Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 4. Petits précis d’éducations sentimentales

L’idéologie de la « bonne épouse et mère avisée » (ryôsai kenbo) dans le Japon d’avant-guerre : la vocation de la femme dans la morale nationale

Sandra Schaal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Suite à la chute du régime shogounal d’Edo (1603-1868), qui avait mené durant plus de deux siècles et demi une politique quasi-autarcique, le Japon redevint en 1868 un empire. Confronté aux pressions des grandes puissances occidentales, il ouvrit son marché national au reste du monde et dut dès lors se mesurer à la concurrence économique internationale. Sensible à l’image que pouvait avoir l’archipel à l’extérieur1 et déterminé à fonder un État-nation capable de rivaliser avec les grandes puissances occidentales « civilisées », le gouvernement de l’empereur Meiji (1868-1912) entreprit alors activement d’» ouvrir le pays à la civilisation » (bunmei kaika 文明開化) et de le moderniser sous la bannière du slogan « un pays riche, une armée puissante » (fukoku kyôhei 富国強兵).

Pour mettre en œuvre cette politique, il était indispensable de faire éclore puis de cultiver les germes d’un « esprit national » (kokumin seishin 国民精神) qui serait partagé par tous. Le gouvernement prit donc le parti d’ass...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search