Version classiqueVersion mobile

Bestiaire d’amour

 | 
José Manuel Corredoira Viñuela

Version française

Le perroquet aveugle

Texte intégral

Personnages

1Le marié Fulbert
La mariée Ludmila
Le taureau Ferdinand
Marc Aurèle, perroquet arc-en-ciel

Le perroquet aveugle

2Le marié FULBERT entre précautionneusement ; il est en habit et porte un haut-de-forme, un petit œillet à la boutonnière et des petits souliers vernis. Le vioc frisait la soixantaine. En même temps, par le côté opposé, entre la mariée Ludmila dans une attitude semblable ; avrillée et gracieuse, couronnée de plantes fourragères et de sarments, elle est vêtue de tulle blanc de jasmins et de lauriers roses. Par moments, elle parlera avec un léger accent slave. Au milieu de la scène, une cage à oiseaux recouverte de crépon.

3FULBERT. — Il est endormi ?

4LUDMILA. — Je n’en sais rien.

5FULBERT se dirige vers la cage et retire le crépon. À l’intérieur de celle-ci nous trouvons MARC AURÈLE, un perroquet arc-en-ciel.

6FULBERT. — Marc Aurèle ! Comment va mon perruchon ?

7MARC AURÈLE. — (Tristounet.) Agggh ! Agggh !

8FULBERT. — Il est plus triste qu’hier, Ludmila.

9LUDMILA. — Tu crois ?

10FULBERT. — Oui. Ne vois-tu pas qu’il a pleuré ? Il a les yeux qui pleurent beaucoup dernièrement. Il souffre beaucoup mon perruchon. (Cajoleur.) Petit, petit ! Il va beaucoup plus mal, Marc Aurèle.

11LUDMILA. — Il a une conjonctivite chronique, Fulbert. Marc Aurèle est mal foutu.

12FULBERT. — Moi je crois que c’est plus grave. Hier, il a pleuré du sang. (Cajoleur.) Petit, petit !… Rien. Il est comme assoupi. Il perd ses plumes Marc Aurèle. Il est tout déplumé mon perruchon…

13MARC AURÈLE. — (Tristounet.) Agggh ! Aggh !

14LUDMILA. — Si ça se trouve il a faim…

15FULBERT. — On ne t’a pas donné pour le goûter ton gâteau de goyave avec de la bouillie, Marc Aurèle ? (Grincement de cris.) Ludmila ! Il a fait ses besoins ? Comment étaient-ils : durs ou mous ?

16LUDMILA. — Durs comme de la chevrotine, les yeux stagnants.

17FULBERT. — C’est un mauvais présage. Juste ciel ! Pauvre petit ! Il est très mal fichu mon perruchon, n’est-ce pas ? (Cajoleur.) Petit, petit ! Maintenant on va devoir te faire une magnétoencéphalographie.

18LUDMILA. — Mais on lui en a déjà fait trois cette semaine !

19FULBERT. — Ce n’est pas suffisant !… Marc Aurèle est en train de devenir aveugle. Mon pauvret… Nous devons l’éviter à tout prix. Pourquoi faut-il que tu fasses toujours des objections à la guérison de mon perruchon ? N’est-ce pas que ta petite maîtresse ne t’aime pas du tout, du tout ?… Tu as toujours méprisé l’intelligence de Marc Aurèle, Ludmila. Il n’y a que moi qui t’aime, Marc Aurèle. (Cajoleur.) Petit, petit ! Je suis fait pour toi et tu es fait pour moi ? Ludmila est méchante. Elle ne t’aime pas. Mon perruchon… Il a les yeux qui supurent…

20LUDMILA. — Tu passes toute la sainte journée à papoter et blablater avec le perroquet, Fulbert.

21FULBERT. — (Gerbe de cris.) Je t’ai dit mille et une fois que Marc Aurèle n’est pas un simple perroquet : c’est un perroquet arc-en-ciel ! Un oiseau tropical de la famille des psitaciformes… Quel manque de bon sens, Ludmila. Tu ne l’aimes pas… parce que tu ne comprends pas sa psychologie.

22MARC AURÈLE. — (Tristounet.) Agggh ! Agggh !

23FULBERT. — (Cajoleur.) Ne pleure pas mon pigeon. Tu sais que ce n’est pas vrai. N’est-ce pas que ce n’est pas vrai ce que dit Ludmila ? Ta petite maîtresse est une petite menteuse. Justement l’autre jour on en parlait Marc Aurèle et moi, n’est-ce pas mon petit ? Allez, reprends courage… Je ne sais pas quoi faire, Ludmila. Je suis desespéré de le voir souffrir. Il souffre beaucoup Mon perruchon… Il est très mal en point. Il souffre…

24LUDMILA. — Moi aussi je souffre, Fulbert.

25FULBERT. — Toi ?

26LUDMILA. — Ça t’est égal de me voir souffrir, moi. Toi qui proclames tant m’aimer derrière les paravents !

27FULBERT. — (Le type de mauvaise humeur.) Souffrir, toi ? Ne me fais pas rire. Toi tu ne sais pas ce que c’est souffrir. Tu as plus que ne peut désirer une jeune mariée dans son palais : des soiries, des espadrilles, la robe de chambre en ouate blanche que t’a offerte maman pour Noël (symbole de pureté.), le baby-foot, les godemichés… Et que sais-je encore ! Par contre, mon pauvre petit papegai est en train de devenir aveugle. Aveugle ! Sais-tu ce que ça signifie ? Tu n’as pas l’air de te rendre compte, Ludmila… Mais Marc Aurèle sera un perroquet savant… Aveugle, mais savant, comme Borges.

28LUDMILA. — Fulbert, Borges n’était pas aveugle. Il faisait mine d’être aveugle pour se donner des airs devant les personnes qui lui rendaient visite. Tout le monde était au courant, Fulbert.

29MARC AURÈLE. — (Tristounet.) Agggh ! Agggh !

30FULBERT. — Tu parles sans savoir, Ludmila. (Cajoleur.) Mon pauvre perruchon aveugle ! Petit, petit ! Ta petite maîtresse est méchante. Elle ne t’aime pas comme moi je t’aime. Mon perroquet savant… Voyons, Petit, montre à tes maîtres ce que tu sais faire.

31MARC AURÈLE. — Grrrr, ouah, ouah !

32FULBERT. — Très bien ! Tu as vu, Ludmila ? Là il était en train d’imiter le chien assyrien du voisin.

33LUDMINA. — Qu’il est mignon !

34FULBERT. — Oui, il est vraiment mignon, n’est-ce pas mon perruchon ? (Cajoleur.) Petit, petit ! Moi je l’aime plus… que la danseuse aux crotales !

35MARC AURÈLE. — Agggh ! Ouah, ouah !

36FULBERT. — Mon petit pékinois, mon valet de picador… Il est très mal en point… Il souffre. Je sais qu’il souffre énormément. Marc Aurèle souffre, et toi tu n’as pas l’air de te rendre compte de la souffrance de Marc Aurèle, de mon perruchon, de mon petit pigeon…

37MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh !

38FULBERT. — Bien sûr, mon perruchon…

39LUDMILA. — Fulbert…

40FULBERT. — (Cajoleur.) Petit, petit ! Tu vas guérir ; tu vas voir comme tu vas guérir de la conjonctivite très bientôt. Tu ne reperdras plus tes plumes. Tu ne seras plus tout dégarni…

41LUDMILA. — Je peux enlever ma robe ?

42MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh !

43LUDMILA. — La robe de mariée, Fulbert… Les coutures me font mal.

44FULBERT. — Pas question, Ludmila ! Une promesse est une promesse, et les promesses sont faites pour être tenues.

45LUDMILA. — Je sais que j’ai promis de ne jamais, jamais l’enlever. Mais c’est qu’elle me serre beaucoup, Fulbert. En plus, je commence à avoir de très grosses varices !

46FULBERT. — Tu ne respectes rien, Ludmila. Tu sais que c’est un cadeau de maman. Et les cadeaux de maman sont sacrés comme le moût cuit et la confiture de courges…

47LUDMILA. — C’est que j’ai un point qui s’est infecté…

48MARC AURÈLE. — Miau ! Maou ! Mrouin !

49FULBERT. — Pas maintenant, Marc Aurèle.

50LUDMILA. — J’ai très mal à mon petit ventre.

51FULBERT. — C’est provisoire, jusqu’à ce que tes points sèchent.

52LUDMILA. — Il y a du pus qui sort et ça suinte, Fulbert !

53FULBERT. — Comme dit Marc Aurèle, « dans la pensée de l’homme qui s’est discipliné et purifié à fond, rien de purulent ni de taché ni de mal cicatrisé tu ne saurais trouver ». (Il éclate de rire.)

54MARC AURÈLE. — (Nerveux.) Agggh ! Agggh !

55FULBERT. — Tu n’arrives qu’à une chose, c’est à énerver Marc Aurèle. N’énerve pas mon perruchon ! Viens ici, mon petit… (Cajoleur.) Coucou ! Coucou ! Gouzi-gouzi ! Tireli, tirela !

