Version classiqueVersion mobile

Alexandre Radichtchev

 | 
Rodolphe Baudin

II. L’auteur et son œuvre

Texte intégral

1Alexandre Radichtchev est né le 20 août 1749 à Moscou. Fils aîné de Nikolaï Afanassevitch Radichtchev (1728-1806), propriétaire aisé, il passe son enfance à Nemtsovo, dans la province de Kalouga. Son père participe à son éducation primaire, et le jeune Radichtchev apprend à lire sur le Psautier et le Livre d’heures. À l’âge de six ans, il apprend le français avec un précepteur francophone (učitel’), qui se révèle être un soldat déserteur, comme l’aventurier croisé par le narrateur dans le chapitre du Voyage de Pétersbourg à Moscou « Gorodnia ».

2Les serfs de Nikolaï Afanassevitch participent cependant aussi à l’éducation de l’enfant, comme il se doit au xviiie siècle. L’un d’eux, ainsi, lui raconte les récits du fonds populaire oral. Ici trouve son origine la curiosité que montrera l’écrivain plus tard pour le folklore, et dont témoigne par exemple son poème narratif Bova, inspiré certes d’un roman de chevalerie carolingien populaire en Russie au xviie siècle, mais contaminé par des motifs typiques du conte merveilleux (McConnell 1964 a, 173). Les serfs de la famille lui apprennent qui plus est des chansons populaires, qui jouent un rôle important dans la poétique des chapitres « Sophia » et « Klin » du Voyage de Pétersbourg à Moscou.

3On sait peu de choses sur les événements de l’enfance de Radichtchev, ou sur son vécu personnel lors de ces années. Toutefois, un texte écrit lors de la captivité suivant son arrestation en 1790, et désigné habituellement par le titre de Vie de Philarète (Žitie Filareta), nous fournit indirectement des renseignements sur ce sujet. Paraphrase d’une hagiographie consacrée à un saint grec, La vie de Philarète s’arrête longuement sur l’enfance et la jeunesse de Philarète, dans des passages qui, non seulement rappellent des événements concrets de la vie de Radichtchev, tel le séjour en Allemagne dont il sera question plus bas, mais trahissent également son attachement à la vie domaniale russe (Rasskazova, 290). Cet attachement éclaire assez bien l’influence de l’ethos domanial russe sur le caractère et la culture de Radichtchev, l’éloignant ainsi de l’image du révolutionnaire déraciné qu’a construit la tradition radicale russe puis soviétique.

4En 1756, Radichtchev est envoyé à Moscou, chez un parent de sa mère, directeur de l’Université tout juste fondée (1755), Alexeï Mikhaïlovitch Argamakov. Il y étudie auprès d’un maître français, ancien conseiller au Parlement de Rouen obligé de fuir la France pour de mystérieuses « raisons politiques ». Il est vraisemblable, comme l’estime Allen McConnell, que Radichtchev ait pu fréquenter, chez Argamakov, le poète Mikhaïl Khéraskov (1733-1807) et le comédiographe Denis Fonvizine (McConnell 1964 a, 12). Ceci ne signifie pas cependant que ces fréquentations aient pu avoir la moindre influence sur la formation des goûts littéraires du jeune Radichtchev. De fait, à la fin des années 1750, tant Khéraskov que Fonvizine n’en étaient encore qu’à leurs premiers pas littéraires.

5En 1763 Radichtchev part pour Saint-Pétersbourg et entre au Corps des pages, avec quarante autre jeunes gens choisis par Catherine. Élève d’une institution destinée à former l’élite de l’empire, le futur écrivain sert pendant deux ans et demi au plus près du pouvoir. La fonction de page consiste essentiellement à porter des commissions à l’intérieur et à l’extérieur de la cour, à servir l’impératrice à table et à accompagner des membres de la famille impériale à des spectacles ou en voyage. Il est également établi que Radichtchev a résumé certaines des pièces que l’on montait au théâtre de la cour, puisque ce travail entrait dans les attributions des pages (Kočetkova, Tatarincev, 17). Pour Allen McConnell, il est probable que ces deux années nourrirent la critique du milieu de la cour visible dans le chapitre « Spasskaïa Polest » du Voyage de Pétersbourg à Moscou (McConnell 1964 a, 15).

