Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires de l’événement

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Anthony Mangeon

Un livre, un/des événement(s)

Les Bouts de bois de Dieu (1960) d’Ousmane Sembène : de l’événement historique à sa dimension argumentative

Tal Sela

Texte intégral

  • 1 Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, Saint-Amand, Le livre contemporain, 1960. Nous nous réf (...)

1Les Bouts de bois de Dieu1 est un roman historique qui reconstruit par la fiction les étapes de la grève des cheminots du Dakar-Niger en 1947-1948. Les grévistes du roman veulent obtenir l’égalité des conditions de travail et de rémunération entre les employés africains noirs et les employés européens blancs. Le roman s’ouvre sur l’entrée en grève des cheminots et se termine avec la fin de la grève après que leurs revendications ont été acceptées.

  • 2 Dans Mémoire d’un continent, émission diffusée samedi 23 juin 2012. Le podcast est en ligne sur le (...)
  • 3 Omar Guèye est l’auteur de Sénégal : histoire du mouvement syndical. La marche vers le Code du trav (...)

2Interviewé à la radio au sujet du « triomphe du mouvement syndical au Sénégal2 », Omar Guèye attira l’attention des auditeurs sur un fait important : une grève générale, redécouverte dans les archives coloniales par l’historien américain Frederick Cooper, avait eu lieu au Sénégal en 1946 mais s’était trouvée ensuite effacée de la mémoire collective par la fameuse grève des cheminots un an plus tard, laquelle devint au contraire très connue grâce à ce roman d’Ousmane Sembène, Les Bouts de bois de Dieu3 (1960).

  • 4 « The 1947-48 strike was a watershed event in colonial history that ended in victory over the colon (...)

3S’il porte à l’attention publique une certaine réalité historique, l’historien, comme l’écrivain, façonne le discours social produit sur cette réalité. En voulant appuyer de leur dire une certaine réalité historique, ils contribuent à la créer. Le dialogue radiophonique témoigne aussi de l’importance qu’on accorde au troisième roman d’Ousmane Sembène, texte littéraire de fiction, mais souvent considéré comme un document de référence. Ce roman a en effet contribué à forger la mémoire collective des Africains de l’ancien Soudan français. Grâce à lui, la grève des cheminots de 1947-1948 a pu être considérée, selon l’historien James A. Jones, comme un « évènement décisif dans l’histoire coloniale, qui s’est achevé par la victoire des grévistes sur l’administration coloniale4 ». C’est toujours grâce au talent artistique de l’auteur et à la force dramatique de son écriture, que l’écho de cet événement ouvrier retentit encore aujourd’hui en Afrique et ailleurs.

4Les historiens ne restent pas indifférents au pouvoir qu’a la littérature de transformer par la fiction le déroulé de la grève en véritable événement historique. Dans son article « Fact and Fiction in God’s Bits of Wood », James A. Jones s’efforce de répertorier les écarts entre les faits historiques et le discours littéraire que Sembène a produit à leur sujet. Dans son article « “Our Strike”: Equality, Anticolonial Politics and the 1947-1948 Railway Strike in French West Africa », Frederick Cooper montre quant à lui que la version fictionnelle l’emporte souvent sur la reconstitution historique dont l’élaboration est assurée par des universitaires s’appuyant sur des documents d’archives et les témoignages des acteurs ou des témoins.

  • 5 « The strike of African railway workers which began in October 1947 was an event of epic dimensions (...)

La grève des cheminots africains qui a commencé en octobre 1947 a été un événement de dimension épique : elle impliquait 20 000 ouvriers et leurs familles, elle a paralysé la plupart des liaisons ferroviaires, et a duré cinq mois et demi dans presque toutes les régions. Comme si l’événement historique lui-même n’était pas suffisamment marquant, il a été gravé dans la conscience des Africains en Afrique de l’Ouest et au-delà, par le roman d’Ousmane Sembène, Les Bouts de bois de Dieu5.

  • 6 « Sembene’s novel both complicates the task of the historians and lends it importance : the written (...)
  • 7 Parmi les études s’intéressant à la grève historique des cheminots, voir par exemple, l’ouvrage de (...)
  • 8 Pour un bilan détaillé de la grève « réelle », voir l’article de Frederick Cooper où l’auteur souli (...)

5La fiction a donc pour partie éclipsé la réalité des faits. Interrogeant des témoins, l’éminent historien constate en effet l’influence que le roman a exercée sur eux en leur procurant un immense sentiment de fierté. Certains grévistes interviewés par l’historien sont persuadés d’être des héros du roman ; d’autres reprochent à l’auteur de s’être approprié indûment le récit de la grève qu’ils considèrent comme leur bien propre. Frederick Cooper explique dans son article que Sembène a compliqué la tâche des historiens en utilisant des sources authentiques pour créer une réalité historique parallèle qui prend le pas sur la leur6. Son article, qui s’efforce de remettre les choses dans l’ordre7, se donne ainsi à lire comme une réponse de l’historien à l’écrivain. Ce faisant, il constate l’écart considérable entre le succès éclatant de la grève dans le roman de Sembène, et la fin moins glorieuse de la grève historique. Frederick Cooper se propose ainsi de relativiser l’importance de la grève dans le contexte de l’histoire coloniale de l’après-guerre8.

