Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe en automobile

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Guy Ducrey

III. Mirbeau, la voiture et les arts

La 628-E8 par ses exemplaires les plus remarquables

Nicolas Malais

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un exemplaire remarquable de La 628-E8 ? Un exemplaire qui de par un envoi de Mirbeau, sa provenance, sa reliure, des épreuves ajoutées ou tout autre caractère original, élargit nos connaissances sur la réception de l’œuvre littéraire. S’intéresser au support matériel d’un texte permet d’approfondir l’histoire de sa parution et parfois de sa composition.

2La 628-E8 se prête particulièrement bien à ce type d’étude qu’on pourrait nommer bibliophile. Car plus que n’importe quel autre livre de Mirbeau cet ouvrage a connu une histoire éditoriale à part avec non moins de trois éditions originales. D’abord la véritable, celle qui porte l’achevé d’imprimé du 8 novembre 1907, en 468 pages, non expurgée, c’est-à-dire avec les 51 pages concernant Balzac qui firent scandale avant même leur parution ! Puis l’édition originale courante en 416 pages, qui est l’édition mise en vente en décembre 1907. Enfin, l’édition originale illustrée par Bonnard parue en 1908, qui est en fait une réimposition sur papier à larges marges des plaques de l’édition originale courante. Bonnard dessina uniquement dans les marges ses instantanés : c’est là que réside la grande originalité de ce volume dans l’histoire du livre.

  • 1 Bibliothèque de Octave Mirbeau, vente, Paris, 20 et 21 juin 1919, Paris, H. Leclerc, 1919, 2 tomes

3La première originale et l’originale illustrée sont devenues peu après leur parution des ouvrages forts recherchés des bibliophiles. Ce sont donc eux qui ont conservé les exemplaires les plus intéressants de La 628-E8 dans leur bibliothèque ; avec d’autant plus d’intérêt que Mirbeau fut un des leurs ! L’écrivain fut en effet bibliophile avec passion et exigence, appréciant les bons typographes, et les beaux livres non tape à l’œil. Il demandait ainsi un certain soin à ses éditeurs. Le riche catalogue de sa bibliothèque1 permet de savoir qu’il faisait relier ses livres en fonction de l’intérêt qu’il leur portait : demi-vélin de Vié pour les livres d’intérêt, élégants maroquins de l’artiste relieur Marius Michel pour les meilleurs textes et en particulier pour ses propres ouvrages. Mirbeau joua donc le jeu de la bibliophilie, et ne manqua d’ailleurs pas d’offrir à ses amis collectionneurs des jeux d’épreuves de ses ouvrages ou des exemplaires truffés de pages manuscrites parfois inédites ! Cet intérêt précoce des bibliophiles pour Mirbeau a pour conséquence que La 628-E8 se retrouve très fréquemment dans les catalogues des libraires d’anciens et surtout dans les catalogues des ventes publiques. Notre étude propose en conséquence de mêler études bibliophiles et littéraires, et de passer en revue les exemplaires les plus intéressants de La 628-E8 vendus depuis les années 20 dans les trois éditions citées. On retrouve ainsi nombre de trésors, des quantités d’envois autographes, des exemplaires annotés – par exemple par Jules Renard – des épreuves de l’édition originale, tout autant que de la pré-originale, des exemplaire « Bonnard » avec envoi – à Monet, entre autres – ou avec des dessins originaux destinées aux amis de Mirbeau. S’y ajoutent – parmi bien d’autres choses – des exemplaires « truffés » comme celui de Léautaud. À partir de ces données il semble possible de retracer l’histoire du livre puis de comprendre celle de sa diffusion : auprès de la presse et des amis pour commencer, suivie de la réception par les lecteurs de l’ouvrage. L’attitude des bibliophiles par rapport au livre – dans le choix des reliures portées – nous semblera également signifiante. La limite de cette étude, posée d’avance, est bien sûr que nous ne savons pas où se trouvent aujourd’hui un bonne partie des exemplaires que nous allons citer… Et qu’un grand nombre d’exemplaires remarquables nous ont nécessairement échappé, que nous n’ayons pas su les retrouver ou qu’ils n’aient simplement jamais été catalogués ou collectionnés.

Les sources

4Où chercher La 628-E8 ? Certaines grandes ventes publiques sont incontournables de par leur richesse : les plus grands amateurs possèdent en général les meilleurs livres. On trouve presque toujours depuis les années 50, dans les ventes « événements » de livres modernes, une 628-E8 de choix. Les ventes des collections du Colonel Sickles, de Charles Hayoit ou plus récemment du médiatique Pierre Bérès recèlent ainsi de passionnants exemplaires. En dehors des quelques catalogues majeurs, il est bien sûr impossible de consulter systématiquement l’intégralité babélique des catalogues de ventes publiques ! Fort heureusement les libraires ont pour tradition l’établissement – annuel – d’annuaires des ventes où sont classés les ouvrages par auteurs avec renvois aux catalogues correspondants. On peut ainsi remonter les adjudications, avec quelques trous et des imprécisions fréquentes de 1918 à nos jours ; période que j’ai retenue comme utile pour La 628-E8. En 1918, dix ans après sa parution, l’ouvrage est déjà jugé rare, recherché et donc cher ! On relève ainsi en général de trois à dix exemplaires précieux par an passés en vente publique de La 628-E8. Il faut savoir cependant que l’édition en 416 pages étant peu précieuse, ce sont plutôt l’édition Bonnard et l’édition originale en 468 pages – non expurgée – qui sont répertoriées dans ces listes, ainsi que les quelques exemplaires courants remarquables pour leurs envois autographes…

