Version classiqueVersion mobile

L’Europe en automobile

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Guy Ducrey

V. Discours critique et politique

Octave Mirbeau et Herbert Spencer

Affinités et influences

Reg Carr

Texte intégral

1On sait depuis déjà longtemps que l’année 1885 a marqué une étape très importante dans l’évolution intellectuelle d’Octave Mirbeau. C’était comme s’il se réveillait d’une longue torpeur spirituelle, à l’issue de laquelle il se réorienta nettement vers une philosophie d’extrême gauche. Comme le papillon sortant du cocon, Mirbeau se trouvait en quelque sorte délivré de l’empreinte de son éducation de petit bourgeois normand, et il commença à rejeter la plupart des idées et des causes qu’il avait jusqu’alors appuyées de son zèle et soutenues par sa plume de quasi-prostitué.

2Voici, par exemple, traduit de l’anglais, ce que j’ai écrit moi-même, il y a trente-six ans déjà, dans ma thèse universitaire, au sujet de cette année des plus importantes dans la vie de Mirbeau – « l’année mirbellienne » en effet. Annus mirabilis : le moment où Mirbeau est rené comme par miracle :

  • 1 Reg Carr, Anarchism in France : the case of Octave Mirbeau, Manchester, University Press, 1977, p.  (...)

Parmi les philosophes scientifiques que Mirbeau lisait à cette époque, se trouvait Spencer, Büchner, Darwin et Guyau ; et leurs idées ont coloré la philosophie personnelle de Mirbeau avec le rationalisme athée et évolutionnaire qui était en train de mettre en doute l’autorité des institutions anciennes et qui menaçait tout l’édifice social1.

  • 2 Pierre Michel, Les Combats d’Octave Mirbeau, Les Belles Lettres, 1995, p. 61-62.

3Mais c’est à Pierre Michel que nous devons la clarification révélatrice qui nous a remis sur la piste au sujet de cette réorientation intellectuelle décisive de Mirbeau. Il s’agissait, paraît-il, d’une « combinaison originale de six imprégnations majeures, dont il fait son miel : celles de Pascal, de Voltaire, de Rousseau, de Darwin, de Spencer et de Schopenhauer2 ».

4C’est sans doute la présence de Spencer qui surprend le plus dans cette constellation de penseurs ; et c’est justement pour cela que je me suis fait le devoir de poursuivre avec plus de précision les affinités qui existaient entre Mirbeau et Spencer, et la nature de l’influence intellectuelle que le célèbre philosophe anglais aurait exercée sur la pensée mirbellienne.

  • 3 Voir Naomi Beck, « The Diffusion of Spencerism and its Political Interpretations in France and Ital (...)

5Et c’est pour cause que je dis « célèbre » au sujet de Spencer. Né en 1820 et mort en 1903, Herbert Spencer a été, en effet, pendant la deuxième moitié du xixe siècle, le philosophe anglais le plus célèbre de tous. Bien que Spencer soit de nos jours curieusement négligé et peu connu, il était néanmoins, de son vivant, le philosophe anglais le plus lu et le plus traduit dans toute l’Europe3.

6Chercheur et penseur polymathe, biologiste évolutionniste à l’instar de Darwin, économiste de l’école classique dite « laissez faire » de Dupont de Nemours, et philosophe libertaire de l’esprit de John Stuart Mill, Herbert Spencer a mis plus de trente ans à développer son Système de philosophie synthétique, grâce auquel il régnait sur la vie intellectuelle de l’ère de la reine Victoria.

7Contemporain et collègue de Darwin, c’est Spencer (plutôt que Darwin) qui a inventé les deux expressions « la survivance des mieux adaptés » et « la lutte pour la vie » ; et c’est Spencer aussi qui a, le premier de tous, appliqué la théorie évolutionniste à l’étude de la société. Sa philosophie politique libérale se fondait sur les droits de l’individu, qu’il prenait pour inaliénables, et il était reconnu partout comme le défenseur par excellence de la liberté et des droits naturels du citoyen.

8Le Système de philosophie synthétique de Spencer a consisté en une série de cinq ouvrages séparés, publiés en Angleterre entre 1855 et 1892. En 1855 – c’est-à-dire quatre ans avant la publication par Darwin de L’Origine des espèces Les Principes de psychologie de Spencer ont apporté une contribution majeure à la compréhension des relations matérielles entre l’intelligence, les sentiments, le développement et la fonction du système nerveux et du cerveau. Le livre a eu une influence profonde sur toute une génération ultérieure de psychologues tels que Freud et Pavlov, et ses idées sont à l’origine de la théorie du parallélisme psycho-physique qui se trouve à la base de la psychologie moderne. Mais Spencer a dû attendre la publication du deuxième volume de la série – les Premiers principes, publiés en 1862 – pour pouvoir imposer sa réputation de « grand penseur ».

9C’est ce deuxième volume qui a établi la renommée de Spencer, en Angleterre d’abord, mais rapidement aussi en Europe. Et c’est grâce à un Strasbourgeois, Auguste Laugel, que Spencer a commencé d’être lu en France. Commentateur éclairé de Darwin à la Revue des Deux Mondes et au Temps, où il faisait la chronique scientifique, Laugel a publié, en 1864, un compte rendu élogieux des Premiers principes – compte rendu qui a suscité beaucoup d’intérêt pour les écrits de Spencer, qui dès lors ont été systématiquement traduits et publiés en français. Insistant sur l’idée que l’Inconnu et l’Inconnaissable existent au fond de l’univers naturel, Spencer affirmait aussi qu’il y avait un « principe de continuité » au cœur du développement évolutionniste. Tous les organismes devenaient de plus en plus complexes et hétérogènes, et le progrès de toute matière, y compris la société humaine, était une nécessité inéluctible.

