Version classiqueVersion mobile

Alexandre Radichtchev

 | 
Rodolphe Baudin

I. Contextualisation historique

Texte intégral

1Lorsque parut, en 1790, Le voyage de Pétersbourg à Moscou, Catherine II était sur le trône depuis vingt-sept ans. Renversant dans un coup d’état son époux l’empereur Pierre III, la jeune souveraine, née princesse d’Anhalt-Zerbst, avait entamé son règne sous les meilleurs auspices. Affichant volontiers son libéralisme, relayé par les philosophes – notamment Voltaire et Diderot – qui faisaient son éloge en Europe, elle tâchait de correspondre à l’idéal du despote éclairé tant chanté par les Lumières. Lectrice de Montesquieu, de Blackstone et de Beccaria, elle publia en 1767 une Instruction destinée à présenter les grands principes du droit selon lesquels les membres d’une « Commission législative » créée par ses soins devaient préparer la modernisation de la Russie. De même, elle sécularisa les biens de l’Église et afficha sa tolérance en matière religieuse, notamment en direction des populations musulmanes de l’empire. Elle traduisit même personnellement une partie du Bélisaire de Marmontel, ouvrage dans le goût du Télémaque de Fénelon d’un protégé de Voltaire, qui avait été condamné en 1768 par l’archevêque de Paris pour sa défense de la tolérance religieuse. Protégeant les sciences (elle se fit inoculer la variole en 1768) et les arts, elle encourageait les progrès des Lumières, se posant volontiers comme plus éclairée que ses voisins les autres souverains d’Europe. Secourant les maîtres d’œuvres de l’Encyclopédie – qu’elle proposa de publier en Russie – elle aida financièrement Diderot, en achetant sa bibliothèque tout en lui en laissant l’usufruit – et invita d’Alembert à devenir le précepteur de son fils Paul, avant de donner la place de précepteur de son petit-fils Alexandre au républicain vaudois La Harpe.

2Cette modernité est également modernisation économique. Sous Catherine les fabriques se multiplient. De 200 ou 250 lors de la mort de Pierre le Grand en 1725, on passe à plus de 2 000 à la fin du règne de l’impératrice. Dès la fin du xviiie siècle, la Russie devient le premier producteur mondial de fonte, fer et cuivre. Elle devient également un grand exportateur de céréales, surtout après la conquête de territoires au sud de l’empire, notamment la Crimée, et l’aménagement de ports sur la Mer noire. Enfin, la modernisation est sociale. La noblesse, libérée dès 1762 de l’obligation de service généralisée par Pierre le Grand, voit ses privilèges affirmés et ses prérogatives augmentées par la réforme administrative de 1775 et surtout par la charte de 1785. La noblesse de chaque district et de chaque province reçoit ainsi son assemblée. Chacune élit son maréchal et ses juges. La noblesse d’une province gagne le droit d’adresser des pétitions au monarque. De même et surtout, la noblesse est exemptée d’impôt, ainsi que de châtiments corporels. Sa propriété, enfin, est garantie. L’historien du libéralisme russe Leontovitch a vu dans cette réforme l’ébauche d’une politique visant à développer les libertés civiles en Russie, en ne les accordant certes qu’aux nobles, mais uniquement parce que, libres et donc personnes juridiques, ils étaient les seuls à pouvoir les recevoir dans un premier temps. Que l’on accepte ou non cette lecture historique, il est indéniable que le règne de Catherine II représenta un Âge d’or pour la noblesse russe. Si les nobles sont les premiers bénéficiaires des réformes, les citadins ne sont pas oubliés non plus. Ils gagnent sous Catherine le droit d’élire leurs juges et leur assemblée municipale. Même si les pouvoirs de cette assemblée sont limités, sa création témoigne d’une tentative de stimulation, de la part du gouvernement, de l’auto-administration. Cette politique de modernisation sociale ne concerne toutefois pas les paysans, qui représentent l’écrasante majorité de la population.