Parution et censure de La 628-E8

5L’histoire du livre a été largement détaillée par Pierre Michel dans sa biographie d’Octave Mirbeau. Rappelons que les trois chapitres sur Balzac – 51 pages – firent scandale avant même la parution de l’ouvrage, initialement prévue pour le 8 novembre 1907. Un article de François Ponsard dans Le Temps du 6 novembre 1907 contribua notablement à lancer la polémique. On ne détaillera pas ici les protestations de la fille de Mme Hanska et de sa cousine germaine ainsi que la décision finale prise par Mirbeau : couper ! Ce qui nous intéresse ici c’est que l’imprimeur Motteroz au moment du scandale avait déjà achevé le travail sur l’ouvrage. Il fallut donc retarder la sortie du livre de dix jours. Il ne fut pas question de réimprimer entièrement ce tirage fort important pour l’époque. La solution adoptée fut donc le débrochage des pages 387 à 439 de 11 000 exemplaires ! Les trois chapitres « Avec Balzac », « La femme de Balzac » et « La mort de Balzac » n’occuperont finalement que deux paragraphes. La diffusion des exemplaires modifiés avec le nouvel achevé d’imprimé daté de décembre 1907 se fera de manière traditionnelle en librairie. Mais bien sûr, tous les exemplaires ne furent pas débrochés ; et on suppose qu’il en subsista quelques centaines. Comment faire un service de presse dans ces conditions inhabituelles ? D’après notre recensement le choix fut assez net, et dans la majorité des cas c’est l’exemplaire en 468 pages qui est envoyé aux initiés et aux critiques. Deux cas de figures se présentent cependant ; soit Mirbeau envoie l’ouvrage, soit c’est Fasquelle qui s’en charge. Nous avons retrouvé dans les catalogues des ventes publiques, décrits avec plus ou moins de détails, un bon nombre d’exemplaires sans envoi de Mirbeau, sur lesquels Fasquelle a fait figurer toujours à peu près la même mention, autographe, en guise de service de presse.

6Ce volume contenant les chapitres sur Balzac supprimés avant la mise en vente de l’ouvrage ne doit pas sortir de chez le destinataire auquel il est adressé sous cette condition expresse par l’éditeur.

  • 2 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : littérature française des xixe et xxe siècles, livres et (...)
  • 3 Autographes et livres […] provenant de Léon Vanier et Albert Messein, éditeurs de P. Verlaine, Par (...)
  • 4 Éditions originales : romantiques et modernes, livres illustrés, œuvres complètes, Beaux-arts, bib (...)

7Un exemplaire portant cette mention se trouve par exemple dans une des ventes Sickles2, avec hélas le nom du destinataire gratté, les trois lettres de Mirbeau à Hervieu jointes ne permettant pas de décider s’il s’agissait d’un exemplaire pour Hervieu ou, ce qui paraît plus vraisemblable, d’un exemplaire truffé. Fasquelle semble s’être principalement chargé du service de presse destiné aux rédacteurs en chef et aux éditeurs parisiens. On note ainsi un envoi de Fasquelle à Albert Messein3 l’éditeur de luxe et successeur de Léon Vanier. L’envoi précise également que l’exemplaire en question contient les passages sur Balzac et qu’il n’est pas question d’en faire part. Avec le même avertissement, on notera un exemplaire similaire, qui porte la mention « exemplaire destiné exclusivement à la bibliothèque d’Armand Dayot4 », rédacteur en chef de la revue Les Arts et les artistes.

8Mirbeau a manifestement beaucoup distribué le livre autour de lui, très souvent en édition non expurgée – même si certaines notices de catalogues, incomplètes, ne permettent pas de trancher entre les éditions. L’auteur a distribué par la suite l’édition originale illustrée par Bonnard, sur laquelle on trouve parfois des doubles envois de l’écrivain et du peintre. Les envois de Mirbeau sur La 628-E8 peuvent être facilement classés par catégories : membres de l’académie Goncourt, journalistes, marchands d’art, soutiens politiques… mais aussi amis, proches, ou inconnus !

9Nous proposons ici une typologie du service de presse de La 628-E8 en ayant à l’esprit les propos de Paul Valéry, qui servent de préface au catalogue de la vente de la bibliothèque de Paul Adam – où se trouve d’ailleurs une 628-E8 dédicacée :

  • 5 Catalogue de la Bibliothèque de Paul Adam, préface de Paul Valéry, Paris, G. Andrieux, 1925, 46 p.

Un écrivain célèbre reçoit de tous les points de l’horizon littéraire une quantité toujours croissante d’ouvrages dont les uns lui sont adressés comme des réponses et les autres comme des demandes ; et tantôt l’amitié, tantôt l’admiration, tantôt le calcul, parfois l’anxiété d’un auteur et ses doutes sur soi-même, se manifestent par ces envois et se déclarent par les dédicaces qu’ils portent
Hommages ou échanges, l’ensemble de ces livres offerts constitue un document qui peut être assez précieux sur une époque de la littérature, et sur l’homme qui les reçoit
Un observateur y pourrait lire bien des choses5 !

  • 6 Exemplaire se trouvant à la BNF sous la cote RES P-Y2-2575.
  • 7 Livres anciens et modernes : comprenant la bibliothèque du comte et de la comtesse Guy Du Boisrouv (...)