6En 1766 Radichtchev change de nouveau de vie. Catherine II décide en effet d’envoyer douze jeunes nobles particulièrement doués à Leipzig, pour étudier le droit aux frais de l’État russe dans la prestigieuse université saxonne. Radichtchev y demeure de 1767 à 1771, et s’y lie avec Fedor Ouchakov (1739-1770), Andreï Roubanovski (1748-après 1791), et surtout Alexeï Koutouzov (1749-1797), auquel il dédiera ses œuvres principales.

7À Leipzig, outre le droit, Radichtchev étudie les penseurs et publicistes français des Lumières, notamment Helvétius, dont le livre De l’esprit (1758), retient particulièrement son attention. Il s’y familiarise également avec les œuvres de Rousseau, de Mably, de Beccaria (Le Traité des délits et des peines), d’Adam Smith et de Montesquieu. Enfin, Radichtchev et Koutouzov s’y familiarisent avec le livre de Moses Mendelssohn Phédon ou l’immortalité de l’âme (1764). Ce mélange de radicalisme et de mysticisme maçon deviendra très caractéristique de la pensée de Radichtchev, comme on le verra dans le chapitre quatre.

8Rentrant en Russie en 1771, Radichtchev entame une carrière de fonctionnaire, comme nombre de nobles russes au xviiie siècle qui, s’ils n’y sont certes plus contraints par la loi, y voient la possibilité de tenir leur rang, économiquement et socialement. Radichtchev travaille d’abord au sénat, puis aux douanes de Saint-Pétersbourg. Ce point est important pour deux raisons. D’une part l’activité de Radichtchev au sein des douanes lui donne une culture économique que n’ont pas les autres écrivains russes des Lumières, notamment sentimentalistes. Il n’est ainsi pas un pur « littéraire », comme son contemporain Nikolaï Karamzine (1766-1826), mais un réel Aufklärer, dont les intérêts sont pluridisciplinaires. D’autre part, c’est au Sénat que Radichtchev se lie avec le comte Alexandre Vorontsov (1741-1805), président du collège de commerce et franc-maçon, qui aidera et protégera l’écrivain dans sa carrière puis lors de son exil en Sibérie.

9Les années 1770 voient le début de l’activité d’écriture de Radichtchev. Sa première œuvre est une traduction des Observations sur l’histoire de la Grèce, ou Des causes de la prospérité et des malheurs des Grecs de Mably (1766). Il entame ensuite une histoire du Sénat russe, qu’il abandonne et détruit cependant bientôt. Le début de la décennie suivante voit Radichtchev se tourner vers la littérature à proprement parler. Autour de 1783, il écrit ainsi son ode La liberté (Vol’nost’), consacrée à la victoire des insurgés américains sur la couronne britannique, et inspirée du livre de l’abbé Raynal La Révolution en Amérique (1781). Grâce à Raynal, Radichtchev a pris connaissance du traité libéral de Thomas Paine Le sens commun (1776), qui justifie la Révolution américaine en utilisant l’idée que la rupture du contrat social par abus d’autorité de la part du gouvernant justifie la rébellion du gouverné. La longue ode de Radichtchev expose ses idées politico-sociales, au centre desquelles se trouve sa haine pour l’autocratie, forme de gouvernement contraire à la nature humaine, et pour l’institution du servage. Cette ode inspirera les Décembristes et Pouchkine, qui lui répondra par une œuvre homonyme en 1817. Elle est partiellement reproduite dans le chapitre « Tver » du Voyage de Pétersbourg à Moscou, où elle permet également à Radichtchev, par la bouche du poète qu’y rencontre le narrateur, d’exprimer ses idées originales sur la poésie.

10En 1789 Radichtchev publie La vie de Fedor Vassiliévitch Ouchakov (Žitie Fedora Vasil’eviča Ušakova), récit de souvenirs portant sur sa jeunesse estudiantine à Leipzig. Sous couvert d’écrire la biographie de son ami disparu, Radichtchev écrit en réalité une autobiographie, qui est non seulement un texte sur le thème de la jeunesse (Gukovskij, 373, Kostin 2005, 15-16), mais également et surtout le premier exemple de bildungsroman dans la littérature russe, puisqu’il décrit la mort et la renaissance intellectuelle et spirituelle d’enfants lors de leur entrée dans l’âge adulte (Baudin 2004 a, 66). Enfin La vie de Fedor Vassiliévitch Ouchakov est un pamphlet contre le despotisme, incarné d’une part par le tuteur allemand Bochum, contre lequel se révoltent les étudiants russes, et d’autre part par les autorités russes, qui refusent de punir Bochum malgré les abus dont il se rend coupable (Gukovskij, 373).

