Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°16

 | 
Erwan Caulet
, 
Corinne Grenouillet
, 
Patricia Richard-Principalli

Chapitre II

Aragon en Espagne – censure sous le second franquisme : le cas des traductions de La Mise à Mort (1965) et Blanche ou l’oubli (1967)

Marian Panchon Hidalgo
Erwan Caulet (éd.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Traduction et censure sous le second franquisme

La dictature franquiste a impliqué en Espagne une obstruction au libre fonctionnement des maisons d’édition du pays. Tout texte imprimé devait passer obligatoirement par une procédure de censure préalable. Protégés par toutes les lois, les censeurs contrôlaient systématiquement la communication sociale. Pendant le premier franquisme1, les traductions des œuvres d’Aragon ont été complètement interdites. Le changement est arrivé en 1962, lorsque Manuel Fraga Iribarne a accédé au poste de ministre de l’Information et du Tourisme. L’ouverture toute relative de ce Ministère a modernisé l’industrie éditoriale en l’adaptant aux nouveaux temps sociaux et politiques que l’Europe et l’Amérique du Nord étaient en train de vivre. C’est également à cette époque, le 18 mars 1966, que la Ley de Prensa (la Loi sur la Presse) a été promulguée, invalidant la précédente du 29 avril 1938. Cette nouvelle loi se caractérise par le passage de la consulta prev...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search