10Premier type de destinataires : l’Académie Goncourt et ses cercles proches. Envoyer le livre aux Goncourowitch était bien sûr une étape obligatoire. Ces exemplaires furent logiquement bien conservés car collectionnés dès après la mort desdits académiciens dont les bibliothèques connurent en général un catalogue et une belle vente à l’hôtel Drouot. Distinguons ainsi un envoi à Jules Renard : « à Jules Renard son très cher ami et collègue Octave Mirbeau6 » – exemplaire particulièrement intéressant et dont nous détaillerons plus loin l’étude. On remarquera également un envoi à Gaston Chérau toujours sur l’édition non expurgée : « à Gaston Chérau, très sympathique hommage ». Futur académicien Goncourt, Chérau arriva deuxième en 1906 derrière les frères Tharaud pour un prix que Mirbeau voulait quant à lui donner à Charles-Louis Philippe. Chérau était aussi à l’époque pour Mirbeau le notable auteur de Monseigneur Voyage, énorme succès en 1904 ; il est largement question dans ce livre de voitures… à chevaux ! Dans la même catégorie paraît digne d’être signalé cet envoi de Mirbeau à Henry Barbusse – vendu en 1989 pour 4 500 francs7 : « à Henry Barbusse, avec ma plus respectueuse admiration Octave Mirbeau ». Au prix Goncourt 1908, L’Enfer d’Henry Barbusse partait favori ; Mirbeau votera pour Barnabooth, ce qui n’empêchera d’ailleurs pas Francis de Miomandre de gagner finalement le prix…

  • 8 Collection particulière.

11L’Académie Française est également incontournable. Mirbeau envoie par exemple le livre à Anatole France, bibliophile patenté, qui apprécia sans doute de recevoir cette pièce rare comprenant bien sûr les passages sur Balzac : « À Anatole France son admirateur et son ami Octave Mirbeau8 ».

  • 9 Deux jours de vente à Drouot-Montaigne, lithographies, pastels, sculptures, estampes, affiche, liv (...)
  • 10 Vente du 19 mars 1947, voir Guide du bibliophile et du libraire. Bibliographie générale des livres (...)
  • 11 Cité par Léo Delteil, Annuaire des ventes de livres. Guide du bibliophile et du libraire, Paris, A (...)
  • 12 Catalogue de la Bibliothèque de Paul Adam, op. cit.

12Côté critiques littéraires ou « gendelettres », on repère en vente publique quelques exemplaires, mais les précisions manquent souvent. Ainsi l’exemplaire de Félicien Champsaur9 est cité sans plus de précision. De même pour l’exemplaire d’Eugène de Montfort10 vendu en 1947. On regrette aussi de ne pas connaître le détail de l’envoi que fit Mirbeau sur l’édition originale en 468 pages pour Xavier Roux11, critique de La Revue qui avait fait une note positive sur Le Foyer quelques temps plus tôt, y trouvant des morceaux de premier ordre. Mirbeau envoie également le livre à Paul Adam, avec l’envoi suivant : « À Paul Adam, son ami, Octave Mirbeau12 » ; cet exemplaire passé en vente en mai 1925 semble n’être que l’édition en 416 pages ; mais la notice ne permet pas de trancher… Est-ce que l’absence des pages sur Balzac serait relative à l’absence de Mirbeau au banquet d’honneur donné pour Adam peu de temps auparavant ?

  • 13 Éditions originales : romantiques et modernes, Paris, Hôtel Drouot, 12-13 avril 1976, op. cit.

13Du côté des jeunes littérateurs on remarque l’exemplaire de Paul Léautaud, en 416 pages, vendu en avril 1976 avec un très joli envoi : « À Paul Léautaud, Affectueuse admiration, Octave Mirbeau13 ». Léautaud raconte dans son journal la réception de cet exemplaire :

  • 14 Paul Léautaud, Journal Littéraire, Paris, Mercure de France, 1955, tome 2, p. 82.

Je descends ensuite chez Van Bever. Une jolie surprise, Mirbeau m’a envoyé son nouveau livre, avec une dédicace charmante, quoiqu’elle me fasse un peu sourire : affectueuse admiration14.

14Cet exemplaire est présenté comme accompagné de notes de Léautaud sur l’ouvrage. La frustration est grande car nous ne savons pas où se trouve cet ensemble aujourd’hui !

  • 15 Éditions originales, livres illustrés modernes : Bibliothèque Jean-Marie Moulin, vente du 18 décem (...)
  • 16 Cité par Léo Delteil, Annuaire des ventes de livres. Guide du bibliophile et du libraire, Paris, A (...)
  • 17 Pierre Berès, 80 ans de passion : 4e vente, le cabinet des livres : vente, Paris, Drouot Richelieu (...)

15Il aurait été aussi particulièrement intéressant de retrouver des envois adressés à des personnalités citées dans La 628-E8. Point d’exemplaire de Brossette, mais tout de même l’envoi sur l’édition originale non expurgée de Mirbeau à Edmond Sée, l’auteur dramatique, qui donna son nom au personnage de Weil Sée du roman : « À Edmond Sée, vivant, brillant, et que j’aime bien, Octave Mirbeau15 ». Edmond Sée recevra également l’édition originale illustrée, une nouvelle fois dédicacée16, sans que nous connaissions la teneur de cet envoi. Mirbeau offrit donc aussi à quelques-uns de ses amis, choisis, la précieuse édition illustrée dans les marges par Bonnard – une illustration originale, qui bouleverse l’esthétique habituelle de la page et la tradition immuable des illustrations en regard du texte. Cette présentation nouvelle a pour vocation de provoquer chez le lecteur une expérience esthétique différente. C’est assez naturellement que des exemplaires furent envoyés à des peintres ou à des galeries. Le plus notable est sans doute celui reçu par Claude Monet, aperçu récemment à Chantilly lors de l’exposition des livres de Pierre Bérès – l’exemplaire a été vendu en 2005 lors de la vente d’une partie du fonds du libraire17. On y lit à l’encre noire, au faux titre, sur l’un des 200 exemplaires sur vélin d’arches, la dédicace suivante :

« à mon ami Claude Monet qui a découvert bien plus de choses encore que je ne dis, Octave Mirbeau »

16Le tout sous une reliure de Marius Michel de maroquin bleu nuit et doublée de maroquin tabac, gardes de soies brochées beige : une œuvre d’art. En dehors de Monet, quelques relations de Mirbeau dans le monde des marchands d’art reçurent donc l’édition illustrée, par exemple Eugène Druet, pour qui Mirbeau préfacera le catalogue d’une exposition Vallotton, organisée en 1910 dans sa galerie.

