Version classiqueVersion mobile

Alexandre Radichtchev

 | 
Rodolphe Baudin

VII. La réception et la postérité

Texte intégral

VII. 1. La réception

1Radichtchev fut rapidement inquiété après qu’un exemplaire fut arrivé dans les mains de l’impératrice. Pour tenter d’échapper à une arrestation, l’écrivain brûla les exemplaires restant qui se trouvaient chez lui. Les autres, déposés chez le libraire, furent brûlés de la main du bourreau. Pour cette raison, le livre est devenu une rareté bibliographique. D’après les calculs de V. Zapadov, seules trente des six cent cinquante exemplaires tirés ont pu échapper à la destruction. Cependant, l’intérêt suscité chez les contemporains par le scandale provoqué par le livre généra l’apparition de copies manuscrites, dont on estime le nombre entre deux et trois cents, et dont une centaine nous sont parvenues (Zapadov, 479).

2Malgré le nombre extrêmement réduit des exemplaires ayant survécu, on en retrouve régulièrement dans la bibliothèque de grands seigneurs de l’époque. On en a ainsi trouvé un chez Alexeï Arakcheev (1769-1834), ministre et favori de Paul Ier puis d’Alexandre Ier, connu en Russie pour la brutalité avec laquelle il appliqua les réformes qui lui furent confiées. Il semble qu’Araktcheev se fut fait offrir le livre par Nikolaï Dmitrievitch Volkov, qui avait été étudiant avec Radichtchev à Leipzig et qui, ayant fait une belle carrière de haut fonctionnaire, avait pu entrer en relation avec Araktcheev à ce titre (Fomenko, 95). Ce fait atteste la curiosité que témoignaient pour l’ouvrage des membres de la très haute société, dont la loyauté vis-à-vis du gouvernement était au-dessus de tout soupçon. Dans une autre frange de la noblesse russe, on peut citer Pouchkine, qui paya fort cher dans sa jeunesse pour se procurer un exemplaire de l’ouvrage, qu’il devait utiliser plus tard pour rédiger sa réponse à Radichtchev : Le voyage de Moscou à Pétersbourg (McConnell 1960, 591).

3Le livre étant interdit, il était prudent de ne pas en parler. À ce titre, rares sont les commentaires d’époque dont nous disposions. Le plus éloquent est évidemment celui de Catherine II, présenté en détail dans le livre de Babkine Le procès de Radichtchev (Process Radiščeva). Tout ne choqua pas Catherine dans Le voyage de Pétersbourg à Moscou. Ainsi les critiques formulées par Radichtchev vis-à-vis du clergé et de la superstition ne choquèrent guère l’élève des philosophes qu’elle avait si longtemps été. Si l’impératrice note à plusieurs endroits que l’auteur ne respecte pas les principes de l’orthodoxie, il est clair que c’est parce qu’elle cherche des raisons objectives pour accabler Radichtchev. De même elle ne réagit guère aux critiques, pourtant plus violentes encore que le reste de l’ouvrage, adressées aux propriétaires terriens. Avec lucidité, elle se contenta de noter « Il cherche à persuader les propriétaires terriens d’affranchir leurs paysans, mais personne n’est prêt à l’écouter » (Babkin 1952, 162). De fait, elle ne se faisait guère d’illusions sur les mœurs d’une bonne partie d’une classe dont la tradition satirique russe du xviiie siècle, de Novikov à Fonvizine, avait brossé un sombre tableau. Ce qui la choqua cependant furent les attaques contre l’autocratie, contre la cour et contre les Grands, notamment contre son ancien amant et toujours ami fidèle Potemkine, visé par le chapitre « Spasskaïa Polest », ainsi que les attaques contre la figure même du souverain, présenté comme indifférent aux malheurs du peuple et préoccupé seulement de son pouvoir. Ainsi par exemple elle ne comprit pas comment Radichtchev pouvait fustiger le goût du pouvoir des monarques, puisqu’elle-même prétendait ne pas le partager (Idem, 157). Elle fut également choquée par les critiques formulées vis-à-vis de l’armée et des conquêtes, considérées comme contraires au droit naturel par Radichtchev, mais qui représentaient un des aspects les plus brillants d’un règne qui n’avait guère tenu ses promesses libérales, mais avait annexé une large partie de la Pologne ainsi que la Crimée (Idem, 162). Enfin elle fut horrifiée par la défense mainte fois répétée de la sédition au nom du droit naturel. Échaudée par la révolte de Pougatchev, elle vit dans l’ouvrage un appel à la révolte, même si Radichtchev, dans sa défense lors de l’enquête préparatoire à son procès, fit à juste titre valoir que son livre ne pouvait s’adresser à une population très largement analphabète (Idem, 171). Surtout, scandalisée par la Révolution française, qui célébrait son premier anniversaire lorsque Catherine lut le livre, l’impératrice y vit l’influence pernicieuse du « poison français » (Idem, 159), et fut particulièrement choquée par la justification du supplice de Charles Ier pendant la révolution anglaise. « Ces pages – écrivit-elle – révèlent une intention criminelle, proprement séditieuse » (Idem, 163). Il est en outre possible qu’elle ait été choquée par le ton scandaleux de l’ouvrage et les nombreuses scènes de violence sexuelle, dont la crudité avait de quoi choquer le lectorat du xviiie siècle, tant elle se voulait, non l’expression ludique d’une réflexion philosophique comme dans le libertinage, mais l’évocation d’une situation sociale présentée comme réelle, et dont Radichtchev rendait qui plus est le gouvernement directement responsable.

