Versione classicaVersione mobile

L’Europe en automobile

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Guy Ducrey

V. Discours critique et politique

Mirbeau et le discours anticolonialiste dans La 628-E8

Christopher Lloyd

Testo integrale

  • 1 « Colonisons », Le Journal, 13 novembre 1892, repris dans Contes cruels, édition établie par P. Mi (...)
  • 2 Ibid., p. 270.
  • 3 Contes cruels, éd. citée, t. I, p. 340.

1En 1892 déjà (et contrairement à l’actuel président de la ve République), Octave Mirbeau affirmait que « l’histoire des conquêtes coloniales sera la honte à jamais ineffaçable de notre temps1 ». La mission civilisatrice n’était-elle qu’un prétexte hypocrite pour déguiser un projet spoliateur, voire génocidaire ? La volonté de dénoncer et de démasquer les excès commis par les représentants de l’ordre établi (en l’occurrence, le missionnaire tartufe, le « soldat égorgeur », le « Shylock rançonnier2 ») est presque un réflexe chez Mirbeau, même si sa dénonciation de l’exploitation systématique des pays colonisés montre une prescience louable, qui l’allie aux critiques mieux connus du milieu du xxe siècle (tels Fanon, Sartre ou Orwell). Bien que Mirbeau ne soit pas le seul écrivain de la Belle Époque à dépister la « barbarie européenne » dans des pays qu’il n’a jamais visités, il me semble que le véritable intérêt sinon l’originalité de son discours anticolonialiste réside moins dans le travail journalistique qu’il a dû accomplir pour s’informer et pour construire un réquisitoire plausible que dans une complicité beaucoup plus troublante, dans ce qu’il appelle (vingt ans avant La 628-E8, dans « Maroquinerie », 1887) « la sensation très intense d’une indéfinissable horreur3 ». Malgré sa perception de l’injustice sociale et raciale, Mirbeau n’est ni un pamphlétaire ni un réformateur (contrairement à des activistes contemporains comme Casement, Morel, Conan Doyle ou Pierre Mille) ; il est sans doute plus proche d’autres créateurs littéraires comme Conrad et Twain, en ce sens que leur engagement passe par l’imaginaire et la rhétorique, plutôt que par l’action directe. Cependant, chez Mirbeau, l’horreur conradienne devant le cœur des ténèbres est concrétisée et rendue beaucoup plus explicite ; comme Twain, Mirbeau n’hésite pas à en tirer des effets fantaisistes et satiriques. J’essaierai donc dans ces remarques de cerner les complexités esthétiques, affectives et idéologiques qu’on décèle derrière la posture apparemment humanitaire de Mirbeau, avant de revenir à des points de comparaison possible avec d’autres écrivains.

  • 4 Toutes les références abrégées renvoient à l’édition critique de La 628-E8 établie par P. Michel, (...)

2La 628-E8, on l’a souvent remarqué, est un ouvrage hybride et paradoxal, difficile à situer génériquement et thématiquement. Récit de voyage, autofiction et fiction automobile, où l’auteur se cache tout en prétendant s’exhiber, voyager « à travers un peu de moi-même4 ». Alors que les pages dédiées à Fernand Charron sont signées Octave Mirbeau, le narrateur du récit garde l’anonymat. Qui est-il ? De quoi vit-il ? Qui sont ses compagnons, masqués par des initiales, ou les femmes qui les accompagnent, réduites à de vagues présences féminines ? En même temps, Mirbeau établit une équivalence déroutante entre personnages historiques et personnages fictifs : le mercanti Léopold II est comparé à Isidore Lechat, le père Ubu est le modèle parfait des empereurs et des rois. Selon l’édition critique établie par Pierre Michel, d’autres personnages présentés comme des individus réels (Weil-Sée, Von B., Albert D.) n’ont jamais existé, ou sont des amalgames fictifs dont certains traits sont empruntés à des amis de l’auteur. Et si Mirbeau a censuré les pages consacrées au ménage à trois infernal de Balzac, Mme Hanska et Jean Gigoux, est-ce parce que cet épisode est trop près ou trop loin de la vérité biographique ?