  • 9 La notion, théorisée par François Hartog, se réfère à la manière dont une société utilise son passé (...)
  • 10 Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Pari (...)

6Cette concurrence des mémoires opposant la littérature à l’histoire, qui toutes deux visent à générer un « régime d’historicité » propre9, rejoint par ailleurs l’observation de François Dosse : « L’événement n’est pas un simple donné qu’il suffirait de recueillir et d’en [sic] attester la réalité, c’est un construit qui renvoie à l’ensemble de l’univers social comme matrice de la constitution symbolique du sens10. »

  • 11 Foucault Michel, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », (...)
  • 12 Ce point est mis en relief par François Dosse dans la partie de son ouvrage Renaissance de l’événem (...)

7François Dosse s’inscrit dans la continuité des recherches critiques sur l’historiographie. S’interrogeant sur les conditions de son apparition, les règles de sa formation et celles de sa transformation, le philosophe Michel Foucault étudie quant à lui l’événement historique comme une « formation discursive ». Il déconstruit alors l’événement pour dévoiler l’immense épaisseur des traces qui le composent en tant qu’« ensemble serré de relations multiples11 ». Le philosophe cherche ainsi à déceler la pluralité des niveaux qui entrent dans la composition de l’événement. En définitive, Foucault étudie « l’événement en tant qu’événement discursif [à travers] son rapport aux autres champs d’une formation sociale, à son ancrage, sa fonction12 ».

  • 13 Ricœur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, « L’Ordre philosophique », 2000, p. 170

8Paul Ricœur porte de son côté son attention sur les procédures textuelles, narratives et syntaxiques par lesquelles la narration d’un événement s’impose à la mémoire collective pour constituer l’histoire d’une société. Ses études révèlent comment l’histoire est représentée par l’écriture et comment, inversement, le travail de l’écriture constitue l’histoire : « nul ne consulte une archive sans projet d’explication, sans hypothèse de compréhension ; et nul ne s’emploie à expliquer un cours d’événements sans recourir à une mise en forme littéraire expresse de caractère narratif, rhétorique ou imaginatif13 ». L’événement historique est en définitive une production discursive, assujettie à un projet de formation sociale dans laquelle s’engage l’artiste ou l’historien, s’inscrivant lui-même dans des traditions discursives, des cadres idéologiques et des contraintes génériques. Ceux-ci s’imposent au discours dont il convient, à ce titre, de relever les traces et l’importance.

9S’inscrivant dans cette perspective théorique, la présente contribution s’attache à mettre en évidence certains procédés littéraires mis en œuvre par Ousmane Sembène afin de construire l’événement historique de la grève des cheminots 1947-1948 dans et par son discours littéraire. Cette construction ne se confond pas avec une recherche de continuité historique, ni avec une quête de vérité en soi. L’étude qui suit cherche à mettre en évidence la complexité de la production d’événements par la littérature. Si Sembène met en scène une grève ouvrière en la transformant en événement historique, il conserve, transforme et fusionne dans son texte la mémoire historique de diverses luttes sociales en Afrique. Dans cette perspective, cette étude s’intéresse aux allusions, explicites et implicites, faites par le narrateur et les personnages à la grève des cheminots à Thiès en 1938, ainsi qu’à la marche des femmes sur Grand-Bassam (Côte d’Ivoire) en 1949.

  • 14 Lüsebrink Hans-Jürgen, « De l’incontournabilité de la fiction dans la connaissance historique. Ques (...)
  • 15 Pour éviter les confusions, « la simple transmission d’un point de vue sur les choses, qui n’entend (...)

10Dans son article « De l’incontournabilité de la fiction dans la connaissance historique », Hans-Jürgen Lüsebrink montre, avec l’exemple de trois écrivains du « Tiers-monde » (Alejo Carpentier, Yambo Ouologuem et Ousmane Sembène), comment ceux-ci défient le discours hégémonique, européocentriste, et la connaissance historique que ce dernier véhicule à l’égard de l’histoire de l’Afrique et de ses habitants. Le roman historique, indique encore Hans-Jürgen Lüsebrink, porte aussi « la trace de la mentalité de ses auteurs : de leur acculturation, de leur perception du monde, de leurs orientations idéologiques et de leurs perspectives politiques14 ». Dans cette perspective, les allusions historiques qui traversent le texte confèrent assurément une ampleur dramatique à la relation de la grève de 1947-1948, mais ils chargent dans le même temps le discours narratif d’une dimension argumentative, qui oriente alors le lecteur vers des façons de penser et de voir aussi bien l’histoire africaine que son présent et son avenir. La théorie de l’argumentation développée par Ruth Amossy joue un rôle important dans ce travail : elle part en effet du principe que tout discours cherche toujours à avoir un impact sur un public. Il s’efforce de le faire adhérer à une thèse, ou au moins, d’infléchir les façons de voir et de penser du lecteur15. Nous proposons donc de mettre en évidence les liens qui se nouent entre la construction discursive de l’événement et sa dimension argumentative.