4Tâchant de comprendre ce qui avait pu pousser Radichtchev à écrire un tel livre, elle conclut qu’il devait être un homme aigri, déçu par une carrière indigne de satisfaire son ambition (Idem, 160). Se souvenant qu’elle avait deux fois distingué le jeune Radichtchev, choisi tout d’abord pour intégrer le Corps des pages, puis pour partir étudier le droit à Leipzig, elle le trouva bien ingrat. D’une manière générale, elle devait être choquée qu’un membre de la classe nobiliaire qu’elle avait tant choyée, notamment en lui accordant la charte de 1785 qui garantissait ses droits, se retourne contre elle. C’est sans doute à ce titre qu’elle dit de lui qu’il était « pire que Pougatchev », et pas seulement parce qu’il évoquait les révolutionnaires français qu’elle qualifiait du même sobriquet (McConnell 1964 c, 21), ou parce qu’il justifiait la révolte des serfs. Alors que l’on pouvait logiquement comprendre l’antagonisme de classe qui séparait le cosaque révolté des représentants de l’État, il semblait étrange, et donc d’autant moins compréhensible, qu’un noble s’en prenne à ses semblables et à celle qui leur avait fait tant de bien (Baudin 2008, 168).

5Un dernier aspect intéressant de la réaction de Catherine est l’ambition cachée qu’elle attribua à Radichtchev : « Il n’est pas difficile de deviner que l’auteur a écrit son livre parce qu’il n’a pas l’entrée au palais. Peut-être l’a-t-il eue un jour, puis perdue, et du fait qu’il en est aujourd’hui exclu, et qu’il a le cœur mauvais et ingrat, il se bat avec sa plume pour y rentrer » (Babkin 1952, 157). Considérant la littérature comme un moyen de promotion sociale, Catherine trahissait le fait qu’elle vivait encore à l’époque du classicisme, où le genre noble de l’ode était pratiqué par les poètes afin de recevoir récompense ou patronage. L’éthique de la nouvelle école sentimentale, à l’inverse, proclamait l’indépendance de l’écrivain, comme en témoigne l’ambition d’un Nikolaï Karamzine, chef de file des sentimentalistes, de vivre de sa plume, plutôt que de la protection d’un grand seigneur. Cette nouvelle éthique était partagée par Radichtchev, comme le montre le fait que la dédicace du Voyage s’adresse à un ami (Koutouzov) et non à un supérieur (Kahn, 50). L’incompréhension générationnelle du sentimentalisme par l’impératrice apparaît du reste en un autre endroit. Catherine nota en effet encore dans les marges de son exemplaire du Voyage : « L’auteur écrit : ‘ Interroge ton cœur il représente le bien, fais ce qu’il te dit.’ On ne nous demande pas de suivre notre raison. Une telle proposition ne peut être exacte » (Idem, 160).