3La 628-E8 est une célébration de l’automobile, objet fétiche du xxe siècle, comme l’annonce ce titre éponyme. Cette « fabuleuse licorne » est un moyen d’évasion non seulement spatiale et géographique mais aussi historique et idéologique, qui permet à ses passagers d’échapper aux contraintes de la vie quotidienne tout en observant « les beautés de la nature, les diversités de la vie et les conflits de l’humanité » (p. 288). Pourtant, cette liberté s’achète à un prix élevé, car l’auto sème la destruction le long de son chemin, comme le montre le chapitre intitulé « La Faune des routes » : chiens écrasés, chevaux affolés et paysans terrorisés par cette « belle force Force aveugle et brutale qui ravage et détruit » (p. 505). Une petite paysanne broyée est « une martyre du progrès » (p. 507), sacrifiée inévitablement à l’automobilisme, du moins selon le maître du véhicule qui vient de la tuer ; malgré le cynisme excessif de ses propos, on a l’impression que Mirbeau partage ce point de vue, puisque son narrateur offre une place dans sa propre voiture à ce « parfait chauffeur ». Tout automobiliste appartient donc à une caste privilégiée, est pris dans un système de destruction et d’exploitation assez proche du rapport entre colonisateur et colonisé. Si vulnérable qu’il soit aux déprédations des mécaniciens et douaniers peu scrupuleux, le propriétaire d’une automobile est forcément un homme riche, un consommateur qui bénéficie (inconsciemment peut-être) de la souffrance des peuples colonisés. Cette complicité involontaire est soulignée par la phrase lapidaire : « du sang nègre poisse à tous nos pneus » (p. 379). La licorne et ses cavaliers vivent de sacrifices humains ; le chauffeur européen est le complice du servage africain.

4Le sujet ostensible de La 628-E8 est un voyage à travers la France, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne qui eut lieu en avril-mai 1905. Malgré la structure décousue du récit (qui accumule digressions et détours, provocations et essais anecdotiques, tout en se moquant ouvertement du didactisme touristique), c’est peut-être le passage des frontières (réelles ou figuratives) qui lui donne une certaine cohérence ou cohésion. Frontières entre les pays, non seulement européens, mais aussi entre pays impérialistes et pays conquis, ces derniers étant géographiquement éloignés mais constamment présents dans d’innombrables références à des objets ou des êtres exotiques, importés ou dépaysés, qui créent des liens économiques, culturels et moraux entre l’observateur et ce qu’il voit ou entend, entre la perspective dominatrice ou détachée du narrateur et les peuples assujettis (indigènes, immigrés, paysans). On pourrait dire que Mirbeau est très sensible aux effets néfastes ou enrichissants de la mondialisation avant la lettre, très conscient d’un clivage entre une minorité d’Européens privilégiés et la misère du monde, même s’il partage beaucoup des préconceptions idéologiques de son époque (notamment à l’égard des races et des femmes).

