Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de l’événement

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Anthony Mangeon

L’événement au miroir d’un corpus

La mémoire de l’événement dans les fictions historiques de jeunesse

Patricia Principalli

Texte intégral

  • 1 Prince Nathalie, La Littérature de jeunesse, Malakoff, Armand Colin, « U : Lettres », 2010.

1La question de l’événement historique et de sa mémoire est particulièrement prégnante en littérature de jeunesse pour diverses raisons. Tout d’abord, la fiction historique, qui se décline sous divers genres (romans, albums, docu-fictions, etc.), constitue un ensemble identifié et identifiable dans la production jeunesse où des collections dédiées sont créées à côté d’autres déjà existantes. Elle y occupe ensuite une place massive et croissante. Elle est en effet à la jonction de deux champs, l’enseignement du français et l’enseignement de l’Histoire, constituant des domaines importants à l’école où la littérature de jeunesse a acquis un statut à part entière ; de ce fait, les récits de fiction historique font l’objet à la fois de prescriptions institutionnelles en français et de recherches en didactique de l’histoire. Enfin, elle illustre particulièrement la tension inhérente à la littérature de jeunesse, et plus généralement toute œuvre destinée à des enfants ; en est révélateur l’exemple bien connu du Tour de France par deux enfants (1877), ce « manuel de lecture se présentant comme un roman de formation1 », racontant le périple captivant de deux enfants à travers la France dans une visée à la fois encyclopédique et idéologique. La fiction historique destinée aux jeunes lecteurs est ainsi prise dans une tension liée à sa double visée : distraire et instruire, visée nécessairement orientée en fonction des différents enjeux de la société qui la produit.

  • 2 Winock Michel, « Qu’est-ce qu’un événement ? », L’Histoire, no 268, 10 jours qui ébranlèrent le mon (...)

2Nous nous intéresserons ici à la manière dont se configure cette tension dans la construction de la mémoire de l’événement, en retenant avec Michel Winock les traits suivants pour définir l’événement : « imprévisibilité, bouleversement, intensité, retentissement dans l’avenir2 ».

  • 3 Cet article reprend et synthétise pour partie des travaux antérieurs : Richard-Principalli Patricia (...)

3Nous nous proposons donc de rappeler certaines caractéristiques de la fiction historique de jeunesse, d’observer les événements qu’elle retient par le prisme de leur contextualisation, la période et les personnages qui lui sont associés, en essayant de mettre au jour la mémoire de l’événement qu’elle construit et sa relation au temps présent3.

Caractéristiques de la fiction historique pour la jeunesse

  • 4 Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québ (...)

4Dans leur éclairante mise au point sur le récit historique pour la jeunesse, Brigitte Louichon et Sylvain Brehm rappellent que l’engouement actuel pour le roman historique4 s’inscrit dans un continuum amorcé dès le xixe siècle. Aujourd’hui les publications spécialisées sont particulièrement nombreuses, qu’il s’agisse de collections dédiées ou de magazines, au sein desquels la fiction historique peut prendre diverses formes (albums, romans, biographies ou récits de vie, docufictions, etc.). De nombreuses manifestations consacrées au livre d’Histoire prennent désormais en compte la littérature de jeunesse ; on ne retiendra ici que l’exemple, parmi beaucoup d’autres, du célèbre festival des Rendez-vous de l’histoire à Blois, qui attribue chaque année un prix du roman historique jeunesse.

  • 5 Cariou Didier, « Littérature de jeunesse et enseignement de l’histoire au cycle 3 », Repères, no 45 (...)

5Le lectorat spécifique auquel s’adresse la littérature de jeunesse engage un contrat d’écriture particulier et contraint : la visée est généralement didactique, ce qui suppose la transmission de savoirs déjà construits plutôt qu’une approche problématisée, la perspective se fait à hauteur d’enfant, ce qui requiert le recours à des stéréotypes (à la fois nécessaires compte tenu des savoirs historiques faibles des jeunes lecteurs mais contestables en tant que représentations figées elles-mêmes fictionnalisées), le personnage principal est la plupart du temps un enfant qui participe de près ou de loin aux événements (ce qui est improbable), sa manière d’être est celle d’un enfant contemporain (ce qui est incompatible avec la réalité et essentialise le personnage, au détriment de la compréhension historique, dont Didier Cariou rappelle qu’elle repose sur la dialectique distanciation/identification5).

  • 6 Dumortier Jean-Louis, Granata Veronica, Raxhon Philippe, Van Beveren Julien (dir.), Devoir de mémoi (...)

6Et pourtant, certaines de ces fictions ont, selon Jean-Louis Dumortier et Philippe Raxhon, la fonction redoutable de « faire connaitre aux enfants et aux adolescents ces événements et ces actions qui ne peuvent pas tomber dans l’oubli sous peine de compromettre l’avenir de nos fragiles démocraties6 », qu’il s’agisse des moments où les droits de l’homme ont été bafoués ou de ceux où ils ont été défendus : elles fonctionnent donc comme transmission d’une mémoire.

La fonction identificatoire de la fiction

  • 7 Jouve Vincent, L’effet-personnage dans le roman, Paris, Presses universitaires de France, « Écritur (...)

7Quels qu’en soient les auteurs et l’éditeur, quels que soient la période et les personnages traités, quelle qu’en soit l’intention esthétique, plus ou moins perceptible, les textes de fiction historique adressés à la jeunesse sont tous construits de manière à activer l’instance du « lisant » selon Jouve7, cette dimension « affective » de la lecture vue du côté de la réception, sur laquelle jouent immanquablement ces récits. L’enrôlement du lecteur résulte de la dimension adressée implicite, l’identification étant favorisée par des choix, linguistiquement, énonciativement et narrativement construits : l’écriture à la première personne, la focalisation sur des personnages enfants, ou la prise en compte de l’enfance du personnage historique considéré, dont le parcours s’explique par des qualités précoces ou un environnement particulier. Cette proximité donne au lecteur l’impression de participer à l’action ou d’y assister.

  • 8 Bettelheim Bruno, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Robert Laffont, « Réponses », 1976.
  • 9 Reuter Yves, « L’importance du personnage », Pratiques, no 60, Le personnage, 1988, p.18.
  • 10 Jouve Vincent, L’effet-personnage dans le roman, op. cit.
  • 11 Louichon Brigitte, « Lecture du roman historique. L’exemple de Deux graines de Cacao », dans Van Be (...)

8Tout concourt ainsi à proposer au jeune lecteur un parcours symbolique dans lequel il peut se projeter, et acquérir la certitude que grandir, c’est, à l’issue d’épreuves, réussir, à l’instar de la fonction symbolique des contes telle qu’analysée par Bettelheim8. Plus généralement, l’investissement suscité par le personnage a bien à voir avec « la nature des mécanismes (identification/projection) en œuvre » et « la construction de la personnalité, avec les notions de modèle, imitation etc.9 ». Aussi, quand le personnage n’a pas pour fonction essentielle de scénariser une chronologie, ce qui arrive parfois, ces textes sont à même de mobiliser également cette instance du lecteur évoquée par Jouve10 après Picard, le « lu », propice à la vie par procuration de situations fantasmatiques. Autrement dit, comme le montre B. Louichon pour le roman Deux graines de cacao d’Évelyne Brisou-Pellen (Hachette, 2001), en dépit des apparences, l’aventure dans laquelle est embarqué le jeune lecteur est, souvent, d’abord et avant tout intérieure11.

La fonction encyclopédique des dispositifs hybrides

9La tension inhérente à la fiction de jeunesse, entre instruire et divertir, a donné lieu à des dispositifs mixtes dans nombre de collections, selon une répartition variable entre la fiction et le documentaire. Nous en présentons ici des exemples représentatifs de ce genre propre à la littérature de jeunesse, le docu-fiction.