6L’enquête et le procès qui suivit, de même que la condamnation à mort de l’écrivain et sa grâce firent grand bruit. En témoignent indirectement deux Français, Jean-Henri Castéra (1755- ?) et Charles-François-Philibert Masson (1762-1807) qui, tous deux, évoquèrent l’arrestation de Radichtchev et son livre. Le premier dans sa Vie de Catherine II, impératrice de Russie, publiée en 1797 (Castéra, tome 2, 371-372), le second dans ses Mémoires secrets sur la Russie pendant les règnes de Catherine II et de Paul Ier, publiés en 1801-1802 (Masson, 229-230). De même, on commenta beaucoup l’affaire Radichtchev dans le milieu des maçons de Moscou. Le dédicataire du Voyage, Alexis Koutouzov, fut informé de l’arrestation de son ami de jeunesse par le prince Nikolaï Troubetzkoï (Barskov, 8, 10). Les maçons, qui se savaient espionnés, prirent soin de condamner Radichtchev dans leur correspondance. À l’inverse, les deux observateurs français exprimèrent de l’admiration pour l’audace de son acte. Enfin, le scandale agita jusqu’aux milieux diplomatiques, ainsi qu’en témoigne, entre autres exemples, les dépêches diplomatiques de l’ambassadeur de Grande-Bretagne Charles Whitworth et celles du chargé d’affaires français Genet (Lang, 193-194). Ces échos diplomatiques aident à comprendre ce qui choqua le plus l’impératrice, dans la mesure où tous deux mettent l’accent sur la critique supposée de Catherine et Potemkine dans Le voyage. En dehors des mémoires des témoins contemporains et des cercles diplomatiques, le texte de Radichtchev fit parler de lui dans la presse étrangère, notamment en Allemagne, où il fit l’objet d’une rapide recension en octobre 1790 dans la revue Neueste Critische Nachrichten, avant d’être partiellement traduit, sans mention du nom de l’auteur ni du traducteur, dans une livraison de 1793 de la revue Deutsche Monatsschrift (Grashof, Heksel’šnejder, Cigengejst, 141-143).

VII. 2. L’influence

7Malgré la curiosité générale suscitée par le livre prohibé et l’existence des copies manuscrites évoquées plus haut, la saisie et la destruction par la police des exemplaires non brûlés par l’auteur empêcha l’œuvre d’influencer largement la littérature de son temps. Certes la critique soviétique, désireuse d’augmenter le poids social, politique et idéologique de Radichtchev, feignit de voir dans les quelques échos écrits qui entourèrent la mort de l’écrivain en 1802 le signe de l’existence d’héritiers de Radichtchev. Ces soit disant héritiers, les poètes Ivan Pnine (1773-1805) et Ivan Born ( ?-1851), tous deux membres de la « Société libre des amateurs des Lettres, des Sciences et des Arts » (« Vol’noe obščestvo ljubitelej slovesnosti, nauk i hudožestv »), furent qualifiés par l’historien soviétique de la littérature russe Vladimir Orlov de « poètes radichtchéviens » (« poèty-radiščevcy »). En réalité, dès les années 1950, Guéorgui Makogonenko démontait le mythe construit par Orlov, en insistant sur le fait que les deux jeunes poètes éprouvèrent certes de l’admiration pour la figure de Radichtchev, mais qu’ils ne développèrent pas la tradition « révolutionnaire », (supposément ! – RB) initiée par Radichtchev dans l’histoire de la littérature russe (Makogonenko, 689-690). Depuis, on a attiré l’attention sur le fait que Pnine était franc-maçon, et que c’est à la lumière de cette information qu’il convient sans doute d’expliquer sa connivence avec l’auteur du Voyage de Pétersbourg à Moscou (Saharov, 45).

