Version classiqueVersion mobile

L’Europe en automobile

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Guy Ducrey

III. Mirbeau, la voiture et les arts

Fragments d’une amitié. Octave Mirbeau, Claude Monet et Théodore Robinson

Aleksandra Gruzinska

Texte intégral

1Le voyage de La 628-E8 à travers l’Europe s’effectue sur plusieurs niveaux. Mirbeau, écrivain de fortune aisée, a une chance exceptionnelle de voyager en voiture, mode de transport nouveau qui lui procure des sensations inconnues jusqu’alors. La vitesse avec laquelle la voiture se déplace transforme ou déforme les paysages géographiques qu’il traverse et modifie aussi le paysage spirituel et intellectuel que ces contrées, qui surviennent soudain et disparaissent aussitôt, font naître. Du point de vue économique et politique, historique et culturel Mirbeau parcourt une région très riche et très variée arrosée par le Rhin et la Meuse. Certaines villes évoquent des événements historiques mémorables telle la victoire de Louis XIV à Rocroy ou la défaite de Napoléon à Waterloo. Ces nations qui s’étalent le long du Rhin, tantôt amies ou ennemies, tantôt associées à de riches échanges culturels ou de lourdes pertes humaines, constituaient alors une frontière qui pendant des siècles était en train de se faire et se défaire, de se fermer et s’ouvrir.

2Malgré un plus grand confort et une mobilité touristique plus flexible que le nouveau mode de transport permet, la vitesse avec laquelle défilent les nations et les paysages, la surabondance de sensations et de réflexions nouvelles qu’elles suscitent mènent à une certaine fatigue physique et mentale, à un vertige et le besoin de retrouver l’amitié du silence et de la solitude, l’intimité d’un intérieur de chambre d’hôtel qui initie Mirbeau à un autre type de voyage à la Montaigne, également riche sans doute, « un peu à travers moi-même », comme il le dit.

  • 1 Dans Octave Mirbeau, Correspondance avec Claude Monet, Pierre Michel mentionne, sans donner davanta (...)

3Notre travail sur La 628-E8 se situe au niveau de ce voyage intérieur, « à travers moi-même », qui permet une étude plus flexible, plus fragmentée pour ainsi dire, avec des méandres et des détours. En partant du récit dans La 628-E8 sur « La découverte de Claude Monet » (p. 206-210), je propose de biaiser vers la Venise de Mirbeau où il décrit les toiles de Monet, virer ensuite vers Giverny et enfin traverser l’Atlantique pour se rendre à New York chez un jeune ami de Monet, peintre impressionniste américain dont on parle peu aux États-Unis et probablement encore moins en France. Il apporte sur Mirbeau, en visite à Giverny en même temps que lui, un témoignage authentique1. Ce jeune artiste américain, du nom de Theodore Robinson, mentionne Mirbeau dans son journal, aujourd’hui encore inédit. Il le rédigeait fidèlement pendant son séjour en France, et plus tard, après son retour en 1892 chez lui, en Amérique. C’est le seul modeste apport qu’offre mon travail au riche voyage mirbellien à travers la Belgique et la Hollande, l’Allemagne et la France.

4Dans ce voyage autour du Rhin, Mirbeau évoque parfois des artistes et des écrivains, dont il admirait certains et méprisait d’autres. Ici et là il note les vestiges que des continents et des pays étrangers avaient laissés en Europe. À Amsterdam, le port lui rappelle les jonques chinoises d’une part, et l’Inde de l’autre. À Zaandam, le plus japonais de tous les décors de la Hollande (p. 208), avec d’une part ses ouvertures sur l’Orient et par ailleurs les cargaisons de bois de Norvège (ibid.) qui évoquent l’Europe du Nord. C’est à Zaandam qu’il se souvient de Claude Monet, peintre qu’il admire et aime. Il parle de la découverte que Monet avait faite, non pas du Japon, mais de l’art japonais, de sa simplicité des lignes, de ses ponts et sa nature.

