Version classiqueVersion mobile

L’Europe en automobile

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Guy Ducrey

IV. Confrontations et réceptions

De La 628-E8 d’Octave Mirbeau à La 629-E9 de Didier de Roulx

Paul Aron

Texte intégral

1Publié à Paris en 1923 et dédié à « Octave Mirbeau, à son talent, à sa mémoire, en souvenir de La 628-E8 », l’ouvrage de Didier de Roulx est une réaction tardive au livre de Mirbeau (1907).

  • 1 Frantz Van Dorpe, De familie Janssens ; later Janssens de Varebeke, Sint Niklaas, 1981. L’auteur (1 (...)

2Didier de Roulx est le pseudonyme d’André Janssens né à Saint Nicolas (Sint Niklaas) le 17 décembre 1879. En 1912, la famille a été autorisée à joindre à son patronyme la mention « de Varebeke ». Notre écrivain est le fils d’Alphonse-Joseph Janssens (1841-1906) et de Coletta de Schrijver (1846-1905). Le père était un notable local. Membre du conseil communal de 1885 à 1903, député à la Chambre des Représentants, il travaillait à la banque de commerce de sa ville natale où il fit bâtir une imposante demeure bourgeoise devenue depuis musée communal. Très catholique, il est parti s’enrôler en 1868 comme volontaire dans les zouaves pontificaux pour soutenir le pape Pie IX. Poète à ses heures perdues, il fut élu à l’académie flamande en 1898 (Vlaamsche academie) et à l’Accademia degli Arcadi de Rome. Bien connue, la généalogie de la famille Janssens a été dressée par Frantz Van Dorpe, un de ses membres, en 1981. Ce dernier précise toutefois que seuls quelques-uns des enfants d’Alphonse Janssens méritent d’être connus : il cite Ludovic (1882-1948), Marguerite et Josepha et, curieusement, ignore André, qui nous intéresse1.

3Un roman aux consonances nettement autobiographiques nous permet de conjecturer les raisons de ce silence. Didier de Roulx raconte en effet dans L’Humble demeure comment son héros André du Pandel (que l’on retrouvera dans La 629-E9), est parti à Paris sans regretter le « château qu’il avait habité avec ses parents ». Sa mère, ajoute-t-il, « femme maussade élevée dans d’austères principes n’avait jamais aimé son caractère franc » et son père, brave homme au caractère faible, ne s’en est guère occupé. Il a donc été placé chez les Jésuites dès l’âge de 7 ans et s’est enfui à Paris dès la mort de ses parents. La fiction situe ce départ autour de 1904, et de fait ses parents sont morts, je l’ai dit, en 1905 et 1906. On peut donc penser que le jeune homme a touché une part de l’héritage familial avant de mener une vie de peintre et d’écrivain relativement dépourvue de préoccupations financières.

4Sa carrière littéraire s’étend de 1905, date de la publication d’une première nouvelle (Vina) à 1938. Son œuvre comprend deux pièces de théâtre, des romans et de la poésie de forme néoclassique. Dans les Poèmes mystiques, il précise qu’il est fidèle « à la forme classique qui favorise la pensée objective », et il déclare adhérer à la foi catholique en rappelant : « je ne suis pas un converti ». La plupart de ses œuvres sont édités à l’enseigne des « Éditions de la jeune école », qui n’ont rien publié d’autre. Il s’agit donc de comptes d’auteur, ce qui explique également que notre homme soit inconnu des bibliographes. Toutes ces œuvres sont signées Didier de Roulx, mais également André Didier de Roulx.

