Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°9

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Aragon. Pages inédites

Un recueil « jamais constitué » ?

Les Communistes ont raison (1932-1933)

Édouard Ruiz
Traduction de Ossip Brik, Rafael Alberti et Jean Grall

Texte intégral

1Entre Persécuté persécuteur, publié en octobre 1931, et Hourra lOural, qui paraîtra en avril 1934, Aragon a travaillé à un recueil qui ne vit sans doute pas le jour, mais qu’il fit beaucoup plus qu’ébaucher. Cette entreprise est largement contemporaine de son second séjour en URSS avec Elsa Triolet : partis de France à la mi-juin 1932, ils voyagent dans l’Oural au mois d’août, reviennent à la fin de septembre à Moscou, où Aragon va travailler au secrétariat de la revue Littérature internationale ; ils seront de retour à Paris au début d’avril 1933.

2Sur le livre alors projeté, Aragon écrit en 1975 :

  • 1 Aragon, « Une préface morcelée-7, 1933 », LOP 1, t. V, p. 355-356. [Toutes nos références renvoien (...)

En 1933, je navais pas encore inventé ce qui serait vraiment le vers dHourra l’Oural. Il faut considérer les petits poèmes dont les premiers apparaîtront au premier numéro de la revue annoncée par Vaillant-Couturier (Commune), cest-à-dire en juillet, comme des exercices préparatoires à cette tâche que je reculais, et ne pus effectivement mener à bien… ou à mal, je ne sais trop… quà mon retour en France. Comme si la « distance » était aussi géographique. Pour ce qui est des essais que je dis, et que je nai pas immédiatement considérés comme tels, jattendais den avoir assez pour un recueil, lequel, en fait, na jamais pu être constitué, mais quun peu prématurément jannonçais dans les conversations comme devant sappeler Les Communistes ont raison. Au début de 33, il ny en avait décrits que les cinq poèmes de Commune no 1, ceux que javais montrés à Vaillant, mais qui ne parurent donc quen juillet de cette année-là1.

3Ce témoignage est un peu inexact et incomplet, comme on va le voir : nous rassemblons ci-dessous, dans l’ordre chronologique, toutes les traces retrouvées du recueil en question.

  • 2 Voir son récit dans « Une préface morcelée – 7, 1933 », LOP 1, t. V, p. 373.

4♦ En décembre 1932, Aragon fait la connaissance, à Moscou, de Rafaël Alberti et de sa femme Maria-Teresa León2. Dans une série d’articles parus dans le journal Luz de Madrid durant les mois de juillet et août 1933 sous le titre général de « Bulletin d’informations d’un poète en URSS », Rafaël Alberti a fait le récit de son voyage en URSS. La première partie, « À Moscou (décembre 1932) », contient le récit suivant (chapitre XVI) :

  • 3 Texte espagnol :

Une nuit, qui est celle de Noël dans dautres pays, la femme de Maïakovski nous invita chez elle. Là sétaient réunis divers poètes. Là se trouvait également Louis Aragon, marié avec Elsa Triolet, écrivain soviétique, belle-sœur de Maïakovski. Entre caviar, thé et détranges confiseries orientales on récitait des poésies. Les poètes soviétiques conservent encore un certain sens de la jonglerie en poésie. Plus que réciter, ils représentent. Chacun à sa façon. Ils éprouvent une prédilection excessive pour les onomatopées. Kirsanov, par exemple, dans un de ses poèmes, ressemblait davantage à une locomotive quà un poète. Il sifflait, se jetait au sol, transpirait, haletant comme sil gravissait un col élevé, il ne lui manquait que de rejeter de la fumée. Kamenski racontait une partie de chasse aux ours, mêlée à des bruits, des lamentations et des chants persans qui ressemblaient au chant profond andalou. Asseiev répétait, monotone, avec une intonation de musiquette arabe, un long poème écrit en Géorgie. Je dus leur improviser une course de taureaux, en toréant une chaise qui se trouvait au centre de la salle. Aragon, en français, et celui-là enfin nous le comprenions, nous dit « La prise du pouvoir », un poème de son dernier livre Les Communistes ont raison.
Là, dans cette maison, la sienne, se trouve conservé de la façon la plus latente, la plus intime, le souvenir de Maïakovski. Un de ses amis les plus chers, Brik, récita le poème quil avait écrit quelques jours avant de se suicider3.