La grève des cheminots en 1938

  • 16 Omar Gueye évoque ce point dans une communication intitulée « Le massacre des cheminots de Thiès de (...)
  • 17 Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, Paris, Pocket, 2013, p. 17.
  • 18 Ibid., p. 16.
  • 19 Ibid., p. 17.

11La grève de 1938 est évoquée plus d’une fois dans le célèbre roman de Sembène16. La référence à la grève par les personnages participe à une démarche argumentative. Dans l’incipit du roman, la vielle Niakoro se souvient de la grève qui lui « a pris un époux et un fils17 ». Elle se plaint que la jeune génération ne respecte plus les vieilles coutumes : « De son temps, les jeunes n’entreprenaient rien sans le conseil des aînés18. » Les jeunes ouvriers auraient dû consulter la vieille femme avant de décider une action. L’évocation par Niakoro de son expérience vécue de la grève de 1938 (« une grève terrible, un cruel souvenir pour ceux qui l’ont vécue19 ») s’impose comme un argument d’autorité qui légitime son statut social d’aînée et de doyenne.

  • 20 Ibid., p. 27.
  • 21 Je m’appuie ici sur le numéro 16 de la revue Argumentation et analyse du discours consacré entièrem (...)

12Le premier chapitre du roman met en scène un meeting politique organisé par les cheminots à Bamako pour délibérer sur la grève. Deux personnages prennent alors la parole. Le premier, Mamadou Keïta, évoque l’exemple historique de la grève de 1938 ainsi que ses conséquences tragiques (« Voilà des années, ceux de Thiès ont débrayé, ça s’est soldé par des morts, des morts de notre côté20 »). Cet exemple permet au Vieux de porter à l’attention du public les risques que peut faire encourir la grève, risques qu’ils doivent prendre en considération avant de lancer cette action collective21.

  • 22 Pour raconter l’histoire de la grève, le narrateur restitue une série d’événements qui se déroulent (...)
  • 23 Voir le chapitre concernant l’ambivalence de la répression coloniale dans Cooper Frederick, « “Our (...)
  • 24 S’il y eut huit morts dans la première journée de grève réelle à Thiès en 1938, le roman leur ajout (...)
  • 25 « Samba N’Doulougou racontait à sa manière l’assaut des tirailleurs en mimant la façon dont il avai (...)
  • 26 La violence prolétarienne s’exerce par opposition aux forces oppressives de l’autorité. L’expressio (...)

13Mais Sembène ne se contente pas de faire allusion à la grève de 1938. La représentation même de la grève de 1947-1948 est confondue avec celle de 1938. Le narrateur met en scène sa répression par les forces de l’ordre. Cette représentation de la violence présentée dans le chapitre « La cité » dans le cycle sur Thiès22, fait référence à la grève de 1938 – on compte huit morts dans la confrontation fictionnelle entre les grévistes et les forces de l’ordre durant la première journée de la grève. Il y a néanmoins un écart significatif entre les faits historiques et leur représentation fictionnelle : si la grève de 1938 est tristement célèbre pour la répression sanglante qu’elle a subie de l’administration coloniale, cette dernière évita de recourir de nouveau à la violence durant la grève réelle de 1947-194823. Sans doute, l’auteur « distord » un peu l’histoire officielle de la grève pour rendre hommage aux martyrs (six au total) de la grève de 1938. James A. Jones suggère que cet écart entre « fiction et réalité » lui permet de renforcer ainsi l’effet dramatique produit par son texte tout en provoquant chez le lecteur l’anxiété vécue par des Africains dans différents pays colonisés24. On peut ajouter que le thème central de la lutte ouvrière et de la violence révolutionnaire, manifeste dans l’allusion à la grève de 1938, inscrit le discours romanesque de Sembène dans une doxa socialiste-marxiste. Décrivant « à sa manière l’assaut des tirailleurs », Samba N’Doulougou donne de lui l’image héroïque d’un résistant qui vient d’accomplir un acte de bravoure remarquable25. Cette image relève aussi bien de la fermeté qu’il exprime devant le danger, que du respect des règles de la légitime défense : il réussit à tourner l’arme de l’adversaire contre lui. La représentation des grévistes agissant en état de légitime défense est constitutive de la mise en scène du meeting syndicaliste qui, à la suite de l’affrontement avec les soldats, se réunit pour évaluer les dommages subis. Les propos de Samba N’Doulougou, présentés à titre anecdotique, servent donc à inscrire la violence exercée par la foule dans la même continuité discursive, celle qui voit la grève et la violence comme des expressions différentes d’une même révolte prolétaire26.

La marche des femmes sur Grand-Bassam (1949)

  • 27 Chap. XVI du roman.
  • 28 Omar Gueye aborde ce point dans sa communication évoquée précédemment.
  • 29 Parti démocratique de Côte d’Ivoire – Rassemblement démocratique africain. Créé lors du congrès de (...)