L’alternance documentaire et fiction : l’exemple de « La vie des enfants » (Sorbier)

  • 12 Deleplace Marc, « Le récit comme accès à la connaissance historique. Réflexions didactiques sur le (...)

10Le texte alterne de façon systématique entre des épisodes de récit historique didactique, qui entrelace selon M. Deleplace « narration descriptive, explication causale et généralisation partielle12» et des épisodes de récit de fiction, marqués par des titres différenciés par la couleur et la typographie. Les textes à lire sont donc multiples : narration historique et narration de fiction ; légendes parfois assez longues et porteuses d’informations supplémentaires et modalisées ; reproduction de divers textes d’époque (par exemple pour l’album La Révolution française, de Bernard Solet, 2003, la déclaration des Droits de l’homme ou une chanson caricaturant la Marseillaise ; reproduction d’une première de couverture d’un manuel intégrant le nouveau calendrier, etc.). L’image, toujours document visuel « d’époque » et légendée, est de nature variée (tableau, document, gravure, photographie d’objet, etc.).

La mise en parallèle de la fiction et du documentaire : l’exemple de « Histoire d’histoire » (Rue du monde)

11Dans cette collection les albums juxtaposent un long récit de fiction et de courts textes documentaires portant sur la période historique traitée, accompagnés d’images et de documents d’archives, qui reconstituent une période historique dans son déroulement et éclairent le récit. La fiction y semble première, au vu de la mise en page et des choix typographiques : l’image de fiction occupe une page sur deux, voire s’étend en double page, tout en faisant régulièrement en plus l’objet de médaillons en marge ; quant au récit de fiction, il occupe l’essentiel de l’espace. Mais l’aspect documentaire est également très important : les reproductions de documents d’archives ou de tableaux, de format réduit et de couleur sépia, ponctuent les albums, associés à des légendes particulièrement longues, porteuses des informations historiques, et faisant office de narration historique.

12Un tel dispositif est aussi choisi par la collection « Le journal d’un enfant », chez Gallimard Jeunesse, présenté sous la forme d’un journal intime, fictif, tenu par un enfant. Les chapitres, courts, sont associés à des encarts documentaires.

La successivité fiction et documentaire : l’exemple d’« Archimède » (L’École des loisirs)

13La distinction entre récit de fiction et éléments documentaires est ici sans ambigüité : au long récit de fiction succède une partie strictement documentaire correspondant à un quart du volume fictif, intitulée « Pour en savoir plus ». Par exemple dans Les Enfants de la Révolution de Thibaud Guyon (2010), figure une chronologie de la Révolution française sous la forme de différentes reproductions de documents d’archives ou de tableaux, accompagnées chacune d’un court texte documentaire les glosant.

14Ce cas de figure se présente ailleurs, par exemple dans J’étais enfant en 193613 où la place accordée au texte est relativement mineure (37 pages) au regard de la part documentaire (60 pages) qui témoigne d’une visée clairement didactique. L’ouvrage est en effet organisé en deux parties successives : un texte de fiction de trente-sept pages, illustré de dessins en noir et blanc représentant des scènes emblématiques (occupation d’usine, départ en vacances en train, départ en vacances par la route, arrivée à la plage14) ; un dossier documentaire successivement constitué de vingt pages de photos d’époque légendées retraçant en images la geste du Front populaire, d’une chronologie détaillée de vingt et une pages de janvier 1934 jusqu’en septembre 1939, suivie de dix-neuf pages d’extraits d’articles de presse d’époque anti et pro Front populaire illustrés de caricatures.

15Ces choix tendent ainsi de résoudre la tension entre la nécessaire identification du jeune lecteur avec le héros, rôle du récit de fiction, et l’apport de connaissances concernant l’événement dont il est question, de manière à construire chez le jeune lecteur une mémoire de l’événement. Comme individus, les personnages permettent de personnaliser les événements et de scénariser une chronologie, alors que les apports informatifs visent à rendre compte de l’importance de l’événement dans l’Histoire collective en mettant en scène des entités collectives ou des groupes humains.

16Quels événements font l’objet des fictions jeunesse ?

Des périodes et des événements privilégiés

  • 15 Histoire d’en lire. Les fictions historiques et littérature jeunesse, http://www.histoiredenlire.co (...)
  • 16 La liste exhaustive retenue par le site figure en annexe.

17Un site spécialisé, « Histoire d’en lire15 », permet de déterminer les grandes tendances des fictions historiques destinées à la jeunesse dont il propose un inventaire. Les fictions retenues incluent divers genres (romans, albums, BD, docu-fictions). On observera au préalable que cet état des lieux (2006-2018, mise à jour du 28 juin 2018) n’est pas exhaustif même s’il est très régulièrement actualisé. Ces résultats constituent cependant à nos yeux un indicateur précieux de tendances générales. La recension du 28 juin 2018 fait état de 1 320 fictions historiques. L’observation de leur répartition montre des disparités. Nous respecterons ici le classement par périodes retenu par le site, ainsi que les entrées thématiques16 qui les constituent, étant bien entendu que classement et entrées (particulièrement hétérogènes puisqu’elles relèvent aussi bien d’événements que de personnages, d’aires géographiques…) peuvent être discutables. On remarquera en outre que certaines questions vives (les deux vagues de la colonisation, la décolonisation, l’immigration) ne sont pas répertoriées en tant que telles.

18La période la plus représentée est le « xxe siècle » (387 fictions), où sont traitées presque à volume égal les deux guerres mondiales (85 publications pour la première, 82 pour la seconde), suivies de la Shoah (59 publications) ; loin derrière, la Résistance (25 publications) et la guerre d’Algérie (20 publications). À l’inverse, deux publications sont recensées pour le conflit israélo-palestinien, cinq pour la guerre d’Espagne et le génocide rwandais, quatre pour Mai 68, trois pour le Front populaire et la guerre froide.

19Ces résultats sont cependant à nuancer, du fait d’une difficulté inhérente aux classements des ouvrages. En effet de nombreux titres mentionnés comme relevant de la Seconde Guerre mondiale traitent des crimes nazis – à titre d’exemple : Oradour la douleur de Rolande Causse (La Découverte, 2001), Le Premier des convois de Vanina Brière (Oskar, 2016) – ou de la Résistance : Le Passeur de Moque-Souris. Héros malgré lui, 1941-1942 de Philippe Barbeau et Christian Couty (Oskar, 2010). On peut donc considérer que de nombreux titres identifiés par le site comme « Seconde Guerre mondiale » relèvent de la déportation ou de la Résistance.

  • 17 Voir Beyron Violaine, « Le regard des écrivains français contemporains sur la guerre de décolonisat (...)

20Les publications sur la guerre d’Algérie (onze sur les vingt recensées sont publiées à partir de 2010) rendent compte de la très progressive et difficile reconnaissance dans la mémoire collective française de ce que furent réellement les « événements d’Algérie17 ». On constate par ailleurs une centration franco-française, qui focalise sur ce qui concerne très directement la France. Mais on peut noter aussi une étonnante minoration concernant Mai 68, dont c’est pourtant le cinquantième anniversaire en 2018, et le Front populaire, commémoré il y a deux ans.

21La deuxième période la plus représentée est la période moderne, avec 276 publications, dont le champion est Louis XIV (87 titres), suivi, dans une bien moindre mesure, de la Révolution française (35 titres), que caractérise depuis quelque temps la mise en scène d’héroïnes au sens genré du terme (tendance générale nouvelle et croissante) – par exemple La Révolution d’Aurore : 1793 aux côtés d’Olympe de Gouges, de Catherine Cuenca (Nathan, 2016) ; Sous la Révolution française : journal de Louise Médréac, 1789-1791 de Dominique Joly (Gallimard jeunesse, 2017).