8Plus convaincant est le rapprochement entre Radichtchev et Saveli Karlovitch fon Ferelts (1771-1838). Allemand installé en Russie, ayant exercé seize ans durant comme professeur au lycée de Vladimir, il publia en 1818 à Moscou un anonyme Voyage d’un critique, ou lettres d’un voyageur, décrivant à son ami divers vices, dont il fut pour la plupart le témoin oculaire (Putešestvie kritiki, ili Pis’ma odnogo putešestvennika, opisyvajuščego drugu svoemu raznye poroki, kotoryh bol’šeju čast’ju sam byl očevidnym svidetelem). Rompant avec les clichés sentimentaux utilisés habituellement pour décrire l’idylle patriarcale régissant les rapports entre propriétaires et serfs, fon Ferelts, à l’instar de Radichtchev, peint l’ignorance des propriétaires, leur cruauté vis-à-vis de leurs serfs, et la violence physique à laquelle ils les soumettent (Tosi, 174-189). Certes, comme l’a noté G. Ovtchinnikov, fon Ferelts ne critique pas l’autocratie, contrairement à Radichtchev. De même, il ne dit (prudemment) mot du droit des paysans à se révolter contre leurs maîtres (Ovčinnikov, 282). Cependant, il semble difficile d’imaginer que fon Ferelts ait pu écrire une fiction critiquant les horreurs du servage et lui donner la forme d’un récit de voyage, en ignorant le précédent illustre que représentait l’ouvrage de Radichtchev. Par ailleurs, il est intéressant de noter que le texte de fon Ferelts met en scène la perte des illusions sentimentalistes vis-à-vis de la campagne et du monde paysan que Sara Dickinson croit lire, par erreur à mon sens, dans Le voyage de Pétersbourg à Moscou.

  • 4 La traduction de ce texte publiée dans « la Pléiade » et citée dans la bibliographie du présent ouv (...)

9L’œuvre de Radichtchev, enfin, influença Pouchkine, qui lui répondit dans un hypertexte décrivant un voyage en sens inverse et intitulé pour cette raison Voyage de Moscou à Pétersbourg4 (Putešestvie iz Moskvy v Peterburg, 1834, publié de manière posthume en 1855). Ce texte se présente sous la forme d’une suite d’impressions de voyage notées lors d’un trajet effectué en sens inverse, de l’ancienne vers la nouvelle capitale. Le narrateur, qui se confond avec Pouchkine, y explique avoir demandé à un ami libraire de lui fournir un livre suffisamment intéressant pour le divertir lors de son voyage, et suffisamment ennuyeux pour ne pas l’absorber au point d’oublier de s’intéresser régulièrement au trajet. Ce livre est Le voyage de Pétersbourg à Moscou, ce qui autorise Pouchkine à écrire : « c’est ainsi que j’ai fait voyager Radichtchev avec moi de Moscou à Pétersbourg » (Pouchkine b, 740). Moins long que le voyage de Radichtchev, puisqu’il ne comporte que dix chapitres, le texte de Pouchkine en dénude la structure thématique, en remplaçant les toponymes à la tête de chaque chapitre de Radichtchev par des titres thématiques, tels « Les mariages » (à Tchornaïa Griaz), ou « La levée des recrues » (à Gorodnia). Commentant, chapitre après chapitre, les descriptions de Radichtchev, Pouchkine souligne leur caractère outré, obsolète en 1834, et condamne « la folle insolence » qui a poussé Radichtchev à « prendre à partie le pouvoir suprême » (Idem, 744). De plus, il reproche à l’écrivain la lourdeur de son style archaïsant (« un style enflé et lourd », Idem) notamment dans « L’apologie de Lomonossov », ainsi que « le verbiage » des scènes sentimentales (à propos de « Klin »). Néanmoins, il rend hommage à la belle indignation de Radichtchev face aux horreurs du servage, qu’il qualifie de « rêveries grandiloquentes mais sincères » (Idem, 756), ainsi qu’à la description donnée par Radichtchev d’une isba dans « Pechki », qu’il qualifie de « remarquable » (Idem, 749).

