Version classiqueVersion mobile

Soldats d’entre-deux

 | 
Ségolène Plyer
, 
Raphaël Georges
, 
Jean-Noël Grandhomme

Première partie. Sources, catégories, perceptions

Approche critique et grilles de lectures des témoignages de la Grande Guerre

François Cochet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Poilu ! Que de bêtises l’on écrit en ton nom1. » L’expression de Paul Fiolle est très connue. Elle rend en partie compte des polémiques qui ont surgi dès les années 1920 à propos du témoignage combattant. Le débat entre Jean Norton Cru et Roland Dorgelès de cette époque-là ressurgit en France au début des années 1990, au moment de la réédition de Témoins par les Presses universitaires de Nancy2. Cru voulait constituer une manière « d’académie » du témoignage selon les critères draconiens de ce qui constituait, à ses yeux, un bon témoignage combattant. Ceci montre aussi que jamais auparavant, dans une guerre de masse, les soldats n’avaient autant témoigné sous forme de récits oraux, mais surtout sous forme de lettres et de journaux intimes.

La Grande Guerre surgit dans la queue de comète de la culture écrite qui s’impose au xixe siècle et entre en phase avec la massification des effectifs militaires. Entre la « forme d’une dictature du témoignage » dont il faudrait « s’affranchir3 »...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search