3Divisés en paysans appartenant à l’État et en serfs seigneuriaux, les paysans n’ont aucun droit, et aucune représentativité. De fait, les différentes mesures prises par les impératrices ayant précédé Catherine, Anna Ivanovna (1730-1740) et Elisabeth Petrovna (1741-1762) ont mené à une dégradation croissante de leur situation. Sous Anne ont ainsi été éditées des lois restrictives contre les serfs, leur interdisant formellement d’acheter des terres, de créer des usines, ou de signer tout contrat avec le gouvernement. En 1736, en outre, les serfs se voient imposer l’obligation de demander la permission de leur maître d’aller exercer un travail temporaire hors du domaine seigneurial. De plus, à cette date les propriétaires reçoivent le droit de déplacer leurs serfs d’un domaine à l’autre. Sous le règne d’Elisabeth est abrogé le décret de Pierre Ier qui affranchissait les serfs s’enrôlant comme volontaires dans l’armée. Les propriétaires terriens se voient également accorder en 1760 le droit de déporter en Sibérie leurs serfs reconnus coupables de crimes, et de déduire les déportés du nombre de recrues à fournir à l’armée. Enfin, tout au long du xviiie siècle, le servage s’étend quantitativement et territorialement, du fait de deux phénomènes parallèles. Les impératrices, d’Anne à Catherine, prennent d’abord l’habitude d’offrir des terres à leurs favoris en récompense de leur fidélité. Or ces terres appartiennent à l’État, et sont donc peuplées de serfs d’État, dont le sort est plus enviable, car mieux régulé, que celui des serfs seigneuriaux. D’autre part, le servage est introduit là où il n’existait pas. À l’issue du recensement de 1744-1747 ainsi, Elisabeth Petrovna ordonne que tout paysan libre se trouve un maître. Si, ici encore, Leontovitch a suggéré que c’était la seule manière de moderniser la Russie en donnant un statut juridique, fut-il servile, aux individus, le résultat à court terme est une augmentation du volume de la population servile. De même, le servage est introduit en 1783, c’est-à-dire sous Catherine II, dans les dernières zones d’Ukraine où vivaient des paysans libres. Passant de paysans libres ou de paysans d’État à serfs seigneuriaux, les paysans russes voient leur condition se durcir notablement. Soumis à deux impôts, la redevance (obrok) et la corvée (barščina), ils sont souvent exploités. Ainsi, pendant la période allant de 1760 à 1800, qui correspond en gros au règne de Catherine II, la valeur de la redevance est multipliée par deux et demi, et la corvée passe de trois à quatre, voire cinq ou six jours par semaine. Surtout, n’ayant aucun statut juridique et aucun droit, les serfs sont les victimes de l’arbitraire de leurs maîtres, et de leur violence, qu’elle soit physique ou sexuelle. Ils se révoltent en conséquence souvent, notamment en 1773-1774, lorsqu’ils se joignent aux Cosaques et Bachkirs soulevés par un Cosaque du Don, Emelian Pougatchev, qui rallie les mécontents sous la fausse identité de l’empereur Pierre III.

4Cette situation scandaleuse des serfs émeut la noblesse éclairée, et jusqu’au gouvernement. Incapable cependant de lutter contre l’arbitraire des propriétaires et la corruption de l’administration, l’impératrice tâche, au lendemain de la révolte de Pougatchev, d’améliorer légèrement le sort des paysans, en même temps que le fonctionnement de l’administration locale, qui s’était révélée incapable d’agir contre la rébellion. On créa ainsi, dans chaque province d’un empire réorganisé, un bureau d’assistance sociale, chargé d’ouvrir et de surveiller, outre des asiles et des maisons de correction, des hôpitaux et des écoles. De même, la politique économique libérale menée par Catherine permet à certains serfs de se lancer dans l’industrie ou le commerce, parfois avec des résultats extraordinaires. Certains nobles, ainsi, se retrouvent propriétaires de « serfs millionnaires » (Madariaga, 500). Ce phénomène, toutefois, ne concerne qu’une infime minorité de paysans. À son niveau, la noblesse éclairée, désormais devenue sensible sous l’influence de Rousseau et de Sterne, dénonce de plus en plus fréquemment la situation inique des paysans, ainsi que l’arbitraire des fonctionnaires. Son émoi s’exprime dans la littérature russe moderne naissante, notamment dans les comédies et les journaux satiriques de Denis Fonvizine (1745-1792) ou Nikolaï Novikov (1744-1818). Nulle part cependant la triste réalité russe ne sera plus crûment dénoncée que dans Le voyage de Pétersbourg à Moscou, où sa peinture jouxte la critique de la dérive despotique d’une Catherine vieillissante, qui laisse un pouvoir extravagant à ses favoris, et s’éloigne de plus en plus des idéaux éclairés de sa jeunesse, auxquels elle reproche, comme nombre de contemporains, la Révolution qui s’est depuis un an emparée de Paris.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search