14Selon Frederick Cooper, la marche des femmes entre Dakar et Thiès est absente des témoignages oraux et des documents officiels27. Pour la décrire, Ousmane Sembène ne s’inspire donc pas du déroulement effectif de la grève des cheminots en 1947-1948, mais d’une action collective qui eut lieu un an plus tard en Côte d’Ivoire et qui n’a rien à voir avec cette grève28. En décembre 1949, des femmes ont en effet marché d’Abidjan jusqu’à la prison de Grand-Bassam, à 40 kilomètres de distance, pour réclamer la libération des dirigeants emprisonnés de leur parti du PDCI – RDA29. Cette marche des femmes sur Grand-Bassam devient donc un matériau de fiction pour l’auteur sénégalais, dans son désir de révolutionner la perception sociale de la femme africaine en conférant à celle-ci un rôle central dans son roman.

  • 30 « Pourquoi me suis-je jetée dans cette affaire. Je n’ai rien à en retirer… », Sembène Ousmane, Les (...)
  • 31 Chargée de la distribution des rations aux femmes, elle impose son autorité. Un exemple : quand Awa (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 269.
  • 34 « La foule marche vers le dépôt, les femmes suivent les hommes. La foule arrive à l’endroit pour ch (...)
  • 35 Ibid., p. 371.

15Les femmes éprouvent la chaleur et l’effort physique. Le chapitre du roman met l’accent sur la figure de Penda qui dirige les femmes, les exhorte à poursuivre la marche, malgré les doutes et l’envie de renoncer qui sont représentés par la voix d’Awa. La marche des femmes symbolise un tournant dans la représentation sociale de la femme au sein de la société africaine du roman. Le cas de Penda est en ce sens doublement révélateur. Sa mauvaise réputation de prostituée constitue à la fois un statut social de quasi intouchable (lors de la distribution des rations aux femmes, Awa refuse de se faire servir par Penda), et le point de départ d’une ascension sociale qui s’opère grâce à la grève. Penda ne sait pas expliquer sa participation à l’action de la grève30 mais depuis qu’elle a rejoint l’effort collectif, elle semble gagner de plus en plus le respect des autres. Penda « tenait tête aux femmes31 se faisait respecter par les hommes32 » ; la décision de la recruter s’avère ainsi bénéfique et Lahbib en effet s’en félicite. Penda trouve une place légitime dans la société et abandonne la prostitution. Elle entreprend « de créer un “comité de femmes”33 » et se met à la tête de la foule en marche34 ; elle dirige, enfin, la marche de protestation des femmes de Thiès jusqu’à Dakar. Après sa mort, Bakayoko consacre Penda en l’élevant au statut de martyre. Cela transparaît dans les invectives contre N’Deye Touti : « tu n’arrives peut-être à la cheville de Penda […] Je sais ce qu’elle valait. C’était une vraie amie et elle a donné sa vie35 ». Elle est sanctifiée par Bakayoko, « le prophète », qui est aussi le leader incontestable de la grève. Les reproches que l’on a adressés à Sembène à l’égard de sa manière de distordre la réalité sociale, relèvent de sa posture d’écrivain critique et polémiste : en imaginant une société où une prostituée, Penda, peut devenir un leader politique, l’auteur rend en effet concevable une telle société.

  • 36 Diabaté Henriette, La marche des femmes sur Grand-Bassam, Abidjan-Dakar, Les Nouvelles Éditions afr (...)
  • 37 Ibid., p. 9.
  • 38 Ibid., p. 24.

16Au vu de cette dimension argumentative du roman, l’effort artistique de Sembène anticipe le travail d’une historienne, Henriette Diabaté. Celle-ci publie en 1975 un ouvrage intitulé La marche des femmes sur Grand-Bassam36. Elle souligne la contribution des femmes à la lutte politique pour plus de justice sociale et de liberté citoyenne, dans l’esprit de la constitution nouvelle de l’Union française (liberté d’organisation politique et syndicale, liberté de la presse, éducation de masse, égalité de tous, etc.37). En un mot, conclut l’historienne, « il s’agissait de créer un mouvement de femmes politiquement épaulé par les hommes mais ayant une certaine indépendance quant à ses activités, à son organisation et à son administration38 ».

  • 39 Ibid., p. 30-31.
  • 40 Ibid., p. 3.

17Le mouvement féminin remporte des succès. Agnès Achikaou, l’une des militantes interviewées par Henriette Diabaté, se félicite que les hommes aient eux-mêmes « reconnu que s’ils avaient agi comme nous les femmes, leurs camarades auraient été libérés depuis longtemps39 ». Mettant l’accent sur leur contribution, l’étude de l’action collective des femmes peut servir – comme le pense le préfacier d’Henriette Diabaté, l’écrivain et politique Germain Coffi Gadeau – « de leçon aux générations présentes et futures auxquelles elles ne demandent qu’un peu de reconnaissance40 ». Le petit livre d’histoire d’Henriette Diabaté (63 pages) est ainsi imprégné d’une idéologie féministe destinée à impulser un changement politique et social dans la condition des femmes. À l’instar du roman de Sembène, il veut promouvoir les femmes africaines, en Côte d’Ivoire et au-delà, en les encourageant, d’une part, à prendre plus de place dans l’espace public et dans la gestion de la société, et en manifestant, d’autre part, de la reconnaissance à l’égard de leurs conquêtes.