10Sa réputation établie, Spencer a complété son Système avec la publication des trois autres volumes de la série : les Principes de biologie (1864-1867), les Principes de sociologie (1873), et les Principes d’éthique (1879-1892). Politique libérale, voire libertaire, sociologie critique du statu quo et science d’inspiration évolutionnaire et athée : voilà un mélange puissant qui pouvait attirer l’attention de toute une génération de penseurs curieux et de lecteurs avides d’explications nouvelles de la vie, de l’univers et de tout !

11Et parmi ces lecteurs enthousiastes de Spencer – grâce aux traductions françaises publiées pendant les années 1870 et 1880 – se trouvait un certain Octave Mirbeau, qui était pour ainsi dire juste en train de réorienter sa vie et de refaçonner sa pensée. Au moment où l’écrivain, enfin guéri de sa passion malheureuse pour Judith Vimmer, s’apprêtait à mettre un terme à sa longue vie de « nègre », à voler de ses propres ailes et, avide d’aperçus nouveaux, à remettre en question son passé, il passait son temps à lire, et à lire encore. Il écrivait aussi, bien sûr – et comment ! Au cours de 1885, il écrivit des dizaines d’articles pour Le Gaulois et La France, corrigea les épreuves de plusieurs de ses derniers romans « nègres », prépara et publia les Lettres de ma chaumière – le premier livre signé de son propre nom – et entama les premiers chapitres du Calvaire. Mais si Mirbeau écrivit beaucoup cette année-là, il lut aussi beaucoup. Et cet annus mirabilis fut pour lui une période de découvertes heureuses et marquantes.

  • 4 Pierre Michel et Jean-François Nivet, Octave Mirbeau : L’Imprécateur au cœur fidèle, Séguier, 1990, (...)
  • 5 « Chroniques parisiennes », La France, 27 octobre 1885.
  • 6 « Préface », Paroles d’un révolté, Marpon et Flammarion, 1885.

12Nous savons, d’après les propres paroles de Mirbeau, qu’entre autres il lut une « sainte Trinité » de penseurs et d’écrivains d’extrême gauche : Pierre Kropotkine, Elisée Reclus, et Léon Tolstoï. Voilà, selon Pierre Michel et Jean-François Nivet, « les noms de ceux qui expliquent son évolution vers l’anarchisme théorique4 ». De Tolstoï, Mirbeau possédait ses propres exemplaires de Ma religion, d’Anna Karénine, et de La Guerre et la paix, qui ont été tous publiés en français au cours de l’année 1885. Du prince révolutionnaire Kropotkine, Mirbeau a lu les Paroles d’un révolté, au lendemain même de la publication du volume en France et il en parla aussitôt chaleureusement dans un article sur Germinal dans La France5. Du célèbre géographe anarchisant Elisée Reclus, Mirbeau a lu au moins sa préface émouvante du livre de Kropotkine, où Reclus aura sans doute fait vibrer une corde sensible chez lui en parlant des « phénomènes de décrépitude que présentent les États et… les lézardes qui s’ouvrent, les ruines qui s’accumulent6 ».

  • 7 « Octave Mirbeau romancier ». Dans : Octave Mirbeau, Œuvre romanesque…, Volume 1, Buchet/Chastel, 2 (...)

13Je suis donc pleinement d’accord avec Pierre Michel lorsqu’il parle de « l’influence conjuguée de Kropotkine et de Tolstoï » pendant cette période si formatrice pour Mirbeau, où il en est venu « à une remise en cause systématique et argumentée de la société bourgeoise et de l’économie capitaliste7 ». Mais en plus de cette « sainte Trinité », Mirbeau a dévoré aussi les écrits philosophiques de Spencer, qui, à cette époque-là, se trouvait à l’apogée de sa renommée en France.

  • 8 Herbert Spencer, An Autobiography… Vol. II, New York, Appleton, 1904, p. 383-384 et p. 436.

14Nous ignorons malheureusement qui a fait découvrir à Mirbeau l’œuvre de Spencer. Le philosophe anglais était largement connu comme l’apôtre suprême de l’évolution, comme un analyste raffiné des faits sociaux, et comme un commentateur pénétrant des phénomènes politiques. Ses œuvres principales avaient été traduites en français par des savants respectés, Émile Cazelles et Théodule Ribot. Elles ont pénétré dans les lycées français à partir de 1879 et dans les bibliothèques publiques de la France à partir de 18818. Spencer était, en quelque sorte, « dans l’air du temps » ; et il n’est guère surprenant que Mirbeau, assoiffé d’idées nouvelles, ait commencé à lire ce philosophe du jour.

  • 9 Bibliothèque de Octave Mirbeau. Deuxième partie. Beaux-arts. Livres dans tous les genres. Autograph (...)