  • 2 Autrefois oublié, Mirbeau critique est aujourd’hui souvent cité dans les ouvrages sur les artistes (...)
  • 3 Anthony Chambers, « Ogai, Mori. The Dancing Girl », Conférence présentée en février 2007 dans un co (...)
  • 4 « Jeune fille dans le jardin de Giverny (1888) was probably the work Monet gave to Talamasa Hayashi (...)
  • 5 « Mais, hélas ! cet homme [Germain, le laboureur] n’a jamais compris le mystère du beau, cet enfant (...)

5Mirbeau affirme que Monet ne faisait pas de japonisme2. Or certains critiques, tel Anthony Chambers par exemple, spécialiste en littérature et culture japonaises, voient le japonisme comme un engouement qui avait envahi aussi bien l’Europe que l’Amérique durant le xixe et le xxe siècles. Jardin japonais, théâtre japonais, estampes et architecture japonaises étaient partout en vogue à l’époque de nos grands-parents. Parmi les artistes inspirés par le japonisme, on cite Monet et plus particulièrement « La Japonaise » où Camille Monet pose en costume de geisha, un exemple parfait de japonisme, c’est-à-dire de la rencontre du Japon adapté à l’Europe, d’un Japon inauthentique3. Cependant, « La découverte par Claude Monet » d’estampes japonaises, ne semble pas avoir eu lieu de la manière dont Mirbeau la raconte dans La 628-E8. Selon Sona Johnston, le tableau intitulé « Jeune fille dans le jardin de Giverny » (1888) était probablement celui que Monet avait offert à l’artiste japonais, Tadamasa Hayashi, en échange d’une série d’estampes japonaises4. Que le récit de Mirbeau soit vrai ou fictif, conforme ou non à la réalité, importe peu ici. Ce qui nous impressionne dans le récit de Mirbeau c’est la distance, déjà signalée en 1846 par George Sand dans « Le labour » de La Mare au diable5, et surtout exprimée en 1877 chez Zola dans l’Assommoir (Chap. 3, « La noce ») d’une manière moins tendre pour le peuple, c’est la distance qui sépare le peuple de l’art, son incapacité à comprendre ou apprécier la valeur culturelle des œuvres, sans doute, parce que les contacts avec l’art lui manquent. Quant à Mirbeau, il accentue le regard sympathique mais condescendant et amusé d’un aimable commerçant/épicier hollandais envers un artiste [Monet] qui semble s’intéresser à des bagatelles, à des riens. Il trouve un peu bizarre l’enthousiasme et l’émotion que cet artiste manifeste devant des papiers que l’épicier a peut-être obtenu gratuitement et dont il se sert pour envelopper le fromage de ses clients. Par contraste avec le commerçant, Monet confronte passionnément un art nouveau, encore peu connu de lui. Et néanmoins, il saisit immédiatement toute sa nouveauté et fraîcheur, de l’intérieur pour ainsi dire, intuitivement et visuellement en même temps. Son émotion est telle qu’il n’hésite pas à sacrifier les derniers sous dont il dispose pour récupérer des estampes précieuses pour lui mais sans aucune valeur esthétique ou monétaire pour le commerçant.

6Si dans le cas du japonisme Mirbeau, critique d’art, s’éloigne peut-être de la vérité en ce qui concerne la découverte de Monet, il traduit dans un article postérieur à La 628-E8 beaucoup plus subtilement sa manière de peindre. Monet ne semble point être un artiste bloqué comme c’est le cas du protagoniste de Dans le ciel par exemple. Son bras et son pinceau ne sont point rigides. Ils se déplacent au contraire avec souplesse comme dans le passage suivant extrait de l’article que Mirbeau avait consacré à la Venise de Claude Monet :