5Dans l’ensemble, le travail littéraire de Didier de Roulx ne mérite sans doute pas que l’on secoue la poussière qui le recouvre. Toutefois deux de ses textes intéressent l’histoire littéraire. Le premier est un recueil de pastiches publié en 1925 : À la manière de nos divins poètes. La table des matières annonce clairement que le recueil qui se situe dans la filiation parodique des À la manière de… mis en vogue par Reboux et Müller depuis 1907 ; on y trouve : Arthur Rimbaud, « Ivre dans mon bateau » ; Edmond Rostand, « Les barbillons » ; Emile Verhaeren, « L’illusoire splendeur » ; Paul Geraldy, « Toi c’est moi » ; José-Maria de Heredia, « La gueuse » ; Mme Lucie Delarue-Mardrus, « La shinge » ; Ivan Gilkin, « Amour chirurgical » ; Mme Alphonse Daudet, « Reflets périssables sur la peau » ; Maurice Maeterlinck, « L’érésipèle ; Les trente ans de ma sœur ; L’heure externe ; Sans raison ; Désirs pervers » ; Hélène Vacaresco, « Rayon d’aurore où je ne veux plus le revoir » ; Max Elskamp, « En carriole vers l’épiscopat ; Mon dimanche » ; Mme de Noailles, « Le cœur impénétrable » ; Théophile Gautier, « Gâteaux et dragées » ; Mme Gérard d’Houville, « Mon secret » ; Francis Jammes, « Il va pleuvoir ; Je m’enmielle ! » ; Leconte de Lisle, « Poème tartare » ; Albert Mockel, « Le martyre de la lyre » ; Paul Verlaine, « Dialogue pugilistique » ; Alphonse Daudet, « Pressons-nous car voici le temps… » ; Paul Reboux, « Lune tragique » ; François Coppée, « Malédiction » ; Aristide Bruant, « Ma bistouquette » ; Tristan Derème, « Mes escargots et mon Carco » ; Paul Fort, « L’éternelle aventure de Champfleury-la-Marmaille » ; Guillaume Apollinaire, « La zone des alcools loin de la vallée du Rhum » ; Didier de Roulx, « Mon clavier ».

6Le goût du pastiche (même si le recueil est de qualité très inégale) préside pour une part également au roman qui nous intéresse ici.

7La 629-E9 reproduit une part du trajet de Mirbeau en sens inverse, entre Anvers et Paris. Les héros quittent en effet Anvers bombardée à bord de leur confortable voiture pour se réfugier, comme de nombreux Belges fortunés, dans un asile qu’ils espèrent de courte durée. L’ouvrage de Mirbeau sert de matrice à ce texte polémique.

8L’imitation porte d’abord sur le plan de l’ouvrage. Comme Mirbeau, Didier de Roulx procède par chapitres dépourvus de continuité thématique. « Le départ » présente la famille Van Laar. Le père, la mère, leur ami l’écrivain André de Pandel et un certain Becker, conseiller à la cour, prennent place dans la 629-E9 tandis que Jacques, le fils, s’engage dans l’armée belge. À la nuit venue, les voici à Paris. André de Pandel et Becker descendent dans un hôtel modeste, tandis que le couple Van Laar loge à l’hôtel Mirabeau. Le second chapitre, intitulé « Paris », prend une tonalité satirique. Les deux jeunes gens se rendent au Grand-Guignol où ils assistent à une pièce horrible, à une comédie gaie, et enfin à une scène assez leste. Les réactions du public les surprennent parce qu’elles se font à voix haute et de manière assez conventionnelle : « dès qu’un mot d’esprit agrémentait le dialogue, immédiatement le public purement parisien qui emplissait la salle manifestait sa joie à haute voix par des réflexions qui revenaient constamment sur les lèvres : ‘Ah ! que c’est drôôle !’– ‘C’est châârmant !’ » (p. 18) André du Pandel en profite pour évoquer des souvenirs théâtraux plus lointains, à propos d’Antoine, qu’il qualifie de « plus grand fumiste dont puisse s’enorgueillir le génie de la race française » (p. 20). Il a assisté aux répétitions de Rivoli, une pièce de guerre, avec force clairons et coups de canon. Et il se moque des pronostics du metteur en scène, qui prévoyait des réactions fortes du public à une réplique que le bruit ambiant rendra inaudible. Un peu plus tard, de Pandel rencontre Maurice de Waleffe, autre Belge immigré à Paris, et qui est l’auteur d’une réaction assez vive au livre de Mirbeau. Ils échangent quelques vues sur la manière dont les Parisiens jugent les Belges, ce qui permet à l’auteur de critiquer un colonel français affirmant que la résistance de la place-forte de Liège n’est qu’une légende. « Ces allégations sont d’autant plus rudes quand on sait que la Belgique ne fut pas autre chose qu’une victime de l’incurie française : la France promettait aide et protection à la Belgique et ce fut en somme la Belgique qui donna aide et protection à la France. » (p. 26)

9Le chapitre suivant, « En lisant Dixmude » est une critique de l’ouvrage de Charles Le Goffic. André de Pandel se permet de rappeler à quelques Parisiens que cet ouvrage patriotique semble ignorer que l’armée belge était présente sur l’Yser et ne fait l’éloge que des seules troupes françaises qui y étaient stationnées. Son interpellation provoque la colère de ses interlocuteurs. En quelques instants, une masse dense se rapproche, menaçante, et le traite de « Boche »… Un peu plus loin, l’écrivain part à la recherche de son ami Becker qui a disparu. Ce dernier, très pieux, s’est rendu au domicile d’un ecclésiastique pour se confesser, mais il y est accueilli d’une façon très particulière, qui est expliquée dans le chapitre suivant intitulé « L’abbé Jules ».