15Nous savons avec certitude que Mirbeau possédait son propre exemplaire d’une des œuvres clefs de Spencer, l’Introduction à la science sociale. Le catalogue de la bibliothèque de Mirbeau, vendue après sa mort, signale la présence de ce livre séminal9. Le livre faisait partie d’une longue série de volumes de philosophie et de science publiée par la Librairie Baillière (La Bibliothèque scientifique internationale) dont Mirbeau possédait au moins cinq titres. Et l’on n’a qu’à ouvrir ce livre important – où Spencer s’est chargé d’une interprétation scientifique des phénomènes sociaux – pour comprendre tout de suite pourquoi Spencer a pu s’adresser directement et profondément à l’intelligence et à l’esprit chercheur de Mirbeau. Voici, par exemple, le genre d’appel que Spencer adresse à ses lecteurs :

  • 10 Herbert Spencer, Introduction à la science sociale…, troisième édition, Baillière, 1878, p. 423.

La seule chose qu’il soit raisonnablement permis d’espérer, c’est que parfois un de nos lecteurs considère, dans un moment de calme, combien ses idées sur les affaires publiques ont été faites pour lui par les circonstances, et combien il est probable qu’elles sont fausses, ou seulement partiellement vraies10.

16Étant donné la situation personnelle de Mirbeau, au grand tournant de sa vie, il n’est pas difficile d’imaginer combien il aurait pu s’identifier avec ce lecteur imaginé. Et Spencer de poursuivre :

  • 11 Ibid.

[…] en faisant le compte des sentiments perturbateurs engendrés par l’éducation, le pays, la classe, le parti, la religion… [le lecteur] pourra se souvenir à l’occasion que de purs accidents ont beaucoup contribué à déterminer ses convictions. Ce souvenir pourra l’amener à ne pas s’attacher aussi fortement à ses convictions ; il en viendra peut-être à voir la nécessité de leur faire subir un examen critique et une épuration ; par-dessus tout, il deviendra peut-être moins pressé d’agir sous leur inspiration11.

  • 12 Voir par exemple : David C. J. Lee, « Bourget’s debt to Herbert Spencer : Le Disciple and the self- (...)

17C’est comme si Spencer connaissait bien le Mirbeau de 1885, et comme s’il eût composé ces lignes uniquement pour lui ! Mais l’appel de Spencer ne s’adressait pas uniquement à Mirbeau : il y avait bien d’autres qui ont trouvé dans la philosophie spencérienne une meilleure compréhension non seulement de l’univers, mais d’eux-mêmes aussi. On pourrait parler, par exemple, de Paul Bourget, grand ami de Mirbeau à cette époque, et dont le roman psychologique Le Disciple, de 1889, a été notamment influencé par l’épistémologie de Spencer et par sa doctrine de l’Inconnaissable12.

18Mais pour mieux illustrer l’effet qu’ont pu produire les idées de Spencer sur un écrivain en quête de soi-même comme Mirbeau, il suffit de considérer l’exemple du jeune américain Jack London. Dix ans plus tard que Mirbeau, London a découvert Spencer aux États-Unis, où les œuvres du philosophe anglais ont largement répandu leur influence. Le jeune London a été si profondément affecté par la lecture des Premiers principes de Spencer, qu’en 1909 il a publié un roman quasi-autobiographique, Martin Eden, dans lequel le héros éponyme était tout à fait imprégné de la philosophie spencérienne. Et voici le récit de ce que London appelle « la grande découverte » de Spencer par le jeune Martin Eden :

  • 13 Martin Eden (1909), chapitre xiii. La traduction est la mienne (RPC).

Ainsi commença la grande découverte… Il se mit au lit et commença la lecture des Premiers principes. Le matin, dans l’impossibilité de s’endormir, il lisait encore… Il resta au lit jusqu’à avoir le corps rompu. Il se mit ensuite sur le plancher dur, sur le dos, avec le livre suspendu dans l’air au-dessus de lui, oublieux de tout… Et voici cet homme Spencer, qui organisait pour lui toutes les connaissances, qui réduisait tout à l’unité, qui élaborait des réalités ultimes, et qui présentait à son regard émerveillé un univers si concrètement réalisé… Il n’y avait pas de caprice, pas de hasard. Tout était loi13

  • 14 Ce sont les chapitres viii à xii de l’Introduction à la science sociale.
  • 15 La même année, en effet (1885), Mirbeau lui-même a parlé de « tout le détritus de préjugés atavique (...)

19Et comment Mirbeau n’aurait-il pas senti une forte affinité avec l’auteur d’un livre dont la table des matières contenait une série de chapitres intitulés « Les préjugés de l’éducation », « Les préjugés du patriotisme », « Les préjugés de classe », « Les préjugés politiques », et « Les préjugés théologiques14 » ? On peut aisément s’imaginer que le futur auteur du Calvaire, de L’Abbé Jules, et de Sébastien Roch, tout comme l’auteur de Croc-Blanc, ne pouvait fermer un tel livre, une fois commencé15 !

  • 16 À l’âge de cinquante-quatre ans, Mirbeau a dit au sujet de son éducation : « C’est après beaucoup d (...)
  • 17 Le deuxième chapitre surtout, écrit en 1885, où le jeune Mintié embrasse d’un baiser fraternel le s (...)
  • 18 « Lettres de Versailles », Le Gaulois, 6 août 1884.