On dirait que la main s’abandonne à suivre la lumière. Elle renonce à l’effort de la capter. Elle glisse sur la toile, comme la lumière a glissé sur les choses. Le mouvement minutieux, qui pièce à pièce, bâtissait l’atmosphère, cède au mouvement plus souple qui l’imite et lui obéit. Claude Monet ne saisit plus la lumière avec la joie de conquête de celui qui, ayant atteint sa proie, se crispe à la retenir. Il la traduit comme la plus intelligente danseuse traduit un sentiment. Des mouvements se combinent et nous ne savons pas comment ils se décomposent. Ils sont si bien liés les uns aux autres qu’ils semblent n’être qu’un seul mouvement et que la danse est parfaite et close comme un cercle. (« Claude Monet. Venise », Des Artistes, Deuxième série, p. 237).

7Mirbeau multiplie dans cet extrait le son “s” pour traduire le glissement du pinceau sur la toile : « elle glisse », « la lumière a glissé », « le mouvement bâtissait ». Il établit aussi une correspondance entre la peinture et la danse. Elle lui permet de traduire le mouvement de l’œil du peintre [et du regardant] qui, lui, suit le mouvement de la main, qui, elle, suit la lumière dans son déplacement à travers l’espace et le temps. Presque imperceptible, ce mouvement devient aussi léger que la danse et aussi transparent que l’atmosphère. Aucun vestige d’impuissance dans ce passage ni chez celui qui regarde la Venise de Monet et reproduit l’œuvre, ni chez l’artiste qui l’avait créée. C’est une réussite chez le peintre et l’écrivain : une fusion du tableau et du texte écrit devenu, à son tour, glissement, couleur, lueur et tableau.

8Puisque avec Venise nous avons quitté l’itinéraire même de La 628-E8, le moment nous semble favorable pour revenir en arrière et faire virer la voiture vers Giverny et présenter Theodore Robinson. Artiste impressionniste américain, il avait eu la chance durant la matinée du 1er décembre 1892, chez Monet, d’écouter le peintre et l’écrivain parler art. Mirbeau se plaignait d’abord d’un certain homme dur d’oreille et de l’impossibilité de se faire comprendre de lui. Le jeune Robinson, fortement impressionné peut-être par l’éloquence mirbellienne, affirme avoir été fort dur d’oreille lui-même ce jour-là, et avait donc écouté plus attentivement qu’à l’ordinaire ce dont Mirbeau parlait si vivement, sans vraiment intervenir lui-même dans la conversation. Néanmoins, il allait bien s’en souvenir plus tard. Ce jour-là, cependant, il avait jugé trop compliquées les observations sur l’art de l’homme de lettres, préférant la simplicité des explications de Monet.

  • 6 Robinson revient en France en mai 1892 et repart pour New York au début de décembre 1892. Le 2 déce (...)
  • 7 En 2006, a eu lieu une exposition des œuvres de Theodore Robinson dans trois musées aux États-Unis, (...)
  • 8 Les Monet recevaient souvent chez eux Robinson. Quelquefois le « Maître » se rendait chez Robinson (...)

9Theodore Robinson (1852-1896) aurait-il semblablement jugé l’article de Mirbeau sur la Venise de Monet ? Il avait une très bonne maîtrise du français et a séjourné à plusieurs reprises en France malgré une santé fragile. Lecteur de Flaubert et de Zola, il était parmi les premiers peintres américains qui s’étaient installés à Giverny pour « mieux absorber la fraîcheur et le vent novateur qui soufflait autour de Monet », comme le dit si bien Pierre Michel. Entre 1887 et 1892, il avait fait six longs séjours auprès du « Maître6 ». En cette année 1892, l’année qui nous intéresse, il le voyait trois ou quatre fois par mois et même plus souvent. Le 3 juin, 18927, Monet lui avait fait d’importantes confidences que nous avons traduites en français8 :

Rendu visite à Monet. À propos de son croquis de la mer, que Sargent aimait tant, il déclara regretter de ne plus pouvoir travailler dans le même esprit que jadis. À l’époque, tout ce qui lui plaisait, même d’infiniment fugace, il le peignait, quand bien même il ne pouvait poursuivre son effort au-delà d’un seul tableau. Aujourd’hui, seul un effort longtemps soutenu le satisfait, et ce doit être un motif important, suffisamment entraînant.

