Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°16

 | 
Erwan Caulet
, 
Corinne Grenouillet
, 
Patricia Richard-Principalli

Après-dire : Aragon 1915

Lettre à un ami

Michel Apel-Muller

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des premières années de la guerre, de ce que vit, pense, éprouve, écrit le jeune Louis Aragon on ne sait finalement pas grand-chose sinon qu’il obtint le bac en 19151. Viendra l’inscription en médecine : on trouve par-ci par-là quelques témoignages comme celui d’Adrienne Monnier2 parlant de l’ombre de moustache qui orne désormais un séduisant jeune homme trimballant avec lui Laforgue (dont il dira plus tard beaucoup de mal), Villon et Verlaine. Cela ne nous avance guère et le témoignage est largement postérieur à 1915.

Je dois à l’extrême obligeance de Pierre-Louis Chalon, neveu de Pierre Maison qui fut le meilleur ami du jeune Aragon au lycée Carnot, comme à Nathanaël Dupré-La Tour qui nous mit en relation, de donner à lire en même temps une lettre de 1915 et le poème qui lui fait parallèlement écho. Ce poème – c’est un sonnet – est, à ma connaissance, le plus ancien de tous les poèmes attestés d’Aragon. Oh ! certes, en 1915, nous sommes encore très loin des textes de Feu de joie, p...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search