  • 18 Boulaire Cécile, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses universitaires de R (...)

22Vient ensuite le Moyen Âge, dont les 217 publications se répartissent en thèmes multiples, mais dont le site n’identifie qu’un événement parmi de multiples thèmes, la guerre de Cent Ans (dont Jeanne d’Arc occupe une part importante des publications). Cécile Boulaire répertorie de son côté plus de 600 fictions ayant pour cadre le Moyen Âge parues depuis 1945, et met en évidence l’aspect convenu de ces fictions, qui renvoient à un imaginaire collectif et le renforcent, fait de chevaliers, de châteaux-forts, de tournois et de batailles18.

  • 19 Connan-Pintado Christiane, Lalagüe-Dumac Sylvie, Plissonneau Gersende, « Fictions historiques pour (...)
  • 20 Voir « La route de l’esclave » sur le site de l’Unesco, http://www.unesco.org/new/fr/social-and-hum (...)
  • 21 Les propos de Maryse Condé sont en ligne sur le site « Des enfants, une artiste, une œuvre : Chiens (...)

23Enfin, le xixe siècle, avec 134 titres, se signale par la domination de Napoléon (24) et la place de l’esclavage, croissante bien que peu élevée encore. Alors que l’esclavage commence, pour la France, au xviie siècle et atteint son apogée au xviiie, notons que le site le situe au xixe siècle : sur les dix titres répertoriés, le plus ancien date de 2005, cinq sont postérieurs à 2015. Tout comme la guerre d’Algérie, l’esclavage acquiert une place timide mais progressive dans la reconnaissance collective, ce que confirment Christiane Connan-Pintado, Sylvie Lalagüe-Dumac et Gersende Plissonneau19. Si leur tableau des romans historiques sur le thème de l’esclavage depuis 1969 comprend cinquante-huit titres, trente-neuf sont parus après 2001. Cette augmentation considérable s’explique notamment par un processus de reconnaissance officielle de la traite et de l’esclavage, qui commence, comme l’expliquent les auteures, par la résolution de l’Unesco en 1993 : celle-ci met en œuvre le projet « La route de l’esclave20 », proposé par Haïti et des pays africains, dans le but de mettre en lumière les modalités, les enjeux et les conséquences mondiales de la traite négrière. Mais en France le 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, en 1998, a clairement joué un rôle de catalyseur en amenant sur le devant de la scène une revendication communautaire, celle des afro-descendants ou descendants d’esclaves, qui estimaient que leurs ancêtres esclaves soumis ou rebelles, marrons, étaient effacés dans le régime mémoriel républicain dominant. Cette revendication communautaire s’est muée en pression politique et sociétale avec la loi Taubira (reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crime contre l’humanité, loi du 21 mai 2001), puis la création du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMH, 2004) dont l’une des missions était la mise en place d’actions de sensibilisation auprès du public (jeune et plus large). Ainsi Maryse Condé, comme le signalent les auteures, explique avoir écrit Chiens fous dans la Brousse (2008, Bayard Jeunesse) en tant que présidente du CNMH, afin de faire comprendre et entrer l’esclavage dans la mémoire collective des Français, la littérature de jeunesse en étant un vecteur privilégié21. Cet effet se traduit également dans les programmes scolaires successifs de l’école primaire : depuis 2002 les programmes d’histoire incluent la traite et l’esclavage, et les listes de référence en littérature pour le cycle 3 recommandent la lecture de Rêves amers, de Maryse Condé, (Bayard, 2001, republication de Haïti chérie, 1987), qui évoque le quotidien d’une petite domestique à Haïti, de Léon, de Léon Walter Tillage (L’École des Loisirs, 1999), autobiographie d’un militant noir né en 1936, ainsi que le récit de Jean-François Chabas, Trèfle d’or (Casterman, 2006), qui évoque la ségrégation dans l’Amérique des années vingt, et le roman d’Évelyne Brisou-Pellen, Deux graines de cacao (Hachette jeunesse, 2001), où l’on suit le voyage d’un enfant sur un bateau négrier jusqu’à une plantation en Haïti. La liste actualisée en 2017 pour les collégiens propose Le Labyrinthe vers la liberté, de Delia Sherman (Helium, 2014), qui rend compte du quotidien des esclaves dans une plantation. On notera cependant que les ouvrages de cette sélection retracent moins des événements qu’ils ne rendent compte d’un quotidien contextualisé, dans lequel les héros enfants vivent et surmontent des épreuves : c’est l’aspect identificatoire qui est ici favorisé. Si le romancier martiniquais Patrick Chamoiseau est recommandé dans les listes destinées au cycle 3 avec ses contes Le Commandeur d’une pluie suivi de L’Accra de la richesse (Gallimard, 2002), c’est aux élèves de lycée qu’est proposé L’Esclave vieil homme et le molosse (Gallimard, 1997).

24Pour ce qui concerne la Commune, sept titres seulement sont signalés.

25Pour le xxie siècle, ne sont décomptées que treize publications, soit un nombre trop mince pour que l’on puisse y distinguer des tendances révélatrices. On notera cependant qu’aucun des treize titres ne concerne l’histoire de la France, mais qu’ils s’intéressent à la crise grecque, aux printemps arabes, à la Cisjordanie, à la guerre en Syrie, à la jeune Prix Nobel Malala.

26Les récentes sélections du prix des Rendez-vous de l’Histoire de Blois confirment certaines de ces tendances : par exemple ont été primés en 2016, un ouvrage portant sur la guerre de 1914 (Didier Daeninckx et Pef, Maudite soit la guerre, Rue du monde, 2014), en 2018 deux titres traitant de l’esclavage (Serge Rubin, La Révolution dans la peau, Talents Hauts Éditions, 2016 et Alexandrine Civard, Les Robinsons de l’île Tromelin : l’histoire vraie de Tsimiavo, Belin, 2016, également récompensé en 2017 par le prix de littérature jeunesse de l’Unicef et qui s’intègre dans un regain d’intérêt historique et scientifique pour cet épisode à la fois tragique et romanesque : après un naufrage en 1761, des négriers abandonnèrent leurs esclaves malgaches sur une île proche de Maurice. Deux récits pour adultes sont parus sur le sujet (un roman d’Irène Frain, Les Naufragés de l’île de Tromelin, Michel Lafon, 2009 et une bande dessinée de Sylvain Savoia, Les Esclaves oubliés de Tromelin, Dupuis, 2015), ce qui montre, l’enfant soldat traité plus bas en étant un autre exemple, la convergence de préoccupations mémorielles qui réunit la littérature de jeunesse et la littérature pour adultes.

27Quant aux dernières sélections du ministère de l’Éducation nationale pour l’école primaire (2007 et 2013), elles comportent un titre sur la guerre de 1914-1918 (Pef, Zappe la guerre, Rue du monde, 2004), trois titres sur les camps (Gilles Rapaport, Grand-père, Circonflexe, 2002 ; François David, Une petite flamme dans la nuit, Bayard, 2004 ; Didier Jean, C’était écrit comme ça, 2 vives voix, 2010), un sur la Seconde Guerre (Tomi Ungerer, Otto. Autobiographie d’un ours en peluche, L’École des loisirs, 2002) et un sur la ségrégation et l’esclavage (Léon Walter Tillage, Léon, L’École des loisirs, 1999). On y trouve également la chanson de Jean-Baptiste Clément, Le Temps des cerises, sous la forme d’un album illustré par Philippe Dumas (L’École des loisirs, 2002) : la mention « P » (patrimonial) qui y est associée nous semble cependant désigner moins la période historique à laquelle renvoie la chanson, d’ailleurs écrite antérieurement, qu’à une chanson considérée comme appartenant au répertoire national. S’y ajoutent un roman sur le Moyen Âge d’une auteure devenue classique (Évelyne Brisou-Pellen, Le Vrai Prince Thibault, Rageot, 2006) ainsi qu’un roman historique se déroulant à Versailles, sur fond de Montespan et de complot contre la reine (Les Orangers de Versailles, d’Anne Pietri, Bayard, 2004). Hormis le Moyen Âge, les périodes représentées correspondent à l’un des thèmes à traiter en histoire dans les derniers programmes du cycle 3.

