Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 1. À la recherche de la représentation du genre dans des écrits-témoins

Sois belle et tais-toi ! La parole aux épouses dans la Chine médiévale

Marie Bizais-Lillig

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a d’une part, le fait constaté par exemple par Benveniste, que l’exercice du langage (la locution) fonde le sujet en tant que sujet, en tant que sujet absolu de son discours et que, d’autre part, il y a une manœuvre, une entourloupette appelée genre qui, au moment même où je se constitue – par la pratique du langage – par ce même langage, le déni lui est donné, car le genre tente d’établir par ce biais une division dans l’être même, tente d’évacuer de la souveraineté du sujet, le sujet qu’il marque, d’en faire non plus un sujet absolu mais un sujet relatif. C’est ce qui est impossible dans l’exercice du langage. Parler, dire je, se réapproprier tout le langage, ne peut se faire que par un je entier, total, universel, sans genre. Sans quoi il n’y a pas de parler possible. Un sujet relatif ne pourrait pas parler du tout sauf à se faire l’écho, à pratiquer un langage de perroquet, emprunté1.

C’est en partant de cette réflexion de Monique Wittig sur le statut du sujet et plus partic...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search