Version classiqueVersion mobile

Alexandre Radichtchev

 | 
Rodolphe Baudin

Avant-propos

Rodolphe Baudin

Texte intégral

1Éditée par le Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques (GEO, EA 1340) de l’Université de Strasbourg, la collection « Classiques d’ailleurs/Commentaire » a l’ambition de faire mieux connaître au public francophone des classiques de la littérature des pays de l’Europe orientale et balkanique, du bassin méditerranéen, du Moyen ou de l’Extrême Orient.

2Destinés aux enseignants et aux étudiants, mais également aux lecteurs curieux, les petits fascicules qui forment la collection proposent, sous forme condensée, une analyse serrée de chaque texte, faisant la synthèse de l’état des recherches à son sujet. Par son plan volontairement pédagogique, et grâce à sa bibliographie multilingue détaillée, chaque volume souhaite devenir un outil de travail indispensable pour ceux qui s’intéressent aux œuvres proposées.

3Le présent fascicule est consacré à un texte majeur d’une période méconnue de la littérature russe, le xviiie siècle, que la gloire des poètes romantiques Pouchkine et Lermontov, puis des grands romanciers russes, de Gogol à Tolstoï en passant par Tourgueniev et Dostoïevski, éclipse malheureusement pour le lecteur francophone.

  • 1 Le titre russe est parfois traduit en français par Le voyage de Saint-Pétersbourg à Moscou.

4Ce siècle est pourtant d’une importance majeure pour l’histoire politique, sociale et intellectuelle de la Russie. Le voyage de Pétersbourg à Moscou1 d’Alexandre Radichtchev, dont l’analyse est proposée ici au lecteur, en est une parfaite illustration. À ce titre, cette œuvre est toujours au centre des programmes scolaires et universitaires russes. Elle est malheureusement peu connue en France, bien que deux traductions en aient été publiées dans les trente dernières années. Intéressante historiquement, cette œuvre classique du corpus de la littérature russe a, qui plus est, encore des choses à dire au lecteur contemporain, comme tentera de le montrer le présent ouvrage.

5Dans le corps du texte, j’ai fait le choix de transcrire les noms russes (« Radichtchev »). En revanche, j’ai utilisé la translittération internationale dans les citations russes entre parenthèses, ainsi que dans la bibliographie placée en fin de volume. Cette translittération recourt aux signes diacritiques (č pour ч, š pour ш, šč pour щ, ž pour ж). De même, elle recourt à j pour й et à è pour э. Conformément à ce système, on écrira « Radiščev ». Que le lecteur ne s’étonne donc pas, et veuille bien me pardonner, s’il lit, dans la même phrase, « Goukovski » (transcription) et, entre parenthèses, « Gukovskij » (translittération).

6Je souhaite profiter de ce court avant-propos pour remercier les personnes qui ont rendu la publication de cet ouvrage possible : Monsieur le Professeur Lucien Braun, Président de l’Association des Presses universitaires de Strasbourg, Madame le Professeur Irini Jacoberger, directrice du GEO, la DRAC d’Alsace, et notamment son directeur, Monsieur Alain Hauss, ainsi que Monsieur David-Georges Picard, conseiller livre et lecture, enfin Mesdames Ariane Eichhorn et Virginie Lapierre.

7J’adresse enfin mes remerciements au Professeur Stéphane Viellard, de l’Université de Paris-Sorbonne, pour sa relecture du chapitre sur la langue et le style.

Notes

1 Le titre russe est parfois traduit en français par Le voyage de Saint-Pétersbourg à Moscou.

Auteur

Maître de conférences habilité à diriger des recherches et directeur du département d’Études slaves de l’Université de Strasbourg. Spécialiste de la littérature russe du xviiie siècle, il a notamment publié Nikolaï Karamzine à Strasbourg. Un écrivain-voyageur dans l’Alsace révolutionnaire (1789) (Presses Universitaires de Strasbourg, 2011).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search