56LUDMILA. — Je ne veux plus porter la culotte cousue à mon petit ventre !

57FULBERT. — C’était une merveilleuse idée de maman. Tu sais que je n’y étais pour rien. Maintenant, si tu veux savoir la vérité, je ne l’ai pas trouvée totalement mauvaise. Marc Aurèle ! (Cajoleur.) Bichon ! Mon bichon ! !

58LUDMILA. — (Geignarde.) C’est que toi tu ne trouves jamais rien à redire à ce que dit ta mère. Pas même son idée de la culotte. Mais maintenant c’est différent, parce que j’ai un point qui s’est infecté et j’ai très mal à mon petit ventre, Fulbert.

59FULBERT. — Tu te plains sans raison, Ludmila. La robe de mariée tu ne peux pas l’enlever. C’est une coutume profondément enracinée dans notre famille. Moi non plus je ne peux pas enlever mon habit, le haut-de-forme ni les petits souliers vernis même si j’en ai très envie. Nous devons apprendre à vivre ensemble dans une nouvelle réalité pour tous les toujours à venir, Ludmila.

60LUDMILA. — Mais moi, je ne peux pas vivre comme ça, Fulbert. J’ai très mal à mon petit ventre.

61FULBERT. — Marc Aurèle dit : « Sers-toi de cette difficulté pour une autre vertu ». (Ripailles de rires.)

62Tu t’es fait tes frictions au romarin et au loriot ?

63LUDMILA. — Oui, mais elles n’ont servi à rien. J’ai très mal, Fulbert. Je crois que j’ai de la fièvre.

64FULBERT. — Laisse-moi voir. (Il lui applique la main sur le front.) En effet, tu as de la fièvre. Mais c’est tout à fait naturel dans ces circonstances. N’en parlons plus, Ludmila. Maintenant Marc Aurèle réclame toute notre attention, n’est-ce pas, mon petit ? Mon petit perruchon…

65MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh !

66FULBERT. — Oui, je sais que c’est l’heure de ta leçon. Mais que Mon perruchon est intelligent ! (Cajoleur.) Petit, petit ! Ludmila, passe-moi le livre qui est sur l’étagère. Pas celui-là, allons. Celui-là, c’est Le petit âne qui ruait. Le livre doré sur tranche comme le poisson de mer ! Nous allons étudier pour que demain Marc Aurèle soit un perroquet cultivé, et personne n’ait rien à dire de mon pauvre perruchon. Tu seras le premier membre de la famille à obtenir à l’université ton doctorat cum laude ! avec une thèse sur le psychisme des psittacidés en captivité : la potinière des oisifs !, l’assèchement de toutes les lagunes de la jalousie !…

67LUDMILA. — J’ai mal à mon petit ventre ; j’ai très mal Fulbert.

68FULBERT. — Marc Aurèle, nous allons lire Marc Aurèle.

69MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh !

70FULBERT. — (Ouvrant le livre que lui a remis LUDMILA.) Marc Aurèle, la leçon de Marc Aurèle, de mon perruchon, de mon petit pigeon… (Il lit.) « Celui qui aime la renommée considère bien à lui l’activité d’autrui ; celui qui aime le plaisir, sa propre affection ; l’homme intelligent, en revanche, sa propre activité ». (Il ferme le livre.) As-tu compris, mon pigeon ? J’espère que tu ne l’oublieras pas. Répète-le en toi-même, petit papegai, dans l’intériorité de ton for intérieur…

71MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

72FULBERT. — (Lisant.) « Le bonheur de l’homme consiste à faire ce qui est le propre de l’homme. Et le propre de l’homme est le commerce bienveillant avec ses semblables, le mépris des mouvements des sens, le discernement des idées qui inspirent crédit, la contemplation de la nature de l’ensemble universel et des choses qui se produisent en accord avec elle. » (Il referme le livre.) Merveilleuse pensée, Marc Aurèle ! Ne trouves-tu pas ?

73MARC AURÈLE. — Agggh ! Ivrogne ! Bois du lait ! Bois du lait ! Agggh !

74FULBERT. — (Lisant.) « Il t’est impossible de lire. Mais en revanche tu peux contempler ton arrogance ; tu peux être au-dessus du plaisir et de la douleur ; tu peux mépriser la gloriole ; tu peux ne pas t’irriter avec les insensés et les ingrats ; voire même t’en préoccuper. »

75LUDMILA. — J’ai mal à mon petit ventre, Fulbert. Je crois que j’ai un autre point qui a lâché.

76FULBERT. — Pas maintenant ! La leçon de Marc Aurèle, la leçon de mon perruchon… (Cajoleur.) Petit, petit !

77LUDMILA. — Marc Aurèle peut attendre, Fulbert. Emmène-moi à l’hôpital. J’ai très mal.

78MARC AURÈLE. — Ivrogne ! Bois du lait ! Bois du lait ! Agggh ! Agggh !

79FULBERT. — Marc Aurèle. Nous en étions à Marc Aurèle. (Lisant très nerveux.) « Efface les fantaisies en te disant à toi-même continuellement : À présent il dépend de moi que cette âme ne recèle aucune perversité, ni désir, ni, en somme, aucun trouble ; cependant, en contemplant toutes les choses telles qu’elles sont, j’use de chacune d’elles conformément à son mérite. Souviens-toi de cette possibilité conforme à ta nature ». (Il referme le livre.) As-tu compris, Marc Aurèle ? Il est fatigué, mon perruchon ? On peut continuer ? (Lisant.) « As-tu déjà vu une main amputée, un pied ou une tête sectionnée gisant quelque part loin du reste du corps. Quelque chose de semblable fait à lui-même, dans la mesure où cela dépend de lui, celui qui n’accepte pas ce qui arrive et se sépare, ou celui qui fait quelque chose de contraire au bien commun. Toi, d’une certaine façon, tu t’es exclu de l’union avec la nature, car tu en faisais partie par nature. Mais à présent tu t’es toi-même rogné. Cependant, si admirable est cette dernière, qu’il t’est possible de t’unir à nouveau à elle. À aucun autre membre Dieu n’a permis de se séparer et se détacher, pour ensuite s’unir à nouveau ». (Il referme le livre.) Sublime pensée ! Ne trouves-tu pas, Marc Aurèle ? J’espère que tu ne l’oublieras pas à nouveau. Demain nous poursuivrons la leçon.

80MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

81FULBERT. — (Cajoleur.) Mon pauvre perruchon… Petit, petit ! Gouzou, gouzou ! Pirouli, piroula ! Marc Aurèle va guérir. Il ne pleure plus. Ses fontenelles des pleurs se sont taries… !

82LUDMILA. — Fulbert…

83FULBERT. — Ludmila… Marc Aurèle…

84LUDMILA. — Emmène-moi à l’hôpital, Fulbert… Je me sens vraiment mal.

85FULBERT. — Tout de suite. Mon pauvre perruchon va guérir. Il ne larmoie plus. C’est une bénédiction qu’il ne larmoie plus, Ludmila. Marc Aurèle, mon perroquet savant…

86MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Bois du lait ! Bois du lait ! Ivrogne ! Bois du lait !

87LUDMILA. — Il ne larmoie plus, Fulbert.

88FULBERT. — Non, Ludmila, il ne larmoie plus.

89LUDMILA. — Fulbert, Marc Aurèle ne larmoie plus. Emmène-moi à l’hôpital.

90MARC AURÈLE. — Bois du lait ! Bois du lait ! Agggh ! Ivrogne ! Bois du lait !

91FULBERT. — Tu vas voir comme je t’emmène vite à l’hôpital, Ludmila. Mon perruchon ne pleure plus. Le lieu où prennent naissance ses pleurs s’est asséché !

92LUDMILA. — À l’hôpital, à l’hôpital, dragons of the night ! Un autre de mes points vient de lâcher. Et ça en fait déjà trois, Fulbert ! Marc Aurèle ne pleure plus parce qu’il est en train de devenir aveugle.

93FULBERT. — Je t’emmènerai à l’hôpital quand Marc Aurèle ne larmoiera plus.

94LUDMILA. — Il ne larmoie plus Fulbert. Il est plus aveugle que Tiresias ! Il ne larmoie plus parce qu’il est devenu aveugle. Emmène-moi à l’hôpital ! Il est plus aveugle que ma grand-mère caucasienne. Les fontenelles de ses yeux se sont asséchées…

95FULBERT. — Ta grand-mère était l’apothéose de la cécité, Ludmila. Ce n’est pas pareil. Marc Aurèle est en train de devenir aveugle, mais ce n’est pas la faute de ta grand-mère. Ta grand-mère était une chatte aveugle ; elle a donné naissance à des chatons mort-nés.

96LUDMILA. — Fulbert, emmène-moi à l’hôpital, à l’asile de syphilitiques, même si c’est à tâtons. Il faut que ce soit maintenant, dussé-je devenir aveugle en chemin, Fulbert.