  • 18 Bibliothèque Florin Abélès, Livres Anciens et Modernes, 4 mai 2006, Paris, Piasa, 2006.
  • 19 Livres anciens et modernes, vente, Paris, Hôtel Drouot, 22-23 juin 1981, Paris, J. Vidal-Mégret, 1 (...)
  • 20 Bibliothèque du Dr Lucien-Graux. [3e partie.] Editions originales modernes (de H à Z). Grands papi (...)

17Reste que nous n’avons pas retrouvé l’édition originale non illustrée que Mirbeau donna à coup sûr à Bonnard. Mirbeau lui dédicaçait ses ouvrages – on lit par exemple sur Le Calvaire : « à Pierre Bonnard son ami Octave Mirbeau18 ». Côté amis justement, Mirbeau fit quelques jolis cadeaux en offrant l’édition illustrée par Bonnard. Sort du lot un magnifique exemplaire présentant un envoi à « Madame Fred Natanson19 » accompagné d’un envoi de Thadée Natanson et d’un très joli petit dessin signé de Bonnard et composé à la plume : rien moins qu’un caniche apportant le livre à Madame ! Bonnard ajouta parfois des croquis originaux à ses envois sur La 628-E8 ; accompagne ainsi un envoi de Mirbeau au Docteur Paul Blondin20 un croquis représentant un orang-outang enchaîné.

  • 21 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : trésors de la littérature française des xixe et xxe siècl (...)

18On peut sans doute évoquer un dernier cercle, celui des soutiens de Mirbeau, notamment chez les politiques. L’envoi le plus remarquable est celui que l’auteur fit à Georges Clemenceau, soutien solide à l’époque du Foyer : « à Georges Clemenceau, Avec tout mon cœur d’ami, Octave Mirbeau21 ».

  • 22 Bibliothèque d’un curieux : xixe siècle, livres, documents, autographes… [vente, Paris, Nouveau Dr (...)
  • 23 Signalé par un collectionneur.
  • 24 Beaux livres anciens et modernes, catalogue no 58, Lyon, Librairie Lardanchet, 1965.

19Reste bien sûr quelques exemplaires dont les dédicataires restent pour l’instant assez obscurs : qui connaît Robert Eude22 auteur d’une biographie de Vigny, ou peut éclairer les relations de Mirbeau avec Pierre Huguenin23 qui publia quelques livres chez Lemerre ? Nous y ajouterons un curieux envoi à une certaine « Madame Albert » : « À Madame Albert un des six exemplaires, sauvés du désastre, avec toute ma ferveur, Octave Mirbeau24 » – Mirbeau exagérerait-il volontairement la rareté de l’édition censurée ?

20Bien sûr cet inventaire ne représente qu’une petite part des envois réalisés par Mirbeau, selon toute vraisemblance. Il permet cependant de retracer de manière précise les modalités du service de presse de l’ouvrage. L’intérêt de ces envois est bien sûr d’apporter des éléments supplémentaires pour comprendre les relations littéraires et sociales de Mirbeau. On regrettera une fois de plus l’imprécision de nombreux catalogues de ventes où l’on ne détaille pas l’envoi, et où l’on oublie parfois les détails matériels du livre : son nombre de pages par exemple !

La réception de l’ouvrage par les bibliophiles

21Il reste aujourd’hui peu courant d’examiner les destinées bibliophiles d’une œuvre littéraire. Or celle de La 628-E8 est très tôt des plus singulières. Dès le jour de son débrochage l’ouvrage suscita l’intérêt des bibliophiles, si l’on en croit le Journal de Léautaud qui rapporte :

  • 25 Léautaud, Journal Littéraire, op. cit., t. II, p. 84.

Il y avait ce matin-là les piles sur les tables de la librairie Fasquelle, et Morel disait que lui, et trois ou quatre autres personnes qui étaient là prirent presque ouvertement un exemplaire chacun du livre complet, par passion bibliophilique25.

  • 26 Léo Delteil, Annuaire des ventes de livres. Guide du bibliophile et du libraire, Paris, Agence gén (...)