10Dans ce chapitre, Didier de Roulx ne se borne plus à suivre le plan d’un ouvrage pamphlétaire : c’est un personnage de Mirbeau qu’il met en scène. Ainsi, de manière assez originale, Becker, personnage de fiction, dialogue avec l’Abbé Jules, autre personnage de fiction, mais d’un autre auteur. Le curieux est que chacun semble s’exprimer dans le ton de son créateur propre. Le phrasé de Becker reste sage, un peu scolaire, comme dans ces mots qu’il adresse à la bonne de l’abbé : « Je lui confiai que je désirais avoir avec M. l’abbé une conversation tout à fait privée » (p. 44) ; celui de l’abbé Jules, au contraire, semble gagné par la verve de Mirbeau au point de reproduire les marques typographiques de l’oralité qui caractérisent son écriture. Il décrit ainsi le plus célèbre citoyen de Bruxelles : « Et puis ce Manneken-Pis avec sa petite bistouquette taillée dans la pierre qu’il tient si allégrement entre ses doigts… Ah ! croyez-vous qu’il est drôle ce petit cochon-là !… » (p. 47) À l’initiative de l’abbé, qui troque sa soutane contre un habit civil, les deux hommes entreprennent une virée gastronomique et érotique à Montmartre.

  • 2 « Mais qu’a-t-il pu fabriquer à Paris ? », L’Abbé Jules, Albin Michel, 1988, p. 15, 16, 27, 29.

11Ce passage donne à lire les activités de l’abbé Jules à Paris, ce qui répond à l’interrogation obsessionnelle des parents du narrateur du roman homonyme de Mirbeau : « Mais que peut-il fabriquer à Paris2 ? ». Didier de Roulx se place ainsi dans une sorte de dialogue avec Mirbeau, complétant les interstices du récit de son confrère avec une complicité amusée. Le procédé n’est pas éloigné du montage pratiqué par Mirbeau dans nombre de ses chroniques littéraires. Il devient particulièrement savoureux dans l’évocation de la malle de l’abbé, que l’on découvre dans son usage ordinaire, tandis que Mirbeau ne la décrira qu’à la fin de son roman, éclatant sous l’effet des flammes et livrant aux yeux de tous son contenu d’obscénités.

Avant de prendre congé de moi, il me sortit sa malle qui contenait un fouillis de gravures obscènes avec un étalage de ventres toisonnés, de cuisses, de fesses, un entremêlement hideux de nudités dans les poses les plus outrageantes et, tout en m’exposant ces horreurs, il me conseilla de forniquer… de forniquer toujours… de forniquer encore ! (p. 63)

12Le chapitre suivant, « Le péplos vert » revient à Maurice Cartuyvels, dit Maurice de Waleffe, un Belge de Paris, journaliste mondain, fondateur de Paris Midi, qui est resté dans l’histoire comme le créateur des concours de beauté « Miss France » en 1921 et « Miss Europe » en 1928. De Roulx ne lui pardonne pas d’avoir renoncé à la nationalité belge. Il tient, dit-il, « la tête de ce peloton de renégats qui tombèrent sur la brèche avant que le coq de leur conscience eût chanté » (p. 65). Il lui pardonne moins encore d’avoir écrit dans Paris-Midi : « Les Belges sont une race intermédiaire entre les Allemands et nous […] Ils ont des qualités […] Et puis ce sont de bons domestiques. » (cité p. 66).

  • 3 Octave Mirbeau, Le Jardin des supplices, éd. Pierre Michel, Édition électronique Le Boucher (ISBN : (...)

