Version classiqueVersion mobile

Bestiaire d’amour

 | 
José Manuel Corredoira Viñuela

Entretien avec José Manuel Corredoira Viñuela

Entretien avec José Manuel Corredoira Viñuela (traduction française)

Pierre-Jean Lombard

Texte intégral

Question. (Q.) — Quelle place occupe Bestiaire d’amour dans l’ensemble de ton œuvre ?

José Manuel Corredoira Viñuela. (C.) — Une place primordiale. C’est le premier livre que j’ai publié, Fernando Arrabal l’a parrainé, et, depuis lors, le feu a pris tout autour de moi, un embrasement de flammèches qui fusent (les mots) et de mirages (la lumière du monde).

Q. — Quels sont pour toi les traits qui définissent ton écriture dramatique ? N’est-ce pas la langue, ou plus exactement les langues, l’amour des mots et le goût pour toute sorte de jeux linguistiques diachroniques qui sont l’essence et le moteur de ton écriture dramaturgique ?

C. — Je dirais que oui. Je cultive un théâtre du verbe, baroquisant, dans le sillage des grands écrivains de notre langue. Au début de mon œuvre était le mot, le mot était avec moi et moi avec lui. Je soulignerais aussi le rôle de l’humour dans mes textes (satire et parodie). Jean Canavaggio a évoqué Diferencias sobre la muerte comme « un modèle de fantaisie verbale (noire), digne de Quevedo et de Valle-Inclán ».

Q. — En ce cas, comment définirais-tu ton humour ?

C. — Absurde, éloquent, subtil et transcendant, dévergondé et poétique…

Q. — Arrabal a écrit le prologue de ta pièce. Comment te situes-tu par rapport à son théâtre ?

C. — Arrabal est, selon moi, le plus grand dramaturge espagnol de la seconde moitié du xxe siècle. Il représente l’avant-garde théâtrale (les trois avatars de la modernité : surréalisme, panique, pataphysique) et la continuation de la tradition littéraire baroque espagnole, la plus riche du monde. En ce sens, je me considère son continuateur.

Q. — Si nous disons de toi que tu es un poète dramatique subversif, que nous réponds-tu ?

C. — Je trouve que c’est une bonne définition. Subvertir vient du latin subvertere, mettre tête en bas, détruire. Mais quand on détruit ce qui est établi, on doit construire sur les décombres. Je ne suis pas un iconoclaste. Il faut détruire pour ensuite construire (comme la dialectique platonicienne). J’aimerais croire que j’ai mis sens dessus dessous le théâtre espagnol actuel, mais cela n’est tout au plus qu’un souhait, un fantasme qui peut difficilement trouver sa traduction dans une réalité palpable, étant donné que mes apports à la scène n’ont jamais eu aucune répercussion. Seuls mes livres sont subversifs.

Q. — Avec quels courants du théâtre actuel t’identifies-tu le plus ?

C. — Avec aucun en particulier. J’aime certains auteurs du théâtre « post-dramatique textuel », comme Novarina ou Lagarce ; également Sarah Kane ou Heiner Müller. Mais nous sommes très différents. Pour le dire avec Platon (Le sophiste, 245 d) : « Chacun de nous est différent des autres et identique à lui-même. »

Q. — Parle-nous un peu de Bestiaire d’amour. Comment t’est venue l’idée d’écrire ces fables animalières » ?

C. — De manière parfaitement fortuite, comme la vacuité du désert ou l’errance des étoiles. Je ne réfléchis jamais à l’avance à ce que je vais écrire. Les idées surgissent par génération spontanée, comme les stromatolithes du précambrien. Les œuvres s’écrivent d’elles-mêmes (sans notes ni appareillages).

Q. — Quelles questions te poserais-tu à toi-même dans le cadre de cet entretien, ou quelle question aurais-tu aimé que te posent les spécialistes de ton théâtre qu’ils ne t’aient pas encore posée ?

C. — Je regrette que l’on ne m’ait pas interrogé sur le rôle de la musique et de la plastique dans mes œuvres. Je crois que personne en Espagne (et peut-être dans le monde) n’utilise une palette de couleurs aussi étendue que la mienne.

Auteur

Enseignant d'espagnol à l'université de Strasbourg, notamment à l’ITIRI, traducteur de l’espagnol vers le français.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search