5Le port est donc un lieu de passage entre le familier et l’exotique, « où tout l’univers tient à l’aise entre les docks d’un bassin » (p. 384) ; les quartiers inconnus du port d’Amsterdam contiennent « toute une Inde étrange, boueuse et glacée, un carnaval mi-septentrional, mi-javanais » (p. 301). Le narrateur bouscule une négresse qui, « de ses grosses lèvres rougies de bétel, [lui] souffle au visage, avec des paroles de luxure, une odeur de mort » (p. 302), rencontre brève qui englobe simultanément l’érotisme, l’exotisme, l’exil et la corruption. À Anvers, les minstrels, « deux pauvres nègres, en habit noir, chapeau de haute forme », offrent une image attristante de l’aliénation culturelle, avec leur accoutrement ridicule de bourgeois européen et leur chanson lamentable qui évoque leur pays natal perdu. D’innombrables petits épisodes semblables montrent qu’il est inutile de voyager outremer pour découvrir les charmes ambivalents de l’exotique et de l’altérité, car l’étranger a déjà été implanté en Europe. Il suffit de regarder plus attentivement des objets que leur familiarité rend invisibles, tels les étalages de fruits exotiques ou l’aspect oriental des villes en Hollande, pour participer à une exposition coloniale qui parfois infléchit l’évolution de la culture européenne. Par exemple, la découverte est à la fois féerique, dérisoire et enrichissante, quand Claude Monet acquiert les premières estampes japonaises, qu’un épicier hollandais utilisait comme du papier d’emballage ; malgré l’incompréhension mutuelle entre l’esprit mercantile et la mentalité de l’artiste, plus ouverte à la culture orientale, les conséquences de cet échange sont positives, voire révolutionnaires, dans le domaine tant esthétique qu’économique.

6Quand les Européens s’installent dans les pays colonisés, ces échanges sont pourtant rarement aussi innocents et fructueux : les souvenirs et les rêveries mirbelliens virent rapidement au cauchemar. La section du troisième chapitre, « Chez les Belges », intitulée « Le caoutchouc rouge », mérite une étude plus détaillée, parce que cet épisode traite des horreurs du colonialisme au Congo belge, que des journalistes militants comme Edmund Morel et Pierre Mille avait dénoncées juste avant la publication de La 628-E8 (le pamphlet de Morel, Red Rubber, date de 1906). Cela permet donc à Mirbeau de déchaîner sa verve satirique et son imaginaire sadique (ou sadien), avec la justification supplémentaire d’attirer l’attention sur des abus flagrants, abus commis par les Belges ou du moins par leurs agents. Mirbeau reprend le schéma déjà utilisé dans le conte cruel « Maroquinerie » (1887), en remplaçant les objets en cuir ouvragé (qui sont en fait fabriqués avec des déchets humains) par de simples échantillons de caoutchouc, dont la provenance est apparemment moins sinistre. Mais cela suffit pour déclencher chez le narrateur une série d’images provoquées par le potentiel métonymique de ces menus objets, qui recèlent toute l’épopée du colonialisme industrialisé : le paradis tropical peuplé de « nègres puérils… capables des mêmes gentillesses et des mêmes férocités que les enfants », « leurs femmes, sensibles aux caresses des blancs » ; l’irruption du colon et du fonctionnaire, l’abominable spectacle voluptueux des supplices infligés aux races indigènes pour leur extorquer le caoutchouc rouge pour satisfaire l’appétit insatiable de l’industrie occidentale, la complicité des pays dits civilisés dans ce projet génocidaire (p. 378-379).

  • 5 Voir A. Hochschild, King Leopold’s Ghost, Londres, Macmillan, 2000 et O. Mirbeau, « Le Caoutchouc (...)
  • 6 Hochschild, op. cit., p. 294, p. 282.

7Le narrateur s’excuse de se « montrer bien français envers les Belges » (p. 380). Si Bruxelles est une « ville parodique » (p. 330), l’empire belge est sans doute un empire dérisoire, qui s’est dispensé d’accomplir une mission civilisatrice ou même d’être un empire : entre 1885 et 1908 le Congo belge était nominalement un état indépendant, bien qu’il fût en réalité le fief du roi Léopold ii. La Belgique est à la fois une cible facile (une sorte d’anti-France ou une sous-France), mais justifiable, dans la mesure où les atrocités citées par Mirbeau et d’autres écrivains ont réellement eu lieu. Rappelons que les colons européens avaient en fait adopté et systématisé l’esclavage et les mutilations déjà pratiqués par les peuplades congolaises et que selon certaines estimations, la population du Congo belge aurait diminué de 50 % entre 1880 et 1920 à la suite de ces sévices5. Même si Mirbeau aide à faire parler les « silences de l’histoire », il faut noter que les campagnes de protestation et la « politique de l’empathie6 » qu’elles suscitent n’ont eu aucun effet tangible en ce qui concerne le travail forcé au Congo, qui a continué jusqu’aux années 1920.