97FULBERT. — Tu me demandes de chercher des truffes en la mer, Ludmila ! D’abord nous devons observer comment évolue Marc Aurèle, mon perruchon aveugle. (Cajoleur.) Petit, petit !

98LUDMILA. — Nous pouvons l’emmener avec nous à l’hôpital. Il ne va pas devenir aveugle dans l’intervalle. Ma grand-mère n’est pas devenue aveugle sur le chemin de l’hôpital.

99FULBERT. — Ta grand-mère était l’apothéose de la cécité, Ludmila !

100MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

101LUDMILA. — Elle est née dans un hameau du Caucase, Fulbert. Là-bas tout le monde était aveugle. Il n’y a pas que Marc Aurèle qui soit aveugle. Ils l’ont conduite à l’hôpital et ont constaté qu’elle était aveugle de naissance.

102FULBERT. — Marc Aurèle, mon pauvre perruchon, n’est pas aveugle de naissance ! La conjonctivite chronique lui affecte les méninges. Elle finira par le tuer si nous n’y remédions pas, Ludmila ! Ça le fait beaucoup souffrir. Énormément ! Bientôt nous lui ferons une magnétoencéphalographie et il guérira. Pas vrai, Marc Aurèle ? (Cajoleur.) Petit, petit ! Ne sois pas triste mon perruchon…

103LUDMILA. — (Prise d’un spasme hystérique.) Aveugle ! Marc Aurèle le perroquet savant, est en train de devenir aveugle ! L’hôpital est trop loin. Ils ne pourront pas le soigner parce que nous n’arriverons pas à temps.

104FULBERT. — Ne dis pas ça, Ludmila, fille du Caucase. Je t’arracherai les yeux si tu le redis. (Cajoleur.) Mon pauvre perruchon, mon Marc Aurèle chéri… Si nécessaire on l’emmènera à l’hôpital des Quinze-vingt. Là-bas il guérira.

105LUDMILA. — (Prise d’un rire hystérique.) Un autre point vient de lâcher ! Fulbert, un autre point vient de lâcher ! À ce rythme, ce ne sera plus la peine que tu m’emmènes à l’hôpital. Marc Aurèle va enfin devenir aveugle.

106FULBERT. — Qu’est-ce que tu racontes, Ludmila, oiseau des steppes. Mon perruchon va guérir…

107MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

108LUDMILA. — (Hystérique.) Il agonise de cécité ! Il agonise de conjonctivite ! Il ne larmoie plus parce qu’il est aveugle. Ses lagunes de Beauduc se sont asséchées ! Constate-le toi-même, Fulbert. Il est plus aveugle que ma grand-mère quand elle allait chasser à cour dans le caucase des prés. Ma grand-mère était miraude !

109FULBERT. — Il n’agonise pas, mon perruchon n’agonise pas, Ludmila. C’est toi qui te l’imagines. C’est ton esprit malade qui se l’imagine. La fièvre te fait délirer comme d’habitude. Marc Aurèle agonise de la tête, mais pas de la cécité. Pas de la cécité ! Ce n’est pas la même chose être aveugle que d’être cinglé. Mon perruchon est content. Faut-il que tu sois folle pour penser de cette façon. Ce qu’il y a c’est que tu ne l’aimes pas ; ce qu’il se passe c’est que tu ne le comprends pas. Il ne perd plus ses plumes, il n’est plus dégarni. Mon pigeon est très courageux. Il souffre beaucoup, mais il va guérir. (Cajoleur.) Pas vrai, Marc Aurèle ? Gouzi, gouzi ! Marc Aurèle ! Gouzi ! Parle-moi, mon pigeon. Parle à ton petit maître qui t’aime…

110MARC AURÈLE. — Miaouuuuuuuuuu ! Miaouuuuuuuuuu !

111FULBERT. — Tu as vu, Ludmila ? Tu es une mécréante. À l’instant il était en train d’imiter le chat du Cheshire. Mon pauvre perruchon est en bonne santé, il a une furieuse envie de vivre. Il souffre beaucoup, mais ce n’est pas intrinsèquement mauvais. La souffrance ennoblit et dignifie les belles âmes comme Marc Aurèle. Toi tu te plains, tu ne cesses de te plaindre, mais tu devrais prendre davantage exemple sur Marc Aurèle, mon perruchon… (Cajoleur.) Petit, petit !

112LUDMILA. — Tu me fais tourner en bourrique, Fulbert. Tu ne m’aimes plus. Tu as cessé de m’aimer. Je ne suis plus ta beauté des steppes, ta pleine lune caucasienne, ton peuplier ondulant à la lumière de l’arène…

113FULBERT. — Tu es très nerveuse, Ludmila. Tu ne sais pas ce que tu dis. Jamais tu ne cesseras d’être mon tourbillon ondoyant de larmes, mon désir cosmique d’étoiles fugitives…

114MARC AURÈLE. — Ouahhhhhhhhh ! Ouahhhhhhhhhh !

115LUDMILA. — J’ai toujours cru que ta plus grande joie consistait à te plonger dans l’aube de mes roses et de mes comètes, à dévorer la planturosité pelucheuse de mon nombril douillet de fourmis et de scorpions, à remonter les coteaux de ma pensée et passer la nuit dans les gorges de mon désir. Mais maintenant je vois que tout n’était qu’un mirage ailé et contagieux, mortifère et fécondant…

116FULBERT. — Ludmila, les desseins de l’amour sont comme les parcours de ce train qui s’éloigne à l’horizon avec son petit panache de fumée crépitante, Ludmila… À présent nous nous devons avant tout à Marc Aurèle. Il a besoin de nous plus que la semaille de sorgo du soleil de minuit ! Il est très mal en point et tout déplumé mon pauvre perruchon. Te rends-tu si peu compte, cruellisime Ludmila, mon tourment fugitif des steppes ?

117MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

118FULBERT. — Tu vois ? Il souffre beaucoup mon perruchon… Il va bien plus pire, Marc Aurèle… (Cajoleur.) Petit, petit !

119LUDMILA. — Fulbert, emmène-moi à l’hôpital des pourritures, à l’hôpital des dames d’amour blessées. Pour Marc Aurèle, c’est sans remède, et moi j’ai très mal à mon petit ventre.

120FULBERT. — Ne dis pas ça, Ludmila. Mon perruchon va guérir. Tu es cruelle, Ludmila. Comme les cosaques de la steppe ! Ton cœur est en fer battu, Ludmila !

121MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

122FULBERT. — Ne dis rien. Ne t’avise pas de dire quoi que ce soit de mon pauvre perruchon, de mon perroquet arc-en-ciel. (Cajoleur.) Nous sommes faits l’un pour l’autre, pas vrai, mon pigeon ? Parle-moi, Marc Aurèle, dis-moi quelque chose… Tu l’angoisses, Ludmila. Tu le fais souffrir. Il fait une crise de nerfs, mon perruchon… Il va falloir lui administrer le Spasmophon, Ludmila, et les douches électriques !

123Le téléphone portable de LUDMILA sonne.

124MARC AURÈLE. — (Voix de LUDMILA.) Ferdinand, Ferdinand ! Bonjour, Ferdinand ! Agggh ! Agggh !

125FULBERT. — Le téléphone, Ludmila. Le téléphone sonne. Réponds, Ludmila. Marc Aurèle devient très nerveux. Mon pauvre perruchon a les nerfs en pelote comme des bottes de camélia…

126Ludmila toute embarrassée, annule l’appel.

127LUDMILA. — Ce n’était personne.

128FULBERT. — Ce n’était personne ? Marc Aurèle est nerveux. Tu as réussi à énerver Marc Aurèle. Ce n’était personne, Ludmila ?

129LUDMILA. — Ce n’était personne, Fulbert. Un pauvre. Pas quelqu’un, Fulbert.

130FULBERT. — Un pauvre ? Et que voulait ce pauvre, Ludmila ?

131LUDMILA. — Les pauvres ne veulent jamais rien, Fulbert.

132Le téléphone portable de LUDMILA sonne à nouveau.

133MARC AURÈLE. — (Voix de LUDMILA.) Ferdinand, Ferdinand ! Bonjour, Ferdinand ! Agggh ! Agggh !

134LUDMILA toute embarrassée annule à nouveau l’appel.

135FULBERT. — C’était le pauvre, Ludmila ? Marc Aurèle…

136LUDMILA. — Oui, c’était le pauvre. C’est que c’est un pauvre très casse-pieds.

137FULBERT. — S’il rappelle, Ludmila, dis-lui de ne plus rappeler. Il énerve Marc Aurèle. Je ne veux pas qu’on dérange mon perruchon en ce moment. Tu as compris, Ludmila ?

138LUDMILA. — Oui, Fulbert. Peut-on aller à l’hôpital une bonne fois pour toutes ? J’ai très mal à mon petit ventre. Les points me tirent affreusement, Fulbert, père de mes enfants, cœur auréolé de mes malheurs, compagnon tragique de mes infortunes… Pour la dernière fois, je t’en supplie…

139FULBERT. — Le pauvre s’appelait Ferdinand, Ludmila ? Marc Aurèle…

140MARC AURÈLE. — (Excité. Voix de LUDMILA.) Ferdinand, bonjour Ferdinand ! Agggh ! Agggh !

