qu’il n’avait pas spontanément imaginé que l’astronaute, unique représentant des hommes dans cet épisode, pût être noir6.

  • 7 Voir Thrasher Steven, « Star Wars: The Force Awakens – Black Lives Matter’s first science fiction f (...)

5L’effet de surprise que recelait en 1953 cette scène finale où tombent les casques, est rejoué dans des termes étrangement similaires à l’occasion de la sortie en 2014 du septième volet de la saga Star Wars, The Force Awakens, en lequel il serait donc loisible de lire la mémoire cinématographique de l’événement que constitua la révélation de Tarlton. De fait, le premier personnage à apparaître dans la bande-annonce du film est un soldat de l’empire errant dans le désert, dépouillé de son casque, et interprété par l’acteur britannique noir John Boyega. Nombreux sont les fans à s’être étonnés de ce choix, en avançant notamment qu’il allait à l’encontre du fil narratif en vertu duquel les soldats de l’empire seraient tous des clones, moulés sur le modèle d’un homme blanc. Du casque de Tarlton à celui du stormtrooper, il n’y aurait en somme qu’un pas : sans aller jusqu’à considérer, comme le fait Steven Thrasher, que les nouveaux volets de la série Star Wars pourraient être lus comme une « parabole afrofuturiste7 », on notera qu’il n’est pas jusqu’aux perles de sueur ruisselant sur le visage du héros qui ne rappellent le précédent de « Judgment Day ! »

  • 8 À ce premier précédent historique, on pourrait ajouter le projet spatial ponctuellement caressé par (...)

6Au-delà du choc qu’induit la rencontre avec un « astronaute noir », la seconde caractéristique de l’afronaute réside dans sa prétention à incarner un continent africain spontanément relégué dans les franges de la guerre froide et considéré comme un candidat peu crédible à la conquête spatiale. S’écartant des modèles américains offerts par Tarlton et le stormtrooper, l’afronaute revêt alors une dimension panafricaine : son surgissement va de pair avec la volonté de lever le joug colonial et de concurrencer l’Occident sur son propre terrain. C’est bien en ces termes que s’énoncent les ambitions de celui qu’on pourrait considérer comme l’afronaute historique : après s’être fait remarquer en tant qu’opposant au pouvoir colonial britannique, le Zambien Edward Makuka Nkoloso se propose au début des années soixante de lancer une mission spatiale qui renverrait dos à dos les impérialismes soviétiques et américains8. Si le projet n’aboutit pas et si Nkoloso échoue à lancer un vol habité le jour de l’indépendance, en 1964, ses afronautes n’en constituent pas moins un événement dans la mesure où leur départ manqué trouve un écho médiatique et artistique conséquent, dont nous aimerions ici examiner les principaux jalons.

  • 9 On remarque que la circulation de l’afronaute ne s’arrête pas là puisque l’une des photographies de (...)
  • 10 Voir Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, (...)

7Qu’il soit tourné en dérision ou au contraire présenté comme le précurseur d’une noble cause, l’afronaute est devenu une figure, ou à tout le moins un figurant récurrent dans le champ de la littérature et de l’art africain contemporain : il apparaît en premier lieu en Afrique anglophone où il trouve son ancrage historique, puis, de façon plus marginale, en Afrique francophone et en Europe – jusque dans la série d’images que la photographe espagnole Cristina de Middel intitule The Afronauts9. Marcher sur ses traces ne conduit cependant pas seulement à mettre en évidence la circulation d’un personnage dont on se plairait à pointer les apparitions ponctuelles pour en faire l’incarnation plastique d’une plaisante altérité afrofuturiste. En revenant sur certaines d’entre ses manifestations, nous aimerions plutôt dessiner un continuum qui va de l’arabesque de l’afronaute décoratif à la mémoire de l’afronaute historique, en passant par un afronaute « étalon », conçu comme un coin glissé dans les typologies et les partitions binaires mises en œuvre par l’Occident. Considérer l’aventure des afronautes comme un « événement » implique ainsi de ne pas la traiter en trompe-l’œil séduisant, mais de prêter attention au retentissement d’un épisode historique à la fois récusé et répété dans une mémoire cinématographique et littéraire : l’échec des afronautes s’inscrit dès lors, selon les termes de François Dosse, dans des « temporalités feuilletées10 » où il ne cesse de surgir et de faire retour.

« A taste of weighlessness » : l’insoutenable légèreté de l’afronaute

8Si l’afronaute attire aisément l’œil, le pinceau ou l’objectif de l’artiste plasticien, c’est sans doute parce qu’il se présente d’emblée comme une figure autosuffisante, susceptible de se passer de récit en arrêtant le regard par un jeu élaboré de contrastes. Il apparaît alors comme un motif quasiment décoratif, détaché de toute narration comme de tout postulat d’intériorité, et répond à cet égard à la définition de la figure que propose Xavier Garnier, par opposition au personnage de roman :

  • 11 Garnier Xavier, L’éclat de la figure. Étude sur l’antipersonnage de roman, Bruxelles, Peter Lang, « (...)

La figure doit être envisagée comme une non-personne : on ne lui reconnaît aucune intériorité. On voit mal comment on pourrait s’identifier à un personnage qui est pure extériorité. On pourrait légitimement s’inquiéter pour un spectateur qui s’identifierait à Arlequin et ne rirait plus de ses lazzi. Un personnage qui n’a pas de for intérieur est proprement imprenable. […] Les personnages-figures sont fondamentalement muets car ils n’ont rien à exprimer faute d’intériorité. Lorsqu’ils parlent, c’est pour renvoyer la balle à l’interlocuteur : ils sont des murs sur lesquels rebondissent les mots des autres. Derrière le mur, il n’y a rien11.