  • 7 C’est la thèse avancée par Conrad dans Heart of Darkness, selon Robert Hampson : « instead of brin (...)

8En outre, la complaisance évidente dont fait preuve le narrateur de La 628-E8 en évoquant les supplices infligés aux corps des femmes risque de nous inquiéter, bien qu’elle rende ses pages plus claires et plus mémorables que celles de Conrad, qui laissent planer une certaine obscurité sur des horreurs innommables. Dans le chapitre suivant, une négresse du Dahomey l’aide à évoquer son pays natal, « les palais et les temples avec leurs toits plats, pavés de crânes humains », arrangés « comme de la marqueterie, comme de la mosaïque » (p. 413-414). Cette toiture malodorante n’est évidemment pas très solide. On pourrait en conclure que, loin d’apporter les lumières de la civilisation, les colonisateurs ne font que perfectionner et qu’industrialiser la sauvagerie des ténèbres africaines7. Mirbeau revient aux décapitations plus tard, sur un mode plus comique, quand il décrit les fromages rouges en boule qu’on appelle en Hollande des « têtes de nègre ».

9Cette expérience des limites qui tente Mirbeau est-elle réconciliable avec des objectifs supposément humanitaires ? D’une part, il admet que « tant qu’il y aura des hommes sur la terre, la loi du meurtre dominera parmi leurs sociétés, comme elle domine parmi la nature » (p. 503), et ces tableaux sanguinaires communiquent une certaine fascination, sinon une jouissance certaine, devant le mal et l’atroce. Mais cela ne l’empêche pas, d’autre part, de croire à la nécessité de la justice, d’être « avec le pauvre contre le riche, avec l’assommé contre l’assommeur, avec le malade contre la maladie, avec la vie contre la mort » (p. 504-505). Le déterminisme biologique de Mirbeau (selon lequel « l’intestin commande au cerveau », p. 470) le pousse inévitablement vers une vision tragique et pessimiste de la vie, renforcée par un déterminisme et une misogynie sociaux dont il était probablement moins conscient. Certaines observations montrent que pour Mirbeau il y a une hiérarchie sociale et raciale qui ressemble curieusement à celle du colonisateur, du moins pour un lecteur du xxie siècle. Les races noires sont donc comparables à des enfants (ou même à des lapins, p. 378), les foules sont « plus impressionnables, plus nerveuses, plus folles que les femmes » (p. 391), « Les femmes cultivées, les femmes dites intellectuelles, sont assommantes », une aberration à fuir comme la peste (p. 595) ; quant aux Juifs, ils sont rivés à « cet affreux boulet d’infamie qu’ils traînent partout » (p. 401).

  • 8 Selon une hiérarchie raciale communément reconnue au xixe siècle, « The adults of inferior groups (...)
  • 9 Notamment dans son poème bien connu, « The White Man’s Burden » (1899).
  • 10 P.-J. Dufief, « Le Roman colonial, une apologie du déracinement ? », Littérature et Nation, no 13, (...)

