Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 6. Du religieux et de la séduction

Une ardente alchimie ou l’immortalité par les cuisines

Vincent Durand-Dastès

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le statut des femmes dans les religions chinoises est, comme dans bien des systèmes religieux du monde, marqué par l’ambiguïté. Les femmes sont frappées d’infériorité à bien des égards, car considérées comme pouvant être rituellement impures, et admises en portion relativement congrue dans la plupart des clergés. Pourtant, les religions chinoises comptent un nombre appréciable de déesses, qui occupent des positions parfois tout à fait éminentes, et toutes sortes de « spécialistes religieux » de sexe féminin tout à fait indispensables à la vie religieuse des communautés, tels les médiums et exorcistes. Certaines de ces prêtresses dirigèrent d’importants mouvements religieux, qui, s’étendant parfois à plusieurs comtés ou provinces, inquiétèrent sérieusement les autorités. Par ailleurs, en Chine comme en bien d’autres lieux, les fidèles de sexe féminin comptaient pour une grande partie de la « clientèle » des monastères et lieux de culte. Pourtant, une morale officielle prônant la stri...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search