9Bien qu’il puisse être perçu comme l’une de ces figures « imprenables » et « muettes », la tenue d’Arlequin qu’arbore l’afronaute reste un costume d’un genre particulier, qui s’apparente autant au damier coloré qu’à un patchwork de clichés. L’un des facteurs du succès des afronautes tient en effet à la plasticité d’une représentation fondée sur le contraste entre le triomphe technologique qu’implique la conquête spatiale et la représentation stéréotypée d’une Afrique traditionnelle, magique et colorée. Le jeu sur cet attelage paradoxal justifie sans doute que le motif de l’afronaute ait trouvé des formulations graphiques relativement nombreuses, conciliant les deux tentations utopiques de l’exotisme et de la science-fiction : pour le public occidental, le voyageur spatial africain réussit l’exploit de réunir deux ailleurs contradictoires dont il représente le point de jonction synthétique.

10Le procédé est patent dans l’œuvre de l’artiste kenyanne Jacque Njeri, qui, dans une série de collages exposés en 2017, entend élargir le nomadisme du peuple Masaï à un univers intergalactique librement inspiré par la saga Star Wars. Placée sous le signe du néologisme « Maasci », qui évoque l’hypothèse d’une science-fiction masaï, l’œuvre ainsi constituée ne propose pour autant aucune narration ni n’ouvre la porte à aucune intériorité. Bien plus, elle repose toute entière sur le dépaysement visuel qu’impliquent des superpositions inattendues : la photographie ethnographique, attentive aux parures traditionnelles et à la documentation des modes de vie, rencontre l’épopée cinématographique et transforme les bergers en autant de pasteurs d’étoiles. Ce jeu d’association est particulièrement évident dans l’une des photographies de la série, où l’image d’astronautes en noir et en blanc se voit rehaussée par le port de rangées de perles rouges qui épousent le dessin des tubes à oxygène. La série de Jacque Njeri a dès lors pour mérite essentiel de mettre en évidence la recette pratique de ce qu’on pourrait appeler un « personnage de composition », obtenu à partir de la combinaison d’éléments hétérogènes : l’afronaute, dans cette configuration, reste une figure de façade sur laquelle « rebondissent les mots des autres » – avec le risque, parfois, de sonner creux.

  • 12 Voir à ce sujet Amselle Jean-Loup, L’art de la friche. Essai sur l’art africain contemporain, Paris (...)
  • 13 Voir à ce sujet Grosfilley Anne, Wax and co… Anthologie des tissus imprimés d’Afrique, Paris, La Ma (...)
  • 14 Sur les critiques qu’a suscitées cette exposition, voir notamment : Le Lay Maëline, « À propos de B (...)

11En allant un peu plus loin que le simple collage, on pourrait encore le définir comme une créature du tissage : l’examen des figures d’afronautes dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’art africain contemporain12 » révèle à ce titre qu’un effort tout particulier se porte sur l’adaptation et l’africanisation de la combinaison spatiale. Cette prédilection vestimentaire – que l’on rapprochera de l’intérêt manifesté par les artistes contemporains pour la figure du sapeur – se traduit notamment par un recours aux pagnes wax, souvent considérés comme typiquement africains, quand bien même ils sont produits majoritairement en Hollande13. Le motif de l’afronaute en wax est ainsi présent dans la peinture du Congolais Monsengo Shula, et en particulier dans trois toiles de 2014, toutes exposées dans le cadre de l’exposition Beauté Congo de 201514. Respectivement intitulés Le Roi Satellite, Tôt ou tard le monde changera et Le Bouleversement du Monde, les trois tableaux se fondent sur un dispositif similaire : autour d’un satellite gravitent deux à cinq afronautes vêtus de combinaisons en wax colorées. Sur chaque peinture, l’objet technologique est associé à une statue traditionnelle dont les afronautes paraissent être les adorateurs. Si ces œuvres entendent annoncer un « grand bouleversement », les veilleurs stellaires qu’ils mettent en scène restent pourtant des apparitions isolées : ne jaillissant d’aucun vaisseau ni d’aucune station spatiale, ils se présentent comme autant de figures flottantes qu’il est difficile de rattacher à un événement précis ou même un support autre que l’étrange autel qu’ils entourent de leurs soins. L’afronaute serait-il donc voué à demeurer un voyageur élégant, privé d’histoire et d’intériorité, prisonnier de sa ronde autour d’un intemporel fétiche ?

12Une réponse plus satisfaisante est fournie par les œuvres de Yinka Shonibare. Le fait que ce dernier choisisse de représenter des astronautes revêtus de costumes de wax n’a rien de surprenant puisque cet artiste anglo-nigérian, parfois rattaché à la génération des Young British Artists, a fait de l’usage des pagnes africains sa marque de fabrique, fondant sa pratique plastique sur la réutilisation de ces tissus dans les contextes les plus inattendus – notamment pour tapisser Le salon du philanthrope victorien ou pour rejouer les grandes scènes de la peinture occidentale. Dans l’installation « Space Walk », Yinka Shonibare représente ainsi un ballet d’afronautes en wax gravitant autour d’un vaisseau spatial. Plus subtilement que Monsengo Shula, l’artiste joue dans cette œuvre sur les codes implicites qu’applique le spectateur : de même que dans « Judgment Day ! », les casques sont en effet opaques et seul le wax, qui constitue pourtant un tissu de fabrication européenne, incite à reconnaître dans ces élégants voyageurs spatiaux des afronautes. Le nom même du vaisseau autour duquel ils s’agitent constitue un facteur d’ambiguïté supplémentaire, puisque le spectateur ne distingue que l’inscription « Martin Luther » doublée d’un drapeau américain – ce qui ne permet pas de déterminer si l’embarcation est baptisée en l’honneur du fondateur du protestantisme allemand ou de la figure de proue du mouvement des droits civiques. Le trouble est encore accru si l’on se penche sur deux installations souvent présentées de concert, de sorte à former une scène à plusieurs niveaux – « Vacation » de 2000 et « Dysfunctional family » qui, en 1999, marque la première incursion de Yinka Shonibare dans le domaine spatial. Chacune de ces deux œuvres représente, de façon assez immédiatement reconnaissable, une famille : la première, composée d’un groupe de quatre extraterrestres, est pourtant dite « dysfonctionnelle », tandis que l’autre affiche tous les signes du bonheur. « Vacation » donne en effet à voir un couple d’afronautes accompagnant les premiers pas de leurs enfants : l’installation peut à cet égard faire figure d’œuvre afroptimiste, suggérant la possibilité d’un monde où le tourisme spatial serait devenu monnaie courante et accessible en Afrique. Pour autant, la juxtaposition des deux œuvres n’en place pas moins l’afronaute dans une situation d’entre-deux problématique : l’explorateur spatial se présente en effet vêtu des mêmes tissus que l’extraterrestre, suggérant implicitement que l’écart entre les deux familles n’est pas aussi large qu’on voudrait bien le croire. Des afronautes de Yinka Shonibare, il n’est par conséquent pas certain qu’on puisse dire qu’ils récusent toute tentative d’identification : ébauchant une histoire complexe, qui hésite entre l’épopée spatiale et le roman familial, ils partent au contraire de l’événement spatial pour inviter à élargir le spectre des identités et des futurs possibles.