141LUDMILA. — Oui, je crois qu’il s’appelait comme ça. Quelle importance cela a-t-il à présent, Fulbert ? Mon cœur se noie dans la fleur de l’amertume…

142FULBERT. — (Al-mahallah de cris.) Je ne connais aucun Ferdinand, Ludmila ! En fait, je ne connais aucun pauvre non plus. Marc Aurèle, tu connais un pauvre toi ? (Cajoleur.) Petit, petit !

143MARC AURÈLE. — (Molto agitato.) Agggh ! Agggh ! Agggh !

144FULBERT. — Non ? Ce n’est pas grave, mon pigeon. Ne t’excite pas, mon perruchon…

145Le téléphone portable de LUDMILA sonne.

146MARC AURÈLE. — (Très excité. Voix de LUDMILA.) Bonjour mon amour ! Bonjour, mon amour ! Agggh ! Agggh !

147LUDMILA s’empresse d’éteindre son téléphone portable, très embarrassée.

148FULBERT. — (Décomposé.) Bonjour, mon amour ? Ludmila, Marc Aurèle a dit : Bonjour, mon amour ! Tu l’as entendu ? Qu’a-t-il voulu dire ? Bonjour, mon amour ! Bonjour, mon amour ! Ludmila, que se passe-t-il ? C’était encore le pauvre ? Il s’appelle Ferdinand, le pauvre ?… Ludmila… Marc Aurèle… Ferdinand ?… Marc Aurèle !

149LUDMILA. — (Rouge comme l’ocre rouge.) Tu dois me croire, Fulbert, je ne connais aucun pauvre !

150MARC AURÈLE. — (Excité comme un cul de guenon. Voix de LUDMILA.) Ferdinand ! Bonjour, mon amour ! Bonjour, Ferdinand !

151FULBERT. — Bonjour, Ferdinand… Je ne connais aucun pauvre, moi, mais à présent que j’y songe, je connais un Ferdinand, Ludmila. Si ça se trouve c’est le même : le taureau Ferdinand ! Dis-moi que ce n’est pas vrai, Ludmila ! (Brouhaha de cris.) Je frémis de crainte et le désir m’embrase, Ludmila… ! Marc Aurèle, mon perruchon…

152LUDMILA. — (Cachant son visage dans ses mains.) Oh, Fulbert, que je suis disgraciée ! (Elle pleure.)

153MARC AURÈLE. — (Surexcité. Voix de LUDMILA.) Bonjour, mon amour ! Je t’aime mon amour ! Agggh ! Agggh !

154FULBERT. — Marc Aurèle, mon perruchon… !

155MARC AURÈLE. — (Imitant LUDMILA. Tout aussi excité.) Comme ça, comme ça ! Encore, encore ! Oui, oui ! Que c’est bon ! Putain, que c’est bon ! Tu es divin, Ferdinand ! Agggh ! Agggh !

156FULBERT. — Ludmila, mon peuplier esseulé, tu es comme la brise étouffée du récif. Une flambée de brume s’étend à l’horizon…

157LUDMILA. — Fulbert, mon éternel chapelet de larmes, Fulbert…

158MARC AURÈLE. — (Imitant LUDMILA. Frénétique.) Ferdinand, ta verge est divine, Ferdinand ! Ta verge, Ferdinand ! Fouette-moi avec ta verge ! Agggh ! Agggh !

159FULBERT. — Fais-le se taire, Ludmila. Je ne le supporte plus maintenant mon pauvre perruchon… Qu’est-ce qu’il a Marc Aurèle ? Il est devenu fou Marc Aurèle, Ludmila ?

160LUDMILA. — (Rire hystérique.) Fulbert…

161FULBERT. — Ludmila… Marc Aurèle est devenu fou, mon apôtre d’amour, mon perruchon…

162LUDMILA. — (Rire hystérique.) Fulbert…

163FULBERT. — Moi je ne souffre pas. Mon pauvre perruchon souffre davantage. Tu te rends compte, Ludmila, il saigne de nouveau. Ses yeux saignent beaucoup dernièrement. (Mangonneau de cris.) Il n’y a pas plus de conjonctivite que de beurre à la roulante, Ludmila ! Ce sont les chats aveugles du Calabar !

164MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND.) Ferdinand ! Ferdinand ! Meuuuuuuuuuuh ! Je suis le taureau Ferdinanaaaaaaaaaand ! Ferdinanaaaaaaaaand ! Agggh ! Agggh !

165LUDMILA. — (Hystérique.) J’avoue que c’était moi, Fulbert. Ludmila, ta perle du Caucase…

166FULBERT. — Que veux-tu dire ? Explique-toi clairement, que diable. Marc Aurèle…

167LUDMILA. — (Lunatique et spastique.) C’est arrivé par une nuit obscure. Je portais des ciseaux de tailleur en bandoulière. J’ai légèrement soulevé le crêpe qui recouvrait la cage, et je me suis mise à flanquer sauvagement des coups de pique à tout-va, ce n’est pas comme ça que vous dites chez vous, en Espagne ? (Rire sauvage caucasien.) Voltigement d’ailes ! Élégants roucoulements ! Tu aurais dû voir ça, Fulbert… C’est inénarrable, Fulbert… Ensuite, je lui ai tailladé les plumes… Il saignait comme un cochon !… Ton perroquet savant, ton pigeon aux oignons, ta fricassée de perruchon, Fulbert…

168MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh !

169FULBERT. — Tu n’as tout de même pas haché menu comme chair à pâté mon pauvre perruchon, Ludmila ! Dis-moi que ce qu’entendent mes yeux n’est pas vrai, Ludmila. Marc Aurèle souffre de conjonctivite chronique et son taux de sucre est un peu élevé. Même son taux de bilirubine est normal ! (Cajoleur.) Petit ! Marc Aurèle !…

170LUDMILA. — Ta petite Ludmila, Fulbert, ta salvagine… (Rigoletto de rires.)

171FULBERT. — Jure-moi que ce n’est pas vrai, Ludmila. Nous pouvons encore être heureux… tous les trois, Ludmila. Marc Aurèle…

172MARC AURÈLE. — (LUDMILA.) Petit taureau, petit taureau ! Agggh ! Mon petit taureau ! Agggh ! Mon petit taureau !

173LUDMILA. — Hé, toro ! Hé, toro ! (Capotes de rires.)

174FULBERT. — Ludmila, tu ne peux pas me faire ça… Je ne suis pas le taureau Ferdinand, Ludmila. Tu ne peux pas me toréer comme ça. Tu me transperces le cœur avec un estoc, Ludmila… Je suis incapable de supporter plus longtemps cette situation… Marc Aurèle !

175LUDMILA. — Fulbert, mon fiancé de la mort, embrasse-moi…

176FULBERT. — Ludmila, mes intestins sont tout remués à l’idée que Marc Aurèle, mon pauvre perruchon, ait pu assister…

177MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND. Molto giocoso.) Simonette, oh Simonette ! Je suis ton étalon ! Viens que je te la mette !

178LUDMILA. — (Lascive.) Me voici, Fulbert. Je suis toute à toi. Prends-moi, petit Espagnol d’outremer… Montre-moi ce que tu sais faire, toréro !

179FULBERT. — Ludmila, je suis d’abord et avant tout un gentilhomme, Ludmila. Marc Aurèle, mon perruchon…

180LUDMILA. — (Pelotages.) Ne me dis pas que tu vas t’offusquer maintenant, mon petit gentilhomme Espagnol… Embrasse-moi, beau brun !

181FULBERT. — Que m’arrive-t-il, Ludmila ? C’est comme si un banc d’anchois me parcourait tout le corps…

182MARC AURÈLE. — (LUDMILA.) Mon bouvillon ! Mon étalon ! Agggh ! Agggh !

183LUDMILA. — Fulbert, ta langue de taureau me rend folle… Vive la tauromachie !… (Ramdam de rires.)

184FULBERT. — Ludmila, ce n’est pas bien ce que tu fais… Marc Aurèle… Ce n’est pas bien du tout !

185MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND. Soufflant bruyamment.) Meuuuuuuuh ! Simonette ! Meuuuh ! Je suis le taureau Ferdinanaaaaand ! (Pétarades de prouts.)

186LUDMILA. — (En courant.) Sauve-toi, Fulbert, voilà le bouvillon… !

187MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND.) C’est moi le petit taureau ! J’vous mange ! J’vais vous manger ! Agggh ! Agggh ! (Battements d’ailes. Pétarade de prouts. Élégantes roucoulades.)

188FULBERT. — Quelle est cette farce que nous sommes en train de jouer, Ludmila ? Qui est Simonette ? (En courant.)

189LUDMILA. — Sors ta verge, Fulbert ! Défends ta dame, mon gentilhomme espagnolisé ! Montre ce que tu sais faire, Fulbert ! C’est l’heure de l’Espagne, l’heure des braves ! C’est maintenant ou jamais, Fulbert ! Avec la verge, pas avec la tête, chiffe molle !