Une mémoire orientée

  • 22 Louichon Brigitte, « Introduction », dans Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions histori (...)

28Comme l’indique Brigitte Louichon22, le roman historique destiné à la jeunesse est, dès son origine, étroitement lié à des visées idéologiques, depuis les contes historiques de la monarchie de Juillet aux romans laïques de la Troisième République, en passant par le courant catholique sous le Second Empire.

  • 23 Bernard Claudie, Le passé recomposé. Le roman historique français du dix-neuvième siècle, Paris, Ha (...)

29La reconstruction du passé par la fiction historique23 est toujours révélatrice d’une idéologie, y compris dans la littérature de jeunesse, visible à travers les événements retenus.

30Nous venons en effet d’observer que certaines périodes historiques, le règne de Louis XIV, les deux guerres mondiales, la Shoah, la Résistance, et partant certains événements qui y sont associés, sont consacrées comme particulièrement dignes d’intérêt par diverses instances de légitimation : les éditeurs, comme les comités de prix littéraires et le prescripteur ministériel les instituent comme intéressantes et/ou utiles pour la formation des jeunes lecteurs et nécessaires à la constitution ou à la transmission d’une mémoire collective.

31Dès lors, plusieurs hypothèses permettent d’expliquer les disparités observées, et tout d’abord les périodes les plus représentées.

  • 24 Pérouse-Battelo Marie, Keller-Rahbe Edwige, Les représentations du xviie siècle dans la littérature (...)

32Selon Marie Pérouse-Battelo et Edwige Keller-Rahbé24 le grand succès des romans consacrés au xviie siècle, plus particulièrement à Louis XIV et à Versailles, s’explique par la convergence entre une logique de scolarisation (ces romans permettent d’entrer dans le programme d’histoire, et à ce titre sont à la fois approuvés par le prescripteur institutionnel et encouragés par les éditeurs) et un intérêt des jeunes lecteurs pour l’univers fascinant des fêtes et des intrigues de palais.

33Pour les événements tragiques du xxe siècle, plusieurs pistes sont à envisager :

  • la commémoration récente du Centenaire de la première guerre : quarante-cinq publications sur les quatre-vingt-cinq recensées sont postérieures à 2014 ;
  • le rôle du devoir de mémoire25 : cette formule, résultat d’un long processus sur le rôle de la mémoire entamé dès les années soixante, est apparue dans les années quatre-vingt, et désigne particulièrement la mémoire de la Shoah dans les années quatre-vingt-dix, ce qui a donné lieu à de très nombreuses publications en littérature de jeunesse ;
  • la place accordée depuis quelques années à la Résistance : j’ai analysé ailleurs la classicisation des poètes et montré que la Résistance jouit depuis quelques années en France d’une aura toute particulière, qui permet aux Français de se placer sous les auspices d’une histoire nationale dont il y a lieu d’être fier, ce qu’a entériné le choix de l’entrée de quatre figures de la Résistance au Panthéon en mai 2015 (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay) ; le poème d’Aragon consacré à l’Affiche rouge, « Strophes pour se souvenir », est par exemple devenu désormais incontournable dans les manuels de collège.
  • 26 Lantheaume Françoise, « Les difficultés de la transmission scolaire : le lien Algérie-France dans l (...)
  • 27 Beyron Violaine, « Le regard des écrivains français contemporains sur la guerre de décolonisation a (...)
  • 28 Sur ces questions, voir Richard-Principalli Patricia, « L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple (...)
  • 29 Site Ricochet, rubrique « Livres », mot clé immigration/émigration, https://www.ricochet-jeunes.org (...)

34Enfin l’esclavage et la guerre d’Algérie occupent une place de plus en plus visible dans cette production. Mais cette reconnaissance a des limites. Françoise Lantheaume montre par exemple qu’une nouvelle « grille de lecture introduit la compassion à la place de l’analyse historique et construit un système d’équivalences entre des acteurs entrant désormais tous dans la catégorie de victimes26 », au risque d’une décontextualisation et d’une universalisation problématiques, qui vont de pair avec une réhabilitation « de surface », comme l’observe de son côté Violaine Beyron27. Cette difficulté à proposer aux jeunes lecteurs des éléments de compréhension véritable du monde dans lequel ils vivent est une question fondamentale pour qui travaille sur la littérature de jeunesse. On peut par exemple observer cela chez l’auteure québécoise Suzanne Lebeau, référence du théâtre pour la jeunesse. Dans Le Bruit des os qui craquent (Éditions Théâtrales jeunesse, 2008), la terrible situation d’Elikia, enfant soldat bourreau et victime, est contextualisée de manière trop allusive pour que le jeune lecteur comprenne les enjeux politiques et sociohistoriques à l’œuvre, la pièce insistant sur un message d’espoir, la résilience possible. Or tout l’épitexte de la pièce (de très nombreux entretiens et commentaires de l’auteure) énonce très clairement les phénomènes à l’origine de cette situation, dont la responsabilité de l’Occident. Sa dernière pièce, destinée elle aux adultes, Chaîne de montage (éditions Théâtrales, 2014), consacrée aux disparitions des jeunes ouvrières mexicaines à Juarez, est construite comme la manifestation de la monstruosité de notre société ultralibérale, et constitue une enquête à charge. Il semble donc bien que ce soit à certaines conditions (une forme de stylisation, un ancrage contextuel lâche, le gommage délibéré d’informations politico-économiques, l’accent porté sur la résilience) que peut s’écrire l’événement à destination des enfants, de manière à répondre à une double contrainte, d’ordre cognitif et d’ordre moral, liée à l’âge des lecteurs28. C’est cette tendance compassionnelle que l’on observait de manière générale dans les parutions jeunesse sur les enfants soldats, taries maintenant que les feux de l’actualité éclairent la migration, désormais objet d’une publication croissante : la fuite et le voyage tragiques d’enfants migrants, sont traités dans de multiples ouvrages, par exemple La Traversée (Jean-Christophe Tixier, Rageot, 2018), Le Temps des miracles (Anne-Laure Bondoux, Bayard, 2018) ou L’Homme qui marche (Géraldine Elschne et Antoine Guillopé, L’Élan vert, 2018). Les textes de littérature jeunesse forgent ainsi à chaud une mémoire de la guerre en Syrie et des migrations africaines, au même titre que la littérature dite « générale » (on pense à Eldorado de Laurent Gaudé, Actes Sud, 2006) en mettant en avant les souffrances des jeunes victimes, mais en soulignant aussi leur capacité de résilience. Le site Ricochet, spécialisé en littérature de jeunesse francophone, recense les titres existants, proposant ainsi un corpus à analyser, ce qui ne peut être entrepris dans le cadre de cet article. Le Prix littérature jeunesse de l’Unicef consacré en 2018 au thème « Réfugiés et migrants, du déracinement à l’exil » offre de son côté une sélection pour des lecteurs d’âges différents29.

