Version classiqueVersion mobile

Alexandre Radichtchev

 | 
Rodolphe Baudin

VI. La langue et le style

Texte intégral

1Largement atténuée dans la traduction française utilisée comme texte de référence pour le présent ouvrage, la principale caractéristique de la langue du Voyage est sa complexité. Le voyage de Pétersbourg à Moscou est en effet un texte difficile à lire. À ce titre, il s’écarte radicalement du modèle linguistique développé par Nikolaï Karamzine, chef de fil d’un sentimentalisme que Radichtchev embrassa pourtant, mais dont il rejeta l’exigence stylistique de clarté et de simplicité.

2Cette complexité de la langue de Radichtchev est d’abord liée à la multiplicité des registres stylistiques utilisés dans Le voyage. On en relève en effet pas moins de trois : un registre archaïque, un registre sentimentaliste et un registre populaire.

3Le plus caractéristique des trois, objet de l’attention de la plupart des commentateurs, est le registre archaïque. Dans un article classique de 1938, le linguiste Vladimir Vinogradov relevait en effet l’utilisation, dans Le voyage, du lexique et de la phraséologie du slavon d’Église, langue liturgique qui avait servi de langue littéraire écrite à la Russie depuis le Moyen Âge, mais dont l’emploi dans la littérature non religieuse avait commencé à reculer nettement au profit du russe d’origine parlée depuis la fin du premier tiers du xviiie siècle (Vinogradov, 144).

4Entre autres exemples de formes et tournures slavones archaïques utilisées par Radichtchev dans Le voyage, Vinogradov cite la forme des participes (« nosjaj », « veščajaj », « soboleznujaj »), certaines formes archaïques du paradigme de la déclinaison des substantifs (« na kryleh »), l’emploi de formes archaïques des pronoms relatifs (« iže », « ego že », « eže »), l’emploi de certaines conjonctions et particules (« ubo », « jako », « daby », « tokmo », « se », « neby », « aki », ou encore « bo »), l’emploi, enfin, du datif absolu (« mne spjašču » pour « kogda ja spal » [« quand je dormais »]).

5Soulignant que le recours au lexique et à la syntaxe archaïques du slavon d’Église étaient déconnectés chez Radichtchev de toute signification religieuse, Vinogradov note que l’écrivain leur conféra un nouveau contenu idéologique, inspiré par la philosophie des Lumières, et une nouvelle dimension émotionnelle, inspirée par le sentimentalisme russe (Idem). Vinogradov expliquait enfin leur emploi, à la suite de Grigori Goukovski, par le désir de l’écrivain de créer un style grave et intellectuel, chargé émotionnellement, afin de donner un équivalent russe de la prose philosophico-politique de Rousseau, Raynal et Mirabeau. (Idem, 145). Or, note Vinogradov, seule la langue d’Église possédait alors l’épaisseur intellectuelle et émotionnelle nécessaire. Du reste, ajoute le critique A. Alexeev, le recours à la langue d’Église pour exprimer le discours politique rappelle la situation linguistique de l’Angleterre révolutionnaire des années 1640-1660, notamment l’ouvre de Milton, auteur qu’appréciait Radichtchev, qui s’en inspira pour son poème volontairement et explicitement archaïque L’ange des Ténèbres (Angel t’my) (Alekseev, 109). Enfin, précise Ilya Serman, le recours au registre archaïque avait également pour but de s’opposer au « jargon à la mode » de la littérature divertissante et d’inspiration européenne contemporaine de Radichtchev (Serman, 120). À ce titre, il est légitime de voir en Radichtchev un des précurseurs d’Alexandre Chichkov (1754-1841), cet érudit du début du xixe siècle qui réagit contre la réforme stylistique menée par Karamzine, en défendant l’indépendance de la langue russe par rapport au français, et en proposant d’enrichir le russe littéraire par recours au slavon (Idem, 123). De manière caractéristique, note Serman, Radichtchev et Chichkov vouaient une admiration commune aux œuvres prédicatoires du métropolite de Moscou Platon Levchine (1737-1812), auquel est rendu hommage dans « L’apologie de Lomonossov » du Voyage de Pétersbourg à Moscou (Idem, 125).