190MARC AURÈLE. — (LUDMILA.) Que c’est bon ! Putain que c’est bon ! Tu es un homme un vrai, Ferdinand ! Quel homme ! Encule-moi ! Encule-moi ! AgAgggggh ! Agggh ! (Pétarades de prouts.)

191FULBERT. — (Gentilhomme espagnol.) Où as-tu appris ces choses, Marc Aurèle, mon perruchon aveugle ? (Cajoleur.) Mon pigeon, cela ne se dit pas ! Ce n’est pas bien du tout, mon pigeon… Mon perruchon… Mon valet de picador… Ludmila…

192MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND.) Simonette, oh Simonette, tu es la perle du Guadalhorce ; je t’adore, Simonette, tu fais de moi le taureau le plus heureux de la planète… Agggh ! Agggh !

193Élégantes roucoulades. Pétarade de prouts. Battements d’ailes.

194LUDMILA. — (Épouse idéalique.) Moi aussi je t’adore, mon vaillant gentilhomme espagnol à moi, mon Fulbert par monts et par vaux…

195FULBERT. — Ludmila, arrête ; Ludmila, je t’en supplie… C’est indécent… Cela ne se fait pas en Espagne ! Ce sont là des coutumes barbares, mon petit peuplier… Marc Aurèle… Mon pigeon !… Mon perruchon !

196MARC AURÈLE. — Agggh ! Agggh ! Agggh ! (Pétarades de prouts. Battements d’ailes. Élégantes roucoulades.)

197LUDMILA. — C’est l’heure de vérité, Fulbert, l’heure des braves ! Il faut assiéger les désirs ; tu es le fiancé de la mort, Fulbert… C’est ainsi que se gagnent les batailles… (En courant.)

198FULBERT. — Je ne peux pas te suivre, Ludmila ; Ludmila, je ne peux pas te suivre. Je ne peux plus suivre ce rythme, sapristi. Je suis un gentilhomme espagnol, pas une bête de somme !

199LUDMILA. — Mon pauvre Fulbert, quel manque de ressort ! On dirait que tu n’as pas de sang dans les veines…

200FULBERT. — Ludmila, je suffoque ; ton mécontentement me fait suffoquer… Avec tout ce que j’ai fait au bénéfice de tes sœurs ! Marc Aurèle…

201LUDMILA. — Trêve de perlimplinades, Fulbert. Oh, mon petit gentilhomme espagnol, mon quadrimoteur léger !

202MARC AURÈLE. — (LUDMILA.) Nous volerons haut, très haut, Ferdinanaaaaaaaaaaaaaad ! Agggh ! Agggh ! (Taureau FERDINAND.) Trèèèèèèèèèèès hauuuuuuuuuuut, ma blonde d’Aquitaine, mon ange d’amour, ma béjaune ! (Pétarades de prouts. Battements d’ailes. Élégantes roucoulades.)

203Ronrons de menus trottins. Rebuffades. Mugissements.

204FULBERT. — Ludmila, j’entends des pas, des rumeurs, des inquiétudes. On vient, Ludmila…

205LUDMILA. — C’est le vent, Fulbert, qui tourbillonne dans les roseaux, mon époux et grand seigneur…

206FULBERT. — Tu te trompes, Ludmila. Je jure sur mon honneur de gentilhomme que ce n’est pas le vent ! Ce sont les amours impossibles, Ludmila… Marc Aurèle !…

207MARC AURÈLE. — (LUDMILA.) Amour éternel ! Je jure amour éternel, devant l’autel des justes, devant l’autel des possédés ! Agggh ! Agggh ! Agggh !

208LUDMILA. — Quelle chance tu as, Fulbert ! Moi je n’entends rien ; je suis sourdinette, Fulbert, et je vais mourir pour la vie entière…

209MARC AURÈLE. — Sombre amour, pierre comble ! Sombre amour, pierre comble ! Agggh ! Agggh !

210FULBERT. — Ne dis pas ça, Ludmila. Tu as beau être la fiancée de la mort, ça ne te donne pas le droit de penser des choses aussi tristes. Nous t’aimons, Ludmila. Un jour, nous mourrons tous et tu n’auras plus à penser à ces choses. (Fiesta de rires.) Tu vas voir, mon trésor, mon étoile bipolaire, comme tu vas te sentir bien. Nous nous retrouverons au firmament des justes et ce sera l’apothéose zodiacale. Nous nous couronnerons ivres de soleil et de poussière de mollusques, au pays mauvais de Tante Aride, Ludmila !… (Cris acérés.) Marc Aurèle… !

211LUDMILA. — Tu crois ? (Bamboula de rires.)

212FULBERT. — Mais bien sûr. N’aie pas peur… La mort est une chose, et la vie éternelle, un granité de sensations ! (Cajoleur.) Pas vrai, Marc Aurèle, mon perruchon ?

213Le timbre vibratile. Tambourinements.

214MARC AURÈLE. — Aggh ! Aggh ! Aggh !

215FULBERT. — C’est Marc Aurèle, mon perruchon…

216LUDMILA. — C’est le vent. Il pénètre… Il veut entrer Fulbert…

217Le taureau FERDINAND entre. Un grand spécimen blanc taché de noir et athlétique, gracieux, habillé comme un hercule de foire. Moustache en guidon de vélo, justaucorps à rayures moulant et belles cornes blanches.

218FULBERT. — Le taureau Ferdinand !

219LUDMILA. — Ferdinand !

220FULBERT. — Ludmila, c’est le taureau Ferdinand !

221MARC AURÈLE. — Ferdinanand ! Ferdinanand ! Agggh ! Agggh !

222FERDINAND. — Je suis le taureau Ferdinand !

223FULBERT. — Le taureau Ferdinand ! Marc Aurèle…

224FERDINAND. — Lui-même ! (Plastronnant comme au paseíllo.)

225LUDMILA. — Ferdinand, que fais-tu ici ?

226FERDINAND. — Macarena !

227FULBERT. — Ludmila, que fait le taureau Ferdinand dans notre petit nid d’amour ? Marc Aurèle…

228MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND.) Ferdinanaaaaaaaand ! Je suis le taureau Ferdinanaaaaaaand ! Agggh ! Agggh !

229FERDINAND. — Simonette, je passais par hasard sous ta fenêtre et je me suis dit : je vais voir ce que fait ma blonde d’Aquitaine.

230FULBERT. — Simonette ? Qui est Simonette ? Quelle farse sommes-nous en train de jouer, Ludmila ? La fin des temps approche-t-elle, Ludmila et sa parentèle ? Marc Aurèle…

231FERDINAND. — (À FULBERT.) Garde-moi les vaches, l’ami ! (Alhaurín de rires.)

232LUDMILA. — Tu as mal fait de venir, Ferdinand. Ce n’est pas décent.

233FERDINAND. — Bien évidemment que ce n’est pas décent, ma blonde d’Aquitaine, mais ici, le seul cornard c’est moi.

234FULBERT. — Qu’a-t-il voulu dire, Ludmila ? Ces rencontres fortuites énervent beaucoup mon perruchon, N’est-ce pas, mon pigeon ?

235MARC AURÈLE. — Sombre amour, pierre comble ! Sombre amour, pierre comble ! Agggh ! Agggh !

236FULBERT. — (Cajoleur.) Mon devin aveugle, mon perruchon…

237FERDINAND. — Simonette, fuyons à travers les oliviers, dissipons l’épaisseur de nos craintes…

238FULBERT. — (À part.) Serait-il venu manger à l’œil ?

239LUDMILA. — Tu sais que notre amour est impossible, Ferdinand…

240FERDINAND. — (En faisant le veau.) Meuuuuuuuuuuh, ma blonde d’Aquitaine ! Meuuuuuuuuuuh, Simonette ! (Laissant couler une grosse larme.)

241LUDMILA. — (En faisant la génisse.) Ne pleure pas, petit chéri. J’ai tant et tant d’amour pour toi…

242FERDINAND. — Pas tant !

243LUDMILA. — Si tant !

244FULBERT. — Monsieur, vous avez entendu ce qu’a dit mademoiselle. L’amour entre vous constitue une impossibilité ; je vous prierai donc de nous laisser seuls comme avant que vous ayez fait votre apparition. Votre présence par sa nature est une immixtion dans la vie privée. Mon perruchon…

245FERDINAND. — Meuuuuuuuuh, Simonette ! Je meurs sans ton amour, ma perle du Guadalhorce… Je me meurs sans tes baisers, sans tes étreintes, sans le moût ni la confiture de courges, ma blonde…

246FULBERT. — (À part.) Il est clair que ce monsieur a besoin qu’on lui dise deux fois la même chose.

247MARC AURÈLE. — (Taureau FERDINAND.) Meuuuuuuuuh, ma blonde d’Aquitaine ! Ma blonde d’Aquitaine, meuuuuuuuuh ! Agggh ! Agggh !