20Et « forte affinité » il y avait tout d’abord, sans aucun doute – et de plusieurs points de vue. Au sujet de l’éducation, Mirbeau lui-même avait lutté déjà longtemps contre les effets funestes des années passées chez les Jésuites de Vannes16. Quant au patriotisme, Mirbeau était déjà d’accord avec Tolstoï sur le besoin de la fraternité universelle ; et pendant l’été de 1885 il entamait déjà les premiers chapitres de l’anti-patriotique Calvaire17. Sur le plan politique aussi, Mirbeau avait déjà exprimé son dégoût et sa méfiance envers les politiciens de toutes les couleurs, comme par exemple dans ses « Lettres de Versailles » du mois d’août de l’année précédente : « … tas grouillant d’êtres malpropres et malhonnêtes, sans courage, sans dignité, sans conscience, sans patrie, qui trafiquent de leur mandat, vendent leurs convictions au ministre le plus offrant18 ».

  • 19 Introduction à la science sociale, op. cit., p. 424.

21Il est clair aussi qu’au sujet des « préjugés théologiques » Mirbeau a trouvé beaucoup de points communs avec Spencer. Athée et anti-catholique depuis très longtemps (a-t-il jamais cru en Dieu ?), Mirbeau avait néanmoins besoin d’explications de la raison des choses, même s’il n’a jamais trouvé une métaphysique matérialiste qui l’ait entièrement satisfait ou convaincu. Chez Spencer, du moins, il a rencontré des raisons scientifiques, exprimées avec conviction, pour éliminer, finalement, le bon Dieu de la question. Solidement fondé sur les multiples évidences de l’évolution, c’est Spencer surtout, parmi les philosophes du xixe siècle, qui a appliqué les lois progressives de la nature aux questions psychologiques, éthiques, sociales et politiques. Et – comme Spencer lui-même a écrit dans la conclusion de son Introduction à la science sociale – ayant une fois écarté la Divinité de sa philosophie, Spencer s’est mis à « attribuer uniquement les actions sociales et les événements politiques à des causes naturelles et rayer la Providence du nombre des facteurs19 ».

22Pour Mirbeau, donc, c’était la même expérience que pour Martin Eden dans le roman de Jack London

  • 20 Martin Eden, op. cit.

[…] il avait entendu parler de l’évolution comme d’une théorie poussiéreuse, tenue par de très petits hommes avec des vocabulaires énormes et incompréhensibles. Mais maintenant, il voyait que l’évolution n’était point une théorie mais une idée reçue sur le processus du développement20.

23Et c’est ici, dans ces fondements scientifiques de la philosophie de Spencer, qu’on peut parler non seulement d’« affinité » entre Mirbeau et Spencer mais aussi d’influence directe. Car, attiré instinctivement et de premier abord par une philosophie où Dieu avait été détrôné, Mirbeau s’est rassuré ensuite, en suivant l’évidence étalée en détail par Spencer, qu’il y avait des raisons solides pour remplacer la déité chrétienne par une série de lois naturelles qui affectent la vie de tous les organismes du monde, y compris les animaux, les hommes, et la société entière.

24Voici, par exemple, quelques extraits de Spencer qui n’auraient pas manqué de susciter l’approbation de Mirbeau et d’alimenter ses opinions nouvelles :

– M. Darwin a prouvé que la « sélection naturelle », jointe à une tendance à la variation et à l’hérédité des variations [est] une des causes principales… de cette évolution grâce à laquelle tous les êtres vivants, en commençant par les plus humbles, ont atteint leur organisation actuelle et l’adaptation à leur mode d’existence » (L’Individu contre l’État).
– […] on ne peut songer avec calme aux maux qui accompagnent la lutte pour l’existence » (L’Individu contre l’État).
– […] l’organisation sociale a des lois plus fortes que les volontés individuelles, et…, faute de les étudier, on s’expose à causer bien du mal » (L’Individu contre l’État).
– […] avant qu’il se produise dans la nature humaine des changements ayant le caractère de permanence… il faut qu’il y ait eu des répétitions innombrables des pensées, des sentiments et des actions, de nature à amener ces changements. Cette marche ne peut être abrégée ; il faut la suivre avec la patience nécessaire (Introduction à la science sociale).

  • 21 Par exemple : « Si la religion et la science peuvent se réconcilier, c’est sur ce fait, le plus pro (...)

25Si l’on compare ces lignes avec des extraits de Mirbeau, on voit tout de suite combien Mirbeau a intégré la pensée de Spencer à la sienne. De 1893 d’abord, paraît un article de L’Écho de Paris qui préfigure déjà le thème central du Jardin des supplices et qui intègre aussi l’épistémologie de Spencer au sujet de l’Inconnaissable qu’on trouve dans les Premiers principes21 :

  • 22 « En écoutant la rue », L’Écho de Paris, 24 octobre 1893.

Je suis persuadé qu’il existe dans la nature une force mystérieuse pour nous, une force que nous ne connaissons pas encore – car, que connaissons-nous ? –, une force qui n’est peut-être, après tout, que la Vie, et contre laquelle, à de certains moments d’excessive épouvante, se brise le génie destructeur de l’homme22.

26Et en février 1894 cette réflexion :

  • 23 « Protégeons-nous les uns les autres », Le Journal, 25 février 1894.

Il existe une loi de la vie, loi primordiale et nécessaire, hors laquelle le mécanisme mondial se détraque et s’arrête : c’est la loi du mouvement. Et qui dit mouvement, dit lutte… Supprimer la lutte, c’est l’immobiliser, c’est la mort23.