Devises et mesures de l’afronaute

  • 15 Ce court-métrage d’une dizaine de minutes peut être visionné en ligne à l’adresse suivante : https: (...)

13Il semble ainsi que l’originalité de la combinaison de l’afronaute, tout en constituant un atout graphique, autorise une remise en cause du stéréotype, et ce d’autant plus quand elle se combine à l’obscurcissement du casque qui dissimule le visage du voyageur. Loin de se cantonner à un simple exercice d’élégance, le surgissement de l’afronaute invite alors à développer une pensée plus ou moins élaborée de la différence et à rompre avec le confort des typologies établies. C’est bien ce que démontre l’artiste sud-Africain Gerald Machona, qui recourt à la figure de l’afronaute pour évoquer le rapport à l’étranger et pour dénoncer toute forme de ségrégation ou d’enfermement : le film et l’exposition qu’il intitule en 2014 Vabvakure – soit « celui qui vient d’ailleurs » en shona – est ainsi présenté comme une réponse aux violences racistes infligées aux populations venues du Zimbabwe15.

14Contrairement à leurs pairs, les afronautes de Gerald Machona ne partent pas à la découverte ou à la conquête de l’espace : à en croire le court-métrage, ils viennent d’un ailleurs désertique, et, franchissant une porte géante qui évoque lointainement le monolithe de Stanley Kubrick, ils se retrouvent à Johannesbourg, toujours masqués et revêtus de leurs costumes spatiaux, transportant en guise d’unique bagage une fleur sous serre. Au moins autant que le drapeau qu’ils brandissent dans les premières minutes, cette plante fragile, proche à bien des égards de la rose du Petit Prince, constitue l’accessoire le plus essentiel d’afronautes que leurs casques étrangement oblongs semblent aussi condamner à ne grandir que sous serre. L’intitulé de l’œuvre que constitue en tant que telle la fleur, baptisée The Protea, est à cet égard révélateur : comptant parmi les emblèmes de l’Afrique du Sud, la protée emprunte à la mythologie grecque le nom d’un dieu métamorphe capable de revêtir toutes les apparences. Faire de cette plante la rose au poing de l’afronaute revient donc autant à l’ancrer dans un contexte national précis qu’à renforcer le flottement du visage que dissimule le masque de verre. On ajoutera que l’association de l’afronaute à l’inquiétante perspective d’une métamorphose protéiforme surgit également dans le roman 53 cm de Bessora, consacré aux tribulations de Zara, une jeune femme née, comme l’auteur, d’un père gabonais et d’une mère suisse : les démarches administratives sans fin que l’héroïne entame pour obtenir un titre de séjour pour sa fille, Marie, la conduisent à subir une série de mutations plus ou moins kafkaïennes, qui aboutissent à sa transformation en fourmi géante. La première d’entre ces métamorphoses reste cependant dans le domaine de l’humain et Zara, dans le miroir d’une salle de bain, se voit soudain revêtue d’un casque et d’une combinaison spatiale :

  • 16 Bessora, 53 cm, Paris, Le Serpent à Plumes, « Collection fiction. Domaine français », 1999, p. 142- (...)

Dans la glace, j’aperçois une femme en deux dimensions. L’inconnue est vêtue d’une combinaison spatiale et casquée comme un astronaute. Elle me regarde, interloquée. Je lève la main droite pour toucher la vitre. La femme dans le miroir imite le moindre de mes mouvements. Serait-elle moi ? Je relève la main droite pour toucher ma tête ; plus de doute possible : je suis la femme casquée, elle est moi. […] Que le côté obscur de la force soit avec moi. Ma mission consistera à trouver, à la préfecture de la cité, la réponse à cette question : la clandestinité de Marie est-elle un critère suffisant pour la classer dans une espèce extraterrestre16 ?

15Dans le chapitre qui suit, cette transformation donne lieu à une surenchère cosmique puisque Zara, accompagnée d’un dénommé Luke Skywalker, transforme la préfecture en une inexpugnable Étoile Noire. Au-delà de cette référence cinématographique appuyée, trois éléments retiennent l’attention dans cet autoportrait en afronaute. L’image observée dans le miroir se distingue d’abord par l’aplatissement de ses contours, qui fait du voyageur spatial une figure simple et sans relief : de même, chez Gerald Machona, les combinaisons se révèlent vides et les corps des afronautes semble s’être évaporés à la fin du court-métrage. D’autre part, le texte de Bessora suggère un obscurcissement du casque, grâce auquel le visage n’est ni visible ni reconnaissable, ainsi que l’établissement d’un rapport à l’extraterrestre, qui inscrit le voyageur spatial dans une zone floue entre l’humain et le non humain et le rapproche singulièrement de ce dernier pôle.

  • 17 La fleur poussée au cœur du désert constitue sans doute aussi une référence au court-métrage de Wan (...)

