Version classiqueVersion mobile

Soldats d’entre-deux

 | 
Ségolène Plyer
, 
Raphaël Georges
, 
Jean-Noël Grandhomme

Première partie. Sources, catégories, perceptions

Appartenances nationales et sentiments de loyauté dans l’armée austro-hongroise de 1868 à 1914

Tamara Scheer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’empire des Habsbourg se transforma en 1867 en deux États, l’Autriche et la Hongrie, qui n’avaient plus en commun que la politique extérieure, les finances et – ce qui nous intéresse ici – le ministère impérial de la Guerre (Reichskriegsministerium) et l’armée impériale et royale (kaiserlich und königlich1). Cette dernière surtout fut considérée comme le symbole de l’unité de la double monarchie. Elle était effectivement la seule institution présente partout dans l’Empire où elle fonctionnait selon des modalités identiques, y compris en Bosnie et en Herzégovine après l’occupation de 1878 (même si, officiellement, ces territoires faisaient toujours partie de l’Empire ottoman). Les deux États proclamèrent chacun une constitution qui, de leurs sujets, fit des citoyens. S’ensuivit en 1868 une réforme de l’armée de terre introduisant le service militaire obligatoire pour tous, avec néanmoins une disposition inspirée de la constitution autrichienne : chaque nationalité était autorisée à ...

Auteur

Institut d’histoire d’Europe de l’Est, université de Vienne.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search