5♦ Le numéro 4 d’avril 1933 de la revue Krasnaïa Nov publié à Moscou contient plusieurs fragments d’un recueil inédit de Louis Aragon intitulé Les Communistes ont raison. Ils sont traduits en langue russe par Ossip M. Brik. Chaque fragment est titré et numéroté :

I

Musique quotidienne

II

Chant des pêcheurs de perles

III

Le songe d’une nuit d’été

IV

Couplets du beau monde

V

Chant des enfants du prolétariat

VI

Marche des interventionnistes

VII

Un orateur parle sur une place

X

Un beau jour

XIII

La prise du pouvoir

6La numérotation prouve qu’il s’agit déjà d’un recueil organisé, sans qu’on sache si c’est sa forme définitive, ni pourquoi les numéros VIII, IX, XI, XII sont absents : poèmes seulement projetés ou inachevés, manque de place dans la revue ?…

7♦ Le 1er mai 1933, Rafaël Alberti et Maria-Teresa León publient en page 3 de Adelanto de la revista Octubre, une préfiguration de la future revue Octubre au format d’un périodique, le poème « La prise du pouvoir » (« La toma del poder »). Le texte d’introduction annonce qu’Aragon se trouve alors en Union Soviétique et que paraîtra prochainement à Moscou son dernier livre, Les Communistes ont raison, dont fait partie ce poème.

8♦ Les Feuilles rouges étaient publiées, à dates irrégulières, par l’AEAR (Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires, créée en mars 1932). Un poème d’Aragon, « La nouvelle ronde », figure en page 2 de la Feuille rouge no 4, non datée, qui paraît en mai 1933. S’agit-il d’un poème du recueil ? C’est très plausible vu la date, mais non assuré.

  • 4 Voir LOP 1, t. VI, p. 211-212 et 273-276.

9Mise en musique par Robert Caby, « La nouvelle ronde » figurera en 1935 dans un recueil collectif de Chants révolutionnaires français paru aux Éditions Sociales Internationales. Aragon en parle en 1975 comme d’un texte « assez misérable » et regrette « sa médiocrité, sa nullité4 ».

10 Le quotidien madrilène La Libertad du 18 juin 1933 consacre une colonne et demie à la littérature révolutionnaire et ses poètes, sous la signature de Rosario del Olmo (qui collabore par ailleurs à Octubre). Deux ouvrages sont analysés : Consignas (Mots dordre) de Rafaël Alberti aux Éditions Octubre et Les Communistes ont raison (Los comunistas tienen razón) de Louis Aragon, présenté comme publié à Moscou. Voici le texte de cette critique :

Châtié dans sa patrie, condamné à cinq années de prison pour le délit dun poème, ce grand poète français qui a entamé son œuvre en se rebellant contre la tradition dans lart, créant cette littérature surréaliste dont quelques minorités « sélectes » sapproprient avec vanité linterprétation, puis capté par la cause du prolétariat, rompt les digues de son inspiration et exalte lhumain, le concret, la révolution sociale. Pourquoi combattre les normes imposées en matière artistique si lart pour lart a cessé de lintéresser ? Il combat lordre bourgeois et fait irruption dans le domaine de la poésie avec ses vers éclatants, qui échappent maintenant à la définition des « minorités ». Il sintéresse aux masses, et pour défendre le mouvement révolutionnaire de celles-ci, il oriente son œuvre littéraire.
Dans « La prise du pouvoir », la radio, le tout nouvel élément diffuseur, sème à l
improviste dans le monde lalerte et lespoir :

Dans tous les navires du monde, la voix de terre
frappe les officiers de marine les passagers des premières.
Une robe de mousseline s’évanouit sur le pont, tandis
que des soutes déjà s’élève LInternationale.

  • 5 Texte espagnol :
    « 
    Castigado en su patria, condenado a cinco anos de prisión por el delito de un poe (...)