16Dans l’installation de Gerald Machona, les motifs colorés qui parent les afronautes ne visent cependant pas uniquement à attirer l’attention sur leur statut d’étrangers. Bien plus, ils tendent aussi à inscrire ces figures remarquées dans la mémoire d’une histoire économique continentale : les deux voyageurs sont en effet revêtus d’uniformes tout entiers constitués de billets de banque. Issues de nombreux pays d’Afrique – Zimbabwe, Zaïre, Angola ou Mozambique – ces devises ont pour point commun d’être désuètes et dénuées de toute valeur monétaire : en se les réappropriant, l’artiste évoque donc le spectre de la dévaluation monétaire et critique les travers d’un système capitaliste où l’Afrique, allant de pics d’inflation en crises économiques, se voit toujours maintenue dans une position de marginalité. Plus largement, par ce discours sur la vacuité de la devise, l’afronaute de Gerald Machona pose la question cruciale de la définition de la valeur dans une société de consommation : dans le court-métrage, l’afronaute, toujours revêtu de son uniforme de billets de banque, circule ainsi dans les allées d’un supermarché, attirant sur lui les regards surpris, amusés ou méfiants du personnel et des clients. Négligeant la plupart des produits, ce nouveau Petit Prince en chrysalide monétaire a pour unique préoccupation d’arroser sa fleur, également constituée de billets froissés17 : non content de remettre en question les contours d’une identité migrante, l’afronaute impécunieux se révèle ainsi susceptible de tenir un discours économique et critique. Il en va de même dans le roman du « bouleversement du monde » que constitue Aux États-Unis d’Afrique d’Abdourahman Waberi, mettant en scène la confrontation d’une Afrique rayonnante et d’une Europe appauvrie, ravagée par les conflits ethniques. Bien qu’il n’évoque jamais l’hypothèse d’une conquête spatiale de grande ampleur, le récit réserve en effet une place congrue à l’afronaute, dont le sort en demi-teinte doit servir de contrepoint à l’évocation de la triste condition du charpentier alémanique :

  • 18 Waberi Abdourahman Ali, Aux États-Unis d’Afrique, Paris, JC Lattès, 2006, p. 13.

Mais revenons à la cahute de notre pouilleux charpentier germanique ou alémanique. Jetons un coup d’œil furtif dans la nuit de son logis. […] Qui est le plus éloigné de nous : la Lune astiquée par des astronautes maliens et libériens ou cette créature18 ?

  • 19 On notera au passage qu’un précurseur des afronautes apparaît dans le film dansé de Jean Renoir, Su (...)

17La position du voyageur spatial demeure ici largement ambiguë : s’il constitue un instrument de comparaison pour jauger la distance qui sépare l’Africain prospère de l’Européen prostré, il reste malgré tout une figure distante, perdue dans les lointains, et somme toute assez subalterne, puisque sa mission semble se borner à « astiquer la Lune19 ».

  • 20 Voir Lüsebrink Hans-Jürgen, Reichardt Rolf, « La prise de la Bastille comme événement total. Jalons (...)

18La réflexion menée par Gerald Machona autant que les brèves apparitions du voyageur spatial chez Bessora et Abdourahman Waberi tendent par conséquent à faire de l’afronaute une « figure de la mesure », dont la fonction principale tient à l’évaluation d’une valeur ou d’une distance entre les êtres. Catégorie interstitielle dans une typologie flottante, l’afronaute apparaît comme l’étalon d’une étrangeté plus ou moins admise : composant avec des éléments hétérogènes, il est à la fois ce qui lie et ce qui sépare l’homme de l’extraterrestre, l’Afrique de l’Europe, la valeur marchande de l’inappréciable. À ce titre, il court encore le risque de rester « sous serre », flottant à la marge de l’histoire et de ses bouleversements : comme le mètre révolutionnaire taillé dans le marbre, l’afronaute serait alors voué à demeurer fixe et immuable, inscrit dans la temporalité éternelle que suggèrent les tableaux de Monsengo Shula. Si le voyageur spatial africain constitue une représentation séduisante de l’altérité, propice à l’énoncé d’hypothèses afrofuturistes élégantes, rendre pleinement justice à cette figure implique donc de lui restituer sa profondeur historique et mémorielle – de revenir, en d’autres termes, à « l’événement-symbole » qui autorisa la découpe du mètre et devint ainsi « créateur d’identité, point d’ancrage fondateur d’une tradition de rites et de récits commémoratifs20 ».

Retour à Nkoloso

19Retourner à l’événement conduit à se pencher sur le cas du premier des afronautes et sur l’écho que suscita l’échec prévisible de son projet spatial. Au début des années soixante, le Zambien Edward Makuka Nkoloso adresse à plusieurs donateurs publics et privés une demande de subvention visant à soutenir l’envoi d’une mission spatiale zambienne sur la Lune, voire jusqu’à la planète Mars. Si l’on suit les propos de Nkoloso, qu’on peut d’ailleurs lire en écho avec les compositions monétaires de Gerald Machona, seule l’absence de réaction des instances internationales sollicitées aurait entravé la mise en œuvre de cet ambitieux projet, qui aurait permis de balayer les impérialismes spatiaux russe et américain en mettant en lice un candidat africain. Déjà connu des autorités britanniques, Nkoloso brave cependant la censure coloniale pour ouvrir une académie nationale de Science, de Recherche Spatiale et de Philosophie, dont l’objectif affiché consiste en la formation d’une équipe d’afronautes, formée entre autres d’une jeune fille et de quelques chats. Tandis que Nkoloso lui-même se charge de concevoir la fusée, propulsée grâce à un système inspiré de la catapulte, les candidats au voyage spatial sont soumis à un entraînement quotidien, qui implique notamment la descente de pentes dans un tambour, destinée à habituer les afronautes aux variations dans la gravité. Bien qu’il ait manifesté le souhait de lancer sa fusée le jour de l’indépendance, Nkoloso n’est cependant pas autorisé à participer aux cérémonies et un reportage tourné par une chaîne de télévision britannique achève de ridiculiser son entreprise marginale et d’obscurcir sa mémoire : après avoir interrogé l’ambitieux constructeur sur son calendrier, sur la nature des entraînements et sur la forme de sa fusée, le journaliste conclut ironiquement en affirmant avoir eu affaire à un crackpot – à un doux rêveur ou à un cinglé.