  • 9 Robinson, Diary, June 3, 1892, p. 23. Toutes les citations en anglais ont été traduites en français (...)

[Called on Monet. He said he regretted he could not work in the same spirit as once, speaking of the sea sketch Sargent liked so much. At that time anything that pleased him, no matter how transitory, he painted, regardless of the inability to go further than one painting. Now it is only a long continued effort that satisfies him, and it must be an important motif, that is sufficiently entraînant. (Robinson, Diary, 22)]9.

  • 10 Les dates où Robinson avait été reçu à déjeuner ou dîner chez Monet sont les suivantes : 23 mai, 3, (...)
  • 11 Robinson avait-il révélé à Monet qu’il allait sous-titrer ce tableau La Débâcle ? Il ne le mentionn (...)

10En 1892 Robinson a passé sept mois en France, la plupart du temps à Giverny. Entre le 23 mai et le 2 décembre 1892, ses visites se multiplient chez Monet qui le reçoit fréquemment, y compris à deux occasions importantes, son mariage avec Alice Hoschedé et le mariage de sa belle fille Suzanne Hoschedé avec Theodore Earl Butler (1861-1936), ami de Robinson10. De même, « the Master » ou « Le Maître » est venu quelquefois dans l’atelier du jeune peintre pour jeter un coup d’œil critique sur son travail. Ainsi le 15 septembre (1892) « le Maître » se prononce favorablement sur La vue de Vernon auquel il prédit un beau succès, mais il juge Marie au petit pont « amusant11 ».

11Un autre jour, chez Monet, le 13 juin 1892, Robinson se plaignait par exemple de ne pas toujours pouvoir tout exprimer en art. Monet semblait être du même avis :

Il [Monet] convint avec moi qu’il était bien dommage qu’on ne puisse toujours peindre toutes sortes de choses, librement et sans s’exagérer leur importance. Il déclara, en parlant de Mirbeau, qu’il fallait du courage pour dire de Carolus ce que beaucoup pensaient tout bas, mais que personne n’avait osé jusque-là écrire noir sur blanc. Quant au risque d’un duel, Mirbeau en avait eu plusieurs. Sargent, très peu sûr du succès de sa décoration pour Boston, voulait l’opinion de Monet… Celui-ci déclara que, dans leur quête de lumière, les peintres se suivent comme des moutons, au point que l’on rêve à un tableau tout noir. […] Il est cruellement vrai que l’indépendance, la véritable intégrité, l’honnêteté n’ont jamais à ce point fait défaut, tant dans le sujet choisi que dans la technique d’exécution – à quelques exceptions près, Whistler, Raffaëlli, Lebourg, Ary, Renan, Puvis [et bien sûr on peut mentionner ici Mirbeau qui osait exprimer l’indicible, noir sur blanc, dans la presse].

[He agreed with me that it was a pity one could not always paint freely, all sorts of things, without thinking too much of their importance. He said that it took courage – in speaking of Mirbeau – to talk about Carolus as many think but no one has yet done, in cold print. In speaking of the possibility of an affair, said Mirbeau had had several. Sargent is very doubtful about the success of his Boston decoration, and wanted Monet’s advice… Said, in regard to the chase after light painting – the painters, follow each other like sheep, that one wished for a black picture. […] It is painfully true, both in subject and painting, never was there less independence or real integrity – honesty with a few exceptions. Whistler, Raffaëlli, Lebourg, Ary, Renan, Puvis.]

  • 12 Robinson [et son ami Sargent] avaient étudié pendant quelque temps sous le patronage de Carolus-Dur (...)
  • 13 Theodore Robinson, « Claude Monet », Century Magazine xliv, septembre 1892.