Le formidable souffle universel et majoritaire de ce poème, qui reconnaît la double réaction des hommes daujourdhui devant un fait incommensurable, na pas la moindre relation ni ressemblance avec labstraite rébellion formelle. Cest la création artistique dun poète qui abandonne sa tour divoire et se place solidairement dans le rang des travailleurs, sans que lessence de son inspiration ne sévapore. Cest en recevant, au contraire, des éléments originaux que sa poésie devient quelque chose daussi vital que la lutte, daussi puissant que la victoire5. Rosario del Olmo

11♦ Le numéro 1 de la revue Commune paraît en juillet 1933. Il contient cinq poèmes d’Aragon (ceux qu’il rattachera expressément, dans LŒuvre poétique, tome V, au recueil Les Communistes ont raison) :

Chant des pêcheurs de perles

[II]

Couplets du beau monde

[IV]

Romance sentimentale

 

Un beau jour

[X]

La prise du pouvoir

[XIII]

  • 6 Dans LOP 1, t. V, p. 394-398, Aragon inverse « Un beau jour » et « Romance sentimentale ».

12Quatre d’entre eux ont déjà été publiés en langue russe dans Krasnaïa Nov (nous ajoutons entre crochets le numéro qu’ils y portaient). « Romance sentimentale » paraît pour la première fois. Si l’on remarque que l’ordre des poèmes est le même dans Krasnaïa Nov et Commune, il semble qu’il faille attribuer à « Romance sentimentale » le numéro VIII ou le numéro IX dans le recueil6.

13♦ Le numéro 2 de la revue Octubre daté juillet-août 1933 paraît probablement en juillet (la revue contient un calendrier révolutionnaire pour le mois de juillet, ce qui semble préciser la date). Rafaël Alberti y traduit un poème d’Aragon, « Un organillo empieza a tocar en el patio » (« Un orgue de barbarie commence à jouer dans la cour »), auquel il ajoute une suite de quelques vers. La rencontre d’Alberti et d’Aragon à Moscou, la publication précédente de « La prise du pouvoir » dans l’avant-numéro d’Octubre du 1er mai 1933 et le sujet du poème font penser que celui-ci appartient aussi au recueil Les Communistes ont raison ; Alberti n’en dit cependant rien.

14(Voir également l’Almanach ouvrier et paysan pour 1934, ci-dessous.)

15♦ En novembre 1933 paraît dans le numéro 4 de Internacionalnaja Literatura un poème d’Aragon intitulé « Soldaty idut », traduit en russe par Ossip Brik, comme les poèmes parus dans Krasnaïa Nov quelques mois plus tôt. Là encore il est plausible, non certain, de le rattacher au recueil.

16Le texte original en français paraîtra dans Commune no 11-12 de juillet-août 1934, sous le titre « Un régiment passe ». Aragon l’a repris sans commentaires dans LŒuvre poétique, tome VI, p. 185-188.

17♦ Le numéro 4 de La Littérature internationale, publié à Moscou au quatrième trimestre de 1933, fait écho à l’article de La Libertad (18 juin 1933), mais en présentant Les Communistes ont raison comme « Paru en Espagne » :

Cest une véritable œuvre dart dun poète ayant abandonné « la tour divoire » et ayant pris place une fois pour toutes dans les rangs des travailleurs. Dailleurs le poète na rien perdu à cela. Au contraire, il a acquis de nouveaux éléments originaux, capables dinspirer à son art la vitalité de la lutte et la puissance de la victoire.

18La critique suivante est consacrée au recueil Mots dordre d’Alberti. L’information semble toujours puisée dans La Libertad.

19(Ce même numéro 4 de La Littérature internationale contient quatre poèmes de Hourra lOural, qui paraîtra le 16 avril 1934 chez Denoël et Steele.)

20♦ L’Almanach ouvrier et paysan pour 1934, que publie au quatrième trimestre de 1933 le Bureau d’Éditions, annonce à son sommaire :

21Un orgue de barbarie joue… (poème de L. Aragon, illustré par Enri) 71
Marche des Interventionnistes (poème de L. Aragon, illustré par Adam) 320

  • 7 Où des dessins signés « Enti » illustrent d’ailleurs un autre article ; la même signature figurera (...)

22Si le deuxième poème (no VI de Krasnaïa Nov j se trouve bien aux pages 320-321, on cherche en vain le premier dans l’Almanach7.

