Version classiqueVersion mobile

Bestiaire d’amour

 | 
José Manuel Corredoira Viñuela

Assoiffé d’éternité

Fernando Arrabal

Texte intégral

1Corredoira Viñuela conçoit son œuvre comme un égarement de lucidité. Le bonheur dort avec un sourire de fauve, les yeux mi-clos.

2Forme et fond, esprit et délire, en tous points semblables, s’unissent pour ne faire qu’un.

3Il ajuste ses pulsions à l’ombre de sa fureur, afin de cheminer le long du sentier des temps à venir.

4Les choses fugaces deviennent éternelles, et les bêtes aussi émouvantes que les siècles qui s’écoulent.

5Que de fois il décrit les décors de sa vie, de son enfance, de ses orgasmes, dans l’espoir de les retrouver plus tard conformes à ses désirs dans sa mémoire.

6Maîtrisant ses craintes, il laisse dans l’oubli les infortunes, l’inutilité et il écrit.

7Les animaux, éveillant son esprit, l’emportent vers un monde de volupté et d’esthétique où tout semble placé sous la même étoile.

8Assoiffé d’éternité, Corredoira Viñuela aspire à demeurer libidineusement en tête à tête avec son Bestiaire.

9Devant son œuvre, son existence, parfois, est aussi belle que superflue.

10Ses crépuscules sont moins resplendissants que ses aubes, mais tous chantent des louanges.

11On dirait que son Bestiaire nous regarde avec mansuétude angélique, folie fauve et ravissement. Lorsque le soleil met un terme à son séjour, Corredoira Viñuela convoque les noces de l’ombre et de la nuit par son art du spasme et de la frénésie.

Château d’O, 12 décervelage 136 E. ‘P.
(Saint Landru, gynécologue)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search