  • 21 Voir Driant Émile, L’Invasion noire, Paris, Flammarion, 1894.
  • 22 Voir Serpell Namwali, « The Zambian “Afronaut” who wanted to join the space race », The New Yorker, (...)

20La conquête de la Lune envisagée par Nkoloso manifeste pourtant clairement la volonté de se réapproprier un rêve occidental et d’inverser l’ordre de la domination dans les airs : on pourrait à ce titre faire remonter sa généalogie jusqu’à L’Invasion noire du Capitaine Danrit, où le dirigeable lenticulaire le Tzar, rappelant par sa silhouette et sa composition une soucoupe volante, était pris d’assaut par le mahdiste Saladin, devenu pirate des airs avant d’être à son tour sauvagement assassiné par l’Africain Mata21. Nkoloso s’avère d’autant plus proche de ce précédent littéraire qu’il faut nuancer le portrait de savant fou complaisamment diffusé par la plupart des média occidentaux : dans un article paru en 2017 dans le New Yorker, l’écrivaine Namwali Serpell appelle ainsi à complexifier cette vision simpliste, en soulignant l’engagement fervent de Nkoloso dans la lutte pour l’indépendance22. Après avoir rassemblé de nombreux témoignages, elle émet trois hypothèses non exclusives qui permettraient d’éclairer le projet spatial zambien et d’enrichir la mémoire de cet événement : selon elle, Nkoloso serait alternativement un savant fou, qui aurait perdu la raison à la suite d’une incarcération particulièrement violente, un plaisantin qui voulait démontrer la vanité des projets européens en se forgeant un personnage « à la Jules Verne » ou un habile manipulateur qui aurait conçu son projet spatial comme un écran de fumée et se serait employé dans les faits à la formation d’une guérilla. La figure historique de l’afronaute demeure par conséquent drapée d’un certain mystère – hésitant entre le comique et le tragique, la lutte pour un bouleversement du monde colonial et la tour d’ivoire du savant fou.

  • 23 En cela, le court-métrage de Frances Bodomo pourrait être rapproché de celui du réalisateur congola (...)

21Cette plasticité de la figure historique justifie sans doute qu’elle ait inspiré plusieurs réappropriations artistiques contemporaines. Le court-métrage The Afronauts réalisé en 2014 par Frances Bodomo reprend ainsi largement les images du documentaire consacré à Edward Nkoloso. La réalisatrice situe pourtant le projet spatial zambien en 1969, au moment du lancement d’Apollo 1123 : dans cette reconstruction mémorielle, il ne s’agit donc plus de supplanter l’Amérique, ni même de revendiquer une indépendance déjà acquise. Le film s’attache plutôt au personnage de la space-girl Matha Mwambwa, incarnée par l’actrice américaine Diandra Forrest, par ailleurs connue pour être l’une des premières mannequins atteintes d’albinisme. Ce choix, favorisant une lecture féministe de l’événement, conduit avant tout à réaffirmer la position d’étrangeté de l’afronaute, présenté comme la victime désarmée du projet d’un savant fou.

  • 24 Voir pour la seconde édition : Middel Cristina de, The Afronauts, Bilbao, This book is true, 2016. (...)

22La même année, l’histoire de Nkoloso fait cependant l’objet d’une réappropriation plus riche et assurément plus remarquée en passant par le prisme photographique de Cristina de Middel. Se présentant elle-même comme une photoreporter repentie, plus attirée par la bande dessinée et le cinéma que par le documentaire, l’artiste espagnole se saisit de l’événement manqué que constitue la conquête spatiale zambienne pour proposer une série de photographies, dont le recueil est publié sous la forme d’un livre auto-édité, The Afronauts24. Nominé à plusieurs prix, l’ouvrage remporte un tel succès qu’il fait l’objet d’une seconde édition avant d’être converti en application pour supports numériques. Partant de la figure historique de Nkoloso, il se fonde sur un travail mémoriel de l’archive : le livre est ainsi scandé par des textes – lettres, témoignages et autres articles de presse – tous censés étayer l’ancrage historique des premiers afronautes. À ces témoignages de l’aventure spatiale zambienne s’ajoutent quelques dizaines de photographies, qui s’attachent à la mise en scène de la rêverie stellaire de Nkoloso.

23Comme Monsengo Shula et Yinka Shonibare, Cristina de Middel commence par se jouer des vêtures contrastées d’une figure atypique : l’une des images le plus souvent reproduites de la série donne ainsi à voir un voyageur spatial progressant parmi des herbes hautes, vêtu d’une combinaison en wax coloré. Dans le livre, cette photographie se voit associée à un calque qui informe les différentes composantes de la tenue spatiale : on apprend ainsi que l’afronaute averti est pourvu d’un « réservoir à eau de coco » et d’un « gri-gri cosmique ». Sur d’autres images, on retrouve le même personnage en tête à tête avec un éléphant dont la trompe vient chatouiller son casque et renvoie aux représentations d’une Afrique de safari peu versée dans les prouesses technologiques.