27Et, de la même année encore :

  • 24 « Philosophe sans le savoir », Le Journal, 10 juin 1894.

[…] il y quelque chose de plus puissant que la volonté humaine : l’âme obscure, profonde et invincible de la Nature, dans laquelle nous ne pénétrons pas24.

28Et, pour montrer combien l’influence de Spencer sur Mirbeau s’est maintenue, voyez enfin ce court extrait de La 628 E-8, qui date, on le sait bien, de 1907 :

  • 25 La 628-E8, chapitre V.

Aucune politique, aucune loi, même aucun livre n’a le pouvoir de transformer d’un coup les hommes25

29Plus de vingt ans après sa première lecture de Spencer, Mirbeau exprime encore un point de vue tout à fait spencérien, et qui reconnaît avec une touche typique d’amertume que l’évolution vers le meilleur n’est pas le travail d’une seule journée ! Mais quels ont été précisément les livres de Spencer que Mirbeau a lus à cette époque de formation ? L’Introduction à la science sociale, incontestablement. Mais il est devenu déjà évident aussi que Mirbeau a bien connu les livres scientifiques de Spencer. Et il paraît donc fort possible que Mirbeau ait lu non seulement les Premiers principes mais aussi peut-être les Principes de biologie.

30Il a certainement connu les Principes de biologie quelques années plus tard, puisqu’il en a fait mention dans son article ironique « Une perquisition en 1894 », où il s’est moqué de deux policiers stupides en train de saisir tous les livres supposés « dangereux » qu’ils ont trouvés sur les rayons de sa bibliothèque, y compris ce livre de Spencer :

  • 26 « Une perquisition en 1894 », Le Journal, 10 janvier 1894.

[…] enlevez tous les livres, en bloc, [dit le commissaire]… Ce sera plus vite fait…
L’homme appela encore :
– Les Principes de biologie.
– Biologie, aussi ! hurla le commissaire… Minéralogie… tétralogie, anthropologie ! Êtes-vous donc sourd ? Je vous dis, tous les livres, tous26 !

  • 27 Publié à Paris par Baillière, et traduit de l’anglais par J. Gerschel. Il y aura une deuxième éditi (...)
  • 28 « Contrat de mariage avec Alice Regnault ». Voir Octave Mirbeau, Correspondance générale, tome I, L (...)

31Sociologie et science de Spencer, donc. Il me semble invraisemblable aussi qu’un Mirbeau déjà anarchisant n’eût pas possédé au moins un volume de Spencer sur la politique. Et pour moi – comme pour les anarchistes qui ont si souvent cité Spencer dans leurs publications – le candidat le plus probable serait L’Individu contre l’État, dont la première édition française date comme par hasard de 188527. Mais nous savons de surcroît, selon le contrat de mariage de Mirbeau, rédigé en mai 1887, qu’il possédait à l’époque « trois volumes Herbert Spencer… tous lesdits volumes reliés28 ». Nous est-il donc permis d’identifier ces trois volumes précieux comme l’Introduction, les Premiers principes (ou peut-être les Principes de biologie ?) et L’Individu contre l’État ? On aimerait le savoir !

  • 29 Pierre Michel, Octave Mirbeau : combats pour l’enfant, Vauchrétien, Ivan Davy, 1990, p. 20.

32Lecteur avide de Spencer, donc. Mais, comme Pierre Michel nous le signale, ce n’est pas en théoricien stérile que Mirbeau a intégré la philosophie spencérienne dans ses propres écrits. Au contraire, c’est à travers une œuvre littéraire et journalistique de longue haleine que Mirbeau va, dorénavant, « marteler quelques idées simples… afin de contribuer à l’émancipation des esprits29 ». Et l’on voit d’emblée, en lisant les œuvres de Mirbeau, que c’est surtout dans ces trois domaines – sociologie, science et politique – qu’il a absorbé certaines idées clefs de Spencer, qu’il s’est réappropriées. Reste à illustrer donc quelques-unes de ces idées que Mirbeau a trouvées dans ces trois domaines chez Spencer, et d’en tirer, en guise de conclusion à cette étude préliminaire, une perception plus juste de l’étendue de l’influence spencérienne sur la pensée de Mirbeau.

33Et voici la liste, très sélective d’ailleurs, des points de correspondance – d’affinités ou d’influence – entre les écrits de Spencer et ceux de Mirbeau du point de vue d’abord des questions sociales :

  • 30 Mirbeau s’est trouvé tellement d’accord avec Spencer sur les crimes du colonialisme qu’il a emprunt (...)
  • 31 L’expression « la manie de l’apostolat » est de Mirbeau (dans le chapitre vii de Dingo) ; mais Spen (...)