12Dans le passage ci-dessus, composé un peu à bâtons rompus, Robinson parle de Mirbeau et de John Singer Sargent (1856-1925), des peintres de la lumière, et de la liberté d’expression en art. Il entend Monet admirer le courage de Mirbeau. Celui-ci a osé critiquer dans la presse Carolus12, peintre académique qui jouissait d’une réputation considérable dans le monde de l’art. La première impression que Robinson a de Mirbeau, avant de faire sa connaissance, c’est donc celle d’un journaliste et critique d’art de grande intégrité, dont l’opinion compte et qui risque sa vie et n’hésite pas à se battre quand il s’agit de défendre la vérité. Sensible à l’opinion de Monet, Robinson note surtout l’admiration que « le maître » manifeste pour Mirbeau. Cette même année, au mois de septembre, va paraître l’article de Robinson sur Monet dans Century Magazine, vol. xliv (1892), illustré d’un portrait de Monet dessiné par Robinson. Il aura un succès considérable et semble avoir beaucoup plu en Amérique13.

13Enfin, le 1er décembre 1892, Robinson passe sa dernière matinée à Giverny. Deconchy vient le chercher le matin et ils se rendent ensemble chez Monet pour le petit-déjeuner. Il remarque immédiatement la présence d’un autre invité :

  • 14 1er décembre [1892] – Deconchy arrived early and we went to Monet’s to breakfast. Met Mirbeau, a ro (...)

Deconchy est arrivé tôt et nous sommes allés chez Monet prendre le petit déjeuner. J’ai fait la connaissance de Mirbeau. Un roux, grand, le dos un peu voûté et il damne presque tout et tous d’une manière des plus intéressantes. Il a commencé par dire qu’il a fait la connaissance d’un homme qui était sourd et combien insupportable était un sourd. Par malheur j’étais moi-même très dur d’oreille ce jour-là, j’ai donc décidé de me tenir coi, et d’écouter très attentivement. Il parlait d’une propriété appartenant à « Bailly, l’horrible Bailly de la Société des Artistes Français » et, à propos du livre de Geoffroy qui venait de sortir, de la préface de Goncourt : « c’est idiot ». Cela m’a fait plaisir, comme j’ai toujours détesté Goncourt. Lui et Monet étaient bien occupés à discuter très sérieusement et, quoique souvent d’un avis opposé, ils étaient sur maints points en sympathie. Et les appréciations de Monet me paraissaient beaucoup plus fines, plus simples et directes, l’autre ayant une façon littéraire de considérer les questions d’art. En parlant de Carrière et de son art, Monet dit [de ce que disait Mirbeau] : « Je ne le comprends pas » et cela m’a fait penser à Thayer, avec lequel il a certains points de ressemblance. Selon Monet, l’art de Carrière plaît aux hommes de lettres, et devrait moins plaire aux peintres, qui pensent en premier lieu au matériau qui leur sert à attirer, quoi donc ?, non le cœur ou l’esprit, mais les yeux. Je me souviens que M[onet] avait dit un jour de C[arrière] qu’il était un grand dessinateur : « il dessine bien ».
Un charmant adieu et de bons vœux pour mon retour de la part de la famille, de Deconchy et de Monet. (Johnston, p. 193)14.

  • 15 « [December] 2 [1892]. To Havre and p. m. dined with Jacques Hoschedé. He said Monet’s present loaf (...)

14C’est la première fois que Robinson fait la connaissance de Mirbeau et c’est aussi la dernière fois qu’il le verra. C’était son avant-dernier jour en France. Il déjeunera le 2 décembre avec Jacques Monet qui se plaignait de la bien trop longue fainéantise [loaf] de Monet qui durait depuis six mois15. Le 3 décembre à huit heures trente, Robinson s’embarque au Havre pour une traversée sans événements désagréables et plutôt ennuyeuse. Il ne reviendra jamais plus en France. Sa rencontre avec Mirbeau est donc un vrai hasard, une chance extrême et un témoignage unique.