248LUDMILA. — Ferdinand, ne comprends-tu donc pas ? Je suis à présent une honnête femme au foyer !

249FERDINAND. — Toi qui aimes tant l’avoine, mon ange d’amour, ma béjaune… !

250FULBERT. — Vous avez entendu ce qu’a dit mademoiselle, Ferdinand. Si vous ne partez pas, je me verrai dans l’obligation d’appeler la police. Et ici, les policiers sont très méchants, monsieur Ferdinand. Je vous préviens pour votre bien. Marc Aurèle… (À part.) Quel raseur !

251LUDMILA. — Fais ce que dit Fulbert, petit chéri. Les policiers sont des messieurs très méchants, vraiment très méchants, et ils te feront bobo si tu ne t’en vas pas tout de suite. Crois-moi, mon cœur.

252MARC AURÈLE. — Ce n’était pas clair ? Ce n’était pas clair ? Agggh ! Agggh !

253FERDINAND. — Tu viens avec moi, ma blonde d’Aquitaine. Nous sillonnerons des mers profondes, nous barboterons au son de thrènes désopilants. Qu’en dis-tu, Simonette ? Que me réponds-tu, Simonette, ma bayadère fugitive ?

254FULBERT. — (Il ôte un gant et gifle le taureau FERDINAND.) Monsieur Ferdinand, je suis un gentilhomme espagnol et je ne vous permets pas. Nous nous battrons en duel. Vous avez le choix des armes.

255FERDINAND. — (Humant les fleurs d’une cruche.) Je choisis la cheville qui emprisonne mon cuer, monsieur Fulbert.

256LUDMILA. — Fulbert, ne va pas commettre une folie.

257FULBERT. — Ce n’est pas bon. Il faut que ce soit un duel à l’alfange, au cimeterre, ou à l’espoulin. Choisissez, monsieur Ferdinand. Qu’attendez-vous pour vous décider ? Toi ne te mêle pas de ça, Ludmila. Ceci est un défi d’honneur entre gentilshommes. Nous nous retrouverons sur le pré, monsieur Ferdinand. Marc Aurèle !

258MARC AURÈLE. — L’espoulin ! L’espoulin ! Agggh ! Agggh !

259LUDMILA. — Non, pas l’espoulin, Ferdinand ! Ne choisis pas l’espoulin, per carità ! Tu ne sais pas à quel point l’espoulin peut être dangereux quand Fulbert s’en sert…

260MARC AURÈLE. — Per carità, per carità ! Agggh ! Agggh !

261FERDINAND. — Je choisis la vielle à roue.

262FULBERT. — Ça ne colle pas, sapristi ! Monsieur Ferdinand, soyons sérieux. (Mesquin.) L’espoulin est un bon choix. Moi, à votre place, je choisirais l’espoulin, monsieur Ferdinand. Tu ne penses pas, Ludmila, que l’espoulin est un bon choix pour en découdre, Ludmila ? Que me répondez-vous ? (Banderilles de cris.) Répondez une fois pour toutes, Ferdinand ! Vous mettez notre patience à bout, pas vrai, Marc Aurèle ? (Cajoleur.) Mon perruchon… Petit, petit ! Gouzi-gouzi ! Tiroula tiroulère !…

263FERDINAND. — Vous l’aurez voulu : je choisis le ceclavin.

264FULBERT. — Je vois que vous ne m’avez pas compris. Je vais devoir vous l’expliquer à nouveau…

265FERDINAND. — Meuuuuuuuuuuh, ma blonde d’Aquitaine ! Meuuuuuuuuuuh, Simonette ! Partons loin ! Je ne supporte plus cette attente ! Je meurs, je me consume, ma blonde d’Aquitaine…

266LUDMILA. — (Lui caressant le chignon.) Mon joli bouvillon, quel enfant tu fais…

267FULBERT. — Notre affaire ne souffre aucune interruption, monsieur Ferdinand. Comme je vois que vous ne vous décidez pas, c’est moi qui vais choisir. Après mûre réflexion, je choisis… (Petit rire.) L’espoulin !

268FERDINAND. — Je le veux, monsieur Fulbert.

269LUDMILA. — (Le léchottant derrière l’oreille.) Tu es perdu, mon amour ! Fulbert est avantagé : il est maître international dans l’art de l’espoulin !

270FERDINAND. — (Essuyant une larmichette.) Ça m’est égal, ma blonde d’Aquitaine. Meuuuuuuuuuh, ça m’est totalement égal ! Tu vois bien ! Je m’en soucie comme d’une guigne, Simonette, pourvu que tu m’aimes encore ! Meuuuh, tu ne sais pas combien je t’aime, ma blonde d’Aquitaine ! Je n’ai jamais cessé de t’aimer, dès que je t’ai vue pour la première fois, sur les bords du Guadalhorce, ma béjaune, roulant des hanches… Ah, ma belle à sonnailles ! Nos cœurs ont fait drelin, drelin… ! Les étoiles carillonnent en ta présence, Simonette !

271FULBERT. — Ceci n’est pas sérieux, Ludmila. Soyons sérieux, sapristi ! (À part.) Un jour, je vais être pris d’étouffements intempestifs ! Marc Aurèle, mon petit…

272MARC AURÈLE. — Drelin, drelin ! Drelin, drelin ! Agggh ! Agggh !

273FERDINAND. — Allez, l’espoulin, monsieur Fulbert ! Je suis prêt à tout pourvu que je reprenne ma Simonette. Elle est tout pour moi. La vie est cendre, exil, papillons d’acier sans elle…

274FULBERT. — Avec l’espoulin, vous n’avez pas la moindre chance, mon ami. Je vous aurai prévenu. Ainsi, Ludmila ne sera jamais vôtre. (Petit rire enfantin.) Ludmila, apporte-moi l’assortiment d’espoulins qui est rangé dans ma chambre. (Cajoleur.) Marc Aurèle, mon perruchon…

275LUDMILA va chercher les espoulins.

276FERDINAND. — (Gémissements hoquetants.) Avant toute chose, je vous dois des excuses, monsieur Fulbert, pour m’être introduit chez vous à l’improviste, sans avertissement préalable.

277FULBERT. — Ce n’est pas le moment de s’excuser. Nous devons à présent passer à l’action, pas vrai, Marc Aurèle ? (Cajoleur.) Petit, petit ! Mon perruchon… Ce jeune homme et moi, nous allons nous battre en duel pour l’amour de ta petite maîtresse. Ne trouves-tu pas cela émouvant ?

278MARC AURÈLE. — Déféquer, faire mes besoins, je n’ai pas où déféquer ! Agggh ! Agggh !

279FULBERT. — (Taïauts.) Non turbati, Marc Aurèle !…

280FERDINAND. — (Pleurnicheries.) Je suis à elle et elle est à moi, monsieur Fulbert. Je ne conçois pas l’existence sans ma blonde. Meuuuuh, ma blonde d’Aquitaine, ma bayadère… ! Avez-vous vu comme elle danse bien et comme ses jambes sont bien modelées ? Si vous voulez, quand elle reviendra, je lui dirai de vous les montrer… Quels jarrets ! Quels dandinements ! C’est à rendre fou un taurillon ! (Mugissements. Halètements.) Ouf, ouf, ouf, ouf, ouf ! Meuuuuuuuuuuh, Simonette ! Je sais que tu m’aimes, je sais que tu m’adores, je sais que tu rêves de moi, ma blonde chérie, ma blonde d’Aquitaine ; j’ai le sentiment que tu m’aimes quand tu me regardes avec ces yeux de petite vachette qui sont les tiens. Je me sens pousser des ailes, ma béjaune, ma carunchela !

281LUDMILA revient avec l’assortiment d’espoulins.

282LUDMILA. — Les espoulins, Fulbert. Fais bien attention, n’allez pas vous faire mal, car quand l’un dit blanc, l’autre dit noir, et après on sait ce qui arrive… Allons !

283FULBERT. — Ne t’inquiète pas, Ludmila, ma petite pie des mers. (Ouvrant l’étui dans une extase mystique.) Ferdinand mon ami, vous avez choisi de vivre dans le meilleur des mondes possibles. L’art de l’espoulin est… comment pourrais-je vous le décrire ?… d’une sublimité sublime et d’une délicatesse sans pareil. Cet assortiment d’espoulins que vos yeux ébaubis contemplent est un cadeau que la tsarine, La grande Catherine, a fait à mon ancêtre Fulbert de Montmorin au cours d’un voyage d’affaires à la cour des Romanov. Comme chacun sait, les Montmorin se sont consacrés avec ardeur durant des générations à la confection de sous-vêtements en dentelle destinée exclusivement à satisfaire la demande des plus grandes maisons d’Europe : petites culottes en satin, culottes galbantes, soutien-gorge en laine de mérinos peignée et jupons en dentelle fleurie !… La grande Catherine, ainsi baptisée en raison de la taille des chausses dont elle était parée, a fait don à mon bisaïeul, en gage de considération, de cet assortiment d’espoulins royaux à la monture en or incrustée de diamants, de perles et de rubis… (Soudain, il était un cri.) Marc Aurèle, Marc Aurèle !