10Avant de taxer Mirbeau, de façon anachronique, de racisme, de sexisme et d’antisémitisme, il est utile de rappeler que pour la plupart des intellectuels européens et américains blancs de son époque, l’infériorité des noirs et des femmes était axiomatique, comme l’a montré Stephen Jay Gould dans son étude classique de l’anthropométrie aux xviiie et xixe siècles, The Mismeasure of Man (1981). Certaines théories justifiaient l’inégalité entre les races (ou entre les classes et les sexes) en prétendant que les noirs ressemblent aux enfants blancs parce que les premiers sont des représentants vivants d’une étape ancestrale dans l’évolution des blancs. En fait, les différences entre les sociétés humaines sont attribuables, non pas à la biologie, mais au rythme variable de l’évolution culturelle8. Mais quelles que soient les causes véritables de l’inégalité, il est tout à fait possible d’offrir une justification morale du colonialisme comme une entreprise philanthropique : c’est le sens de la mission civilisatrice, du fardeau de l’homme blanc chanté par Kipling9, où il s’agit d’accepter une responsabilité parentale envers les races plus enfantines. C’est la dégradation de ce paternalisme altruiste, la spoliation des pays conquis qui n’a rien à voir avec la civilisation, que dénonce Mirbeau. Exotisme et industrialisation ne sont pas forcément synonymes d’expropriation et aliénation. Pierre-Jean Dufief a observé que « Le roman colonial, ivre d’espace et de mobilité, chante une constante fuite en avant10 », tout comme l’expérience automobile dans La 628-E8. Mirbeau, on l’a vu, est conscient tant des bénéfices culturels que des dangers apportés par l’interaction avec les pays étrangers (dont la contrepartie est l’insularité et le misonéisme de certains de ses compatriotes).

  • 11 A. Loomba, Colonialism/Postcolonialism, Londres, Routledge, 2005 (2e éd.), p. 55.
  • 12 Selon P. Michel, l’attitude de Mirbeau est proche de celle de Bernard Lazare (La 628-E8, éd. citée (...)

11Mirbeau a souvent recours à une typologie raciale ou psychologique dont les fondements nous semblent contestables et périmés. Sa vision caricaturale du monde social et naturel exige une certaine simplification ; comme le remarque Ania Loomba, « La fonction des stéréotypes est de perpétuer une différence artificielle entre « le moi » et « l’autre »11 ». Par contre, il est rarement xénophobe : s’il critique les excès et l’hypocrisie du roi des Belges ou de l’empire britannique, il compare « la santé physique » et « la bonne éducation » des « familles allemandes, anglaises, italiennes » aux « infériorités de race » des familles françaises, représentées par une famille dont la stupidité bornée communique de la part du narrateur un mépris impitoyable pour ses concitoyens bourgeois (p. 325-329). Cette typologie implicite explique aussi l’apparente contradiction entre l’antisémitisme de Mirbeau et les pages émouvantes qu’il consacre aux victimes juives des pogromes dans l’empire russe. Antisémitisme, en ce sens que Mirbeau identifie une catégorie de Juifs qu’il condamne en bloc (comme beaucoup d’autres commentateurs de gauche de son époque, d’ailleurs) : l’adversaire idéologique, l’usurier, le financier véreux, « le juif ostentatoire, insolent, voluptueux, conquérant », « le complice et, le plus souvent, le trésorier de toutes les réactions, même de la réaction antisémite », que Mirbeau tient pour responsable de la misère et « l’infortune éternelle » de ses coreligionnaires pauvres (p. 401-402)12. Qu’il s’agisse de pays barbares (la Russie impériale) ou civilisés (la France républicaine), le bon Juif est condamné à la misère et le mauvais Juif à trahir et exploiter ses pairs. C’est surtout le fait que Mirbeau parle de groupes non-individualisés marqués par l’infamie (nègres, femmes, émigrants, Juifs) qui suggère une sorte de fatalisme raciste ; cela ne l’empêche pas de s’apitoyer sincèrement sur le sort abominable du vieillard juif rencontré à Anvers, dont le récit le laisse « saturé d’horreur ».

  • 13 Voir A. C. Doyle, Le Crime du Congo belge, trad. J.-C. Lamoureux. Suivi par Au Congo français de F (...)

12Malgré sa conscience des injustices fondamentales du colonialisme, l’attitude de Mirbeau envers les peuples colonisés est comparable à celle d’autres militants de son époque, qui croyaient « fermement en la supériorité des Européens sur les primitifs d’Afrique et d’ailleurs13 ». Le philosophe socialiste Félicien Challaye écrivait, par exemple, dans « Au Congo français » (1906) :

  • 14 Ibid., p. 222-226.