13Le chapitre « Poupette » offre le curieux exemple d’une scène érotico-sadique qui permet sans doute de comprendre la fascination profonde de l’auteur pour l’abbé Jules. Les trois Belges sont attablés chez Maxim. La jolie Poupette, qui travaille dans l’établissement, croit pouvoir se faire offrir à boire par Van Laar, mais celui-ci, en bon père de famille anversois, rejette ses avances. Un incident éclate alors, et lorsque les Belges tentent de faire « passer un mauvais quart d’heure » à l’aguichante petite personne, les autres consommateurs la protègent au cri de « Elle est Française ! Elle est chez elle !!! […] Qu’est-ce qu’ils viennent foutre ici tous ces sales étrangers… » (p. 72) Pour se venger, les Belges invitent alors Poupette à l’hôtel où loge Van Laar et, se mettant à trois, ils l’immobilisent, la ligotent et entreprennent de la fesser avec une cravache. La fin de la scène semble tirée du Jardin des supplices : « Le derrière de Poupette étalait à travers l’étoffe une rougeur étincelante, et, lorsque la cravache tomba, penchant le buste en arrière, elle agrippa des deux mains la tête d’André de Pandel et, l’attirant vers elle, lui coula dans la bouche un baiser savoureux, comme si un flot de reconnaissance et de pardon montait tout à coup du fond de son petit être vers celui qui avait su l’étreindre sous sa puissance magique » (p. 82) On songe ici au commentaire de Clara dans Le Jardin des supplices : « C’était atroce et très doux3 ».

  • 4 Octave Mirbeau, La 628-E8, Bibliothèque Charpentier, 1908, p. 391 (première édition : 1907).

14Ce viol métaphorique à peine consommé, l’auteur nous transporte sans transition dans un tout autre milieu : « Chez Mme Aurel ». Dans les années 1920-1930, Aurélie de Faucamberge tenait en effet un célèbre salon littéraire sous le pseudonyme de Madame Aurel. On y vit défiler les poètes les plus célèbres : Jean Cocteau, Max Jacob, Lucie Delarue-Mardrus, Anna de Noailles, Apollinaire et bien d’autres encore. De Roulx parodie les propos de la maîtresse des lieux, en en faisant une sorte de Précieuse contemporaine, adepte du « dadaïsme », cette religion des temps modernes. Tout en insinuant que la dame pourrait être une « juive polonaise », il regrette que la « méthode Poupette » ne soit pas appliquée à cette prophétesse féministe. On peut penser que ce passage répond en quelque sorte au portrait charge dressé par Mirbeau de la poétesse « orientale » (Anna de Noailles) qui est entourée par ses amies « extasiées de la regarder et de lui parler4 ».

15La seconde partie de l’ouvrage s’intitule « Impressions de route » et elle est donnée pour un roman écrit par de Pandel « à la manière d’Octave Mirbeau ».

  • 5 Georges Maurevert [Pseudonyme de Georges Leménager], Le livre des plagiats, Fayard, 1922.

16En fait, il s’agit de petits chapitres impressionnistes d’un Belge émigré en France sur les caractères et les mœurs de ses hôtes. À maintes reprises, le propos se présente comme l’envers de celui de Mirbeau. Là où le Français montre une jeune Bruxelloise « presque trop blonde, presque trop rose, presque trop grasse, de ce gras fleuri de rose et malsain qu’ont les bons pâtés de Strasbourg » (p. 80), de Pandel s’étonne de voir les Parisiens se mettre à genoux devant des femmes qui sont « des squelettes ambulants au ventre vert-de-gris, des femmes massacrées par l’abus de la vie et l’écueil de la mode, – car elles prétendent qu’il est impossible de s’habiller quand on possède l’ombre d’un sein ou le moindre soupçon de hanche » (p. 105). Mirbeau se moque de l’accent bruxellois, et des silences expressifs des bourgeois qu’il rencontre ; de Roulx dépeint le « Jeanfoutre gueulard », « prolixe dans ses discours et prolifique par contagion » (p. 95), même si, quelques pages plus loin, il explique que « tout Belge parlant français est ridicule, à part ceux qui ont vécu en France pendant une dizaine d’années et qui, de ce fait, ont pu assimiler la langue » (p. 160). Un petit chapitre assez confus est consacré aux Juifs, qui ont le tort d’être érudits, et qui auraient contaminé les Français par leur goût du plagiat. De Roulx s’inspire ici de du Livre des plagiats de Georges Maurevert5 pour dénoncer « l’immoralité intellectuelle » des Français, qu’il oppose au caractère « probe » des Flamands. Mirbeau vouait une haine persistante à l’art nouveau. Les pages qu’il consacre à l’architecture 1900 comptent d’ailleurs parmi les plus savoureuses de son récit (p. 327-328). Le narrateur de La 629-E9, lui, fréquente la côte normande et songe à se faire bâtir une résidence secondaire. Il entre dans une librarie d’architecture et y consulte les plans disponibles qu’on lui présente comme « excellemment français ». Quelle n’est pas sa surprise de constater qu’ils sont signés de noms comme Roussel ou Van Rysselberghe, architectes à Westende, qui sont précisément les auteurs modern-style que dénonçait Mirbeau.