  • 16 La Débâcle, 1892, huile sur toile, 18 x 22 in. (45.7 x 55.9 cm). Signature en bas à gauche : 1892/T (...)

15À son retour aux États-Unis, Robinson reprend immédiatement sa vie d’artiste à New York. Il parlera souvent de Monet, échangera quelques lettres avec lui, et s’intéressera surtout au succès que Monet connaît aux États-Unis. Il mentionne Potter Palmer (1826-1902), important entrepreneur de Chicago qui, selon Robinson, avait acquis quarante tableaux de Monet. Il en avait même dans sa garde-robe. Ce même Potter Palmer avait dit, en parlant de Marie au petit pont que ce tableau était une œuvre brillante, disons une œuvre de génie. C’était le même tableau que Monet avait trouvé « amusant » et qui est passé à la postérité sous le nom de La Débâcle, peut-être en l’honneur d’Émile Zola dont Robinson avait lu le roman en cet été 1892 et en avait été très ému16.

16Le 27 décembre, à New York cette fois-ci, Robinson consacre la journée à la lecture de l’article de Jacques Hoschedé sur Meissonnier dans un vieux numéro du Magazine Français. Il apprécie surtout les citations de Baudelaire extraites des Salon de 1845 et 1861 et note la phrase : « C’est la nature toujours différente, qui renouvelle sans cesse les aspects divers et les impressions des artistes. C’est l’amour de la nature qui manque à presque tous les peintres actuels ». Robinson a l’habitude de transcrire exactement les citations françaises, que ce soient celles de Baudelaire, de Flaubert ou de Zola. Il avait même reçu des compliments de la part de Paderewski à propos de son français.

  • 17 « Rec’d an Echo de Paris an article by Octave Mirbeau on Gus[tave] Geffroy’s book “La Vie artistiqu (...)

17Ce même 27 décembre il avait reçu un numéro de l’Écho de Paris et y avait trouvé l’article où Octave Mirbeau, en parlant du livre de Gustave Geffroy, La Vie artistique (1892), mentionne « la belle préface de M. Edmond de Goncourt ». Notre jeune artiste se rappelle immédiatement la dernière matinée passée chez Monet où Mirbeau avait qualifié cette belle préface de « c’est idiot ». Mais maintenant « Il dit que [La Vie artistique] est « précédée d’une belle préface de M. Edmond de Goncourt ». À Giverny, il avait dit de la préface “c’est idiot” ». Et Robinson de commenter : « Voilà encore une illusion perdue17 ». C’est donc sur une note de déception que se terminent ses souvenirs sur Mirbeau.

18Ainsi aux palinodies publiques d’autrefois dans les journaux, il faut ajouter aujourd’hui les palinodies privées de Mirbeau qui finit par paraître un peu moins intègre et un peu moins courageux. C’est un Mirbeau autrefois admiré et par Monet et par Robinson, mais qui finira par décevoir un artiste américain qui se faisait de l’intégrité une idée plus féroce. Au Mirbeau des palinodies dans la presse, il faut ajouter le Mirbeau dont l’opinion privée diffère de l’opinion publique, un Mirbeau qu’on admire mais qui, en même temps, déçoit un peu.

Bibliographie

Bibliographie

Johnston, Sona, In Monet’s Light. Theodore Robinson at Giverny. With an Essay by Paul Tucker, The Baltimore Museum of Art, Philip Wilson Publishers Ltd, 2005.

Michel, Pierre et Nivet, Jean-Francois, Octave Mirbeau l’Imprécateur au cœur fidèle. Biographie, Librairie Séguier, 1990, p. 535 : « On construit une amidonnerie près de la propriété de Monet. Mirbeau intervient personnellement auprès du préfet de l’Eure, Beverini Vico, en avançant des arguments de poids : si l’usine est construite, Monet pliera bagages, et avec lui, tous les peintres américains installés dans le pays et qui font la richesse de la région, car ils sont nombreux : Robinson, Metcalf, Bruce, Taylor, Lilla Perry, Butler (qui a épousé Suzanne Hoschedé), auquels il faut ajouter des Anglais (Forman, Thornley) et un Tchèque (Radinsky) ».

