Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 2. Jeux de langage, jeux sur les normes

Quelques réflexions sur l’éducation sentimentale dans le roman d’Assia Djebar Vaste est la prison

Jelena Antic

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mémoire collective, la mémoire corporelle

Madeleine Ouellette-Michalska, dans son essai Imaginaires sans frontières1 parle de l’importance de la mémoire qui influence le processus de l’écriture. Elle soutient que la mémoire est double, car elle contient la mémoire « collective » et la mémoire « corporelle ». Qui dit mémoire dit identité, qui est le produit de l’éducation sociale et sentimentale. Autrement dit, un individu est le produit des facteurs sociaux, historiques et politiques qui régissent son comportement et ses affects. Un individu est également le fruit de l’amour de ses parents. Ainsi, l’idée de la perception et de l’expression de l’amour s’acquiert-elle dans la famille, par la transmission de ses parents. Cette transmission s’inscrit dans le domaine d’une expérience personnelle qui rejoint la notion de la mémoire « corporelle ». Pourtant, ces deux mémoires (collective et corporelle) s’interpellent et s’entraident. Ceci dit, chaque expérience émotionnelle, intime et in...

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search