Les noirs du Congo appartiennent aux races les plus primitives qu’il y ait au monde […] Dès lors, le noir peut être comparé au petit enfant et même à l’animal, tant sa vie psychologique est restreinte. […] Ces races primitives, sans passé, appartiennent à la préhistoire : elles sont, pour ainsi dire, antérieure à toute civilisation14.

13Cependant, pour Arthur Conan Doyle, dans un texte polémique publiée en 1909, la Belgique est un cas à part, car

  • 15 Ibid., p. 21-23.

Jamais auparavant, on n’avait eu ce mélange d’expropriation et de massacre systématiques, tous deux menés, sous un odieux masque de philanthropie, pour les plus basses raisons commerciales […] La Belgique n’a pas administré sa colonie. Elle l’a simplement saccagée15.

  • 16 A. Vareille, « Un mode d’expression de l’anticolonialisme mirbellien : la logique du lieu dans Les (...)
  • 17 « Heart of Darkness projects the image of Africa as “the other world”, the antithesis of Europe an (...)
  • 18 En outre, l’opinion du narrateur ne correspond pas forcément à celle de l’auteur. Comme l’écrit R. (...)

14Ceci dit, La 628-E8 est évidemment un texte littéraire plutôt qu’un pamphlet ou une prise de position idéologique. Que Mirbeau cherche à retourner le regard du civilisé sur lui-même, à révéler le primitif et la sauvagerie au cœur de la civilisation, est incontestable ; c’est le projet du Jardin des supplices tout comme celui de Conrad dans Heart of Darkness. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils veulent « remettre en question les fondements sur lesquels repose la domination culturelle occidentale », comme le prétend Arnaud Vareille16. Conrad lui aussi a été accusé de racisme (notamment par l’écrivain nigérian Chinua Achebe17,) accusation qu’il faut nuancer : les perceptions des narrateurs mirbellien ou conradien sont racistes dans la mesure où elles reflètent des codes et conventions contemporains, fondés sur une hiérarchie raciale et sociale que les lecteurs du xxie siècle n’acceptent plus18.

  • 19 M. Twain, Le Soliloque du roi Léopold, trad. et introduction de J.-P. Orban (L’Harmattan, 2004), p (...)
  • 20 Ibid., p. 34, p. 42-43.

15Le discours anticolonialiste de Mirbeau dans La 628-E8 s’insère finalement dans une exploration du mal, que l’auteur entreprend avec une certaine jubilation. Il est peu probable que Mirbeau ait lu le texte satirique de Mark Twain, King Leopold’s Soliloquy, publié aux USA en 1905 (la première traduction française date de 2004), bien que Twain fasse preuve du même « art de l’hyperbole, [de la] dérision poussée à l’extrême19 ». On voit le roi rêver son monument, un mémorial à ses quinze millions de victimes, qui est une immense pyramide de crânes. « Partant de la pyramide, tels les rayons d’une roue, quarante avenues, longues de 56 kilomètres chacune et bordées de squelettes sans crâne dressés tous les mètres et demi ». Et le roi de se demander : « Si ceux que l’on appelle hommes étaient réellement des hommes, comment un tsar serait-il possible20 ? » Les ouvrages de Twain et Mirbeau usent et abusent de l’excessif et du grotesque pour mettre en question moins les fondements de l’impérialisme occidental que ceux de l’humanité.

Note

1 « Colonisons », Le Journal, 13 novembre 1892, repris dans Contes cruels, édition établie par P. Michel et J.-F. Nivet, Séguier, 1990, t. II, 271. Malgré la polémique qu’il a soulevée, il faut noter que le discours fait à l’université de Dakar le 26 juillet 2007 par Nicolas Sarkozy est assez nuancé et cherche la conciliation. Par exemple : « Le colonisateur est venu, il a pris, il s’est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas. Il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail. Il a pris mais je veux dire avec respect qu’il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. Il a rendu féconde des terres vierges, il a donné sa peine, son travail, son savoir. Je veux le dire ici, tous les colons n’étaient pas des voleurs, tous les colons n’étaient pas des exploiteurs » (voir http://www.afrik.com/article12199.html)

2 Ibid., p. 270.

3 Contes cruels, éd. citée, t. I, p. 340.

4 Toutes les références abrégées renvoient à l’édition critique de La 628-E8 établie par P. Michel, Octave Mirbeau, Œuvre romanesque, Buchet/Chastel, 2001, t. III, p. 295.

