Version classiqueVersion mobile

Soldats d’entre-deux

 | 
Ségolène Plyer
, 
Raphaël Georges
, 
Jean-Noël Grandhomme

Deuxième partie. Les nationalités austro-hongroises en guerre

« Et je n’ai encore rien fait d’héroïque pour notre monarchie ». Récits de guerre tchèques sous uniforme austro-hongrois

Étienne Boisserie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La citation qui donne son titre à cette contribution est tirée des carnets récemment publiés du soldat du 28e régiment d’infanterie (RI) de Prague, Alois Dolejš, qui sert exclusivement sur le front italien après avoir été mobilisé en mai 19151. Elle est datée du 17 août 1917, en plein cœur de la dixième bataille de l’Isonzo, alors que les pertes austro-hongroises sont une nouvelle fois très élevées dans le secteur karstique où il se trouve et que leur ampleur lui fait alors penser qu’il sera bientôt envoyé en première ligne.

Il ne saurait être ici question d’accorder à cette citation une portée qu’elle n’a pas. Elle est d’ailleurs plutôt unique comme expression d’une loyauté qui irait au-delà du simple accomplissement du devoir et inclurait une dimension sacrificielle. Elle permet néanmoins d’introduire à la complexité de l’objet, à l’existence d’une multitude d’approches de la guerre et de la place que chacun s’y assigne, y compris chez les Tchèques dont la part dans le volume total...

Auteur

CREE, Inalco, Paris.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search