23(Dans la même livraison, Aragon publie des poèmes de Hourra lOural sous le titre « Voyage dans l’Oural, fragments ».)

24♦ En France, le recueil Les Communistes ont raison fut annoncé « en préparation » ou « pour paraître » dans la collection Commune (AEAR/ESI), dans diverses publications :

  • quatrième de couverture de Commune no 2, octobre 1933 ;

  • quatrième de couverture de Commune no 7-8, mars-avril 1934 ;

  • Hourra lOural, avril 1934 ;

  • Les Cloches de Bâle, quatrième trimestre 1934 ;

  • Léon Moussinac, Avec les comédiens soviétiques en tournée, octobre 1935.

25Le recueil n’est plus mentionné comme étant en préparation dans La Querelle du réalisme, paru le 8 juillet 1936.

*

26En 1945, Aragon fait un choix de poèmes pour le numéro 2 de la collection Poètes d’aujourd’hui, qui paraît chez Seghers le 20 juillet 1945, avec une étude de Claude Roy. Pour la période « 1932-1933 », il indique : « Les Communistes ont raison », et il choisit « Couplets du beau monde » pour illustrer cette période.

27La mention et le poème ne figurent plus dans le nouvel ouvrage consacré à Aragon dans cette même collection (no 159), qui paraîtra le 30 janvier 1967 avec une étude de Georges Sadoul.

28Enrique Montero est l’auteur d’une étude sur la revue Octubre qui a para en préface à la réédition en fac-similé de la revue, publiée en 1977 par l’éditeur Topos Verlag AG Vaduz/Liechtenstein. Selon Montera la publication du recueil Les Communistes ont raison (Poèmes), traduit par Alberti, fut un temps envisagée dans la collection des Éditions Octubre. (La première plaquette de cette collection fut Consignas du même Alberti, qui parut le 1er mai 1933.) Dans une note (no 61), Montera signale que « ce livre ou cette plaquette semble avoir été publié, sinon par les Éditions Octubre, tout du moins en Espagne avant son apparition en France ». Pour appuyer cette thèse il cite l’article de La Libertad du 18 juin 1933, ce qui nous ramène encore une fois à la même source.

29Le recueil Les Communistes ont raison a-t-il donc paru, où, et dans quelle langue ? On ne peut donner de réponse assurée. Les documents connus à ce jour laissent plutôt penser qu’Aragon l’avait organisé, peut-être entièrement, mais qu’il n’est pas sorti des presses : il faut souhaiter que l’exploration de nouvelles archives (en Espagne ? à Moscou ?) apporte une réponse définitive.

*

30Nous donnons ci-dessous en annexe :

  • Un tableau récapitulatif.

    • 8 Les textes russes ont été traduits en français par Jean Grall, que nous remercions pour son aide, e (...)

    Le texte des poèmes traduits en russe par Ossip Brik, en espagnol par Rafaël Alberti. On ne saurait évidemment retrouver de l’Aragon en les retraduisant : nous en proposons pourtant une version française aussi neutre que possible, pour donner une idée approximative de leur contenu initial8.

 

Le recueil selon Krasnaïa Nov no 4 et Commune no 1

I

Musique quotidienne

(inconnu en français)

II

Chant des pêcheurs de perles

(LOP 1, t. V, p. 389-390)

III

Le songe d’une nuit d’été

(LOP 1,X. VII, p. 61-62)

IV

Couplets du beau monde

(LOP 1, t. V, p. 391-393)

V

Chant des enfants du prolétariat

(inconnu en français)

VI

Marche des interventionnistes

(LOP 1, t. VI, p. 39-42)

VII

Un orateur parle sur une place

(inconnu en français)

VIII (ou IX ?)

Romance sentimentale

(LOP 1, t. V, p. 396-398)

IX

 

 

X

Un beau jour

(LOP 1, t. V, p. 394-395)

XI

 

 

XII

 

 

XIII

La prise du pouvoir

(L 1, t. V, p. 399-402)

 

Poèmes ayant pu appartenir au recueil

La nouvelle ronde

(LOP 1, t. VI, p. 275-276)

Un régiment passe

(LOP 1, t. VI, p. 185-188)

Un orgue de Barbarie joue

(inconnu en français)

31[Il est évidemment tentant, mais pas du tout certain, de supposer que ces trois poèmes occupaient les cases vides du tableau.]