  • 41 « Beaucoup de femmes furent blessées, leurs pagnes déchiquetés ; d’autres furent culbutées dans les (...)
  • 42 Henriette Diabaté rapporte les propos prononcés par Landji N’Dri : « Nous décidâmes, puisque nous é (...)
  • 43 Landji N’Dri, une des marcheuses interviewées par Henriette Diabaté, précise : « On nous dit que le (...)

18Le texte historique donne des femmes l’image de combattantes acharnées, prêtes à aller jusqu’au bout de leur mission. Il met en relief les difficultés objectives que les femmes affrontent chemin faisant, mais surtout l’habileté avec laquelle elles contournent les obstacles suscités par les forces de l’ordre. Henriette Diabaté exalte les femmes qui assument le rôle social de leaders politiques. Sa recherche laisse à la disposition du lecteur la possibilité d’apprécier des compétences personnelles qui permettent à ces femmes d’être écoutées et suivies par les autres41. Elles sont présentées comme des stratèges conduisant une opération de grande envergure avec ruse et habileté42. Il convient de noter au passage l’importance que les femmes dakaroises dans le texte romanesque et celles d’Abidjan dans le texte historique, accordent au chant comme source de soutien moral et d’encouragement43.

  • 44 Diabaté Henriette, La marche des femmes sur Grand-Bassam, op. cit., p. 32.

19Chez Henriette Diabaté comme chez Ousmane Sembène, l’action collective de la grève est appuyée par une doxa marxiste. Le 19 décembre 1949, Gabriel d’Arboussier, cofondateur du RDA, adresse une circulaire à toutes les sections du parti : « nous avons été enclins à fonder nos espoirs sur une solution parlementaire et juridique, mais il faut avouer que ces moyens utiles sont cependant inefficaces… Seule une action de masse peut faire aboutir […] notre cause44 ». Citant le discours de d’Arboussier, l’historienne construit l’événement qu’elle baptise donc la « marche des femmes sur Grand-Bassam » sur une tradition discursive révolutionnaire. Dès lors, d’autres événements historiques surgissent à la surface de la mémoire collective qui se construit couche sur couche. On se rappelle par exemple la marche sur la Bastille (14 juillet 1789), celle des femmes sur Versailles (5 octobre 1789) ou – dans un passé beaucoup plus lointain, la comédie d’Aristophane, Lysistrata (411 avant Jésus-Christ), qui mettait en scène des femmes se révoltant contre les hommes qui allaient participer à la guerre entre Athènes et Sparte.

20De l’action collective des femmes pendant la Révolution française à celle des femmes en Côte d’Ivoire pendant la période de la décolonisation, du discours littéraire à celui des historiens, des faits historiques à leur représentation par la fiction, la marche des femmes devient un véritable motif de la contestation féminine. Le roman d’Ousmane Sembène comme le texte historique d’Henriette Diabaté participent à la construction d’un interdiscours sans frontière politique et culturelle. Rappelons à titre d’exemple la « marche des femmes » israéliennes et palestiniennes coopérant en octobre 2016 pour appeler les hommes politiques à initier des négociations pour un accord de paix. Cette marche aussi est gravée dans la mémoire collective grâce à la production artistique d’une chanson – Prière des mères – de Yael Deckelbaum. Le clip de la chanson circulant sur YouTube, a été vu par les internautes – plus que 5 940 048 fois45. La traduction musicale de cette marche en a fait un véritable événement historique traversé lui-même par un autre événement. Celui-ci est évoqué par la voix off de Leymah Roberta Gbowee, lauréat du prix Nobel de la paix 2011 pour son action politique à la tête de l’organisation du mouvement pacifiste « Women of Liberia Mass Action for Peace », qui a œuvré pour mettre fin à la deuxième guerre civile libérienne en 200346.

21Le roman d’Ousmane Sembène participe d’un processus de reconnaissance qui décuple la grandeur du fait historique et le transforme en véritable événement. L’étude qui précède s’est proposée d’articuler la construction discursive de l’événement historique de la grève des cheminots 1947-1948 avec la dimension argumentative du discours. L’auteur façonne l’événement historique de la grève des cheminots en élargissant le cadre temporel et spatial à l’aide des allusions à la grève des cheminots au Sénégal de 1938 et à la marche des femmes sur Grand-Bassam en Côte d’Ivoire en 1949. Produit discursif, la relation de la grève par le romancier, ou plutôt par son narrateur, se distingue par sa grande plasticité : la grève en 1938 permet non seulement de produire un effet dramatique par la représentation de la violence, mais aussi d’aborder la question de la révolte prolétaire.

  • 47 La recherche est conclue par la suite : « Ainsi, dans la lutte entreprise par nos aînés pour faire (...)