Mirbeau, Octave, « Le cas de M. de Goncourt », Les Écrivains (1884-1894), Première série, Ernest Flammarion, 1925, p. 220-226. [La colère de M. Ernest Renan après la parution du Journal des Goncourt].

—, « Edmond de Goncourt », Les Écrivains (1895-1910), Deuxième série, Ernest Flammarion, 1926, p. 68-76. [Sur la mort d’Edmond de Goncourt].

—, « Claude Monet. Venise », Des Artistes, Deuxième série, Ernest Flammarion, 1924.

—, « Claude Monet. Venice », Traduit du français par Aleksandra Gruzinska et Murray D. Sirkis, New Interpretations in the History of French Literature. From Marie de France to Beckett and Cioran, Edwin Mellen Press, 2008.

—, Correspondance avec Claude Monet, Tusson, Charente, Du Lérot, éditeur, 1990, p. 171, note 3.

Le même groupe de peintres a été mentionné dans Octave Mirbeau l’Imprécateur au cœur fidèle. Renseignement puisé dans : Monneret, Sophie, L’Impressionisme et son époque, I, p. 297.

—, « La Découverte de Monet », La 628-E8, Deuxième édition, Bibliothèque Charpentier, 1908, p. 206-210.

—, « Claude Monet, “Venise” », Des Artistes. Deuxième série, Ernest Flammarion, 1924, p. 234-240 [Mai 1912].

Robinson, Theodore, « Claude Monet », Century Magazine, XLIV (September 1892).

Article réimprimé en entier dans Johnston, Sona. In Monet’s Light. Theodore Robinson at Giverny, The Baltimore Museum of Art, Londres, Philip Wilson Publishers Ltd, 2004, p. 211-217. Avec un beau dessin de Monet par Robinson.

—, « Theodore Robinson’s Diaries 1892-1896 », Vol. 1. March 29, 1892-Feb. 4, 1893. Manuscript disponible au Frick Reference Library 113 R567 d. Don de John F. H. Baur, le 19 avril 1956.

Sand, George, La Mare au diable, préface et notes de Léon Cellier, Gallimard, Collection Folio, 1973.

Notes

1 Dans Octave Mirbeau, Correspondance avec Claude Monet, Pierre Michel mentionne, sans donner davantage de précisions, Theodore Robinson comme l’un des peintres américains qui se sont installés à Giverny.

2 Autrefois oublié, Mirbeau critique est aujourd’hui souvent cité dans les ouvrages sur les artistes impressionnistes. Au Québec, pendant une soirée consacrée à Camille Claudel et Rodin, lors de l’exposition de leurs sculptures au Musée National d’Art du Québec, une citation de Mirbeau sur Camille Claudel occupait la place d’honneur sur l’écran.

3 Anthony Chambers, « Ogai, Mori. The Dancing Girl », Conférence présentée en février 2007 dans un cours sur la littérature et l’opéra, à Arizona State University, Tempe.

4 « Jeune fille dans le jardin de Giverny (1888) was probably the work Monet gave to Talamasa Hayashi in exchange for a series of Japanese prints » (Sona Johnston, p. 197, note 12).

5 « Mais, hélas ! cet homme [Germain, le laboureur] n’a jamais compris le mystère du beau, cet enfant ne le comprendra jamais !... » (p. 43).

6 Robinson revient en France en mai 1892 et repart pour New York au début de décembre 1892. Le 2 décembre, il est au Havre et dîne avec Jacques Hoschedé, le 3 il s’embarque pour une traversée sans événements désagréables mais ennuyeuse.