11Le récit fit quelque bruit, comme en témoignent les souvenirs de la sœur de Vorontsov, la princesse Catherine Daschkoff (Daschkoff, 209). Les raisons de la réaction du public furent diverses. Si, d’après Goukovski, le public fut frappé par la condamnation du despotisme évoquée précédemment, il est fort probable également qu’il trouva l’ouvrage choquant. De fait le héros du livre, Ouchakov, est implicitement comparé à un saint, comme l’indique le choix du terme utilisé pour dire « vie » dans le titre. Le terme russe « žitie » décrit en effet une hagiographie. Or la conduite du héros est loin d’être irréprochable, notamment sur le plan des mœurs. C’est en effet le libertinage d’Ouchakov qui cause sa mort, provoquée par une maladie vénérienne (Gukovskij, 373). La vie de Fedor Vassiliévitch Ouchakov, par bien des aspects, annonce Le voyage de Pétersbourg à Moscou. Y figurent en effet déjà le thème de la sexualité coupable, évoquée à travers la référence à la maladie vénérienne, la critique de la surdité du pouvoir à l’injustice, et la fascination pour le suicide, que l’on retrouvera au chapitre « Kresttsy » du Voyage.

12En 1790 Radichtchev publie deux œuvres. Il s’agit d’abord d’un court essai intitulé Lettre à un ami habitant Tobolsk pour raisons de service (Pis’mo k drugu, žitel’stvujuščemu v Tobol’ske po dolgu zvanija svoego), écrit en 1782 à propos de l’inauguration du monument de Falconet à Pierre Ier à Saint-Pétersbourg. Lettre fictive dans le goût du sentimentalisme, ce petit texte permet à Radichtchev d’exprimer son opinion sur Pierre le Grand. Celle-ci est ambigüe. Si Radichtchev reconnaît à Pierre, conformément à un cliché largement répandu au xviiie siècle, le mérite d’avoir donné une impulsion décisive à un peuple russe apathique et arriéré, il condamne la brutalité du despote qu’était l’empereur et élargit son point de vue en une réflexion plus générale sur la jalousie du pouvoir qui caractérise les souverains. Le second texte publié en 1790 est Le voyage de Pétersbourg à Moscou, son œuvre majeure, à laquelle il travaille depuis 1780 (McConnell 1964 a, 76).

13Le voyage est publié par Radichtchev lui-même sur une presse qu’il a acquise à la faveur d’une loi promulguée en 1783. Cette loi de Catherine II permettant aux particuliers d’acquérir des presses avait pour but de stimuler la production de l’écrit en Russie. L’édition à domicile ne dispensait toutefois pas les auteurs de l’obligation de soumettre leur manuscrit à l’autorisation préalable de la censure. Le problème ici est du reste double. Si Radichtchev a bien reçu l’autorisation du censeur, c’est parce que ce dernier, le général-major Nikita Ryleev, n’a pas lu le texte. Jugeant, par son titre, qu’il devait s’agir d’un guide de voyage, le censeur a jugé le livre inoffensif et en a autorisé la publication. D’autre part, Radichtchev a modifié son texte après avoir reçu l’imprimatur de la censure, se mettant ainsi en contravention vis-à-vis de la loi.

14Le livre, dont on fait parvenir un exemplaire à Catherine II, la met hors d’elle, pour des raisons diverses, qui seront présentées dans le chapitre sept, consacré à la réception et à l’influence de l’œuvre. Déclarant que Radichtchev est « pire que Pougatchev », le cosaque imposteur qui a fait trembler le régime en 1773-1774, elle fait saisir et détruire le livre, et arrêter son auteur qui, prévenu de son interpellation, a tout juste le temps de brûler la partie du tirage qu’il n’a pas déposée en librairie.