34La religion, bien sûr, que les deux écrivains ont considérée comme une superstition du passé, et qui se dissiperait à la lumière des sciences ; l’éducation publique aussi, qu’ils ont regardée tous les deux comme un moyen de contrôle employé par la société pour maintenir les préjugés du passé dans l’esprit des jeunes ; le militarisme encore, qui n’était pour eux qu’une forme oppressive de contrainte sociale qui remontait au barbarisme guerrier, et qui devra faire place à l’entente pacifique entre les peuples ; le patriotisme, fondé sur le nationalisme, qui faisait appel aux plus mauvais instincts de l’homme ; le colonialisme ensuite, qu’ils considéraient comme l’expression extérieure du militarisme, appuyée sur « la religion de la haine30 » ; la condition de la classe ouvrière, qui ressemblait sous certains aspects à l’esclavage ancien ; le misonéisme qui n’était qu’une préférence malsaine pour un passé perdu, un préjugé contre le changement et contre l’avenir. Ils étaient convaincus, tous les deux, que le grand public n’avait qu’un très mauvais goût, dans la littérature, dans l’art, et dans sa préférence pour les mensonges plutôt que pour les vérités parfois difficiles ; ils tenaient les droits de l’individu pour inaliénables et ils les défendaient à tout prix contre les déprédations de l’État ; la charité publique ne méritait que leur mépris : cette espèce de philanthropie n’était autre qu’un leurre hypocrite et néfaste. Le journalisme était le repère de menteurs, de réclamateurs, et de cabotins malins qui, pour des raisons suspectes, n’avaient cure de la vérité. Le progrès, c’était le processus lent, frustrant, et souvent violent par lequel l’humanité évoluait vers un avenir meilleur – mais il était plein de soubresauts décevants, comme l’évolution elle-même. Point de vue purement anarchiste aussi, ils voyaient dans la coopération spontanée et mutuelle la seule façon d’améliorer les conditions sociales et d’augmenter le bien-être des hommes. Finalement, ils avaient tous les deux « la manie de l’apostolat31 », c’est-à-dire ils sentaient le devoir de dire à tout prix la vérité.

35Sur les questions scientifiques il y avait aussi beaucoup de points communs entre les deux hommes :

  • 32 Le pauvre Georges, en contemplant un ciel de nuit, a exprimé une angoisse existentialiste avant la (...)
  • 33 En effet, c’est Spencer qui a été largement responsable de l’introduction des mots altruisme et alt (...)

36Mirbeau était d’accord avec Spencer sur l’Inconnaissable – il en donna les preuves dans son roman extraordinaire Dans le ciel32. Nous pouvons (peut-être) deviner le « comment ? » de l’univers, mais jamais le « pourquoi ? » ; et nous restons, en fin de compte, entourés de mystères insondables. Quant aux lois de la nature et de la vie, nous les constatons, mais les comprenons à peine. L’évolution s’applique à toutes les sciences et à tous les organismes, même la société. L’attraction des sexes, c’est une force irrésistible et souvent néfaste dans ses conséquences. La nature humaine ne se modifie que très lentement et est à peine perfectible. La matière est indestructible. La lutte pour l’existence se trouve à l’origine de toute vie mais elle engendre bien des maux à regretter. Et l’altruisme – sujet particulièrement cher à Spencer33 – est reconnu comme la forme la plus évoluée des sentiments humains.

  • 34 Par exemple, dans La Révolte et puis dans Les Temps Nouveaux de Jean Grave, connu et apprécié de Mi (...)

37Mais c’est dans le domaine politique, enfin, que nous touchons de plus près à l’anarchisme croissant de Mirbeau. Spencer était bien connu pour ses opinions libertaires. Des extraits spencériens ont été souvent publiés par la presse anarchiste34. Il vaut la peine de noter, donc, que l’anarchiste Auguste Vaillant, au cours de son procès après l’attentat à la Chambre des Députés en décembre 1893, a révélé combien les anarchistes de l’époque ont associé Spencer et Mirbeau à leurs actes de violence :

  • 35 Procès-verbal cité dans L’Écho de Paris du 12 janvier 1894.

Toutes les forces gouvernementales actuelles n’empêcheront pas les Reclus, les Spencer… les Mirbeau, de semer les idées de justice et de liberté… et ces idées, accueillies par les malheureux, fleuriront en actes de révolte35

  • 36 Lettre à Paul Hervieu, 22/23 octobre 1893.

38Et Mirbeau n’exagérait point lorsqu’il proclamait à Hervieu combien il approuvait lui-même les idées libertaires de Spencer : « La pensée anarchiste… est dans Spencer et dans Stuart Mill. Lisez-les, et vous verrez que rien n’est plus intelligent. L’anarchie, ce n’est pas autre chose que de substituer à l’initiative de l’État l’initiative de l’individu… la théorie anarchiste… rentre dans les grandes lois naturelles36 ».

39L’État, voilà l’ennemi dangereux, le pouvoir coercitif. Et le parlementarisme – la démocratie dite représentative – voilà une histoire de mensonges et de corruption. Le suffrage universel n’était rien d’autre qu’un leurre et une tromperie. Le socialisme (et aussi, plus tard, le collectivisme) était l’ennemi hypocrite de la vraie liberté. La santé publique, voilà un foyer de vénalité et d’incompétence irresponsable. Le système législatif et juridique n’existait que pour opprimer l’individu et pour lui voler ses droits naturels. Les honneurs et les décorations publiques devait être refusés en tant que reconnaissance vaine émanant d’une bureaucratie bien-pensante. Les relations internationales ne deviendraient pacifiques que lorsque le militarisme aurait disparu. Et ils partageaient tous les deux une approbation pour les Boërs dans leur lutte pour l’indépendance.

  • 37 L’auteur de cet article publiera un de ces jours la concordance comparative – avec citations – des (...)
  • 38 Spencer a été « souvent évoqué » dans les écrits de Mirbeau (l’expression est de Pierre Michel – Le (...)

