Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 4. Petits précis d’éducations sentimentales

Influence confucéenne sur la construction des identités féminine et masculine en Corée

Kyong-Kon Kim

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au mois de décembre de l’année 2012, le pays du matin calme, la Corée du Sud, où cohabitent la tradition ancestrale, issue d’une culture syncrétique chamanique, bouddhique et confucéenne, et la technologie moderne, fut « ébranlé » par un événement : pour la première fois dans son histoire moderne, une femme venait d’être élue Présidente de la République. Ce fut avant tout un événement social, car, si l’élection d’une personne représentant le courant politique conservateur en tant que chef d’État reste fréquente, le pouvoir politique de la péninsule, quant à lui, ne fut plus représenté par une femme depuis la fin du règne de la reine Jinsŏng (règ. 887-897) au royaume de Silla unifié (676-935), une des trois reines de l’histoire de la Corée. De ce fait, cette élection de 2012 pourrait être interprétée comme à la fois le résultat et l’amorce d’un changement de la morale sociale et individuelle des Coréens qui, de manière générale, sont connus pour leur inclination plutôt traditionnelle...

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search