35À l’inverse s’observe une minoration des événements populaires dont la Révolution française constitue la matrice. Les événements révolutionnaires font l’objet actuellement d’une approche renouvelée par les historiens qui élargissent l’analyse au paradigme des révolutions atlantiques, notamment avec la guerre d’Indépendance des États-Unis ou au rôle respectif des autres États d’Europe. Au sein de cette nouvelle approche, les événements qui ont longtemps représenté la Révolution française, telle la prise de la Bastille, apparaissent comme symboliques, mais secondaires. Cependant, dans de nombreuses publications de jeunesse, une vision simplifiée de ces événements demeure le plus souvent, comme le montre l’étude de trois exemples. Elle se caractérise par :

  • un temps vectorisé : le 14 juillet 1789 est une date constitutive de l’identité nationale et de l’histoire républicaine. Elle constitue l’un de ces « grands événements » où selon Pierre Nora « il ne se passe rien » mais qui sont « immédiatement chargés d’un sens lourdement symbolique et qui sont à eux-mêmes, à l’instant de leur déroulement, comme leur commémoration anticipée30 ». Dans notre corpus, la prise de la Bastille correspond à la prise de pouvoir par les dominés, bouleversement anthropologique dont il est montré que rien ne pourra plus l’effacer. La Révolution française, issue de la fermentation souterraine de la révolte et de l’injustice, bouleverse la donne sociale et sociétale, et marque une nouvelle ère ;
  • une représentation simplifiée : le tiers-état faible et exploité est écrasé par la noblesse et le clergé, riches et insolents ; la Terreur est absente.
  • 31 Ibid., p. 9.

36Les œuvres contribuent souvent à une sorte de « légende dorée » de la Révolution, que construisent La Marseillaise, le drapeau tricolore, et des éléments plus modestes, comme le calendrier républicain, soit ce que Nora désigne comme « emblèmes flamboyants31 ».

  • 32 Burguière André, « D’une barricade à l’autre : Paris août 1944-Paris mai 1968 », La Revue Tocquevil (...)
  • 33 Beauvais Clémentine, « Transmettre Mai 68 : construction et paradoxes de l’idéal révolutionnaire à (...)

37Cette « mémoire à éclipse », fondée sur le principe de la sélection, dont André Burguière32 signale le caractère chronique, permet selon Clémentine Beauvais de fabriquer « le récit d’une nation en constante perfectibilité, que les révolutions viennent, chroniquement, aiguiller un peu plus vers une ultime et hypothétique complétude33 », comme le montre son étude de deux albums consacrés à Mai 68.

38Ce principe est également à l’œuvre pour la Commune. En plus des sept ouvrages recensés par le site « Histoire d’en lire », il convient d’ajouter trois romans consacrés à Louise Michel : Louise Michel d’Évelyne Morin-Rotureau (BPE bibliothèque pour l’école, 2002) ; Louise Michel, une femme libre de Lucile Chastre (Oskar jeunesse, 2009) et Louise Michel : « Non à l’exploitation » de Gérard Dhôtel (Actes Sud junior, 2010). Cette surreprésentation de Louise Michel dans la façon dont l’épisode de la Commune est rapporté met en évidence une forme d’héroïsation de personnages qui s’apparentent presque à des saints laïques.

  • 34 Schneider Anne, « De viris illustribus : l’histoire racontée par les grands hommes », dans Louichon(...)

39Ainsi les « hagiographies laïques34 » par lesquelles la littérature de jeunesse aborde souvent l’histoire mettent en évidence une mémoire particulière et discutable des événements. La fiction historique de jeunesse prend en effet souvent la forme de « récits de vie », c’est-à-dire de biographies, qui rendent compte du parcours, depuis l’enfance, de personnages présentés comme d’exception, par leur courage, leur énergie, leur lucidité, leurs convictions, qui les ont menés à agir pour le bien de tous sans jamais renoncer, quitte à en mourir, par exemple dans la collection « Récits d’histoire » (Oskar jeunesse). Cette vision, qui n’est pas propre à la littérature de jeunesse, est récusée par certains historiens, notamment ceux de l’École des annales, qui insistent sur les forces agissantes profondes et sur le rôle des anonymes. Si elle semble conforme à la vision traditionnelle des « hommes illustres », il nous faut néanmoins nuancer ce constat : les personnages mis en scène sont à la fois essentialisés et saisis dans un contexte social où de multiples micro actions et soutiens émanant d’autres personnages leur permettent de s’accomplir pour le bien commun. Cette tension entre une forme de « roman national » et la complexité de l’événement historique est à nos yeux d’autant plus puissante en littérature de jeunesse qu’elle est redoublée par la tension qui lui est propre et qu’on a exposée plus haut : le lecteur trouve matière à s’identifier au personnage, dont le parcours commence à l’enfance, tout en ayant des éléments de compréhension du contexte historique présenté.

  • 35 Voir Grenouillet Corinne, « Mémoire de l’événement ouvrier : témoignages et romans français de la d (...)
  • 36 Prost Antoine, « La centralité perdue de la classe ouvrière », Autour du Front populaire. Aspects d (...)
  • 37 Ibid., p. 8.

40Si la Commune est sous représentée, il en est de même du Front populaire, dont la commémoration récente n’a donné lieu à aucune publication en littérature de jeunesse (et a entrainé essentiellement des republications en littérature générale). Il y a d’évidence une transmission mémorielle faible pour cet événement, manifestation d’un monde ouvrier aujourd’hui considéré comme révolu35 : loin d’être un champ autonome, la littérature de jeunesse traduit les mouvements et les choix profonds de la société qui la produit, au même titre que la littérature générale. Or Antoine Prost36 le rappelle : si l’expression « la classe ouvrière » circulait dans les années cinquante « avec l’évidence de ce qui va de soi »37, portée par la force d’un PCF alors tout puissant, depuis, la réalité sociologique et socioculturelle de la classe ouvrière, composée de plus en plus d’immigrés à partir des années soixante-dix, a changé, et avec elle la conception et la mémoire de cette classe ouvrière ; le PCF, n’ayant pas pris en compte ces changements, n’existe plus guère comme force politique. Aujourd’hui l’ouvrier, devenu transparent, a disparu du discours politique, qui en outre met désormais en cause tous les acquis sociaux rattachés au Front populaire au nom d’une libéralisation nécessaire. Autant dire que le Front populaire a toutes les caractéristiques de « l’ancien monde » décrié par les politiciens actuels, et qu’il a vocation à disparaitre de la mémoire collective qu’il importe de former à une toute autre idéologie.

  • 38 Ce corpus a été constitué par le dépouillement des catalogues d’éditeurs et de sites spécialisés.

41Cinq ouvrages consacrés au Front populaire38 (le site « Histoire d’en lire » en mentionne trois), auquel s’ajoute un très court récit publié dans un magazine, ont été publiés entre 1996 et 2013 : J’étais enfant en 36 de Roger Bordier (Le Temps des Cerises, 1996) ; Dans les jardins d’mon père de Robert Bigot (Actes Sud Junior, 2000) ; Le Fils de mon père d’Évelyne Brisou-Pellen (Hachette, 2003) ; La Mer en vrai : 1936, les premiers congés payés de Bertrand Solet (Rue du monde, 2006) ; Quand la révolte gronde d’Anne Lecap (Flammarion Jeunesse, 2011), 1936 : les premières vacances de P’tit Louis d’Agnès Aziza (Histoires vraies, no 228, mai 2013).