40On pourrait en dire long sur chacune des correspondances notées ici entre Spencer et Mirbeau – et il y en avait bien d’autres37. Mais dans cette étude préliminaire nous avons assez vu pour conclure en fin de compte, qu’il y eu de fortes affinités entre Mirbeau et Spencer – affinités qui, en 1885, on suffisamment attiré un écrivain en train de refaire ses idées pour devenir une influence profonde et durable dans sa vie, dans sa pensée, et dans ses écrits38.

41Ce qui est certain, c’est que Mirbeau a trouvé en Spencer un philosophe à son goût, un sociologue qui s’est adressé systématiquement à la question sociale du point de vue de l’évolution de l’humanité, un scientiste qui a trouvé des faits d’observation pour soutenir chacune de ses conclusions, et un critique objectif, libéral, et informé du monde politique contemporain.

42Mais, comme il convient, laissons à Mirbeau lui-même les derniers mots au sujet de Spencer

  • 39 Dingo, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1913, p. 23.

Herbert Spencer… le plus fameux philosophe du Royaume-Uni39.

  • 40 Lettre à Paul Hervieu, 30 août 1888.

[…] les grands philosophes, Stuart Mill, Spencer, Claude Bernard40

  • 41 « Émile Hennequin », Le Figaro, 27 juillet 1888.

– [Émile Hennequin] était de la race intellectuelle des Spencer41

  • 42 Préface à La Société mourante de Jean Grave, Tresse & Stock, 1893, p. VI.

Mon ami a… travaillé… l’aristocratique Spencer… Tout cela l’emporte… vers les hauteurs où l’intelligence se purifie42.

Notes

1 Reg Carr, Anarchism in France : the case of Octave Mirbeau, Manchester, University Press, 1977, p. 21.

2 Pierre Michel, Les Combats d’Octave Mirbeau, Les Belles Lettres, 1995, p. 61-62.

3 Voir Naomi Beck, « The Diffusion of Spencerism and its Political Interpretations in France and Italy », Herbert Spencer : the Intellectual Legacy (London, The Galton Institute, 2004), p. 37-60.

4 Pierre Michel et Jean-François Nivet, Octave Mirbeau : L’Imprécateur au cœur fidèle, Séguier, 1990, p. 227.

5 « Chroniques parisiennes », La France, 27 octobre 1885.

6 « Préface », Paroles d’un révolté, Marpon et Flammarion, 1885.

7 « Octave Mirbeau romancier ». Dans : Octave Mirbeau, Œuvre romanesque…, Volume 1, Buchet/Chastel, 2000, p. 39.

8 Herbert Spencer, An Autobiography… Vol. II, New York, Appleton, 1904, p. 383-384 et p. 436.

9 Bibliothèque de Octave Mirbeau. Deuxième partie. Beaux-arts. Livres dans tous les genres. Autographes, Librairie Henri Leclerc, 1919, p. 14.

10 Herbert Spencer, Introduction à la science sociale…, troisième édition, Baillière, 1878, p. 423.

11 Ibid.

12 Voir par exemple : David C. J. Lee, « Bourget’s debt to Herbert Spencer : Le Disciple and the self-adjusting watch », The Modern Language Review, Vol. 95, n ° 3, Juillet 2000, p. 653-673.

13 Martin Eden (1909), chapitre xiii. La traduction est la mienne (RPC).

14 Ce sont les chapitres viii à xii de l’Introduction à la science sociale.

15 La même année, en effet (1885), Mirbeau lui-même a parlé de « tout le détritus de préjugés ataviques que l’évolution de ses ancêtres a laissé » dans le cerveau de l’homme, dont il « doit chercher finalement à affranchir son esprit » (Lettres de l’Inde, Caen, L’Échoppe, 1991, p. 44-45). Treize ans plus tard, Mirbeau se souvenait encore de la lutte qu’il avait menée pour se débarrasser des diverses « empreintes » subies dans sa jeunesse : « L’harmonie d’une vie morale c’est d’aller sans cesse du pire vers le mieux… Devant les découvertes successives de ce qui lui apparaît comme la vérité, cet homme-là est heureux de répudier, un à un, les mensonges où le retiennent, si longtemps, prisonnier de lui-même ces terribles chaînes de l’éducation de la famille, des prêtres ou de l’État. C’est plus difficile qu’on ne pense d’effacer ces empreintes, tant elles sont fortement et profondément entrées en vous » (« Palinodies », L’Aurore, 15 novembre 1898).

16 À l’âge de cinquante-quatre ans, Mirbeau a dit au sujet de son éducation : « C’est après beaucoup de luttes, au prix d’efforts douloureux, que je suis parvenu à me libérer de ces superstitions abominables par quoi on enchaîne l’esprit de l’enfant pour mieux dominer l’homme plus tard » (« Réponse à une enquête sur l’éducation », La Revue Blanche, 1er juin 1902).

17 Le deuxième chapitre surtout, écrit en 1885, où le jeune Mintié embrasse d’un baiser fraternel le soldat allemand qu’il vient de tuer, a fait scandale dès sa publication en 1886. Et Mirbeau d’écrire à ce sujet, dans la préface de la neuvième édition de son roman : « Le patriotisme tel que je le comprends… tel que je l’aime, travaille dans le recueillement… S’il pique un peu moins de panaches au chapeau des généraux, il met un peu plus de laine sur le dos des pauvres gens » (Les Écrivains, vol. II, Flammarion, 1926, p. 267-268).