22Aussi, le narrateur situe l’histoire dans trois villes – Dakar, Thiès, Bamako – tout en l’englobant dans un autre pays de l’AOF : si le déroulement de la marche des femmes sur Grand-Bassam (Côte d’Ivoire) inspire l’auteur, celui-ci participe à la construction de la mémoire collective de la grève des cheminots Dakar-Niger en 1947-1948. Le texte littéraire d’Ousmane Sembène comme celui de l’historienne Diabaté, sacralisent un mouvement civil de contestation en le transformant en événement historique d’une haute importance symbolique47. Il ne s’agit pas pour ces auteurs de refléter la réalité en se soumettant exclusivement au principe d’une vérité objective. Leurs textes représentent le rôle actif que les femmes jouent dans la gestion de la cité. Cette représentation ne relève pas d’une volonté de copier la réalité mais d’agir sur elle.

Notes

1 Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, Saint-Amand, Le livre contemporain, 1960. Nous nous référerons à la réédition de ce roman chez Pocket en 1971.

2 Dans Mémoire d’un continent, émission diffusée samedi 23 juin 2012. Le podcast est en ligne sur le site de l’émission : http://www.rfi.fr/emission/20120623-le-triomphe-mouvement-syndical-senegal.

3 Omar Guèye est l’auteur de Sénégal : histoire du mouvement syndical. La marche vers le Code du travail, Paris, L’Harmattan, « Études africaines », 2011.

4 « The 1947-48 strike was a watershed event in colonial history that ended in victory over the colonial administration. », Jones James A., « Fact and Fiction in God’s Bits of Wood », Research in African Literatures, no 31, vol. 2, 2000, p. 117-131.

5 « The strike of African railway workers which began in October 1947 was an event of epic dimensions: it involved 20,000 workers and their families, shut down most rail traffic throughout all of French West Africa, and lasted, in most regions, for five and a half months. As if the historical event were not large enough, it has been engraved in the consciousness of West Africans and others by the novel of Ousmane Sembène, God’s Bits of Wood. », Cooper Frederick, « “Our Strike”: Equality, Anticolonial Politics and the 1947-48 Railway Strike in French West Africa », The Journal of African History, no 37, vol. 1, 1996, p. 81-118.

6 « Sembene’s novel both complicates the task of the historians and lends it importance : the written epic may influence oral testimony, yet the fictional account enhances the sense of participants that their actions shaped history. », ibid., p. 81.

7 Parmi les études s’intéressant à la grève historique des cheminots, voir par exemple, l’ouvrage de Guèye Omar, Sénégal, Histoire du mouvement syndical. La marche vers le code du travail et son article « Social Reforms in the Interwar Period and the “Revolution” of the Popular Front in French Africa », dans Shulz-Forberg Hagen (dir.), Zero Hours. Conceptual insecurities ad new beginnings in the interwar period, Bruxelles, Peter Lang, « Europe plurielle/Multiple Europes », 2013, p. 97-105, ainsi que les différents travaux de Frederick Cooper comme Français et Africains ? Être citoyen au temps de la décolonisation, Paris, Payot, 2014.

8 Pour un bilan détaillé de la grève « réelle », voir l’article de Frederick Cooper où l’auteur souligne que même s’il s’agissait d’une grève aux proportions extraordinaires, elle a débuté et s’est terminée comme une grève ordinaire de cheminots, Cooper Frederick, « “Our Strike”: Equality, Anticolonial Politics and the 1947-48 Railway Strike in French West Africa », art. cité, p. 103.

9 La notion, théorisée par François Hartog, se réfère à la manière dont une société utilise son passé pour forger une conscience de soi, Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, « La librairie du xxie siècle », 2003.

10 Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Paris, Presses universitaires de France, « Le nœud gordien », 2010, p. 11. François Dosse s’inscrit dans la continuité des recherches critiques sur l’historiographie à l’exemple de Michel Foucault et Paul Ricœur.

11 Foucault Michel, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1969, p. 101.

12 Ce point est mis en relief par François Dosse dans la partie de son ouvrage Renaissance de l’événement consacrée à l’approche foucaldienne de l’événement. Voir le chapitre III dans la deuxième partie « Une archéologie de l’événement ». Pour la citation en question, voir la page 150.

13 Ricœur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, « L’Ordre philosophique », 2000, p. 170.

14 Lüsebrink Hans-Jürgen, « De l’incontournabilité de la fiction dans la connaissance historique. Questionnements théoriques à partir de romans historiques contemporains d’Alejo Carpentier, de Yambo Ouologuem et d’Ousmane Sembène », Neohelicon, no 16, vol. 2, 1989, p. 107-128. Hans-Jürgen Lüsebrink montre comment l’œuvre fictionnelle de Sembène saisit la complexité de la réception de la culture écrite en Afrique à travers l’acculturation des porte-parole du mouvement. Elle problématise aussi la prise de parole des analphabètes, notamment des femmes, « sur laquelle les sources d’archives et la presse contemporaine restent quasi muettes, mais que la reconstruction fictionnelle d’Ousmane Sembène fait ressortir comme un des facteurs décisifs dans la réussite de la grève », ibid., p. 119-120.