42Si les six publications du corpus témoignent de la souplesse générique que prend le récit historique lorsqu’il s’adresse à de jeunes lecteurs, elles témoignent aussi, et surtout, de la place de l’idéologie dès lors que l’on écrit l’Histoire, fût-ce pour un lectorat jeunesse. Le positionnement politique ou axiologique des auteurs, plus ou moins visible, et en grande partie lié à leur génération, est déterminant dans le traitement de la période et subsume les différences génériques, générationnelles et genrées. On distingue ainsi ceux qui rendent compte d’une adhésion absolue aux luttes alors menées qu’ils exaltent : J’étais enfant en 36 de Roger Bordier, Dans les jardins d’mon père de Robert Bigot, La Mer en vrai : 1936, les premiers congés payés de Bertrand Solet et Quand la révolte gronde d’Anne Lecap. Outre Anne Lecap, professeure d’histoire, née dans les années soixante-dix, qui rend hommage aux « passeurs de mémoire » dans ses remerciements et qui se situe dans cette même lignée avec un roman dont la construction narrative et énonciative exalte cet événement, trois des auteurs – Robert Bigot (1933-2015), Roger Bordier (1923-2015) et Bertrand Solet (1933-2017) sont des hommes d’une génération née dans les années trente fortement politisée ou à tout le moins engagée, qui a connu l’apogée du Parti communiste français ; ils représentent, par leur vie singulière, l’histoire du xxe siècle dont ils ont connu tous les tumultes. Le Front populaire, au même titre que la Révolution française ou la Commune, fait partie de la geste populaire qui a inspiré l’essentiel de leurs publications, destinées ou non à la jeunesse. Leurs éditeurs sont eux-mêmes des éditeurs militants ou humanistes. Le Front populaire y apparaît implicitement ou explicitement comme une étape dans le mouvement impulsé par la Révolution française, dans l’espoir d’un avenir meilleur même s’il n’est pas encore advenu : dans La Mer en vrai par exemple, construit sur un système d’écho entre notre époque et celle de 1936, l’évocation du Front populaire permet de regarder notre société selon une perspective diachronique, en mettant à nu les processus d’exclusion et en indiquant que d’autres combats sont à mener. À l’inverse les deux autres auteures racontent un juste combat pour des mesures sociales, mais n’en font pas leur objectif premier.

  • 39 Nora Pierre, « L’événement monstre », Communications, no 18, L’événement, Paris, Seuil, 1972, p. 16 (...)
  • 40  Voir par exemple l’article de Letilleul Frédérique, « Mai 68 raconté aux enfants en littérature je (...)

43Comme l’observe Pierre Nora, la médiatisation constitua Mai 68, ce « festival de la parole agissante », comme « événement monstre39 ». Celui-ci a donné lieu à une trentaine de (re)publications jeunesse qui incluent des documentaires mais également des romans qui ont à voir avec Mai 68 de façon parfois assez lâche40. Nous nous arrêterons brièvement sur les deux ouvrages étudiés par Clémentine Beauvais, Véro en mai, de Pascale Bouchié et Yvan Pommaux (L’École des loisirs, 2008), et Tous en grève ! Tous en rêve ! d’Alain Serres et Pef (Rue du monde, 2008) et sur les deux publications de fiction récentes mentionnées par le site « Histoire d’en lire » : La Véritable histoire de Marianne qui vécut la grève de 1968 de Pascale Bouchié (Bayard jeunesse, 2018) et Martin perché de Christian de Montella (L’École des loisirs, 2018). Selon Clémentine Beauvais, l’idéal révolutionnaire s’y réactualise, avec deux éléments forts (des « emblèmes », si l’on reprend la désignation que Pierre Nora utilise pour la Révolution française) : des barricades inspirées par le tableau de Delacroix, La Liberté guidant le peuple, et la figure terrifiante du CRS. Ces productions participent toutes d’une forme de mythification de Mai 68.

44Ainsi, ce qui caractérise la plus grande partie des œuvres consacrées aux révoltes populaires, minoritaires dans la production jeunesse, est une initiation d’ordre politique du jeune héros, sans aucun doute liée aux auteurs qui les écrivent et aux éditeurs qui les publient : on l’a vu, les auteurs et les éditeurs jouent un rôle capital dans ce qui est considéré comme devant ou non contribuer à la mémoire collective.

45Dans ces conditions, quelle mémoire et quelle représentation de l’avenir la fiction historique de jeunesse contribue-t-elle à construire chez les jeunes lecteurs, qui deviendront les citoyens de demain ?

Deux approches opposées

  • 41 Beauvais Clémentine, « Transmettre Mai 68 : construction et paradoxes de l’idéal révolutionnaire à (...)

46La littérature de jeunesse est considérée comme généralement conservatrice, car envisageant le « futur citoyen comme toujours déjà soumis à une distribution des pouvoirs visant à se perpétuer41 ».

47L’examen de diverses collections met cependant en évidence deux tendances différentes dans la représentation de l’Histoire et des événements, qui nuance cette représentation de l’édition jeunesse : une vision vectorisée par l’idée de progrès et d’avenir vs une vision patrimonialisée où l’événement est enclos dans un passé que le présent ne vient jamais contaminer.

48Pour illustrer le premier cas, on prendra l’exemple de trois collections, dont les deux premières tiennent du genre biographique, « Récits d’histoire » (Oskar jeunesse), « Ceux qui ont dit non » (Actes sud) et « Histoire d’histoire » (Rue du monde).

49Dans « Récits d’histoire », les personnages principaux, appartenant essentiellement au xxe siècle, se caractérisent par leur courage et leur engagement sans faille, qui les mène souvent aux pires épreuves sinon à la mort : Lucie et Raymond Aubrac, Jaurès, Ben Bella, Lumumba, Gandhi, Toussaint Louverture, Martin Luther King, Mandela, Korzcak, Jean Moulin, Louise Michel, Rosa Parks, Ilga Nacic, Germaine Tillion, Marie-Claude Vaillant-Couturier, Geneviève de Gaulle, etc. Ils incarnent l’alliance entre l’individuel et le collectif, l’événement qui en est la condition concernant à chaque fois un combat contre l’injustice sociale ou politique, qui a produit des effets encore perceptibles aujourd’hui. De la même manière, la collection « Ceux qui ont dit non », créée en 2008, destinée à des enfants à partir de 12 ans, se définit comme une « collection de romans historiques destinée à éveiller l’esprit de résistance en offrant des récits de vie de figures fortes qui ont eu un jour le courage de se révolter pour faire triompher la liberté ou la justice. ». Ces figures fortes, souvent méconnues du grand public, ont en effet toutes défié l’ordre établi dans leur action pour le bien commun, d’Abd el Kader à Gabriel Mouesca et Lounès Matoub (parutions 2018), d’Angela Davis à Jacques Prévert et Chico Mendes ou Leonard Peltier (parutions 2017).

50« Histoire d’histoire » rend moins compte de personnages remarquables et héroïques, que d’événements collectifs, par exemple le bombardement d’Hiroshima (Hiroshima, deux cerisiers et un poisson-lune d’Alain Serres), les premiers congés payés (La Mer en vrai de Bertrand Solet), Mai 68 (Tous en grève ! Tous en rêve ! d’Alain Serres), la prise de la Bastille (Colas veut prendre la Bastille (Série La Révolution française, tome I) de Bertrand Solet, 2009).

51Ces trois collections illustrent donc une vision de l’Histoire en mouvement, constituée d’événements dont les effets se propagent aujourd’hui, illustrée par des personnages parfois très contemporains, dans une vision vectorisée d’un temps orienté vers un avenir meilleur.

52À l’opposé, d’autres collections, comme « De vie en vie » (2003-2011), de Milan jeunesse, destinée aux plus de dix ans, proposent des figures présentées de manière consensuelle, souvent éloignées dans le temps, majoritairement masculines (par exemple Darwin, Einstein, Freud, Galilée, Gandhi, Victor Hugo, Jésus, Louis XIV, King, Marco Polo, Molière, Coco Chanel, Marie Curie, Nefertiti, etc.), acteurs d’événements ou de changements paraissant clos et refermés.