18 « Lettres de Versailles », Le Gaulois, 6 août 1884.

19 Introduction à la science sociale, op. cit., p. 424.

20 Martin Eden, op. cit.

21 Par exemple : « Si la religion et la science peuvent se réconcilier, c’est sur ce fait, le plus profond, le plus large et le plus certain de tous, que la puissance dont l’univers est pour nous la manifestation est complètement impénétrable » (Les Premiers principes, chapitre premier, section 14).

22 « En écoutant la rue », L’Écho de Paris, 24 octobre 1893.

23 « Protégeons-nous les uns les autres », Le Journal, 25 février 1894.

24 « Philosophe sans le savoir », Le Journal, 10 juin 1894.

25 La 628-E8, chapitre V.

26 « Une perquisition en 1894 », Le Journal, 10 janvier 1894.

27 Publié à Paris par Baillière, et traduit de l’anglais par J. Gerschel. Il y aura une deuxième édition en 1888.

28 « Contrat de mariage avec Alice Regnault ». Voir Octave Mirbeau, Correspondance générale, tome I, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2002, p. 664.

29 Pierre Michel, Octave Mirbeau : combats pour l’enfant, Vauchrétien, Ivan Davy, 1990, p. 20.

30 Mirbeau s’est trouvé tellement d’accord avec Spencer sur les crimes du colonialisme qu’il a emprunté verbatim, de l’Introduction à la science sociale, l’expression « actes de démon » pour caractériser la cruauté féroce des colonisateurs. (« Colonisons », Le Journal, 13 novembre 1892).

31 L’expression « la manie de l’apostolat » est de Mirbeau (dans le chapitre vii de Dingo) ; mais Spencer lui-même a écrit, dans L’Individu contre l’État : « […] c’est le devoir de quiconque regarde une doctrine comme vraie et importante de faire ce qu’il peut pour la propager, sans s’inquiéter du résultat possible ».

32 Le pauvre Georges, en contemplant un ciel de nuit, a exprimé une angoisse existentialiste avant la lettre : « … j’eus la terreur de ces étoiles si muettes, dont le pâle clignotement recule encore, sans l’éclairer jamais, le mystère affolant de l’incommensurable. Qu’étais-je moi, si petit, parmi ces mondes ? De qui étais-je donc né ? Et pourquoi ? Où donc allais-je, vil fétu, perdu dans ce tourbillon des impénétrables harmonies ? » (Dans le ciel, op. cit., p. 47). Et le peintre Lucien a « expliqué » son but artistique dans ces termes : « Ce que je voudrais, ce serait rendre, rien que par de la lumière, rien que par des formes aériennes, flottantes, où l’on sentirait l’infini, l’espace sans limite, l’abîme céleste, ce serait rendre… de l’invisible dans de l’impalpable… » (Ibid., p. 126).

33 En effet, c’est Spencer qui a été largement responsable de l’introduction des mots altruisme et altruiste dans le langage courant du xixe siècle. Voir Thomas Dixon, « Herbert Spencer and Altruism : The Sternness and Kindness of a Victorian Moralist », Herbert Spencer : the Intellectual Legacy, op. cit., p. 87.

34 Par exemple, dans La Révolte et puis dans Les Temps Nouveaux de Jean Grave, connu et apprécié de Mirbeau.

35 Procès-verbal cité dans L’Écho de Paris du 12 janvier 1894.

36 Lettre à Paul Hervieu, 22/23 octobre 1893.

37 L’auteur de cet article publiera un de ces jours la concordance comparative – avec citations – des points de vue partagés entre Spencer et Mirbeau qu’il a rédigée en préparant cette étude.

38 Spencer a été « souvent évoqué » dans les écrits de Mirbeau (l’expression est de Pierre Michel – Les Combats d’Octave Mirbeau, op. cit., p. 90). Notons donc, pour illustrer cette « évocation », que Mirbeau fait mention de Spencer dans Le Calvaire (écrit en 1885-1886 et publié en 1887), quand Jean Mintié dit de son propre livre : « […] j’y retrouve de tout, de l’Herbert Spencer… du Jean-Jacques Rousseau et… du Victor Hugo… » (Le Calvaire, chapitre iii). Plus tard, dans un article élogieux sur Camille Pissarro, Mirbeau a inséré avec approbation cette citation importante de l’Introduction à la science sociale : « Pour juger un homme, voyez quelle est, dans ses discours, la proportion des généralités aux personnalités ; vous en trouverez peu qui soient habitués a considérer les événements humains autrement qu’au point de vue biographique. » (L’Art dans les Deux Mondes, 10 janvier 1891). Finalement, il vaut la peine de noter que vers la fin de sa vie Mirbeau a parlé de Spencer au moins trois fois au cours du premier chapitre de Dingo (1913).

39 Dingo, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1913, p. 23.

40 Lettre à Paul Hervieu, 30 août 1888.

41 « Émile Hennequin », Le Figaro, 27 juillet 1888.

42 Préface à La Société mourante de Jean Grave, Tresse & Stock, 1893, p. VI.

Auteur

Bodley’s Librarian Emeritus, University of Oxford.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search