 

I. Myзыкa Ϭyднeй / Musique quotidienne

Лyчщe xoть кopкy, чeм cдоxнyть.
Kpoвaвыe крылья зapи
paзвeют нoчныe вздoхи.
PaϬoчий, зa лямкy ϬepисƄ!

Mieux vaut se contenter d’un croûton que crever
Les ailes sanglantes de l’aurore
Dissipent les soupirs de la nuit
Travailleur à ton boulet

Ha фaϬpики, нa зaвoды
иди, paϬoчий скoт.
Πepвый мeтρο отходит,
тpeщa, Ϭyдто pвyт плaток.

Vers les ateliers vers les usines
Va troupeau laborieux
Le premier métro s’ébranle
pétaradant comme un mouchoir qu’on déchire

Yжe нa пoляx pyϬaхи
цвeтyт гopϬaтoй гpядoй,
и yжac тpyдa и стpaxи
идyт свoeй чepeдoй.

Déjà dans les champs les chemises
fleurissent en rangs courbés
les affres du labeur et les angoisses
vont leur train

Кpacaвцы пижoны, Ϭypжyи,
эти стоны до вac нe дoйдyт,
но ϬoдƄ свoю и чyжyю
лoвцы жeмчyгoв пοют.

Beaux gandins bourgeois
ces plaintes ne vous atteindront pas
Mais les pêcheurs de perles chantent leur souffrance
et celle d’autrui

Ο тex, ктo пдakyчeй ивой
пoд вeтpaми вcex щиpοт
cпинy гнyт Tepпeливо
для тeϬя, кoкoткa,
для тeϬя, кoт.

Celle de ceux qui tel le saule pleureur
sous les vents de toutes les latitudes
courbent l’échine patiemment
à ton profit cocotte
pour ton profit matou

V. Песня пpoлeтapcкиx дeтeй / Chant des enfants du prolétariat

Kpacнoapмeйцы, здорово!
Коммунаров дeтвopa
вac встpeтить вceгдa готова,
неся в руках, как цветы,
и слезы свои и мечты.
Красноармейцы, здорово!

Soldats de l’armée rouge salut
les fils des communards
sont prêts à vous rencontrer
portant dans leurs mains telles des fleurs
et leurs larmes et leurs rêves
Soldats de l’armée rouge salut

По улицам, по лесам
ходим, песни голося
красные.
Всех армий храбрее,
всех армий роднее
Армия
Красная.

Par les rues et par les bois
nous marchons entonnant les chants
rouges
Armée parmi toutes la plus brave
armée parmi toutes la plus noble
Armée
Rouge

Мы, дети жителей здешних,
вас ждем, раскрыв глаза
зеленые, цвета надежды.
Мы за руку вас проведем
самым кратчайшим путем—
мы, дети жителей здещних.

Nous enfants des gens d’ici
vous attendons ayant ouvert
nos yeux verts couleur d’espérance
Nous vous mènerons par la main
par le chemin le plus court
nous enfants des gens d’ici

По улицам, по лесам
ходим, песни голося
красные.
Всех армий храбрее,
всех армий роднее
Армия
Красная.

Par les rues et par les bois
nous marchons entonnant les chants
rouges
Armée parmi toutes la plus brave
armée parmi toutes la plus noble
Armée
Rouge

Спешите, взрослые братцы,
в страну французских тюрьм,
чтоб сил могли набраться
наши матери и отцы.
Идите сюда, бойцы.
Спешите, взрослые братцы.

Dépêchez-vous grands frères
vers le pays des geôles françaises
afin que nos mères et nos pères
puissent unir leurs forces
venez ici combattants
Dépêchez-vous grands frères

По улицам, по лесам
ходим, песни голося
красные.
Всех армий храбрее,
всех армий роднее
Армия
Красная.

Par les rues et par les bois
nous marchons entonnant les chants
rouges
Armée parmi toutes la plus brave
armée parmi toutes la plus noble
Armée
Rouge

Вы научите нас бороться,
как борется пролетариат,
чтоб, детские игры забросив,
могли мы, силы ростя,
бойцами красными стать.
Вы научите нас бороться.