22Cela se traduit non seulement par une volonté de conservation des exemplaires, mais aussi de mise en valeur, en particulier par des reliures remarquables. Tout est allé très vite. En témoignent notamment les annuaires de ventes dressés par Léo Delteil26 de 1918 à 1930 ; ils sont assez précis et détaillent l’ensemble des prix de ventes des livres. On peut ainsi constater que dans les années 20 La 628-E8 est un ouvrage fort recherché en édition originale de 468 pages ; elle vaut alors souvent le double du tirage sur japon de l’édition Bonnard – infiniment plus précieuse aujourd’hui ! Son prix se situe en moyenne de 500 à 1 000 francs, ceci en fonction de la qualité de la reliure, davantage bien sûr avec un envoi : jusqu’à 2 000 fr. Contre 200 à 300 francs pour l’édition Bonnard sur papier d’arches. L’édition originale sans Balzac valait alors 10 ou 20 francs. À simple titre de comparaison, l’édition originale censurée de 1907 vaut dans les 30 ou 50 euros aujourd’hui, la version non expurgée sans envoi se trouve entre 100 et 300 euros suivant son état ; et l’édition Bonnard se trouve autour de 1 500 euros chez les libraires – même si l’on peut l’acquérir pour la moitié parfois en vente publique. Tout, en bibliophilie, est bien sûr relatif à de petits détails qui peuvent multiplier – ou diviser – un prix. Une édition Bonnard reliée en maroquin accompagné d’un envoi pourra atteindre les 10 000 euros. Un exemplaire piqué et broché du même livre ne dépassera pas les 500 euros.

  • 27 Voir Livres anciens et modernes […] Sotheby’s Monaco, 16 octobre 1989, op. cit.
  • 28 Livres, éditions originales des 19e et 20e siècles, la plupart avec couvertures, souvent avec envo (...)

23Revenons dans les années 20 : les exemplaires intéressants de La 628-E8 partent alors logiquement chez des bibliophiles qui vont dans certains cas les habiller de reliures remarquables. De grands artistes comme Charles Meunier, Cretté, Creuzevault, Franz ou Pierre Legrain signent de pleins maroquins pour La 628-E8, sur son édition de 1907 et encore plus pour l’édition Bonnard, qui de par son illustration et sa présentation appelle un traitement de luxe. Les reliures dressées pour cette dernière sont parfois « expressives », et pour la plupart réalisées avant la seconde guerre mondiale. On vit ainsi passer en 1989 à Sotheby’s Monaco une reliure de Pierre Legrain pour un des 25 exemplaires sur japon impérial de l’édition illustrée. Un maroquin citron, orné de fil d’or en cercles sur les plats, de jeux de grilles estampées à froids ; au plat supérieur se trouve une bande de maroquin ivoire, de la forme d’une plaque minéralogique portant le titre en lettres de maroquin blanc27. Legrain semble avoir composé pour le texte de Mirbeau plusieurs reliures « expressives » d’inspiration automobile. Parmi ces dernières, un maroquin violet foncé28 avec six jeux de cercles dorés imitant le rayon de phares, un motif de plaque minéralogique étant encore une fois utilisé au plat supérieur. Le « La » du titre se trouvant encadré, juste au-dessus.

  • 29 Collection particulière.
  • 30 Livres anciens et modernes, vente, Paris, Drouot-Richelieu, salle 3, 29 novembre 2002, Pierre Berg (...)

24L’idée d’une plaque minéralogique semble vraiment avoir inspiré les relieurs, y compris à l’étranger. L’anglo-saxonne Esther Founes créa ainsi pour l’édition Bonnard une reliure de plein maroquin rouge, avec double filet doré à effets « pare chocs », au centre desquels se trouve encore une fois une plaque minéralogique de maroquin noir, « 628-E8 » se retrouvant estampé en petits points argentés29. Le livre fut également reçu en Allemagne, on remarque par exemple une reliure datée de 1921 provenant de la bibliothèque de Max Emden d’Hambourg (1874-1940), en maroquin rouge à gros grain, dos orné d’un double filet brisé dessinant des losanges30, autre diffraction possible de rayons de phares.

  • 31 Bibliothèque de Octave Mirbeau, op. cit.

25Les exemplaires non illustrés sont généralement présentés dans des reliures plus sobres, en général un plein maroquin, parfois accompagné d’une doublure. Le lot 841 de la vente de la bibliothèque de Mirbeau31 est assez emblématique des belles reliures dressées pour l’édition originale non expurgée : il s’agit de l’exemplaire de Mirbeau relié par Marius Michel d’un maroquin rouge janséniste, doublé de maroquin vert et de gardes de soies jaunes.

Épreuves et documents relatifs à La 628-E8

26En dehors des exemplaires avec envois et des reliures remarquables, les catalogues de vente présentent parfois des documents relatifs à La 628-E8. Hélas, beaucoup d’entre eux ne nous sont connus que par des notices.

  • 32 Livres : éditions originales des 19e et 20e siècles la plupart avec couvertures, souvent avec envo (...)

27Le catalogue de vente de la bibliothèque de Mirbeau, organisée en 1919, nous permet de conclure que l’écrivain conserva avec soin un bon nombre de 628-E8 – au moins quatre exemplaires en 416 pages, trois en 468 pages, et trois « Bonnard » – ainsi que des documents relatifs. On peut se référer à ce sujet à la deuxième partie du catalogue, particulièrement aux lots 220 à 225 ; puis aux lots 841 à 843. Le lot 224 est un intéressant dossier relatif aux suppressions consenties par Mirbeau à la demande des héritiers de Balzac au cours du tirage du volume. Passé à nouveau en vente en 198632, il est connu des Mirbelliens, et se compose comme suit :

  1. Fragment de l’édition originale avec les chapitres sur Balzac.
  2. La minute autographe signée d’Octave Mirbeau d’une lettre au directeur du Gil Blas vraisemblablement pour y être publiée en réponse à la réclamation de Mme la Comtesse de Mniszech fille de madame de Balzac.
  3. Fragment d’une lettre d’Octave Mirbeau à Madame Kolb Rzewuska réclamant comme parente de Mme Hanska.
  4. Une lettre de Jules Claretie relative à La 628-E8 et au récit de Jean Gigoux.
  5. Deux coupures du Temps. 6. Un reçu de 9 lignes autographes signées de Balzac, du prix d’une nouvelle Gambara « qui aura au moins vingt colonnes » et qu’il s’engage à fournir au journal La gazette musicale.
  • 33 Éditions originales : romantiques et modernes, Paris, Hôtel Drouot, 12-13 avril 1976, op. cit.
  • 34 Léautaud, Journal Littéraire, op. cit., t. II, p. 82.