5 Voir A. Hochschild, King Leopold’s Ghost, Londres, Macmillan, 2000 et O. Mirbeau, « Le Caoutchouc rouge » Suivi de « Un sadisme colonial » par Émile Van Balberghe, Bruxelles, Les Libraires Momentanément Réunis, 1994.

6 Hochschild, op. cit., p. 294, p. 282.

7 C’est la thèse avancée par Conrad dans Heart of Darkness, selon Robert Hampson : « instead of bringing light into darkness as it claims, the “civilizing mission” actually uncovers the “darkness” at its own heart » (voir J. Conrad, ‘Heart of Darkness’ with ‘The Congo Diary’, éd. R. Hampson, Londres, Penguin, 1995, p. xi).

8 Selon une hiérarchie raciale communément reconnue au xixe siècle, « The adults of inferior groups must be like children of superior groups, for a child represents a primitive adult ancestor. If adult blacks and women are like white male children, then they are living representatives of an ancestral stage in the evolution of white males ». Au xxie siècle, en revanche, nous croyons que « Human societies change by cultural evolution, not as a result of biological alteration » (S. J. Gould, The Mismeasure of Man Londres, Penguin, 1992, p. 115, p. 324).

9 Notamment dans son poème bien connu, « The White Man’s Burden » (1899).

10 P.-J. Dufief, « Le Roman colonial, une apologie du déracinement ? », Littérature et Nation, no 13, 1994, p. 51. La même question s’applique aux « vagabondes rêveries » (p. 287) de La 628-E8.

11 A. Loomba, Colonialism/Postcolonialism, Londres, Routledge, 2005 (2e éd.), p. 55.

12 Selon P. Michel, l’attitude de Mirbeau est proche de celle de Bernard Lazare (La 628-E8, éd. citée, p. 1170).

13 Voir A. C. Doyle, Le Crime du Congo belge, trad. J.-C. Lamoureux. Suivi par Au Congo français de Félicien Challaye et d’une postface de Colette Braeckman (Les Nuits rouges, 2005), p. 9.

14 Ibid., p. 222-226.

15 Ibid., p. 21-23.

16 A. Vareille, « Un mode d’expression de l’anticolonialisme mirbellien : la logique du lieu dans Les 21 Jours d’un neurasthénique », Cahiers Octave Mirbeau, no 9, 2002, p. 164.

17 « Heart of Darkness projects the image of Africa as “the other world”, the antithesis of Europe and therefore of civilization, a place where man’s vaunted intelligence and refinement are finally mocked by triumphant bestiality », écrit Chinua Achebe dans « An Image of Africa » (Research in African Literatures, no 9, 1, 1978, p. 3). D’où la simple vérité que « Conrad was a bloody racist » (p. 9).

18 En outre, l’opinion du narrateur ne correspond pas forcément à celle de l’auteur. Comme l’écrit R. Hampson, « If Marlow’s perceptions are at times racist, it is because [contemporary] codes and conventions were racist » (éd. citée, p. xxxi). Justification inacceptable, selon Achebe : « if Conrad’s intention is to draw a cordon sanitaire between himself and the moral and psychological malaise of his narrator, his care seems to me totally wasted because he neglects to hint however subtly or tentatively at an alternative frame of reference by which we may judge the actions and opinions of his characters » (p. 7).

19 M. Twain, Le Soliloque du roi Léopold, trad. et introduction de J.-P. Orban (L’Harmattan, 2004), p. xi.

20 Ibid., p. 34, p. 42-43.

Autore

Université de Durham.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search