53Ces tendances se retrouvent dans le magazine de vulgarisation historique Histoires vraies, qui consacre chaque mois un grand récit à une figure historique. Il s’agit le plus souvent d’un personnage ou d’un événement éloigné dans le temps, donc garanti contre l’obsolescence et les effets de mode, comme le montre l’accroche au lecteur, l’événement retenu étant de nature et d’importance variables : « Chaque mois il retrouve dans son magazine un dossier autour d’un grand personnage historique ou d’un événement important : César, Jules Verne, Sissi, Joséphine, la découverte des grottes de Lascaux, le mystère des momies égyptiennes, la construction de la tour Eiffel… » Les personnages et les événements retenus par le magazine vulgarisent de manière plaisante et vivante à l’intention des enfants des représentations collectives déjà constituées, relevant d’un passé plus ou moins lointain, comme encloses dans une sorte de hors-temps.

54Cette vision du passé peut être interprétée comme la manifestation de ce mouvement de fond analysé par Pierre Nora42, la « rupture d’un temps historique » jusqu’alors vectorisé par l’idée révolutionnaire du progrès à venir, qui se traduit selon lui à partir des années 1975 par une représentation patrimoniale du passé, sans avenir et à tout jamais séparé du présent.

55La fiction historique est un ensemble important de la production jeunesse, qui répond à la fois aux besoins des jeunes lecteurs (identification, construction de connaissances) et à la mémoire collective nécessairement politique que la société entend édifier ou transmettre. De ces contraintes découlent des choix génériques : le lecteur doit pouvoir s’identifier aux personnages, mais l’hybridation de la fiction et du documentaire est particulièrement fréquente ; le récit de vie, variante de la biographie, est une forme importante du récit historique de jeunesse pour aborder les événements à travers un personnage envisagé selon un destin exemplaire.

  • 43 Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, « La lib (...)
  • 44 Perrin Raymond, Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du xxie siècle. Esquisse d’un (...)
  • 45 Selon ses déclarations, l’éditeur Oskar se veut utile pour les jeunes lecteurs, en ce qu’ils doiven (...)
  • 46 Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

56Car la littérature de jeunesse, comme toute production culturelle, est le lieu de convergence d’enjeux sociétaux et politiques multiples, qui se traduisent aujourd’hui par exemple par la sélection d’événements liés au « devoir de mémoire », par l’émergence progressive de la guerre d’Algérie et de l’esclavage correspondant à la reconnaissance officielle de situations longtemps niées, par la disparition croissante des événements populaires incompatibles avec une représentation libérale du monde. Elle rend compte aussi du régime d’historicité dominant selon François Hartog43 depuis la chute du mur, en 1989, le présentisme, qui a évacué le futur. Au-delà du « politiquement correct » évoqué par Raymond Perrin44, en relèvent les publications qui proposent une vision patrimoniale du passé, autarcique, consensuelle et… masculine. Mais une autre tendance existe ; elle correspond à des éditeurs revendiquant un projet éthique et/ou militant45. Les personnages, engagés, établissent un continuum entre le passé, le présent et l’avenir, et les femmes y jouent un rôle important : la mémoire de l’événement est sans doute appelée à se féminiser dans les années qui viennent, et à rompre ce que Michelle Perrot désignait comme le « silence de l’Histoire46 ». Le domaine de la littérature de jeunesse est ainsi le lieu de confrontation de deux tendances mémorielles : l’une, militante et engagée, l’autre, consensuelle et conservatrice. Se joue alors une « bataille de mémoires » qui actualise deux grandes options politiques antagonistes et révèle que la littérature de jeunesse constitue un enjeu de transmission et de mémorisation, par les plus jeunes, de certains événements au détriment d’autres.

Annexes

Périodisation et entrées retenues par le site « Histoire d’en lire »

Histoire générale

Préhistoire

Animaux préhistoriques
Les grottes
L’âge de pierre
Le néolithique
Autres

Antiquité

Chine antique
Égypte ancienne
Rome antique
Mythologie grecque
Grèce antique
Gaule
Autres

Moyen Âge

Moyen-Orient
L’Europe
L’Asie
Les découvertes
La guerre de Cent Ans
L’architecture
Les chevaliers
La religion
La sorcellerie

Époque moderne

La Renaissance
Louis XIV
Louis XV
Louis XVI
Les guerres de religion
La Révolution française
À l’étranger

xviiie siècle

Autres

xixe siècle

Napoléon Bonaparte
L’Amérique
La Commune
Paris
La révolution industrielle
Les découvertes et explorations
L’esclavage
Autres

xxe siècle

Le naufrage du Titanic
La guerre
La Première Guerre mondiale
Le Front populaire
La guerre d’Espagne
La Seconde Guerre mondiale
La Shoah
La Résistance
La guerre froide
La guerre d’Algérie
Mai 68
En Amérique
Les Balkans
Le conflit israélo-palestinien
Le génocide rwandais
Autres

xxie siècle

La guerre en Irak
L’Afghanistan
Terrorisme
Autres

Notes

1 Prince Nathalie, La Littérature de jeunesse, Malakoff, Armand Colin, « U : Lettres », 2010.

2 Winock Michel, « Qu’est-ce qu’un événement ? », L’Histoire, no 268, 10 jours qui ébranlèrent le monde, 2002.

3 Cet article reprend et synthétise pour partie des travaux antérieurs : Richard-Principalli Patricia, « Écrire l’histoire avec les figures féminines, quels enjeux ? L’exemple de la collection “Société et histoire”, “Oskar édition” », dans Schneider Anne (dir.), Enjeux mémoriels en littérature de jeunesse : comment raconter l’histoire aux enfants ?, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, à paraître en 2021 ; Richard-Principalli Patricia, « Le Front populaire dans les récits historiques pour la jeunesse », Amnis, no 16, Écrire l’histoire pour la jeunesse, 2017, DOI : 10.4000/amnis.3033 ; Richard-Principalli Patricia, « Le récit historique destiné aux enfants à travers l’exemple du magazine Histoires vraies : réinventer le passé ? », dans Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, « Études sur le Livre de Jeunesse », 2016, p. 205-228 ; Richard-Principalli Patricia, « La Révolution française racontée aux enfants. La co-construction d’un mythe fondateur dans des albums de jeunesse mi-fictionnels mi-documentaires », dans Dumortier Jean-Louis, Granata Veronica, Raxhon Philippe, Van Beveren Julien (dir.), Devoir de mémoire et pouvoir des fictions, Namur, Presses universitaires de Namur, « Diptyque », 2015, p. 241-262 ; Richard-Principalli Patricia, « Aragon dans les manuels de l’école et du collège : un auteur “classique” ? », dans Richard-Principalli Patricia, Caulet Erwan, Grenouillet Corinne (dir.), Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet no 15. Aragon trente ans après, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2014, p. 43-53 ; Richard-Principalli Patricia, Fradet Marie-Françoise, « “Histoire d’histoire”, une collection d’albums historiques composites : quelles caractéristiques et quels apprentissages en français ? », Repères, no 48, Fictions historiques en classe de français, 2013, p. 85-101.

4 Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit. Dans l’introduction, Brigitte Louichon rappelle que le genre historique arrive en tête des genres de romans appréciés pour l’ensemble de la population, et en troisième position pour les jeunes de 15 à 19 ans, selon l’étude de Donnat Olivier, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La Découverte/ministère de la Culture et de la Communication, 2009, http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/histoire.php.

5 Cariou Didier, « Littérature de jeunesse et enseignement de l’histoire au cycle 3 », Repères, no 45, Œuvres, textes, documents : lire pour apprendre et comprendre à l’école et au collège, 2012, p. 163-180, p. 164.

6 Dumortier Jean-Louis, Granata Veronica, Raxhon Philippe, Van Beveren Julien (dir.), Devoir de mémoire et pouvoir des fictions, Namur, Presses universitaires de Namur, « Diptyque », 2015, p. 11.