Vous nous apprendrez à nous battre
comme combat le prolétariat
pour que délaissant nos jeux d’enfants
nous puissions nos forces grandissant
devenir des combattants rouges
Vous nous apprendrez à nous battre

По улицам, по лесам
ходим, песни голося
красные.
Нас родители послали,
чтобы песнями прославить
Армию
Красную.

Par les rues et par les bois
nous marchons entonnant les chants
rouges
nos parents nous ont dépêchés
pour glorifier par nos chants
L’Armée
Rouge

VII. Оратор говорит на площади / Un orateur parle sur une place

Береги
от затмения солнце,
береги
посев от червя,
береги от бури парус,
береги
от мрака звезду.
Береги
от мертвых живого,
береги, береги
человека от бронзы, от клинка руки,
и от рук разрушающих руки строящих,
и от стальных кирас золотом грезящих
касс береги голубую сталь, собирающую
урожай, береги детей социалистического улья—
береги
Союз Советских Республик!

Protège
le soleil de l’éclipse
protège
les semailles du ver
protège la voile de la tempête
protège
l’étoile des ténèbres
Protège
le vivant des morts
protège protège
l’homme du bronze les mains de la lame
et les bras du bâtisseur du bras des destructeurs
et de l’acier des coffres forts protège l’acier bleu
récoltant la moisson protège les enfants de
la ruche socialiste
protège
l’Union des Républiques Soviétiques

Береги
от белой гнили,
от убийцы за углом,
от державных бандитов,
от спекулянтов зерном,
от захватчика нефти,
от купца с ножом,—
береги
от Финляндий,
Японий и Польщ,
от всевозможных Эстляндий,
Румыний и пап.
Но особо—от Франции,
от французов—особо,
от хозяев биржи,
от генштаба в Париже—
береги
Союз Советских Республик!

Protège
de la pourriture blanche
des assassins au coin des rues
des bandits qui nous dirigent
de ceux qui spéculent sur le grain
de l’accapareur de pétrole
du couteau des marchands
protège
de la Finlande
du Japon et de la Pologne
des aventuriers d’Estonie
de la Roumanie et du pape
Mais en particulier de la France
et des Français
spécialement des maîtres de la Bourse
de l’État-major qui siège à Paris
protège
L’Union des Républiques Soviétiques

Береги
от ночи французской,
береги
от французских псов,
береги
от банков французских,
береги
от французских шпиков,
береги
от злобы французской,
береги
от французских к
лыков,
береги
от
гaзов французских,
береги
от французских штыков—
береги
Союз Советских Республик!

Protège
de la nuit française
protège
des chiens français
protège
des banques françaises
protège
des flics français
protège
de l’hostilité française
protège
des crocs français
protège
des gaz français
protège
des baïonnettes françaises
protège
L’Union des Républiques Soviétiques

От буржуев французских,
от французских афер,
от вторжений французских,
от французских зверств,
от француза—господина,
от его социал-камердинера
береги,
рабочий Франции,
береги,
работница Франции,
береги,
крестьянин Франции,
береги,
крестьянка Франции.
мpояки Франции,
средняки—
берегите
от собственной пули
Союз Советских Республик!

Des bourgeois français
des intrigues françaises
des invasions françaises
des férocités françaises
du Monsieur français de son social-valet
protège
Ô travailleur français
protège
Ô travailleuse française
protège
Ô paysan français
protège
Ô paysanne française
Ô soldats français
Ô marins français
simples gens de chez nous
épargnez
de vos balles
l’Union des Républiques Soviétiques

Un organillo empieza a tocar en el patio / Un orgue de barbarie commence à jouer dans la cour