10L’attitude de Pouchkine vis-à-vis de Radichtchev est ambigüe. On peut se demander en effet à quoi pouvait servir au poète de consacrer deux textes à un auteur dont il condamnait la manière obsolète et la folle témérité. Sur cette question les avis divergent. D’après Allen McConnell, Le voyage de Moscou à Pétersbourg, tout comme l’article « Alexandre Radichtchev », écrit en 1836 pour la revue Le contemporain et refusé par la censure, furent des « paris » de la part de Pouchkine. Ils avaient pour but, derrière la critique affichée, parfois particulièrement sévère, mais qui n’avait pour autre dessein que de berner la censure, de rappeler aux lecteurs l’existence de Radichtchev et de son livre (McConnell 1960, 577). De fait, la longueur des citations des passages du Voyage de Pétersbourg à Moscou tend à suggérer qu’il s’agissait bel et bien de rendre discrètement la parole à Radichtchev plutôt que d’aider la censure à le faire taire définitivement. C’est que Pouchkine, qui qualifiait Radichtchev de « fanatique politique, et certes égaré » (Pouchkine a, 766), lui reconnaissait en même temps une « étonnante abnégation et une chevaleresque probité » (Idem). Cela dit, rendre la parole à l’auteur du Voyage de Pétersbourg à Moscou, et saluer son honnêteté et son courage, ne signifiait toutefois pas forcément abonder dans son sens. Dès lors, comme le suggère très justement Vladimir Kantor, c’est à engager un dialogue critique que servait l’exhumation par Pouchkine du texte de Radichtchev. Pouchkine pensait de toute évidence que Radichtchev avait posé les bonnes questions à l’élite lettrée et au gouvernement de la Russie, notamment concernant l’évolution historique de la Russie depuis Pierre le Grand, mais il souhaitait y apporter des réponses opposées, politiquement moins radicales, et historiquement moins critiques vis-à-vis de la direction prise par le pays depuis le règne de l’empereur Pierre (Kantor, 88). Ce point de vue est également celui de Svetlana Evdokimova. Dans son ouvrage Pushkin’s Historical Imagination, elle explique que Le voyage de Moscou à Pétersbourg sert à Pouchkine à opposer à Radichtchev son point de vue d’intellectuel conservateur (Evdokimova, 98). Loin de nier la réalité des problèmes soulevés par Radichtchev, le poète lui reproche sa vision mécaniciste et abstraite de l’histoire et du fonctionnement des sociétés, et incite son lecteur à recontextualiser dans le temps et dans l’espace la critique de Radichtchev, afin de la nuancer. Certes, explique le narrateur du Voyage de Moscou à Pétersbourg, les tares russes décrites par Radichtchev son réelles, mais, ajoute-t-il, la situation s’est améliorée en cinquante ans (recontextualisation historique) et il n’est pas sûr qu’elle ne soit pas tout aussi dramatique, voire plus dramatique encore à l’étranger (recontextualisation géographique) (Idem, 105). Plutôt qu’à la révolution, Pouchkine croit ainsi en l’évolution dans les limites du cadre sociopolitique existant (Idem, 106).

11Particulièrement évidente dans ces deux textes, la présence de Radichtchev dans l’œuvre pouchkinienne ne s’y limite toutefois pas. On la devinait ainsi déjà dans son poème de 1817 La liberté et, d’après certains critiques, on la devine encore dans le poème déjà cité Le cavalier de bronze, rédigé, notons-le, à la même période que Le voyage de Moscou à Pétersbourg. Le héros de cette œuvre majeure du grand poète russe, Eugène, incarne la révolte de la petite noblesse contre l’autocratie, figurée par la statue équestre de Pierre le Grand, un des symboles de Saint-Pétersbourg. Fonctionnaire, tout comme Radichtchev, Eugène défie la puissance impériale, et est puni de son audace par la folie qui, elle aussi, rappelle Radichtchev, dont le livre est considéré par Pouchkine, on l’a vu plus haut, comme l’expression d’une « folle insolence » (Semennikov, 268).