7 En 2006, a eu lieu une exposition des œuvres de Theodore Robinson dans trois musées aux États-Unis, y compris le Phoenix Art Museum. L’artiste est mort à 43 ans.

8 Les Monet recevaient souvent chez eux Robinson. Quelquefois le « Maître » se rendait chez Robinson pour voir son œuvre.

9 Robinson, Diary, June 3, 1892, p. 23. Toutes les citations en anglais ont été traduites en français par mes soins, puis revues par Guy Ducrey.

10 Les dates où Robinson avait été reçu à déjeuner ou dîner chez Monet sont les suivantes : 23 mai, 3, 10, 21 juin ; 3, 9, 16, 18 juillet (Mariage de Monet), 20 juillet (Mariage de Suzanne) ; 10 août ; 5, 14, 15, 16 septembre ; 3 octobre ; 1er, 30 novembre, et 1er décembre (jour où il fait la connaissance de Mirbeau).

11 Robinson avait-il révélé à Monet qu’il allait sous-titrer ce tableau La Débâcle ? Il ne le mentionne pas dans son journal. Plus tard, à New York, l’entrepreneur américain, Potter Palmer (1826-1902) de Chicago qui avait acquis quarante tableaux de Monet, avait jugé ce même tableau, Marie au Petit Pont, comme « a masterpiece », un chef-d’œuvre.

12 Robinson [et son ami Sargent] avaient étudié pendant quelque temps sous le patronage de Carolus-Duran. Ce dernier avait reçu la Légion d’honneur en 1889 et avait été nommé directeur de Académie française à Rome en 1905. C’est aussi lui qui avait peint un portrait époustouflant de Sargent. Voir http://jssgallery.org/Paintings/Carolus-Duran/Carolus-Duran.htm.

13 Theodore Robinson, « Claude Monet », Century Magazine xliv, septembre 1892.

14 1er décembre [1892] – Deconchy arrived early and we went to Monet’s to breakfast. Met Mirbeau, a roux, tall, stoops a little and damns most everything and everybody in most interesting fashion. He began by speaking of meeting some man who was deaf and how insufferable a deaf man was. As ill luck had it I was particularly hard of hearing, so I lay low and listened as hard as I could. He spoke of a property belonging to « Bailly, l’horrible Bailly de la Société des Artistes Français » and a propos of Geoffroy’s book just out, the preface by de Goncourt, « c’est idiot ». This pleased me who have always loathed de Goncourt. He and Monet were fine discussing very earnestly and often disagreeing tho’ sympathique in many lines. And Monet’s appreciation was often to me much finer, more direct and simple. The other man having a literary way of looking at questions of art. In talking of Carrière Monet said (of his talking [of what Mirbeau was saying ?]) « I don’t understand him » which made me think of Thayer with whom in part there are many points of resemblance. Carrière’s art according to Monet, pleases literary men, and should painters less, who think, and rightly too first of their material with which they appeal first to what ? Not the heart or mind, but the eyes. I remember M[onet] said of C[arrière] once that he was a great draughtsman « il dessine bien ».
A charming send off and cordial good wishes by the family, Deconchy and Monet for my return. (Robinson, Diary, Dec. 1, 1892).

15 « [December] 2 [1892]. To Havre and p. m. dined with Jacques Hoschedé. He said Monet’s present loaf was the longest he had ever made – now six months and more – the longest before was 3 ».

16 La Débâcle, 1892, huile sur toile, 18 x 22 in. (45.7 x 55.9 cm). Signature en bas à gauche : 1892/Th. Robinson. The Ruth Chandler William Gallery Scripps College, Claremont, Calif, Gift of General and Mrs. Edward Clinton Young, 1946.

17 « Rec’d an Echo de Paris an article by Octave Mirbeau on Gus[tave] Geffroy’s book “La Vie artistique” – he says it is “précédé d’une belle préface de M. Edmond de Goncourt”. At Giverny he said of the préface “c’est idiot”. Another illusion gone ».

Auteur

Arizona State University, Tempe.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search