28Dans les catalogues des trente dernières années nous avons identifié des documents de première importance qui semblent perdus. L’exemplaire de Léautaud33, bien sûr, dont on aurait aimé connaître les annotations en prime des quelques lignes sur La 628-E8 que l’on trouve dans son Journal où il exalte un « livre neuf, de grand air, qui nous repose des livres savants, des livres faits avec d’autres livres34 ».

29Un lot passé en vente en 1979 a particulièrement excité notre curiosité, car il semblait présenter l’édition pré-originale du roman accompagnée d’une bien curieuse lettre :

  • 35 Vente de livres anciens romantiques et modernes, 22 et 23 octobre 1979, Drouot rive gauche, salle (...)

246. Mirbeau (O.). La 628-E8 (Des canaux de Hollande aux rives du Rhin) Collection Maurice Goddet, L’auto, 1905-1906, in-12, demi maroquin vert à coins, tête doré, non rogné, couverture et dos conservés. (H. La personne)
Édition pré-originale parue dans le journal L’Auto.
En tête du volume est reliée une lettre autographe de M. Goddet envoyant ces extraits du journal ; une note dactylographiée de Jacques May, rédacteur à L’auto donnant d’intéressants renseignements sur cette publication interrompue malgré la fureur de Mirbeau, par ordre du Gouvernement et sur protestation du Kayser35.

30Le numéro suivant de la même vente présentait une édition originale en 468 pages avec une lettre de Jean Gigoux à Paul de Saint Victor, concernant un dîner : « Madame de Balzac m’a chargé de vous dire qu’à cause du départ de ses enfants le dîné était mis à vendredi à 6 heures ». Document accompagné d’une copie dactylographiée de la lettre de protestation de Mme Mniszeck… et de la réponse de Mirbeau.

  • 36 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : trésors de la littérature française des xixe et xxe siècl (...)

31Une vente Sickles de 199036 réservait également quelques surprises, tel un exemplaire de l’édition originale avec des corrections autographes, relié de maroquin écarlate doublé. Une page inédite du manuscrit de La 628-E8, concernant Bruxelles y est glissée ! Où se trouve cet exemplaire ?

  • 37 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : littérature française des xixe et xxe siècles, livres et (...)

32Les catalogues de ventes doivent cependant être lus avec précaution : aux imprécisions fréquentes s’ajoutent la parfois difficile interprétation des notices. En particulier pour les exemplaires « truffés ». Cette pratique courante en bibliophilie peut juxtaposer un livre et un autographe sans rapports directs. Que penser ainsi de cet exemplaire de La 628-E8 vendu avec un billet à Jarry37 – qui était mort juste avant l’impression du livre ! Il existe cependant des truffages heureux. On trouvait ainsi dans une vente Charles Hayoit, en 2001, l’édition originale avec les chapitres sur Balzac, truffée d’une lettre de Mirbeau lui-même. L’écrivain s’y prononçant avec vigueur contre les dangers que font courir les voitures « à chevaux » aux automobilistes du fait de réglementations ineptes :

Le cheval instinctivement, est porté à aller à gauche, il a été élevé pour cela… C’est à gauche qu’on commence son pansage ; on le monte par la gauche… son conducteur se tient à sa gauche… etc… alors il va à gauche… L’Angleterre a parfaitement compris cette loi physiologique du cheval. C’est donc à gauche qu’elle oblige les chevaux et voitures à se tenir sur les routes.

  • 38 Signalés par un libraire.
  • 39 Jean-Claude Delauney, « Autour d’épreuves », Cahiers Octave Mirbeau, n ° 12, mars 2005, p. 304-306

33Passons donc sur les billets autographes de Bonnard joints à une édition illustrée38 – ils semblent perdus. Et rappelons, plein d’espoir, que la plupart des documents aujourd’hui introuvables ressortiront peut-être un jour en vente publique ! Car plus les exemplaires sont précieux, plus ils circulent. L’exemplaire Monet de La 628-E8 était d’abord passé en vente en 1919, il fut revendu après guerre, et on le retrouve une nouvelle fois dans une vente Bérès ! De même après un passage en vente chez Giraud Badin en 1924, l’exemplaire de Jules Renard fut finalement acheté à une autre vente par la BNF en 1966. Quelques exemplaires remarquables passés en vente se trouvent également aujourd’hui dans la collection du bibliophile Jean-Claude Delauney et sont présentés régulièrement dans les Cahiers Mirbeau, citons par exemple l’article de ce dernier dans le douzième numéro des Cahiers Octave Mirbeau39 au sujet d’un des deux jeux d’épreuves du livre, qui prouve bien l’intérêt que peut présenter l’étude détaillée de tels documents.

L’exemplaire Jules Renard

  • 40 « Ce n’est, que peu à peu qu’ils reprennent » devient « Ce n’est que peu ».