VII. 3. La postérité

12Bien qu’inaccessible après son interdiction et avant sa publication consécutive à la libéralisation du régime tsariste en 1905 (Kočetkova, Tatarincev, 27), Le voyage de Pétersbourg à Moscou devint rapidement une œuvre emblématique, incarnant un geste que la douloureuse histoire russe et soviétique allait sacraliser : celui de l’homme de conscience qui utilise la littérature pour résister à l’oppression politique. Cette lecture fut développée dès le milieu du xixe siècle par le populiste Alexandre Herzen (1812-1870), qui publia Le voyage à Londres en 1858 (Idem). Elle fut reprise après l’instauration du régime bolchévique, qui fit de Radichtchev, à l’instar du commissaire du peuple à l’éducation Anatoli Lounatcharski, le premier « écrivain révolutionnaire » russe (McConnell 1963 b, 10).

13Cette iconisation de Radichtchev, particulièrement active à partir de la période stalinienne, empêcha durablement que l’on envisage son œuvre en dehors des grilles de lecture admises par le marxisme-léninisme. À ce titre furent longtemps ignorés nombre des aspects évoqués dans le présent ouvrage, de l’influence sur Le voyage de la Bible aux liens de son auteur avec la franc-maçonnerie, du déisme de Radichtchev à son attachement à une libération progressive des serfs, plutôt qu’à une révolution brutale. En revanche, cette iconisation permit à l’écrivain, et à son œuvre phare, de rester fortement présents dans le canon de l’histoire littéraire russe. De fait, il n’est pas sûr que Le voyage, œuvre complexe philosophiquement et linguistiquement, serait restée au centre des programmes scolaires si Radichtchev n’était pas devenu l’un des premiers pères de la future Révolution bolchévique. De même, cette iconisation de l’homme derrière l’œuvre fit de Radichtchev lui-même un héros culturel soviétique. En témoigne sa transformation en personnage principal de romans historiques. Publiée entre 1932 et 1939, la trilogie Radichtchev, de la romancière soviétique Olga Forch (1873-1961), tisse ainsi la trame biographique du parcours sans tache de l’ennemi de l’autocratie, en l’inscrivant dans le cadre plus large de l’histoire du mouvement révolutionnaire russe.

14En dehors d’URSS, Radichtchev fut présenté, sinon comme l’un des pères de la Révolution bolchévique, comme le père de l’intelligentsia russe. Ainsi le philosophe chrétien Nicolas Berdiaev (1874-1948) écrivit-il dans son ouvrage de 1946 L’idée russe :

« Le chef de file de l’intelligentsia russe fut Radichtchev, c’est lui qui en définit et annonça les principaux traits. » (Berdiaev, 35)

15Clardy, à la fin de son ouvrage sur les idées philosophiques de Radichtchev, s’est interrogé sur la légitimité de cette phrase de Berdiaev. Afin d’en vérifier la validité, il a comparé les idées de Radichtchev à celles des représentants les plus célèbres de l’intelligentsia russe : le décembriste Pavel Pestel (1793-1826), le populiste Alexandre Herzen et le nihiliste Nikolaï Tchernychevski (1828-1889) (Clardy, 136). Pour Clardy, Radichtchev s’oppose à Pestel car ce dernier réclamait la création d’une république où le pouvoir de l’État serait illimité, alors que Radichtchev défendait l’idée de la limitation du pouvoir comme seul principe garantissant les peuples contre le despotisme. De même, Radichtchev s’opposet-il, selon Clardy, à Herzen, car ce dernier réclamait la création d’une communauté socialiste au sein de la paysannerie, alors que Radichtchev, à l’inverse, défendait le principe de la propriété privée, et jugeait qu’elle devait être garantie par l’État. Enfin Radichtchev différait de Tchernychevski en ce que ce dernier était matérialiste, alors que Radichtchev défendait le principe de l’existence de Dieu et de l’immortalité de l’âme.

