Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 6. Du religieux et de la séduction

Femme et saṃsāra dans la Centurie de l’amour (Śṛṅgāraśataka) de Bhartṛhari

Guillaume Ducœur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le poète Bhartr̥hari auquel l’Inde doit la composition poétique de trois centuries (Śatakatraya) consacrées au sentiment amoureux (śr̥ṅgāra), à la sagesse pratique (nīti) et au renoncement au monde (vairāgya), s’inscrit parmi les écrivains d’expression sanskrite les mieux connus en Europe depuis le xviie siècle. Le pasteur Abraham Roger (?-1649), qui vécut en Inde de 1630 à 1647, traduisit en néerlandais les centuries de sagesse pratique et du renoncement au monde qui furent publiées en 1651 à Leyde1. Cette traduction eut assez de succès pour être elle-même traduite en allemand en 1663 et en français par Thomas Lagrue en 16702. Ce fut par ce biais de traductions successives que l’académicien Pierre-Daniel Huet, sous-précepteur du Grand Dauphin, en prit connaissance et qu’il put définir, dans son Traité de l’origine des romans, les Śatakatraya comme suit : « Les proverbes du bramine Barthrouherri, que nous lisons en notre langue, sont des dits sentencieux, revêtus d’images pour la...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search