17Sur un point, notre auteur, francophone de Flandre vivant en France, est pleinement d’accord avec Mirbeau : c’est que Bruxelles est une ville bâtarde. Digne fils de son père qui fut le premier député à exiger de pouvoir poser des questions parlementaires dans sa langue maternelle, André Janssens clame son admiration pour le mouvement flamand. Il souhaite que la Flandre se sépare progressivement de la Belgique et puisse enfin « vivre dans un pieux isolement tout imprégné de vie familiale afin que le puissant rayonnement de sa vie intérieure pénètre davantage le cœur de ses enfants ». Ce propos nationaliste tire argument du sacrifice des « pauvres petits soldats flamands » tombés dans les plaines de l’Yser. Il contraste avec les critiques adressées tout au long de l’ouvrage au patriotisme français, qui prennent l’allure d’un feu d’artifice dans la dernière partie du livre

18La dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Le microbe », en est certainement la plus étrange. Le pauvre Becker attrape le microbe nationaliste français. Il s’enferme dorénavant dans une armure médiévale, et ne s’exprime plus qu’en menaçant ses interlocuteurs avec une épée. Lors d’une brève période de rémission, il plaide si brillamment que Van Laar le félicite ; Becker lui répond alors : « Moi, je suis devenu tellement Français que quand je ne parle pas je ne pense pas ! » (192). Après plusieurs crises graves, la 629-E9 finira par le conduire vers les calmes pâturages de la Suisse où ses amis espèrent qu’il guérira.

  • 6 Voici les principaux pastiches que l’on a pu identifier :
    André Lichtenberger, Le Tennis. Notes, méd (...)

19À ma connaissance, Mirbeau n’a pas été souvent pastiché6. Parmi les quatre ou cinq pastiches qui le prennent pour cible, celui de Didier De Roulx est à la fois le plus tardif et le seul de quelque ampleur.

20Dans l’optique du pastiche, il est rare qu’un ouvrage suive son modèle sur plusieurs plans à la fois, comme c’est le cas ici. La 629-E9 reprend à La 628-E8 la construction d’ensemble, certains passages textuels et, surtout, le registre polémique. Ce qui a par contre disparu est l’ironie fine, la théâtralité, l’art journalistique de créer de l’intérêt par l’anecdote mise en scène. Reste néanmoins que De Roulx montre, de manière paradoxale, que l’influence du roman de Mirbeau a été particulièrement forte dans le pays auquel l’auteur de La 628-E8 adresse ses imprécations les plus sarcastiques.

Bibliographie

Bibliographie d’André de Roulx

Vina, Anvers : imprimerie J.-E. Buschmann, 1905, 79 p. : 2 pl ; In-12.

L’Humble demeure, Paris : Éditions de la Jeune École, 1910.

La Terre du pauvre, Paris : Éditions de la Jeune École, (1910), In-12, 195 p.

Petite marraine, roman [en vers], Paris : Jouve, 1916.

Les Sonnets de victoire, précédés d’un sonnet-dédicace de Henri de Régnier, (Paris) : Éditions de la Jeune École, (1916).

Le Retour de la Grande armée – Poèmes, Paris : Éditions de la Jeune École, (1919).

Le Grand bonheur. Préface de Henry Bidou, Paris : Éditions de la Jeune École, 1920.

Poèmes de combat, Paris : Éditions de la Jeune École, 1924.

À la manière de nos divins poètes, Paris : édition de la Jeune École, 1925.

Maman Bichette, roman. Lettre-préface de Gaston Leroux, Paris : Éditions de la Jeune École, 1928.

La Chanson des oyats, roman. Dans les plaines de l’Yser avant 1914, Paris : Éditions de la Jeune École, 1931.

Le Chemin de la vie, roman, (Paris) : Édition de la jeune École, (s. d.).

Dans l’envol des nuées. Poèmes à dire, Paris : Éditions de la Jeune École ; Bruges : Impr. A. Puype, 1933, s. pag : pl ; 16°.

Dans l’envol des nuées II Poèmes mystiques, Bruges : Éditions de la Jeune École, (s. d.).

[Dans l’envol des nuées III] L’Humble Demeure, Éditions de la Jeune École, 176 p. non paginées : couverture illustrée ; Gr. in-12.

La Terre du pauvre, Paris : Éditions de la Jeune École, 195 p : couverture illustrée ; Pet. in-8° (réédition de l’Évent des Varechs).