15 Pour éviter les confusions, « la simple transmission d’un point de vue sur les choses, qui n’entend pas expressément modifier les positions de l’allocutaire, ne se confond pas avec l’entreprise de persuasion soutenue par une intention consciente et offrant des stratégies programmées à cet effet. Une plaidoirie a une nette visée argumentative […] une description journalistique ou romanesque, par contre, peut avoir une dimension plutôt qu’une volonté argumentative. », Amossy Ruth, L’argumentation dans le discours, Paris, Nathan, 2000, p. 33.

16 Omar Gueye évoque ce point dans une communication intitulée « Le massacre des cheminots de Thiès de septembre 1938, réalités et fictions d’une tuerie », présentée dans le colloque organisé par l’université de Bretagne Sud à Lorient, du 7 au 29 novembre 2014 sur le sujet : « Massacres et répressions dans le monde colonial : Archives et fictions au service de l’historiographie ou du discours officiel ? »

17 Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, Paris, Pocket, 2013, p. 17.

18 Ibid., p. 16.

19 Ibid., p. 17.

20 Ibid., p. 27.

21 Je m’appuie ici sur le numéro 16 de la revue Argumentation et analyse du discours consacré entièrement à la question de l’exemple historique. Paola Paissa insiste dans son article introductif sur le rôle rhétorique que peut avoir l’exemple historique dans la délibération. Elle souligne entre autres la manière dont le recours à un exemple historique peut orienter une façon de voir et de penser par rapport à des faits et à des événements actuels dans une situation de délibération entretenue par des locuteurs qui partagent un patrimoine mémoriel commun. Paissa Paola, « Introduction : l’exemple historique dans le discours – enjeux actuels d’un procédé classique », dans Paissa Paola (dir.), Argumentation et analyse du Discours, no 16, L’exemple historique dans le discours, 2016, https://aad.revues.org/2204.

22 Pour raconter l’histoire de la grève, le narrateur restitue une série d’événements qui se déroulent parallèlement dans trois villes différentes situées sur la même ligne ferroviaire Bamako-Thiès-Dakar. Le roman est composé de dix parties. Le cycle sur Thiés comprend trois parties et neuf sous-chapitres. Le cycle sur Dakar comprend trois parties et six sous-chapitres. Le cycle sur Bamako comprend trois parties et quatre sous-chapitres. Encore une partie, intitulée « De Thiès à Dakar », comprend un seul sous-chapitre consacré à la marche des femmes.

23 Voir le chapitre concernant l’ambivalence de la répression coloniale dans Cooper Frederick, « “Our Strike”: Equality, Anticolonial Politics and the 1947-48 Railway Strike in French West Africa », art. cité, p. 103-108.

24 S’il y eut huit morts dans la première journée de grève réelle à Thiès en 1938, le roman leur ajoute plusieurs autres décès : un policier abat la vieille Niakoro lors de l’arrestation de Fa Keita, un pompier tue Houdia M’Baye par un jet d’eau, Isnard tue trois enfants à coup de pistolet, les soldats abattent Penda et Samba N’Doulougou à la fin de la marche des femmes. James A. Jones fait référence à la répression sanglante de la grève des cheminots en 1938, au massacre de Thiaroye (1944), à celui de treize manifestants du parti RDA en Côte d’Ivoire (1949) ainsi qu’aux événements de Sétif (Algérie, 1945), Jones James A., « Fact and Fiction in God’s Bits of Wood », art. cité, p. 125-126.

25 « Samba N’Doulougou racontait à sa manière l’assaut des tirailleurs en mimant la façon dont il avait arraché à un soldat une grenade lacrymogène pour la réexpédier à son propriétaire un instant plus tard. Le gros Boubacar suivait d’un œil ravi la gesticulation de son copain, tandis qu’un filet de sang qui contournait son oreille droite et descendait le long du cou achevait de sécher. », Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, op. cit., p. 55.

26 La violence prolétarienne s’exerce par opposition aux forces oppressives de l’autorité. L’expression de la violence est ainsi légitimée à titre de résistance, d’opposition indignée devant l’hostilité des forces de l’ordre. Cette opposition est démontrée par le décompte asymétrique des morts, d’abord, par les dirigeants syndicaux – « Huit morts et des quantités de blessés, hommes, femmes, apprentis » (Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, op. cit., p. 58) –, ensuite, par la direction de la Régie – « Des blessés ? Oui, il y a en a quelques-uns, je ne sais pas le nombre exact… Des morts ? Non, pas de morts, d’ailleurs les soldats avaient pour consignes de les effrayer seulement » (ibid., p. 64).

27 Chap. XVI du roman.

28 Omar Gueye aborde ce point dans sa communication évoquée précédemment.

29 Parti démocratique de Côte d’Ivoire – Rassemblement démocratique africain. Créé lors du congrès de Bamako, du 18 au 21 octobre 1946, sous la présidence de Félix Houphouët-Boigny, le Rassemblement démocratique africain (RDA) se présente comme un mouvement populaire panafricain de décolonisation qui fédère des partis politiques dans différents pays de l’AOF.