15Pendant sa détention, Radichtchev est interrogé sur l’existence de possibles complices. De fait, Catherine II craint les complots, notamment de la part de sociétés secrètes. Depuis des années, elle se méfie ainsi des francs-maçons, qu’elle a tenté d’abord, en bonne élève de Voltaire, de ridiculiser dans des satires littéraires, notamment pour la scène. Parce qu’elle conclut que Radichtchev a agi seul, l’enquête laisse un répit aux maçons, notamment de Moscou. L’impératrice s’en prendra néanmoins à eux en 1792, en faisant arrêter Nikolaï Novikov, philanthrope et éditeur rosicrucien. Il faut noter ici que sa peur des maçons n’est toutefois pas liée à sa peur devant la Révolution française. Elle s’inquiète en effet surtout des liens des maçons russes avec leurs frères prussiens, ressortissants d’une puissance étrangère, et de leur influence sur son fils Paul, qui nourrit une colère sourde contre une mère qui le tient, contre toute légitimité, éloigné du trône (Madariaga, 565-566).

16Répondant aux accusations des enquêteurs, notamment de Stepan Chechkovski, brute surnommée « le bourreau de poche » de l’impératrice, Radichtchev nie avoir voulu soulever les serfs contre leurs maîtres, en soulignant que, majoritairement analphabètes, les paysans auraient été bien en peine de lire son livre (Babkin 1952, 171). Il tente de surcroît de réduire ce dernier à un pur exercice littéraire et de dépolitiser son texte, en expliquant qu’il n’a cherché qu’à attirer l’attention sur ses ambitions d’écrivain par la voie du scandale (Idem, 167).

17Le 24 juillet 1790 Radichtchev est condamné à mort, au titre d’une loi du xviie siècle contre les auteurs de sédition. De fait, il ne peut être accusé pour les propos tenus dans son livre, dans la mesure où la liberté d’expression, et même de critique, avait été encouragée par l’impératrice elle-même dans son Instruction, dont Radichtchev, par son texte, pointait imprudemment les promesses non tenues (McConnell 1964 c, 16).

18Pendant son séjour à la forteresse Pierre et Paul, Radichtchev écrit la paraphrase évoquée plus haut de la Vie de Philarète. On présente habituellement ce texte testamentaire comme une manière de se justifier. McConnell, ainsi, explique que Philarète, saint byzantin du viiie siècle, fut jeté en prison pour avoir dit la vérité, et que c’est cet élément de la biographie du saint qui justifierait l’identification à laquelle se livre Radichtchev. Ceci semble corroboré par le fait que Radichtchev, lors de son incarcération, demanda à un serf de lui peindre une icône représentant Philarète, augmentée de l’inscription « Bienheureux, ceux qui souffrent pour la vérité » (McConnell 1964 a, 119). En réalité, la vie du saint donne surtout en exemple un homme riche qui, par amour de son prochain, se défait progressivement de tous ses biens, jusqu’à tomber dans une misère totale, dans laquelle il plonge également sa famille. Aussi, si tentative de justification il y a, c’est à la famille de Radichtchev, ruinée par son arrestation et son procès, qu’elle s’adresse. Quoi qu’il en soit, l’assimilation que suggère Radichtchev entre lui et Philarète est blasphématoire, comme l’était déjà celle entre Ouchakov et un saint. Pour cette raison, le serf auquel Radichtchev demanda de peindre une icône représentant Philarète seul, de manière à ce qu’elle serve de support propice à l’identification, ne comprit pas, ou ne voulut pas comprendre, la demande de l’écrivain emprisonné, et peignit Philarète entouré des trois autres saints qui accompagnent habituellement sa représentation (Baudin 2008, 172).

19En août 1790 Radichtchev est finalement gracié. Officiellement pour fêter la fin de la guerre malheureuse que la Suède de Gustave III a livrée à la Russie. En réalité probablement grâce à l’intervention d’Alexandre Vorontsov d’une part (McConnell 1964 a, 121), mais aussi sans doute parce que Catherine craint le jugement que la société porterait sur elle si la rigoureuse sentence initiale était appliquée (Clardy, 46). Enfin certaines sources suggèrent que Radichtchev bénéficia des appels à la clémence de Grigori Potemkine (1739-1791), ancien favori de l’impératrice, que l’écrivain avait pourtant critiqué dans Le voyage (Montefiore, 440-441). Gracié, Radichtchev est néanmoins condamné à dix ans de déportation en Sibérie.

