Version classiqueVersion mobile

Bestiaire d’amour

 | 
José Manuel Corredoira Viñuela

Version française

Le perroquet aveugle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Personnages

Le marié Fulbert
La mariée Ludmila
Le taureau Ferdinand
Marc Aurèle, perroquet arc-en-ciel

Le perroquet aveugle

Le marié FULBERT entre précautionneusement ; il est en habit et porte un haut-de-forme, un petit œillet à la boutonnière et des petits souliers vernis. Le vioc frisait la soixantaine. En même temps, par le côté opposé, entre la mariée Ludmila dans une attitude semblable ; avrillée et gracieuse, couronnée de plantes fourragères et de sarments, elle est vêtue de tulle blanc de jasmins et de lauriers roses. Par moments, elle parlera avec un léger accent slave. Au milieu de la scène, une cage à oiseaux recouverte de crépon.

FULBERT. — Il est endormi ?

LUDMILA. — Je n’en sais rien.

FULBERT se dirige vers la cage et retire le crépon. À l’intérieur de celle-ci nous trouvons MARC AURÈLE, un perroquet arc-en-ciel.

FULBERT. — Marc Aurèle ! Comment va mon perruchon ?

MARC AURÈLE. — (Tristounet.) Agggh ! Agggh !

FULBERT. — Il est plus triste qu’hier, Ludmila.

LUDMILA. — Tu crois ?

FULBE...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search