24Au-delà de ce jeu sur une palette de stéréotypes et de contrastes, les photographies de Cristina de Middel ont cependant pour caractéristique de mettre en avant le sentiment de perte et de désorientation qui anime les afronautes, témoins et véhicules d’une mémoire compromise : ainsi, quand le voyageur se heurte à la masse obvie de l’éléphant, c’est bien parce que le casque quasiment opaque qu’il arbore ne lui permet pas de voir où il va. L’afronaute de Cristina de Middel induit donc une inversion du dispositif d’opacification qui, dans « Judgment Day ! » autorisait la surprise finale : l’obscurcissement du casque n’affecte plus le spectateur surpris, mais l’afronaute lui-même, voué à évoluer dans des espaces troubles. Sa rencontre avec le majestueux animal – qui, comme le souligne la photographe lors d’un entretien, est d’ailleurs un éléphant asiatique, peu susceptible de fouler le sol zambien – pourrait évoquer la fable des aveugles et de l’éléphant : cette dernière entend en effet démontrer – par la variété des impressions que chacun des personnages énonce après s’être saisi, qui d’une défense, qui d’une trompe et qui d’une queue – l’impossibilité d’accéder à la réalité de l’événement à partir d’un point de vue unique et borné. Chez Cristina de Middel, nombreux sont ainsi les personnages qui apparaissent enclos dans le secret de leur songerie, égarés dans l’infini d’un monde intérieur et habités d’un contagieux sentiment d’étrangeté : le dispositif même du livre va dans ce sens lorsque le portrait en gros plan d’un afronaute rêveur s’ouvre et se déploie pour laisser lire un plan de la ville de Lusaka, marquée d’une constellation en forme de Grande Ours dont les sept étoiles rouges correspondent à autant d’étapes existentielles – work, convince, insist, believe, born, exist et, au centre, dream.

25L’œuvre mémorielle de Cristina de Middel se bâtit en définitive à partir d’une dissolution progressive des frontières entre rêve et réalité : d’abord dédiées à l’entraînement, les images perpétuent le rêve de Nkosolo en donnant à voir le décollage d’une fusée et en suggérant la possibilité d’un succès des afronautes. Les photographies et les dessins qui les émaillent prennent alors le pas sur les quelques documents d’archives, dont le lecteur est parfois amené à mettre en doute l’authenticité : que penser par exemple de l’étonnante « école St Icarus » où le prétendu témoin Kojo Ngué affirme avoir croisé Nkoloso ? N’est-elle pas plutôt un clin d’œil mythologique ou une glose de l’image où l’on distingue une aile de colombe enlisée dans les sables ? La fiction atteint sans doute son paroxysme quand la photographe met en scène la rencontre des afronautes et des extraterrestres, offrant ainsi une réalisation posthume aux prophéties de Nkoloso, qui se disait certain de la présence d’une vie sur Mars et appelait ses missionnaires à ne pas faire preuve d’un zèle prosélyte excessif. Brouillant les codes du reportage, l’issue des Afronauts doit selon la photographe rester indécidable, et ne pas permettre au lecteur curieux de trancher sur le statut de l’événement auquel il assiste.

Middel Cristina de, « Croquis », The Afronauts, Bilbao, This book is true, 2016.

Middel Cristina de, « Croquis », The Afronauts, Bilbao, This book is true, 2016.
  • 25 Voir The Afronauts on a Mission to Mars, Zine Collection no 12, couverture souple, édition limitée (...)

26Il n’en va plus tout à fait de même dans la sequel qui est offerte au livre dans le cadre d’un projet mené au Sénégal avec la styliste Selly Raby Kane : les afronautes cette fois sont « en mission sur Mars », mais l’accent est moins placé sur l’ambiguïté d’une mémoire oscillant entre archive et fiction, entre rêve et événement, que sur l’esthétique et la préciosité de leurs costumes25. Les Martiens dans l’intervalle ont disparu, et il ne reste des robots qu’un fragment mécanique oublié sur la plage : il n’est pourtant pas certain qu’à cet effacement de ses interlocuteurs extraterrestres l’afronaute ait gagné autre chose qu’un surcroît d’irréalité. Abordant à de nouveaux rivages, il oublie les errements historiques de Nkoloso pour mieux se transformer en gravure de mode – et, contrairement à son ancêtre Tarlton qui levait un masque opaque, il se voit tout entier placé sous le signe de la transparence, revêtu de films opalescents et casqué de bulles translucides.

« Before the Buzz became news » : l’afronaute en 3D

  • 26 Voir aussi à ce sujet Joseph Anthony, The African Origin of UFOs, Cromer, Salt Publishing, 2006.

27En reprenant les termes du poème de l’auteur ghanéen Nii Ayikwei Parkes et son allusion détournée à l’astronaute Buzz Aldrin, on pourrait dès lors conclure que le régime de l’événement que constitue le surgissement de l’afronaute oscille entre « le buzz » et « la nouvelle » – entre le bouche à oreille d’un marketing réussi et la documentation d’un tournant historique. L’opacité de cette figure – dont le mystère d’Edward Makuka Nkoloso est sans doute l’incarnation la plus flagrante – autorise à cet égard une dispersion heuristique de la mémoire : c’est précisément parce que l’afronaute se dérobe à toute tentative de saisie historique que sa silhouette flottante peut incarner, dans le recueil de Nii Ayikwei Parkes, l’hypothèse d’une histoire contrefactuelle dans laquelle la traite négrière se ferait non plus dans les profondeurs de la cale, mais dans des nacelles de montgolfières. L’événement manqué que constituerait l’épopée spatiale africaine devient dans ce cas un substitut poétique à l’évocation de l’esclavage et l’afronaute se mue en une véritable figure du détournement, autorisant une reformulation poétique de l’histoire transatlantique26. De même, dans la série Inch’Allah du photographe malien Aboubacar Traoré (2015), le port du casque opaque de l’afronaute devient l’indice de la radicalisation des personnages endoctrinés. Loin de se contenter de poser en gravure de mode, le voyageur spatial – par sa capacité à arrêter et à entraver le regard – porte ainsi la mémoire des nœuds et des points de rupture historiques.

  • 27 Voir Mangeon Anthony, Martin-Granel Nicolas, « À propos des études postcoloniales, “à l’angle des r (...)