16Il est certes naïf de la part de Clardy d’avoir comparé à Radichtchev des acteurs de l’histoire de la pensée sociale et politique russe très éloignés chronologiquement de lui. On doit cependant reconnaître que son approche permettait, à l’époque soviétique, de souligner l’adhésion de Radichtchev, malgré son radicalisme, à certains aspects du libéralisme occidental, tels le respect du droit, ou celui de la propriété. Son rejet de l’analyse de Berdiaev, cependant, témoigne d’une lecture erronée de L’idée russe. En qualifiant Radichtchev de « chef de file de l’intelligentsia russe », Berdiaev ne faisait pas référence à ses idées philosophiques ou politiques, mais à sa posture sociale et morale. C’est parce qu’il représentait une classe qui profitait du servage, mais en concevait une évidente culpabilité, et parce qu’il osa s’attaquer à l’État russe, animé par une soif de « vérité, de justice, de liberté » (Berdiaev, 35), que Radichtchev préfigure bel et bien nombre de figures de l’intelligentsia russe du xixe siècle.

17Aujourd’hui Radichtchev n’est pas oublié. Son Voyage fait encore partie des programmes scolaires en Russie, où il est malheureusement trop souvent encore enseigné comme il l’était à l’époque soviétique. Cette présence, néanmoins, lui conserve son statut de référence culturelle populaire. Ainsi en 2006, l’historien et écrivain Evgueni Anissimov publia, sous le pseudonyme de Ya. M. Senkine, un livre qui jouit d’un succès immédiat : Ferdinand, ou le Nouveau Radichtchev (Ferdinand, ili Novyj Radiščev). La référence, dans le sous-titre de l’ouvrage, à Radichtchev, donne deux indications immédiatement compréhensibles au lecteur russe contemporain. D’une part, qu’il s’agit d’un récit de voyage. D’autre part, que celui-ci contient probablement une large part d’ironie postmoderne, tant Radichtchev et son Voyage appartiennent à une culture scolaire et académique éloignée des préoccupations du lecteur grand public. De fait, Ferdinand, ou le Nouveau Radichtchev est un récit de voyage fantastique et grotesque, tout à fait dans le goût des grands écrivains du postmodernisme russe, de Viktor Pelevine à Vladimir Sorokine.

18Plus récemment encore, la chaîne de télévision francoallemande ARTE, en partenariat avec le journal Le Monde, a proposé sur son site un webdoc sur la Russie à l’heure des élections russes, législatives puis présidentielles, de 2011-2012 (« Russie. En route vers le changement »). En ouverture, les auteurs du reportage citaient Radichtchev et son Voyage. Il semble ainsi que la critique des problèmes politiques et sociaux de la Russie initiée par l’auteur du Voyage de Pétersbourg à Moscou il y a plus de deux cents ans, conserve son actualité jusqu’à aujourd’hui. Et, de fait, alors que la société civile tente de sortir en Russie d’un sommeil dont il a été question dans ces pages, elle peut trouver matière à réflexion dans l’ouvrage d’un homme qui déclarait, dans le chapitre « Khotilov » : « L’ordre au prix de la liberté est aussi contraire à notre bonheur que le sont les chaînes mêmes ».

19Mars 2012

Notes

4 La traduction de ce texte publiée dans « la Pléiade » et citée dans la bibliographie du présent ouvrage, s’intitule Itinéraire de Moscou à Pétersbourg. Cette traduction me paraît erronée, car elle gomme la référence du texte de Pouchkine à celui de Radichtchev. C’est donc sous le titre de Voyage de Moscou à Pétersbourg que je citerai le texte de Pouchkine.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search