284MARC AURÈLE. — Je n’ai pas où déféquer ! Agggh ! Agggh ! Déféquer, faire mes besoins !

285FULBERT. — Non, non turbati, mon perruchon !… Je travaille. (Éclatant de rire.)

286FERDINAND. — (Bravache.) Nous pouvons commencer quand bon vous semblera. Je suis prêt.

287FULBERT. — C’est ce que je préfère chez vous. Vous allez voir comme nous allons finalement nous entendre à la perfection. Ludmila, ma petite tourterelle, il n’est pas nécessaire que tu assistes au duel. Pourquoi ne nous prépares-tu pas quelques canapés pendant ce temps-là ? (Un cri des plus purs.) Marc Aurèle !

288LUDMILA. — Oh, Fulbert, laisse-moi rester ! Moi qui n’aime rien autant que les duels et les défis d’honneur…

289FULBERT. — Mais tu as toujours tes vapeurs à la vue du sang, mon petit papillon chéri. Marc Aurèle…

290LUDMILA. — Dans le cas présent, je promets de ne pas m’évanouir, Fulbert. Allez, sois gentil…

291FULBERT. — D’accord, mais après ne dis pas que je ne t’ai pas prévenue. (Marmonne-t-il entre ses dents.) Grrrrr ! Marc Aurèle ! Grrrrr !

292FERDINAND. — (Bâillant.) Bon, alors, on commence ou quoi ?

293FULBERT brandit les espoulins qui se trouvent être deux petites aiguilles de la taille d’un dé à coudre.

294FERDINAND. — (Se servant de l’espoulin comme d’un cure-dent.) Diable, il est vraiment fin !

295FULBERT. — (Fâché de l’Apocalypse.) Mais où vous croyez-vous ! Rendez-le-moi immédiatement ! Ludmila, explique à cet animal de quatre oreilles à quoi sert l’espoulin. L’espoulin peut s’ébrécher si vous l’introduisez entre les dents ! C’est une pièce d’orfèvrerie royale d’une extrême fragilité… Cro-Magnon ! Masselotte ! (Cajoleur.) Mon pauvre perruchon…

296LUDMILA. — Oh, Ferdinand, tu as de ces idées ! Que tu es drôle, mon garçon ! Ha, ha, ha !… Oh, je me gondole, Ferdinand ! Regarde la tête que fait Fulbert… Ha, ha, ha !…

297MARC AURÈLE. — Primate ! Chair à saucisse ! Agggh ! Agggh !

298FERDINAND. — En garde, monsieur Fulbert. (La bête à cornes s’avance de quelques pas en direction de FULBERT en brandissant le dard. Les combattants font les braves.)

299FULBERT. — (Apocalyptique de la fâcherie.) Maintenant tu vas savoir qui nous sommes les Pélage ! (Il fait un bond de cabri et vient se placer derrière le taureau FERDINAND.) Défends-toi, gros lourdaud ! (Et il enfonce dans le derrière le stylet de la belle manière. Algarade de cris.) Marc Aurèle ! Marc Aurèle !

300FERDINAND. — (Le cul transi.) Ahhhhhhhhhhhhh, félon !

301FULBERT. — (Faisant une pirouette.) Hérétique ! Souille-pucelle ! Gourdiflot ! Marc Aurèle, Empereur des petits pois…

302LUDMILA. — (Applaudissant la charlotade.) Olé ! Bravo ! Vive les Pélage ! Continue comme ça, Fulbert, tu t’en sors bigrement bien. Que n’ai-je épousé la monarchie asturienne !

303Oreilles couchées, la bête s’agite. Son brun front en position, il charge par à-coups et porte un coup de corne. FULBERT valse en l’air telle une vessie de porc.

304FERDINAND. — (Comme affolé.) Meuuuuuuuuuuuuuh ! Moi pas être hérétique… Moi être l’amant de ma blonde d’Aquitaine… Moi être Don Juan…

305LUDMILA. — Super ! Ça, c’est bien ! Quel homme, monsieur ! Mais quel homme ! Unique en son genre, madame, des comme lui, il n’y en a plus ! Oh, quel bel homme ce Ferdinand ! Vive le grabuge !

306FULBERT. — (Matamore.) Ahhhhhhhh ! Saint Jacques, reste ferme, reste ferme ! Tiens, malsigne, tiens ! Perfide ! Je vais te réduire en bouillie ! (Il lui coud le cuir à coups de garrocha.)

307MARC AURÈLE. — Saint Jacques, reste ferme, reste ferme ! Saint Jacques et reste ferme Espagne ! Agggh ! Agggh !

308FERDINAND. — (Soufflant lippu.) Ça n’être rien… Ça être chatouilles et caresses de nerf de bœuf pour moi, monsieur Fulbert, chapon… Moi être habitué aux petites piques du picador, aux banderilles du grand matador El Niño de la Capea, aux petits œillets qui fleurent bon l’eau-de-vie et le pain perdu au pralin… Des coups de pique, à moi !

309FULBERT fait mine d’attaquer de côté tel un taureau roublard, et porte en rafale une tripotée de coups d’espoulins.

310LUDMILA. — C’est ça, mon chéri, frappe-le durement… Là, c’est là où le bât blesse, dans le fignard, dans la rondelle… Vive l’Espagne et ceux qui font qu’elle existe ! Qu’il est vaillant, qu’il est fringant, qu’il est charmant mon petit chevalier !

311MARC AURÈLE. — Qu’il est vaillant, qu’il est fringant, qu’il est charmant mon petit chevalier ! Vive l’Espagne ! Vive l’Espagne ! Agggh ! Agggh ! Agggh !

312FERDINAND. — Rends-toi, Fulbert ! C’est ta dernière chance… Simonette, viens avec moi, fuyons ensemble montés sur ma croupe… Fulbert ne te mérite pas et je suis tout triste… Meuuuh, ma blonde d’Aquitaine ! Meuuuuuuuuuuuuuh, Simonette ! Meuuuuuuuh, ma gigolette…

313Il charge. Halètements. Soufflements.

314FULBERT. — (Passes de muleta à grand tralala.) Ne l’écoute pas, Ludmila… C’était des chants de sereines… Marc Aurèle…

315LUDMILA. — Quels hommes ! Oh, mais quels hommes ! Ils sont sans pareil ! Il n’y en a plus des comme eux, messieurs ! Je suis bien placée pour le savoir… ! Ce sont les hommes castillans, terre de conquistadors !

316FULBERT. — Athéiste ! Langobard !

317FERDINAND. — Bastard, tu ne dis que des méchancetés !… Monsieur Fulbert, mettons de côté nos différends et résolvons séance tenante cette querelle entre gentilshommes. Simonette est à moi et je suis tout à elle…

318FULBERT. — Ferdinand mon ami, votre vision des choses est erronée et votre envie de vivre vous égare. Le cœur de Ludmila m’appartient étant donné que nous sommes mariés… Relaps ! Vaurien ! Marc Aurèle…

319FERDINAND. — Distinguo : son âme vous appartient, mais pas son corps glorifié ! C’est moi qu’elle aime. Je vous appartiens, Simonette. Dites-le-lui, gente dame, serinette de mes entrailles…

320LUDMILA. — Quels hommes ! Mais quels hommes ! Oh, je ne sais plus rien ! Je ne sais plus rien, parbleu ! Je suis transportée ! Je suis transportée par les envolées de ces hommes ! Ils me plongent dans une extase… ! Quels hommes ! Mais quels hommes ! Dignes des tercios des Flandres… !

321LUDMILA s’enfuit comme qui entonne un milk-shake aux fruits.

322FULBERT. — Renoncez, monsieur Ferdinand… Ludmila est mariée avec moi. Je suis son époux adoré. Le sacrement l’exige, verge molle ! (Vomissant son cri.) Marc Aurèle… !

323FERDINAND. — C’est moi que la petite aime… À l’ombre du cyclamor, je suis son amant pérennel…

324FULBERT. — Ah, ah, ah, mais cela n’a aucune validité devant un tribunal, blanc-bec ! (cajoleur.) Marc Aurèle, mon poussin, mon perruchon…

325FERDINAND. — (Signalant sa poitrine avec son ganivet.) Monsieur Fulbert, le seul tribunal au monde qui compte, c’est celui-là. Ici se tranchent les querelles d’amour, monsieur Fulbert… Vous me passez le licou si vous ne me remettez pas ma Simonette…

326FULBERT. — Ludmila n’est pas libre. Légalement, elle a déjà un maître. (Criaillant.) Marc Aurèle !

327FERDINAND. — Quel est votre prix, monsieur Fulbert ? Dites-moi quel est votre prix et moi je l’émancipe, je la fideicommets, monsieur Fulbert. Sachez que je suis fou d’amour et que je peux commettre la pire des folies. La vie n’a pas de sens sans ma blonde d’Aquitaine. Meuuuuuuuuh, ma blonde, que la vie est triste sans elle, sans ma Simonette adorée ! Nous nous enfuirons comme une coulée de lave à travers la peupleraie.