¿Conoces
el país
que mece la eglantina?
Huyó el águila cuando
la insurrección de Octubre
derrotó a los rentistas.
¿Conoces
el país
donde se abren los ojos
de la infancia al futuro y no sobre el pasado,
en donde la mujer
ya no es más tu sirvienta,
ya no es más tu querida,
ya no es más tu
mujer, pero
sí una mujer,
el país sin patronos, sin putas y sin curas, el país
donde no
tienen dueño las flores,
el país
de las granjas,
mineras,
marineras,
metalúrgicos, tipógrafos, ferroviarios?
¿Conoces el país parecido al amianto,
en donde no es la llama el fin del combustible,
el país de Lenin y de la estrella roja?
¿Conoces el país
de las grandes cocinas?
¿Conoces
el país que brilla en la mañana,
que es rocío en los labios del Africa oprimida,
miel
en el corazón del Asia,
la meta de los negros y el cielo de los blancos?
¿Conoces
el país
donde la noche da la mano al día,
el país
de la esperanza y la canción que nace,
el país
del trigo verde aún del materialismo,
el país
que es la pupila del universo,
la salamandra del sol,
el país
de los granos,
crisol
de las semanas,
el país, el país donde el llanto del mundo
formará un bello día el diamante del día?
¿CONOCES EL PAÍS DE LOS OBREROS? (1)

Connais-tu
le pays
que berce l’églantine
L’aigle s’est enfui lorsque
l’insurrection d’Octobre
mit en déroute les rentiers
Connais-tu
le pays
où le regard des enfants s’ouvre
sur l’avenir et non sur le passé
où la femme
n’est plus maintenant ta servante
n’est plus maintenant ta maîtresse
n’est plus maintenant ta
femme mais
oui une femme
le pays sans patrons sans putains sans curés le pays
où les fleurs n’ont
plus de maître
le pays
des paysans
mineurs
marins
métallurgistes typographes cheminots
Connais-tu le pays comparable à l’amiante
où la flamme n’est pas la fin du combustible
le pays de Lénine et de l’étoile rouge
Connais-tu le pays
des grandes cuisines
Connais-tu
le pays qui brille dans le matin
rosée aux lèvres de l’Afrique opprimée
miel
dans le cœur de l’Asie
l’objectif des noirs et le rêve des blancs
Connais-tu
le pays
où la nuit tend la main au jour
le pays
de l’espérance et la chanson qui naît
le pays
du blé encore vert du matérialisme
le pays
qui est la pupille de l’univers
la salamandre du soleil
le pays
des semailles
creuset
des semaines
le pays le pays où les pleurs du monde
donneront naissance au diamant des jours
CONNAIS-TU LE PAYS DES OUVRIERS (1)

Luis ARAGON

Louis Aragon

(1)

(1)

Allí la paz trabaja el horror a la guerra.
Labora allí la paz,
bloqueada de perros que por dientes ensenan bayonetas.
Y contra ese país
se construyen cañones,
se alimentan caballos,
se llena el mar de buques,
el viento de aviones,
y contra su aire puro,
contra sus hombres puros se preparan los gases de la muerte.
¿Conoces, camarada,
conoces tu país?
De él te viene la estrella que en la lucha te guía,
la fuerza que tu sangre reclama en cada hora.
¿Lo conoces tú bien?
Escucha. Se oyen balas contra la Unión Soviética.

Là-bas la paix s’oppose à l’horreur de la guerre
Là-bas la paix est au travail,
encerclée par des chiens qui en guise de dents montrent des baïonnettes.
Et contre ce pays
on fabrique des canons,
on nourrit des chevaux,
la mer se couvre de navires,
les avions dominent le vent,
et contre son ciel serein,
contre ces hommes tranquilles on prépare les gaz de la mort.
Connais-tu, camarade,
connais-tu ton pays ?
C’est là que brille l’étoile qui te guide dans la lutte,
là que naît la force que ton sang réclame à chaque instant.
Le connais-tu réellement ?
Écoute. On entend le bruit des balles contre l’Union Soviétique.

Rafael ALBERTI

Rafaël ALBERTI

[La suite donnée par Rafaël Alberti au poème dAragon est recueillie sous le titre « Conoces el país de los obreros », au tome III de ses Œuvres complètes, « Poésie 1964-1988 », qui fut publié en 1988 par Aguilar: chapitre consacré à la Poésie politique (1933-1937), page 761. Ou dans la nouvelle édition en cours de parution: Rafael Alberti, Obra Completa, Poesia II, Edicion de Robert Marrast, Seix Barrai y Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2003, p. 230.]

Notes

1 Aragon, « Une préface morcelée-7, 1933 », LOP 1, t. V, p. 355-356. [Toutes nos références renvoient à la première édition de LŒuvre poétique.]

