Version classiqueVersion mobile

Soldats d’entre-deux

 | 
Ségolène Plyer
, 
Raphaël Georges
, 
Jean-Noël Grandhomme

Quatrième partie. Entre France et Allemagne

Les témoignages des soldats sarrois : fidélité à l’Empire ou expression d’un particularisme sarrois ?

Sébastien Schlegel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1959, dans son autobiographie1, Max Ophüls se remémorait le début de la Première Guerre mondiale, en Sarre. Âgé de 12 ans en 1914, il vécut avec enthousiasme le début du conflit : « […] la ville [Sarrebruck] était allemande. C’est à ce moment que la guerre éclata. Nous nous réjouissions. Il y eut un jour sans école. Tous les habitants se sentaient importants. La ville devint le quartier général de l’armée du Kronprinz, au moment de sa marche contre la France. Nous, écoliers, courrions vers la Bahnhofsstrasse – la rue commerçante – et attendions dans la chaleur estivale l’arrivée […] du Kronprinz. » Ce récit traduit probablement l’état d’esprit des jeunes Sarrois, enthousiastes, patriotes et attachés à la nation allemande. Mais alors que le traité de Versailles donne naissance à un État au statut particulier, occupé un temps par les troupes françaises, un sentiment d’appartenance à un territoire particulier aurait pu germer. Les anciens combattants auraient pu produire des témoign...

Auteur

Doctorant de l’université de Lorraine, CRULH.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search