7 Jouve Vincent, L’effet-personnage dans le roman, Paris, Presses universitaires de France, « Écriture », 1998.

8 Bettelheim Bruno, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Robert Laffont, « Réponses », 1976.

9 Reuter Yves, « L’importance du personnage », Pratiques, no 60, Le personnage, 1988, p.18.

10 Jouve Vincent, L’effet-personnage dans le roman, op. cit.

11 Louichon Brigitte, « Lecture du roman historique. L’exemple de Deux graines de Cacao », dans Van Beveren Julien (dir.), Littérature, langue et didactique. Hommages à Jean-Louis Dumortier, Namur, Presses universitaires de Namur, « Dyptique », 2014, p. 173-187. Voir aussi plus loin, concernant l’esclavage dans la littérature de jeunesse.

12 Deleplace Marc, « Le récit comme accès à la connaissance historique. Réflexions didactiques sur le récit historique », Pratiques, nos 133-134, Récits et disciplines scolaires, 2007, p. 33-53, p. 35.

13 Bordier Roger, J’étais enfant en 36, Paris, Le Temps des cerises, 1996. 

14 Le site du dessinateur, Christian Goux, en propose des exemples : http://www.goux-bd.com/57-christian-goux-bd-illustrations-romans-illustres-j-etais-enfant-en-1936.html (consulté le 19 avril 2017).

15 Histoire d’en lire. Les fictions historiques et littérature jeunesse, http://www.histoiredenlire.com/ (consulté le 28 juin 2018).

16 La liste exhaustive retenue par le site figure en annexe.

17 Voir Beyron Violaine, « Le regard des écrivains français contemporains sur la guerre de décolonisation algérienne », dans Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit., p. 103-124. Voir également Schneider Anne, La littérature de jeunesse migrante. Récits d’immigration de l’Algérie à la France, Paris, L’Harmattan, « Espaces littéraires », 2013.

18 Boulaire Cécile, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2003.

19 Connan-Pintado Christiane, Lalagüe-Dumac Sylvie, Plissonneau Gersende, « Fictions historiques pour la jeunesse, passages obligés, chemins singuliers. L’exemple complexe des récits d’esclavage », dans Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit., p. 229-255. Ces auteures poursuivent leur travail pour un ouvrage en cours d’écriture consacré aux enjeux mémoriels et littéraires de l’esclavage dans la littérature de jeunesse.

20 Voir « La route de l’esclave » sur le site de l’Unesco, http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/slave-route/ (consulté le 5 septembre 2018).

21 Les propos de Maryse Condé sont en ligne sur le site « Des enfants, une artiste, une œuvre : Chiens fous dans la brousse de Maryse Condé », http://www.desenfants-unartiste-uneoeuvre.com/Dossier%20de%20Presse%20Des%20enfants%20un%20artiste%20une%20oeuvre%20avec%20Maryse%20Conde.pdf (page consultée le 5 septembre 2018, elle n’existe plus en 2019).

22 Louichon Brigitte, « Introduction », dans Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit.

23 Bernard Claudie, Le passé recomposé. Le roman historique français du dix-neuvième siècle, Paris, Hachette supérieur, « Hachette Université. Recherches littéraires », 1996.

24 Pérouse-Battelo Marie, Keller-Rahbe Edwige, Les représentations du xviie siècle dans la littérature pour la jeunesse contemporaine : patrimoine, symbolique, imaginaire, Tübingen, Gunter NarrVerlag, 2012.

25 Voir Ledoux Sébastien, Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions, 2016.

26 Lantheaume Françoise, « Les difficultés de la transmission scolaire : le lien Algérie-France dans les programmes d’histoire et les manuels en France au xxe siècle », dans Abécassis Frédéric, Boyer Gilles, Falaize Benoît, Meynier Gilbert, Zancarini-Fournel Michelle (dir.), La France et l’Algérie : leçons d’histoire. De l’école en situation coloniale à l’enseignement du fait colonial, Lyon, INRP, « Éducation, histoire, mémoire », 2008, p. 226.

27 Beyron Violaine, « Le regard des écrivains français contemporains sur la guerre de décolonisation algérienne », Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit., p. 103-122.

28 Sur ces questions, voir Richard-Principalli Patricia, « L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple de Suzanne Lebeau », dans Hervouët Claudine, Milkovitch-Rioux Catherine, Songoulashvili Catherine, Vidal-Naquet Jacques (dir.), Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (xxe-xxie siècles), Paris, BNF littérature jeunesse, 2013, p. 144-157 et « L’œuvre “engagée” de Suzanne Lebeau à la croisée des publics : quelle spécificité des œuvres de théâtre de jeunesse ? », dans Côté Cour(s), colloque international « Théâtre jeune public, et éducation artistique et culturelle : état et avancée des recherches », La Minoterie, Dijon, 1-3 juin 2016, actes à paraître en 2021.

29 Site Ricochet, rubrique « Livres », mot clé immigration/émigration, https://www.ricochet-jeunes.org/livres. Site My France, « Prix Unicef de littérature jeunesse 2018 », 2018, https://my.unicef.fr/contenu/prix-unicef-de-litterature-jeunesse-2018.

30 Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, t. 1, Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, p. 39.

31 Ibid., p. 9.

32 Burguière André, « D’une barricade à l’autre : Paris août 1944-Paris mai 1968 », La Revue Tocqueville, no 30, vol. 2, 2009, p. 131-161.

33 Beauvais Clémentine, « Transmettre Mai 68 : construction et paradoxes de l’idéal révolutionnaire à travers l’album jeunesse contemporain », Strenæ, no 5, Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin, 2013, DOI : 10.4000/strenae.1006 (consulté le 30 juin 2018).

34 Schneider Anne, « De viris illustribus : l’histoire racontée par les grands hommes », dans Louichon Brigitte, Brehm Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit., p. 171-186.

35 Voir Grenouillet Corinne, « Mémoire de l’événement ouvrier : témoignages et romans français de la désindustrialisation au xxie siècle », p. 231-163 de ce volume.

36 Prost Antoine, « La centralité perdue de la classe ouvrière », Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social au xxe siècle, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2006, p. 7-16.

37 Ibid., p. 8.

38 Ce corpus a été constitué par le dépouillement des catalogues d’éditeurs et de sites spécialisés.

39 Nora Pierre, « L’événement monstre », Communications, no 18, L’événement, Paris, Seuil, 1972, p. 162-172.

40  Voir par exemple l’article de Letilleul Frédérique, « Mai 68 raconté aux enfants en littérature jeunesse - Liste de 25 livres », Lire sous le Tilleul, 2018, http://www.liresousletilleul.com/2018/04/cinquantenaire-mai-68-litterature-jeunesse.html (consulté le 30 juin 2018).

41 Beauvais Clémentine, « Transmettre Mai 68 : construction et paradoxes de l’idéal révolutionnaire à travers l’album jeunesse contemporain », art. cité.

42 Nora Pierre, « L’avènement mondial de la mémoire », Eurozine, 2002, https://www.eurozine.com/lavenement-mondial-de-la-memoire/ (consulté le 30 juin 2018).

43 Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, « La librairie du xxie siècle », 2003.

44 Perrin Raymond, Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du xxie siècle. Esquisse d’un état des lieux, enjeux et perspectives, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 377.

45 Selon ses déclarations, l’éditeur Oskar se veut utile pour les jeunes lecteurs, en ce qu’ils doivent non seulement apprendre mais aussi réfléchir avec les livres lus. Les publications d’Actes sud se caractérisent par une démarche ambitieuse d’éveil à la citoyenneté, comme le signale le site de l’éditeur.

46 Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

Auteur

Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique, éducation et formation (LIRDEF), université de Montpellier

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site