34C’est une édition originale non expurgée, sans couverture et sans page de titre, en fort mauvais état. Sous le papier cristal protecteur apposé par les bibliothécaires de la BNF, on devine la mention « + - » au crayon bleu, porté au premier feuillet. Rappelons l’envoi : « à Jules Renard son très cher ami et collègue Octave Mirbeau ». Cet exemplaire présente quelques corrections que l’on a attribuées à Mirbeau. Par exemple la faute de la page 1, à la ligne 15 : « que j’ai vue » voit son e barré par Mirbeau. Une virgule disparaît page 240. Ce sont bien sûr des détails. Bien plus intéressantes sont les annotations portées par Jules Renard sur cet exemplaire. Elles concernent uniquement les chapitres censurés – qui furent vraisemblablement ceux que lurent en priorité les destinataires de cette édition. Se pencher sur les traits vifs au crayon bleu que laissa Renard dans cet exemplaire offre la possibilité de suivre ses réactions au fil des pages. C’était l’habitude de Renard d’annoter ainsi ses livres. Plus que de commentaires, il s’agit de soulignements d’approbation ou de désapprobation. Jules Renard barre, souligne, biffe : il réagit. On dénombre ainsi une trentaine de « réactions » de lecture en une cinquantaine de pages. L’interprétation n’en est d’ailleurs pas toujours évidente. Mais quelques lignes de force se dégagent. Alors que la partie « censurée » débute à la page 388, la page 389 présente deux coups de traits de crayon bleu. Le premier souligne en marge la phrase suivante :

Pourtant, j’ai sur lui ce détail intime et un peu ridicule, que la nature l’avait parcimonieusement armé pour l’amour.

35Plus loin, sont biffés violemment les quatre ligne suivantes :

Cette discrétion, si rare chez un homme de lettres – mais Balzac n’était point un homme de lettres et, si belle qu’elle soit, son œuvre est peut-être ce qui nous intéresse le moins en lui –, nous irrite beaucoup, parce qu’elle nous le cache davantage.

  • 41 Les votes eurent lieu fin octobre 1907 – Mirbeau menaça alors de démissionner de l’Académie pour o (...)

36L’écrivain barre fortement, et précisément à partir l’endroit où Mirbeau dit que Balzac n’était point « homme de lettres » ! Jules Renard ne semble pas goûter non plus certains détails – qu’il juge peut-être inutiles ? – par exemple page 397 : « Il mangeait à son dessert des figues sèches », barré. La réaction est vive également page 398 à côté de cette phrase : « D’ailleurs comment attendre quelque chose de sérieux de quelqu’un qui fait des romans… » ; mais le plus fort sursaut de Renard est incarné dans le trait fort et vif en coin de la phrase choc sur la mort de Balzac : « la décomposition a coulé sur le drap ». Il serait intéressant de replacer cet exemplaire au cœur de l’histoire des relations entre Mirbeau et Jules Renard. Quelle fut l’attitude officielle de Jules Renard vis-à-vis de Mirbeau à la réception de ce livre, juste après la querelle sur son entrée à l’Académie Goncourt41 – où Mirbeau fut son meilleur soutien ?

37Que de questions posées par cet exemplaire remarquable et par tous les exemplaires passés en vente publique ! Notre propos ici, plutôt que de donner des réponses définitives, fut plutôt de définir, ou plutôt d’esquisser une méthode d’approche, de poser les premières questions, et d’apporter des pistes. J’espère que cela permettra également de mieux recenser les exemplaires existants. Il paraît peu probable que les spécialistes de Mirbeau ne soient pas amenés à en rencontrer d’autres, ce travail sur la matérialité des textes étant, par essence, collectif.

38Et l’on retrouvera peut-être un jour cet exemplaire évoqué par le bibliophile et homme politique Louis Barthou :

  • 42 Livres et autographes, Salle Rossini, 10 decembre 2004, Paris, Dominique Gomez, 2004, 27 p.

Vous m’avez parlé d’un riche amateur qui a le goût des livres uniques. J’en ai un, d’une qualité exceptionnelle : le manuscrit original de La 628-E8 avec tous les dessins originaux de Bonnard, relié en maroquin plein par Marius Michel42.

Notes

1 Bibliothèque de Octave Mirbeau, vente, Paris, 20 et 21 juin 1919, Paris, H. Leclerc, 1919, 2 tomes.

2 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : littérature française des xixe et xxe siècles, livres et manuscrits, 14e partie : vente, Paris, Drouot-Richelieu, salle 3, 1er-2 juillet 1993, commissaires-priseurs, Mes Laurin, Guilloux, Buffetaud et Tailleur, Paris, Mme J. Vidal-Mégret, T. Bodin, 1993, 64 p.

3 Autographes et livres […] provenant de Léon Vanier et Albert Messein, éditeurs de P. Verlaine, Paris, Hôtel Drouot, 14 février 1985, Paris, Jeanne Vidal-Mégret, 1985, 59 p.

4 Éditions originales : romantiques et modernes, livres illustrés, œuvres complètes, Beaux-arts, bibliographie, Apollinaire, Aragon… Céline, Châteaubriand, Chenier… France, Gautier… Proust… de Stael, Valéry, Zola… bibliothèque du docteur André Chauveau, deuxième partie, vente, Paris, Hôtel Drouot, 12-13 avril 1976, Paris, M. Loliée, 1976, 58 p.

5 Catalogue de la Bibliothèque de Paul Adam, préface de Paul Valéry, Paris, G. Andrieux, 1925, 46 p.

6 Exemplaire se trouvant à la BNF sous la cote RES P-Y2-2575.

7 Livres anciens et modernes : comprenant la bibliothèque du comte et de la comtesse Guy Du Boisrouvray, vente, Monte-Carlo, Sotheby’s Monaco, 16 octobre 1989, par le ministère de Me M.-Th. Escaut-Marquet, Monte-Carlo, Sotheby’s Monaco, 1989, 59 p.