20En Sibérie, l'écrivain entretint une correspondance bilingue avec Vorontsov, qui le soutint, matériellement et psychologiquement, pendant tout le temps de sa relégation. Les motifs à l’origine de l’aide accordée à Radichtchev divisent les critiques, qui l’expliquent diversement. L’explication la plus courante voit en Vorontsov un libéral, critique vis-à-vis de Catherine, qu’il n’aimait guère, et donc prompt à aider sa victime (McConnell 1964 a, 121). Une autre explication possible est liée au fait que Vorontsov et Radichtchev étaient maçons, membres tous deux, en 1774, de la loge « Uranie » (Bakounine, 432, 592). Or il entrait dans le code d’éthique de la franc-maçonnerie d’aider son prochain, surtout lorsqu’il s’agissait d’un frère en loge.

21En Sibérie Radichtchev écrivit un traité intitulé De l’homme, sa mortalité et son immortalité (O čeloveveke, o ego smertnosti i bessmertii). Si ce texte donne la preuve que Radichtchev, contrairement à ce que prétendait la critique soviétique la plus radicale, n’était ni matérialiste ni athée, il est aussi un reflet de la vaste culture philosophique de l’écrivain, qui le rédigea (presque) sans bibliothèque. En plus d’être un traité philosophique, l’œuvre est également une variation, complémentaire à la correspondance avec Vorontsov, de la réflexion de l’auteur sur le sort de l’exilé qui, privé de l’espoir de revoir ses proches de son vivant, espère jouir de ce bonheur dans l’au-delà.

  • 2 Un dactylotrochée est, dans la versification russe, un hexamètre composé de cinq dactyles [‘--] et (...)

22Gracié par Paul Ier, qui libère tous les prisonniers politiques du règne de sa défunte mère lors de son accession au trône, Radichtchev regagne la Russie d’Europe en 1797 et s’installe sur ses domaines, qu’il trouve dans un état avancé de délabrement. Bien qu’occupé à améliorer sa situation matérielle, l'écrivain trouve le temps d’écrire un traité de versification intitulé Monument à la gloire du preux dactylotrochéïque2 (Pamjatnik daktilohoreičeskomu vitjaz’ju, 1801). Radichtchev s’y montre, sur un ton badin et dans une forme qui parodie les traités d’éducation (un dialogue entre un précepteur et son élève), disciple d’un poète méprisé et considéré déjà alors comme obsolète : Vassili Trédiakovski (1703-1769). L’attachement à l’œuvre largement dédaignée de Trédiakovski témoigne de l’originalité des conceptions de Radichtchev dans le domaine de la versification et, paradoxalement, de sa modernité. Publié en 1811 seulement, ce texte de Radichtchev nourrira en effet les nombreux débats sur l’hexamètre des années 1810-1820, et inspirera Nikolaï Gnéditch (1784-1833) pour sa traduction de l’Iliade et Vassili Joukovski (1783-1852) pour celle de l’Odyssée. L’attachement de Radichtchev à Trédiakovski dépasse toutefois largement le domaine de la seule versification. Elle est ainsi déjà largement perceptible, comme on le verra, dans Le voyage de Pétersbourg à Moscou.

23Entièrement pardonné et réintégré dans son titre de noblesse et son rang administratif sous Alexandre Ier, il rentre à Saint-Pétersbourg au printemps de 1801, où il reprend du service au sein de la « Commission pour l’établissement des lois ». Bien que réhabilité, Radichtchev, malade et ruiné, meurt le 11 septembre 1802 dans des circonstances peu claires. Buvant un verre d’alcool à brûler préparé par un de ses fils pour nettoyer ses épaulettes, il expire dans d’atroces souffrances. La plupart des critiques, à la suite de Pouchkine, virent dans cette mort un suicide, provoqué par des remontrances sévères faites à Radichtchev par ses supérieurs au sein de la « Commission pour l’établissement des lois » (Pouchkine a, 768). Cette hypothèse du suicide fut ensuite interprétée comme une expression de protestation contre les mensonges du faux libéralisme des premières années du règne d’Alexandre Ier (Muratov, 240-241). Seul un critique soviétique osa suggérer que Radichtchev ait pu boire l’alcool à brûler par erreur (Babkin 1966, 139). Quoi qu’il en soit, il est loin d’être certain que cette mort fut interprétée par les contemporains comme un acte politique. De toute évidence, cette lecture apparut plus tard, accompagnant le processus d’iconisation de la figure de Radichtchev qui marqua le milieu du xixe siècle (Baudin 2006, 55).

Notes

2 Un dactylotrochée est, dans la versification russe, un hexamètre composé de cinq dactyles [‘--] et d’un trochée [‘-].

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search