328MARC AURÈLE. — Meuuuuuuh, ma blonde d’Aquitaine ! Ma blonde, meuuuuuuh ! Agggh ! Agggh !

329FULBERT. — (Cajoleur.) Marc Aurèle, mon perruchon… Nous t’avions complètement oublié, n’est-ce pas, mon poussin ? Qu’ai-je donc fait de ce qui me tient lieu de tête ? Je ne sais pas comment nous allons écarter cette tempête, mon poussin, mon perruchon… Je l’ignore, Ludmila ! Mais revoilà ta petite maîtresse…

330LUDMILA traînant d’une main un fardeau tout en cachant quelque chose derrière son dos.

331FERDINAND. — Simonette chérie !

332FULBERT. — (Aljubarrota de cris.) Ludmila ! Marc Aurèle !

333LUDMILA. — Fulbert ! Ferdinand ! (Elle sort de derrière son dos un petit pistolet de la guerre d’Abyssinie.) Haut les mains, turlupins !

334FERDINAND et FULBERT. — Turlu quoi ?

335LUDMILA. — Turlupins ! Avec moi vous êtes mal tombés ! Mains en l’air, et mettez-vous à genoux, martiaux !

336MARC AURÈLE. — Haut les mains ! Haut les mains ! Agggh ! Agggh !

337LUDMILA. — (à Marc Aurèle.) À présent je suis avec toi, ma beauté.

338FULBERT. — (Fichant les genoux en terre.) Ludmila, à quoi sommes-nous en train de jouer, mon petit ? Fais attention avec cet instrument de musique, le coup peut partir tout seul. (À part.) Les armes, c’est le diable qui les charge, comme les violones à vent… Marc Aurèle !

339FERDINAND. — (En terre fichés les genoux.) Simonette, ange d’amour, nymphe des cieux, tu es affolée, Simonette ?

340LUDMILA. — Silence ! Maintenant, vous allez ôter vos vêtements… Je veux vous voir en tenue d’Adam, mamelouks !

341FULBERT. — Tu ne parles pas sérieusement, Ludmila… Je suis un gentilhomme espagnol… Je me sens mal, Ludmila… Ludmila, le spasmophon… Le spasmophon, Ludmila ! (Lever de cris.) Marc Aurèèèèèle !

342FERDINAND. — Ah, boute-en-train ! Je sais bien, moi, combien tu m’aimes ; mais ici, non, ma blonde d’Aquitaine ; ici, non… Tu veux de moi, Simonette ! N’est-ce pas ?

343LUDMILA. — Vous allez enlever même la ceinture de soie, cornichons !

344FULBERT. — (Se déshabillant.) Ludmila… Marc Aurèle, mon perruchon…

345LUDMILA. — Le perroquet, c’est moi qui m’en charge… (Elle met en joue Marc Aurèle avec le pistolet. MARC AURÈLE, perroquet arc-en-ciel, est repris par sa manie de cligner les yeux. Brouillamini d’ailes. Élégants roucoulements.)

346MARC AURÈLE. — Elle va me tuer, elle va me tuer ! Agggh ! Agggh !

347FULBERT. — Marc Aurèle ! Scélérate ! Ne t’avise pas de toucher à mon pauvre petit perruchon ! Es-tu aveugle, Ludmila ! N’as-tu pas pitié d’un estropié ?

348FERDINAND. — (Se déshabillant.) Meuuuuh, ma blonde d’Aquitaine !… Meuuuuuuuuh, Simonette !… Ma petite caille… Quelle occasion ! Mais quelle occasion !… Ça m’excite, ma blonde, je suis chaud comme un petit snobinard ! Et le cordueil de mon âme, et ma peine, ont totalement disparu ! Hourra !

349LUDMILA. — Dépêchez-vous, mon fiancé m’attend.

350FULBERT. — Que me chantes-tu là, Ludmila ? Ton fiancé ? Je suis ton époux pour l’éternité… Marc Aurèle…

351FERDINAND. — Tu plaisantes, n’est-ce pas, Simonette ? Tu joues avec moi, ma blonde, pas vrai ? Bien sûr, ce sont les jeux de l’amour…

352LUDMILA. — (Éclatant de rire.) Dépêchez-vous, babouins, mon fiancé m’attend dans la malle-poste de onze heures… Sacha, mon fiancé ! (Madrigal de rires.) Quand vous serez dans le plus simple appareil, vous mettrez vos vêtements dans le bissac… Allons-y, gringalets !

353MARC AURÈLE. — Gringalets ! Gringalets ! Agggh ! Agggh !

354FULBERT. — (En caleçon rembourré.) Ludmila, scélérate… Ce que tu es en train de commettre avec nous est une indécence et une vexation. (Pavane de cris.) Marc Aurèèèèèle !

355FERDINAND. — (Pourpoint bariolé. Houraillis de cris.) Ha, ha, ha ! Comme tu donnais bien le change, Simonette ! Ha, ha, ha ! Il s’appelait Sacha l’individu en question ! Ha, ha, ha ! Meuuuuuuuuuuuuh, je suis très triste et je vais mourir, ma blonde ! Ha, ha, ha ! Comme c’est drôle ! Je suis écroulé de rire, mort de rire ! Blessé d’amour, mort d’amour, mon nombril de Vénus ! Ha, ha, ha !

356LUDMILA entasse les vêtements et les met dans le sac. Elle braque le pistolet.

357LUDMILA. — Et maintenant vous allez vous faire suer cul contre terre sans piper !

358FULBERT. — Je ne te le pardonnerai pas, Ludmila… Quand je pense que je t’ai épousée pour que tu puisses avoir des papiers en règle… Ce que tu nous joues là est une cochonnerie, Ludmila ! (Meute de cris.) Marc Aurèle !

359LUDMILA. — Ni Marc Aurèle ni Octave Auguste ! Je vais buter illico le perroquet, je jure que je vais le buter, Fulbert… (En bornoyant avec le pistolet.) Je vais le tuer ! Je vais le tuer, le tuer !

360MARC AURÈLE. — Elle va me tuer, Fulbert ! Fulbert, elle va me tuer ! Agggh ! Agggh !

361FULBERT. — (Se jetant à son cou.) Mon perruchon ! Fiche la paix à Marc Aurèle, il ne t’a rien fait, l’infélice… C’est parce que tu ne comprends rien à sa psychologie, Ludmila… Tu es une envieuse et une slavophile !

362Remue-ménage. Froissement d’ailes. Pétarade de pets.

363FERDINAND. — (Le cœur fendu.) Allons, petit, au tabernacle, il y a Jésus qui appelle ! Ha, ha, ha, ha, ha ! Ils vont s’entre-tuer ! À ce rythme, à coup sûr ils s’entre-tuent ! C’est un comble, mon père, c’est un comble ! Et moi j’en suis très peiné et je vais mourir ! Regarde comme je chancelle, Simonette ! (Raffut de pleurs.)

364FULBERT. — Tu me portes l’estocade, Ludmila ! Tu me donnes le coup de grâce !

365LUDMILA. — C’est terminé. Fermez le ban. Fulbert et Ferdinand, blanc bonnet et bonnet blanc. (Rire sonore à bout portant.)

366FULBERT. — (Alcaravaca de croix.) Un bel morir tutta la vita honora, Marc Aurèle, mon poussin, mon perruchon !

367LUDMILA braquant successivement son petit pistolet sur FULBERT, sur le taureau FERDINAND et sur MARC AURÈLE, perroquet arc-en-ciel. Soudain, MARC AURÈLE, perroquet arc-en-ciel, se met à déclamer une litanie que l’on apprenait peut-être autrefois dans les cours de rhétorique romaine. Les personnes présentes comparaissent agenouillées, comme devant la porte du toril, les mains entrelacées, les yeux baissés, la tête penchée sur le côté comme des pantins de carnaval, fascinés par le son percutant et pénétrant des paroles prononcées par MARC AURÈLE, perroquet arc-en-ciel.

368MARC AURÈLE. — Brève est la vie. Amer le concombre. D’ici peu, cendre ou squelette, et ou bien un nom ou pas même un nom ; et le nom, un bruit, un écho. Les choses les plus estimées dans la vie ne sont que vide, pourriture, insignifiance, roquets qui se mordent, allées et venues de petites souris apeurées, enfants qui aiment se chamailler, qui rient et sitôt après pleurent, marionnettes mues par des fils. Es-tu mal à l’aise avec l’homme qui sent le bouc ? L’homme qui a mauvaise haleine te dérange ? Et qu’en est-il du rapport sexuel, cette friction de l’intestin, cette éjaculation d’une petite morve accompagnée de spasmes ?… Tout est petit, changeant, caduc. La vie humaine elle-même, mourante et éphémère, puanteur et sang mêlé à de la poussière dans une enveloppe de peau, déchets pourris, cadavre et fumée. ET MÊME LES PLUS IGNORANTS COMPRENNENT MES PAROLES !!! AGGGH !!! AGGGH !!!

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search