28Dépasser la silhouette en deux dimensions qu’aperçoit Zara dans le miroir revient par conséquent à faire de l’afronaute, aujourd’hui devenu un personnage récurrent sur les grands écrans, une véritable figure de la 3D, qui, dans les termes d’Anthony Mangeon, se garderait de « verser dans la surenchère », de « penser en noir et blanc » et de « refuser les contrastes sans chercher de véritables mises en perspectives27 » : le voyageur spatial africain est à la fois un être de l’entre-deux, prompt à se jouer des contrastes et des effets de seuil et une figure investie d’une profondeur historique proprement postcoloniale. Sa brève apparition dans les pages d’un roman d’Henri Lopes, en plein cœur du festival panafricain d’Alger de 1969, pourrait à ce titre fournir une nouvelle clé de compréhension. Comme dans The Afronauts de Frances Bodomo, il s’agit de raconter et de rejouer « en direct » les premiers pas de l’homme sur la Lune :

  • 28 Lopes Henri, Le Lys et le Flamboyant, Paris, Seuil, 1997, p. 338.

Il avançait sur la Lune, marchant l’amble au ralenti, chaque pas ponctué d’un rebond, disait notre collègue, en tentant d’imiter la démarche du spationaute en scaphandre.
– C’était pour nous rappeler que, même sur une autre planète, nous descendons du chimpanzé, a plaisanté un autre.
– Non, a repris un troisième, non, ce pas dansant, c’était pour affirmer que la danse est dans la nature et le destin de l’homme.
Suivit un développement un peu filandreux sur un ton de brillant canular. On aurait pu s’y laisser prendre28.

29À la fois darwinien et danseur, l’afronaute se réapproprie les lieux communs attachés à l’Afrique, et, ce faisant, il se constitue en piège ou à tout le moins en « canular » auquel il n’est que trop aisé de se « laisser prendre ». Représentant aussi bien les aspirations d’une nation à l’indépendance qu’une certaine conception de l’élégance, il combine la légèreté comique d’un Arlequin spatial, la mélancolie d’un rêveur et la gravité d’un porte-drapeau. Il devient à ce titre l’incarnation kaléidoscopique d’une mémoire labile, conservant aussi bien la trace d’un rêve spatial enfui que le souvenir d’une histoire étendue, dont les jalons courent de la traite négrière aux premiers festivals panafricains en passant par les crises monétaires et les luttes anticoloniales. Si l’afronaute constitue en tant que tel un événement et s’apparente donc, dans les termes de Jacques Derrida, à la silhouette fascinante et hybride du Sphinx, il incarne si bien l’énigme que la question qu’il adresse au spectateur peut en somme se réduire à sa forme la plus élémentaire : qui suis-je ?

Notes

1 « dans l’eau, la gravité bâillonnée au prix de l’oxygène / entraînait leur souffle à la poursuite d’un goût / d’apesanteur – l’espace, des siècles avant / que Buzz [Aldrin] ne fasse la une / c’est drôle comme on explore / les hauteurs et les profondeurs – rarement le milieu – cette ceinture / où l’air se raréfie, qu’occupent les montgolfières », cité dans Parkes Nii Ayikwei, « Ballast IV: Flung out like a fag-end », dans Parkes Nii Ayikwei, The Makings of You, Leeds, Peepal Tree Press, 2010, p. 64. Nous traduisons.

2 Le choix de cette forme peut évoquer le film District 9 de Neill Blomkamp (2009) qui imagine, sous la forme du reportage, le sort d’extraterrestres confinés dans des ghettos autour de Johannesbourg.

3 Voir par exemple à ce sujet : Kibangula Trésor, « Afrique du Sud : Mandla Maseko, le futur premier Africain noir dans l’espace », Jeune Afrique, 24 décembre 2013, http://www.jeuneafrique.com/166597/societe/afrique-du-sud-mandla-maseko-le-futur-premier-africain-noir-dans-l-espace/ (consulté le 8 mars 2018).

4 Derrida Jacques, Habermas Jürgen, Le « concept » du 11 septembre. Dialogues à New York (octobre-décembre 2001), Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 2004, p. 139.

5 La bande dessinée peut être lue en ligne à l’adresse suivante : https://imgur.com/gallery/RIcAF (consulté le 8 mars 2018).

6 La transposition de la lutte pour les droits civiques en contexte spatial trouve une autre illustration dans l’anecdote selon laquelle Martin Luther King Jr. aurait apporté son soutien à l’actrice Nichelle Nichols lorsqu’elle hésitait en 1966 à se retirer de la série Star Trek où elle incarnait le lieutenant Uhura. Voir à ce sujet Izadi Elahe, « Why Star Trek was so important to Martin Luther King Jr. », The Washington Post, 8 septembre 2016, https://www.washingtonpost.com/news/arts-and-entertainment/wp/2016/09/08/why-star-trek-was-so-important-to-martin-luther-king-jr/ (consulté le 8 mars 2018). En dehors du domaine de la science-fiction, on mentionnera également le film Hidden Figures de Theodore Melfi (2016). Fondé sur l’ouvrage de Margot Lee Shetterly, il évoque l’œuvre de mathématiciennes noires au sein de la NASA.

7 Voir Thrasher Steven, « Star Wars: The Force Awakens – Black Lives Matter’s first science fiction film », The Guardian, 29 décembre 2015, https://www.theguardian.com/film/2015/dec/29/star-wars-the-force-awakens-black-lives-matters-first-science-fiction-film (consulté le 8 mars 2018).

8 À ce premier précédent historique, on pourrait ajouter le projet spatial ponctuellement caressé par Mobutu à la fin des années soixante-dix. Cette nouvelle aventure spatiale africaine est évoquée dans la bande dessinée d’Aurélien Ducoudray, Mobutu dans l’espace, Paris, Futuropolis, 2015.

9 On remarque que la circulation de l’afronaute ne s’arrête pas là puisque l’une des photographies de Cristina de Middel est choisie pour illustrer le roman que Sylvain Prudhomme consacre à un groupe musical issu de Guinée Bissau. Voir Prudhomme Sylvain, Les Grands, Paris, Gallimard, 2014. Au sujet du choix de cette photographie de couverture, nous nous permettons de renvoyer à un courriel de l’auteur, daté du 5 janvier 2018 : « on s’est dit que ça racontait assez bien le destin de la Guinée-Bissau en fin de compte : des rêves glorieux à l’époque de l’indépendance […] et puis un présent plus difficile, sur fond de crise économique mondiale, largement en retrait par rapport aux rêves passés. Et pourtant toujours du panache, une classe impérissable, comme sur sa photo… ». L’afronaute se situe bel et bien ici dans une temporalité trouble, oscillant entre l’époque des indépendances – qui correspond à l’instant de son surgissement historique – et « un présent plus difficile », dont il demeure un personnage essentiel.