6Caractéristique principale du style radichtchévien, l’archaïsme n’en était pas l’apanage. Alexeev note ainsi que le mélange des slavonismes et du russe était fréquent dans les traductions de textes philosophiques, religieux ou moraux, rédigées par Denis Fonvizine ou Mikhaïl Khéraskov (1733-1807) dans le dernier tiers du xviiie siècle (Alekseev, 106). Or, rappelle Alexeev, Radichtchev avait commencé sa carrière littéraire précisément comme traducteur, s’attaquant à la traduction russe des Réflexions sur l’histoire de la Grèce de Mably. Ce style mixte, mélangeant russe et archaïsmes slavons, explique à son tour Ilya Serman, avait du reste un nom : on l’appelait le style « slavo-russe » (« slavjanorusskij ») (Serman, 110). Il était l’un des produits de la recherche d’un style moyen, entre le style haut (slavon) et le style bas (russe parlé), menée par le poète Mikhaïl Lomonossov dans sa « théorie des trois styles ». Enfin, note Alexeev, l’archaïsme de la langue de Radichtchev peut avoir trouvé sa source dans les textes rhétoriques écrits par les professeurs de l’université de Moscou contemporains de Radichtchev. Inspiré par la prédication russe du xviiie siècle, ce style était particulièrement développé sous la plume de professeurs comme les philosophes Desnitski ou Anitchkov, qui avaient tous deux étudié au séminaire (Alekseev, 110-111).

7Inspiré partiellement par le style slavo-russe des héritiers de Lomonossov, l’archaïsme de la langue de Radichtchev se réclamait également paradoxalement de l’influence du principal rival de Lomonossov : Trédiakovski. Ainsi Alexeev note-t-il que nombre des slavonismes utilisés par Radichtchev étaient déjà présents dans La Télémaquide de Trédiakovski. Il s’agit notamment des substantifs terminés par le suffixe –ost’ (« vnešnost’ », « istinnost’ », « umstvennost’ ») (Idem, 107). Ces substantifs sont souvent des néologismes. Or le goût pour la néologie est une autre caractéristique du style de Radichtchev inspirée par Trédiakovski. Chez l’un comme chez l’autre écrivain, la néologie a pour but de développer le lexique afin d’y atteindre « l’abondance » (« izobilie »), considérée comme un gage de qualité esthétique (Serman, 116). Enfin, un dernier aspect de l’influence de Trédiakovski sur Radichtchev est le goût pour les collusions stylistiques. Contrairement à Lomonossov qui, comme on l’a vu, avait distingué trois registres stylistiques distinct, Trédiakovski et Radichtchev à sa suite ne craignent pas de faire coexister dans le même texte, voire dans le même paragraphe, des éléments « hauts », c’est-à-dire slavons, et des éléments « bas », tirés du russe parlé (Idem).

8De fait, l’archaïsme de Radichtchev ne doit pas cacher l’existence dans Le voyage des autres registres cités en introduction à ce chapitre. Ainsi Vinogradov montre que l’emploi du lexique archaïque côtoie chez Radichtchev le recours aux gallicismes (Vinogradov, 146). La phrase « Izvozščik izvlek menja iz zadumčivosti » (« Sophia ») présente ainsi un calque du français « izvleč’iz zadumčivosti » (« tirer de sa rêverie »), par ailleurs typique du sentimentalisme. De même, on rencontre dans le voyage des gallicismes inspirés de la langue technique et/ou philosophique, comme dans la phrase : « v suždenijah o veščah nravstvennyh i duhovnyh načinaetsja fermentacija » (« Podberiozié »). Le terme « fermentacija », ici, est évidemment un calque du français « fermentation ». De plus, note Vinogradov, les gallicismes ne sont pas que lexicaux, mais également syntaxiques, Radichtchev utilisant parfois un gérondif détaché du sujet (« Leža v kibitke, mysli moi obraščeny byli v neizmerimost’mira », « Lioubani »), ou un participe non accordé (« nosimye valami, vnezapnu sudno naše ostanovilos’ nedvižimo », « Tchoudovo »).