Dans l’envol des nuées. IV : L’Immortelle Écho. Poème dialogué, Le Zoute s/M. : Éditions de la Jeune École, 1936, 30 F ; 24°.

Le Vainqueur d’Arras. Poème en trois actes et douze tableaux, Le Zoute s/M. : Éditions de la Jeune École, 1936, 222 F : portr ; 24°.

Dans l’envol des nuées. VII : Le Secret de l’amour. Poème dialogique, Bruges : Éditions de la Jeune École, 1937, 45 p ; 18°.

Dans l’envol des nuées. VIII : Entailles dans la vie. Sonnets amusants et précis, Le Zoute : Éditions de la Jeune École, 1938, 63 p ; 24°.

Dans l’envol des nuées. IX : Poèmes de chevet, Le Zoute : Éditions de la Jeune École, 1938, 67 p ; 24°.

Notes

1 Frantz Van Dorpe, De familie Janssens ; later Janssens de Varebeke, Sint Niklaas, 1981. L’auteur (1906-1990), ancien leader du Verdinaso, fut bourgmestre [maire] catholique flamand de sa ville. Des biographies du père de notre auteur ont également été publiées : Hendrik Heyman, Het leven en de kunst van A. Janssens, Hougaerde, Huis Smeesters-Lefrère, 1907 et Hektor Colpaert, « Alfons Janssens, 1841-1906, Een katholiek in een kantelend tijdperk », Annalen van de Koninklijke Oudheidkundige Kring van het Land van Waas, deel 102, p. 15-133 [Sint-Niklaas] 1999.

2 « Mais qu’a-t-il pu fabriquer à Paris ? », L’Abbé Jules, Albin Michel, 1988, p. 15, 16, 27, 29.

3 Octave Mirbeau, Le Jardin des supplices, éd. Pierre Michel, Édition électronique Le Boucher (ISBN : 2-84824-057-1).

4 Octave Mirbeau, La 628-E8, Bibliothèque Charpentier, 1908, p. 391 (première édition : 1907).

5 Georges Maurevert [Pseudonyme de Georges Leménager], Le livre des plagiats, Fayard, 1922.

6 Voici les principaux pastiches que l’on a pu identifier :
André Lichtenberger, Le Tennis. Notes, méditations, souvenirs, Paris, G. Oudin, 1914, 112 p. Le chapitre V est constitué de pastiches de Hugo (Victor), France (Anatole), Renard (Jules), Bataille (Henri), Loti (Pierre), Jammes (Francis), Mirbeau (Octave), Bernard (Tristan), Tolstoï (Léon), Heredia (José Maria de). – Paul Reboux, Charles Muller, À la manière de… Deuxième et première série, réunies en une édition complète, Paris, Grasset, 1910.
Charles Muller, « Nos chefs-d’œuvre à rebrousse-poil. Le Foyer » [Mirbeau], Fantasio, 15 avril 1909, p. 637-638. – Dans La Vie parisienne 1902 : Flack, « Grand Théâtre des marionnettes littéraires. Le Jardin des Supplices. Pièce unique de chinoiserie, ultramoderne, en 5 actes et une quinzaine de tableaux par M. Octave Mirbeau. Costumes de chez X (pas de réclame), à Paris, et Koup-Li-Lapo, à Canton. Décors de Jambons et autres pièces anatomiques fraîches. Personnages : Clara. L’homme aux dents mortes. M. le Ministre de l’Instruction Publique en France. L’explorateur français. La Patapouf », 29 juillet, p. 419 et 422-426. – Ibid. : « Dépopulation ». Signé : Pour copie conforme Tim. Lettres reçues en réponse au questionnaire : 1. Que pensez-vous de la dépopulation ? 2. Quels remèdes généraux y proposeriez-vous ? 3. Personnellement, quel estimez-vous être votre devoir ? », 5 avril, p. 190-191. Réponses de : O. Mirbeau. – Camille Vergniol, « Un Entretien avec M. Octave Mirbeau », Le Censeur politique et littéraire, 20 octobre 1906, p. 65-70. Interview imaginaire de Mirbeau en même temps que pastiche de sa manière. Il est accusé de ne chercher que le succès de scandale, de prendre systématiquement le contre-pied de tout ce qui se pense, et de s’approprier le bien d’autrui (en s’inspirant, par exemple, d’Émile Augier dans Les Affaires…). Le Censeur politique et littéraire est la revue d’Ernest-Charles, qui est allergique à Mirbeau pour des raisons morales et politiques [note de Pierre Michel].

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search