10 Voir Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Paris, Presses universitaires de France, « Le nœud gordien », 2010, p. 297.

11 Garnier Xavier, L’éclat de la figure. Étude sur l’antipersonnage de roman, Bruxelles, Peter Lang, « Nouvelle poétique comparatiste », 2001, p. 13-14.

12 Voir à ce sujet Amselle Jean-Loup, L’art de la friche. Essai sur l’art africain contemporain, Paris, Flammarion, 2005.

13 Voir à ce sujet Grosfilley Anne, Wax and co… Anthologie des tissus imprimés d’Afrique, Paris, La Martinière, 2017. Voir également l’évocation du wax dans le « Glossaire nègre-blanc » de Blaise N’Djehoya : « Les femmes Akans ont en commun le pagne WAX. Signe de prospérité et vecteur d’une émancipation économique. Mamy-wata en wax. Le tissu wax a été désigné au xixe siècle par des chevaliers d’industrie bataves pour le plaisir, toujours renouvelé, de la clientèle d’outre-mer qui en a fait son must. », dans N’Djehoya Blaise, Le Nègre Potemkine, Paris, Lieu Commun, 1988, p. 268. La mention est d’autant plus significative que le glossaire se place sous l’enseigne d’une citation de William Burroughs : « Language is a virus coming from outer space ».

14 Sur les critiques qu’a suscitées cette exposition, voir notamment : Le Lay Maëline, « À propos de Beauté Congo et des expositions d’art contemporain africain dans l’espace muséal français : le retour du refoulé colonial ? », Études littéraires africaines, no 41, Le théâtre de Sony Labou Tansi, 2016, p. 97-117.

15 Ce court-métrage d’une dizaine de minutes peut être visionné en ligne à l’adresse suivante : https://vimeo.com/94380286 (consultée le 9 mars 2018).

16 Bessora, 53 cm, Paris, Le Serpent à Plumes, « Collection fiction. Domaine français », 1999, p. 142-143.

17 La fleur poussée au cœur du désert constitue sans doute aussi une référence au court-métrage de Wanuri Kahiu, Pumzi (2009), qui met en scène le futur dystopique d’une humanité privée de l’essentiel des ressources naturelles et notamment de tout accès à l’eau.

18 Waberi Abdourahman Ali, Aux États-Unis d’Afrique, Paris, JC Lattès, 2006, p. 13.

19 On notera au passage qu’un précurseur des afronautes apparaît dans le film dansé de Jean Renoir, Sur un air de Charleston (1927), dont l’intrigue succincte rappelle à bien des égards celle qu’imagine Abdourahman Waberi. Situé en 2028, le film dépeint un explorateur africain pourvu d’un matériel hautement technologique : monté à bord d’une capsule circulaire, ce voyageur part à la découverte d’une Europe détruite par la guerre, où il rencontre, entre les ruines, une sauvageonne accompagnée de son singe. Le court-métrage peut être visionné en ligne à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=n3ap6haM0ds (consulté le 16 juillet 2018).

20 Voir Lüsebrink Hans-Jürgen, Reichardt Rolf, « La prise de la Bastille comme événement total. Jalons pour une théorie de l’événement à l’époque moderne », dans L’événement : actes du colloque organisé à Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, université de Provence, 1986, p. 77-102.

21 Voir Driant Émile, L’Invasion noire, Paris, Flammarion, 1894.

22 Voir Serpell Namwali, « The Zambian “Afronaut” who wanted to join the space race », The New Yorker, 11 mars 2017, https://www.newyorker.com/culture/culture-desk/the-zambian-afronaut-who-wanted-to-join-the-space-race (consulté le 9 mars 2018).

23 En cela, le court-métrage de Frances Bodomo pourrait être rapproché de celui du réalisateur congolais Balufu Bakupa-Kanyinda, Nous aussi avons marché sur la lune (2009), qui se situe également en juillet 1969. S’il ne met pas en scène de véritables afronautes, ce film n’en figure pas moins une songerie spatiale, qui, faute d’équipements technologiques, emprunte des voies poétiques et détournées.

24 Voir pour la seconde édition : Middel Cristina de, The Afronauts, Bilbao, This book is true, 2016. Les photographies de Cristina de Middel sont également assemblées pour constituer un film, visible à l’adresse suivante : https://vimeo.com/43859875 (consulté le 9 mars 2018). On note que les images retenues pour le film ne correspondent pas entièrement à celles qui figurent dans le livre : le court-métrage accorde par exemple une place plus conséquente à la rencontre entre l’afronaute et l’éléphant.

25 Voir The Afronauts on a Mission to Mars, Zine Collection no 12, couverture souple, édition limitée de 300 exemplaires, Cristina de Middel X Selly Raby Kane, Bessard, 2014.

26 Voir aussi à ce sujet Joseph Anthony, The African Origin of UFOs, Cromer, Salt Publishing, 2006.

27 Voir Mangeon Anthony, Martin-Granel Nicolas, « À propos des études postcoloniales, “à l’angle des rues parallèles” », Études littéraires africaines, no 30, Ousmane Sembène, 2010, p. 104.

28 Lopes Henri, Le Lys et le Flamboyant, Paris, Seuil, 1997, p. 338.

Table des illustrations

Titre Middel Cristina de, « Croquis », The Afronauts, Bilbao, This book is true, 2016.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/23358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Membre associée du Centre de recherche sur les représentations : idées, esthétique, littérature (CERIEL), équipe d’accueil Configurations littéraires, université de Strasbourg ; Johannes Gutenberg Universität, Mayence (Allemagne)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site