9Outre des gallicismes, la langue de Radichtchev présente des cas de germanismes, tant au niveau du lexique que de la syntaxe (Idem). Ainsi les termes « samoodobrenie », « bredoumstvovanie », ou encore « činosostojanie » sont autant de néologismes créés sur le modèle des mots complexes de l’allemand. De même, l’influence de la langue allemande est visible dans la syntaxe de la proposition suivante : « namerenie moe pri sem bylo to, čtoby sdelat’ego čistoserdečnym » (« Spasskaïa Polest »).

10L’importance des gallicismes et des germanismes dans Le voyage est toutefois nuancée par Alexeev, qui note d’une part leur nombre numériquement réduit (35 gallicismes et 29 germanismes), et d’autre part que, lorsqu’il emploie un mot étranger, Radichtchev l’accompagne toujours de son équivalent russe, à proximité ou plus loin dans le texte (« afeist » [« athée »] est suivi par « bezbožnik », « kanal » [« canal »] par « vodovod ») (Alekseev, 99).

11Enfin et surtout, une des caractéristiques du Voyage réside dans le fait qu’il recourt largement à l’emploi de russismes de la langue parlée, qu’ils soient issus du russe parlé par la bonne société ou de la langue populaire (Vinogradov, 146). Parmi les tournures caractéristiques de la langue populaire, Vinogradov relève des expressions telles que « goloj naemnik deret s mužikov kožu » [« Démuni comme il l’est, le tenancier écorche les paysans »] dans « Lioubani », ou encore « Ja volosy dral s dosady » [« Je m’arrachais les cheveux de colère »] dans « Tchoudovo ». S’intéressant quant à lui aux aspects morphologiques témoignant de l’influence de la langue populaire, Alexeev note l’emploi de la forme fréquentative du verbe (« byvali », « prohažival », « govarivala »), du diminutif hypocoristique (« njanjuška », « godok », « parenek »), ou des adjectifs possessifs tirés de substantifs (« ženin » ; « ženihov ») (Alekseev, 100).

12Cette influence du folklore, note Vinogradov, est d’ailleurs visible au niveau littéraire, où elle s’exprime à travers le recours à certains sous-genres, tel celui des thrènes, les lamentations populaires faites de cris chantés, proférées lors des enterrements (« Gorodnia »). Pour le linguiste, cette attention portée à la littérature populaire que constitue le folklore témoigne de l’influence exercée sur Radichtchev par le poète Gavriil Derjavine (1743-1816) qui, l’un des premiers, essaya d’intégrer la langue et la littérature populaires dans son œuvre (Vinogradov, 147). Alexeev invite cependant à ne pas oublier que cet intérêt pour la langue populaire, notamment celle des paysans, existait dans la littérature russe depuis les années 1760, et qu’on en trouve des traces antérieures à l’œuvre de Derjavine, notamment dans les comédies de Denis Fonvizine. Toutefois, relève Alexeev, dans ces comédies ces tournures avaient essentiellement pour but de moquer les paysans, alors qu’elles sont connotativement neutres dans le texte du Voyage, où elles ne servent qu’à individualiser socialement les personnages de rencontre (Alekseev, 101).

13Dans le même ordre d’idée, Vinogradov note que Radichtchev prend soin de différencier le style des différents personnages que rencontre son narrateur : le marchand (« Novgorod »), le séminariste (« Podberiozié »), le poète (« Tver »), le noble (« Tchoudovo »), les paysans (passim) parlent différemment les uns des autres. En ceci, note Vinogradov à la suite de Goukovski, Radichtchev s’oppose encore une fois directement à Karamzine, qui fait parler tous ses personnages de manière similaire, puisque l’important pour lui est l’unité stylistique du texte et sa facilité de lecture (Vinogradov, 147). D’une manière plus générale, conclut le linguiste, Radichtchev choisit, du point de vue du style, une voie étroite, qui l’isola du mouvement principal de développement de la littérature russe du xviiie siècle (Idem), même si, comme on l’a vu plus haut, il annonçait partiellement la réaction menée par Chichkov quinze ans plus tard, et qui permit indirectement à la littérature russe de se libérer de l’influence paralysante du français.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search