2 Voir son récit dans « Une préface morcelée – 7, 1933 », LOP 1, t. V, p. 373.

3 Texte espagnol :

« Una noche, la de Navidad en otros paises, fuimos invitados por la mujer de Maiakovski a su casa. Alli se habian reunido varios poetas. Allí estaba tambien Louis Aragon, casado con Elsa Triolet, escritora soviética, cuñada de Maiakovski. Entre caviar, té y raros dulces orientales se recitaron poesías. Los poetas soviéticos conservan aún cierto sentido juglaresco de la poesia. Más que recitar, representan. Cada uno a su modo. Sienten una excesiva predileccin por las onomatopeyas. Kirsanov, por ejemlpo, en uno de sus poemas, más que poeta parecía una locomotiva. Silbaba, se tiraba al sudo, sudaba, jadeando, corno subiendo un alto puerto, faltándole tan sólo el echar humo. Kamenski relataba una cacería de osos, mezclada de ruidos, de lamentes y cantos persas, parecidos al cante jondo. Asseiev repetía, monótono, con un dejo de musiquilla árabe, un largo poema escrito en Georgia. Yo tuve que improvisarles una corrida de toros, toreando una silla que había en el centro de la sala. Aragon, en fiancés, y a éste ya le entendimos, nos dijo « La toma del poder », poema de su último libro Las comunistas tienen razón. / Allí, en aquella casa, la suya, es donde se conserva más latente, más intimo, el recuerdo de Maiakovski. Uno de sus amigos más queridos, Brik, recitó el poema que escribio unos días antes de suicidarse. »
(Articles de Rafaël Alberti parus dans le journal Luz de Madrid les 22, 26,28 juillet, 1er, 8 et 23 août 1933 sous le titre de « Noticiario de un poeta en la URSS ». Ces articles et d’autres seront repris en 1970 en un volume chez Ayuso, puis chez Editorial Seix Barrai, sous le titre Prosas encontradas 1924-1942, avec une préface de Robert Marrast.)

4 Voir LOP 1, t. VI, p. 211-212 et 273-276.

5 Texte espagnol :
« 
Castigado en su patria, condenado a cinco anos de prisión por el delito de un poema, este gran poete francés, que inició su obra rebelándose contra lo tradicional en arte, creando esa literatura surrealista cuya interpretación se apropian vanidosamente algunas minorías “selectas”, captado por la causa del proletariado, rompe los diques de su inspiración y exalta lo humano, lo concreto, la revolución social, l Para qué combatir las normas impuestas en materia artística si el arte por el arte ha dejado de interesarle ? Combate el orden burgués e irrumpe en el campo de la poesia con sus versos estallantes, que ahora escapan a la definición de las ‘‘minorías”. Le interesan las masas, y en defensa del movimiento revolucionarlo de estas orienta su obra literaria.
En “La toma del Poder”, la radio, el novísimo elemento difusor, siembra en el Mundo de improvise la alarma y la esperanza.
En todos los navíos del Mundo, la voz de tierra
golpea los oficiales de Marina los pasajeros de primera clase.
Un traje de muselina se desvanece sibre el puente, mientras
que ya de la bodegas se levanta la
Internacional.
El formidable aliento universal y mayoritario de este poema, que registra la doble reacción de los hombres actuales ante un hecho inconmensurable, no tiene le menor relación ni semejanza con la abstracta rebeldía formal. Es la creación artistica de un poeta que abandona la torre de marfil y se incorpora solidariamente al desfile de los trabajadores, sin que la esencia de su inspiración se evapore. Recibiendo, por el contrario, elementos originales, que harán de su poesia algo tan vital corno la lucha, tan poderoso corno la victoria. »

6 Dans LOP 1, t. V, p. 394-398, Aragon inverse « Un beau jour » et « Romance sentimentale ».

7 Où des dessins signés « Enti » illustrent d’ailleurs un autre article ; la même signature figurera dans l’Almanach de 1935, et n’est donc pas une coquille pour [Hans] Emi.

8 Les textes russes ont été traduits en français par Jean Grall, que nous remercions pour son aide, et revus par nous. Dans les traductions, nous avons supprimé la ponctuation, conformément au vœu constant d’Aragon.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search