30 « Pourquoi me suis-je jetée dans cette affaire. Je n’ai rien à en retirer… », Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, op. cit., p. 244.

31 Chargée de la distribution des rations aux femmes, elle impose son autorité. Un exemple : quand Awa l’insulte, Penda se jette sur elle et « la tenant au cou lui crach[e] en pleine figure », Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, op. cit., p. 244.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 269.

34 « La foule marche vers le dépôt, les femmes suivent les hommes. La foule arrive à l’endroit pour chercher les corps et, le chemin de retours ce sont les femmes qui sont en tête, menées par Penda, Dieynaba et Mariame Sonko. », ibid., p. 273.

35 Ibid., p. 371.

36 Diabaté Henriette, La marche des femmes sur Grand-Bassam, Abidjan-Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines, 1975.

37 Ibid., p. 9.

38 Ibid., p. 24.

39 Ibid., p. 30-31.

40 Ibid., p. 3.

41 « Beaucoup de femmes furent blessées, leurs pagnes déchiquetés ; d’autres furent culbutées dans les fossés envasés et remplis de détritus. Malgré cela elles résistaient et s’entêtaient à vouloir passer le pont : Marie Koré les haranguait. “Mes sœurs bété, baoulé, dioula, et de partout, n’ayez pas peur ! Chez nous aussi nous n’avons pas peur de l’eau, nous avons l’habitude de travailler dans l’eau, ce n’est pas parce qu’on nous envoie un jet d’eau avec du sable que nous devons nous décourager car une personne qui veut aller au secours de son époux, de son frère, de son fils, ne doit pas reculer devant si peu de choses” », ibid., p. 49.

42 Henriette Diabaté rapporte les propos prononcés par Landji N’Dri : « Nous décidâmes, puisque nous étions venus pour ça, de nous rendre à la prison, mais il fallait profiter de l’obscurité pour déjouer la surveillance des gardes […] Le commissaire, alerté, vint constater lui-même ce qui se passait. Il fit intervenir les forces de l’ordre. Les responsables furent obligées de retraverser la plupart des femmes pour aller diriger celles qui avaient pu passer. Les Blancs nous poursuivaient dans leur jeep. Je dus ma chance à Margot (Margerit Williams) car, avec mon groupe, nous voulions emprunter la rue qui menait directement à la prison et Margot me conseilla de contourner le Tribunal pour passer par la plage. Pour nous dissimuler, tantôt nous rampions, tantôt nous avancions à quatre pattes en direction d’Azuretti. », ibid., p. 44. et p. 47.

43 Landji N’Dri, une des marcheuses interviewées par Henriette Diabaté, précise : « On nous dit que le Gouverneur avait interdit de transporter ce jour-là les femmes ; qu’à cela ne tienne ! Nous sommes décidées à partir à Bassam, nous irons à pied. Alors nous entonnons nos chants d’Adjanou qui nous stimulent. […] Dès qu’il [le Gouverneur] a le dos tourné nous voilà parties à nouveau, nous sommes déjà dans les cocoteraies et bientôt, toujours au chant de l’Adjanou, l’Imperial est devant nous. », Diabaté Henriette, La marche des femmes sur Grand-Bassam, op. cit., p. 42. Dans le roman de Sembène, le chant domine dans la description de la marche des femmes : « Depuis qu’elles étaient sorties de Thiès, les femmes n’avaient cessé de chanter. Aussitôt qu’un groupe laissait mourir le refrain, un autre le reprenait, puis, de nouveaux couplets étaient nés […] Personne ne savait plus très bien où commençait le chant ni s’il finirait jamais. Il s’enroulait sur lui-même comme un serpent. Il était long comme une vie », Sembène Ousmane, Les Bouts de bois de Dieu, op. cit., p. 321.

44 Diabaté Henriette, La marche des femmes sur Grand-Bassam, op. cit., p. 32.

45 Voici le lien pour le clip : https://www.youtube.com/watch?v=YyFM-pWdqrY (consulté le 24 juin 2019).

46 Grâce à la chanson cet événement historique acquiert un sens symbolique dans le monde entier. Voir par exemple en Espagne : https://www.youtube.com/watch?v=9NL2RudMS0s, en Allemagne, où la marche se reproduit : https://www.youtube.com/watch?v=z_Rokov9ghg (consultés le 24 juin 2019).

47 La recherche est conclue par la suite : « Ainsi, dans la lutte entreprise par nos aînés pour faire de la Côte d’Ivoire ce qu’elle est, nos mères et nos sœurs ne furent pas en reste […]. Si la marche des femmes sur Grand-Bassam fut leur manifestation la plus spectaculaire, elle ne fut cependant pas un coup de tête. Elle s’insérait dans un mouvement général qui se poursuivra jusqu’à l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Nous pouvons être fières de nos mères et de nos sœurs, nous devons nous inspirer de leur exemple. », Diabaté Henriette, La marche des femmes sur Grand-Bassam, op. cit., p. 58.

Auteur

Centre de recherche sur l’analyse du discours, argumentation, rhétorique (ADARR), université de Tel-Aviv

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site