8 Collection particulière.

9 Deux jours de vente à Drouot-Montaigne, lithographies, pastels, sculptures, estampes, affiche, livres d’art… tableaux modernes contemporains, huiles, gouaches, dessins, gravures : vente, Paris, Drouot-Montaigne, 12-13 octobre 1994, Paris, chez l’expert, 1994, 128 p.

10 Vente du 19 mars 1947, voir Guide du bibliophile et du libraire. Bibliographie générale des livres manuscrits atlas et recueils d`estampes passés en ventes publiques en 1946-1948 en France en Belgique, Paris, Librairie Gibert Jeune, 1950, 1028 p.

11 Cité par Léo Delteil, Annuaire des ventes de livres. Guide du bibliophile et du libraire, Paris, Agence générale de librairie, 1921, t. II.

12 Catalogue de la Bibliothèque de Paul Adam, op. cit.

13 Éditions originales : romantiques et modernes, Paris, Hôtel Drouot, 12-13 avril 1976, op. cit.

14 Paul Léautaud, Journal Littéraire, Paris, Mercure de France, 1955, tome 2, p. 82.

15 Éditions originales, livres illustrés modernes : Bibliothèque Jean-Marie Moulin, vente du 18 décembre 2003, Paris, Blaizot, 2003, 178 p.

16 Cité par Léo Delteil, Annuaire des ventes de livres. Guide du bibliophile et du libraire, Paris, Agence générale de librairie, 1921, tome 2. Cite la référence d’une vente du 25 avril 1929 (Giard, Andrieux).

17 Pierre Berès, 80 ans de passion : 4e vente, le cabinet des livres : vente, Paris, Drouot Richelieu, salles 5 et 6, 20 juin 2006, Paris, Proyart, 2006, 348 p.

18 Bibliothèque Florin Abélès, Livres Anciens et Modernes, 4 mai 2006, Paris, Piasa, 2006.

19 Livres anciens et modernes, vente, Paris, Hôtel Drouot, 22-23 juin 1981, Paris, J. Vidal-Mégret, 1981, 43 p.

20 Bibliothèque du Dr Lucien-Graux. [3e partie.] Editions originales modernes (de H à Z). Grands papiers, avec envois, lettres et manuscrits autographes… Vente à Paris, Hôtel Drouot, les 20 et 21 mars 1957, Paris, J. Vidal-Mégret, 1957.

21 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : trésors de la littérature française des xixe et xxe siècles, livres et manuscrits, 4e partie : vente, Paris, Drouot Montaigne, 9-10 novembre 1990, Paris, Mme J. Vidal-Mégret, T. Bodin, 1990, 29 p.

22 Bibliothèque d’un curieux : xixe siècle, livres, documents, autographes… [vente, Paris, Nouveau Drouot, salle 12, 6 décembre 1984, Paris, C. Guérin et D. Courvoisier, 1984, 71 p.

23 Signalé par un collectionneur.

24 Beaux livres anciens et modernes, catalogue no 58, Lyon, Librairie Lardanchet, 1965.

25 Léautaud, Journal Littéraire, op. cit., t. II, p. 84.

26 Léo Delteil, Annuaire des ventes de livres. Guide du bibliophile et du libraire, Paris, Agence générale de librairie, 1918-1930, 12 tomes.

27 Voir Livres anciens et modernes […] Sotheby’s Monaco, 16 octobre 1989, op. cit.

28 Livres, éditions originales des 19e et 20e siècles, la plupart avec couvertures, souvent avec envoi ou lettre ajoutée, Nouveau Drouot, salle 12, vendredi 12 décembre 1986, Paris, Pescheteau-Badin, 1986, 32 p.

29 Collection particulière.

30 Livres anciens et modernes, vente, Paris, Drouot-Richelieu, salle 3, 29 novembre 2002, Pierre Bergé & associés, Paris, D. Courvoisier, 2002, 110 p.

31 Bibliothèque de Octave Mirbeau, op. cit.

32 Livres : éditions originales des 19e et 20e siècles la plupart avec couvertures, souvent avec envoi ou lettre ajoutée, éditions rares…, manuscrits : Mirbeau, important fragment du « Journal d’une femme de chambre » (avec dessins par l’auteur), Paris, Nouveau Drouot, salle 12, 12 décembre 1986, Paris, G. Blanschong, 1986.

33 Éditions originales : romantiques et modernes, Paris, Hôtel Drouot, 12-13 avril 1976, op. cit.

34 Léautaud, Journal Littéraire, op. cit., t. II, p. 82.

35 Vente de livres anciens romantiques et modernes, 22 et 23 octobre 1979, Drouot rive gauche, salle 14, Vidal Mégret, 1979.

36 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : trésors de la littérature française des xixe et xxe siècles, livres et manuscrits, 4e partie, op. cit.

37 Bibliothèque du colonel Daniel Sickles : littérature française des xixe et xxe siècles, livres et manuscrits, 14e partie : vente, Paris, Drouot-Richelieu, salle 3, 1er-2 juillet 1993, Paris, Vidal Mégret, 1993, 64 p.

38 Signalés par un libraire.

39 Jean-Claude Delauney, « Autour d’épreuves », Cahiers Octave Mirbeau, n ° 12, mars 2005, p. 304-306.

40 « Ce n’est, que peu à peu qu’ils reprennent » devient « Ce n’est que peu ».

41 Les votes eurent lieu fin octobre 1907 – Mirbeau menaça alors de démissionner de l’Académie pour obtenir l’élection de Jules Renard.

42 Livres et autographes, Salle Rossini, 10 decembre 2004, Paris, Dominique Gomez, 2004, 27 p.

Auteur

Université Paris X-Nanterre.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540