Version classiqueVersion mobile

Éducations sentimentales en contextes orientaux

 | 
Marie Bizais-Lillig
, 
Sandra Schaal

Chapitre 1. À la recherche de la représentation du genre dans des écrits-témoins

La qayna entre fantasme et réalité

Ballé Niane

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’histoire du chant arabe, l’esclave-chanteuse, communément appelée qayna1 (qiyān, au pluriel) a longtemps dominé la scène musicale avant d’être rejointe par les hommes au milieu du viie siècle. En règle générale, elle est douée et belle. Son maître2 lui fournit la meilleure éducation, soit pour la revendre à un prix exorbitant, soit pour l’offrir à un dirigeant, à un dignitaire haut placé ou bien pour en faire sa favorite.

Cette femme, à la fois facile et inaccessible, est chanteuse, instrumentiste, courtisane et souvent poétesse. Avec ses qualités et ses défauts, la qayna est largement représentée dans la littérature arabe classique. Elle y occupe une place qu’aucune autre femme libre ou esclave n’a jamais pu occuper. Cet être longuement célébré par la littérature arabe, que ce soit la poésie ou la prose, a fini par avoir une image si idyllique que l’on en est arrivé à se demander si cette représentation relève de la réalité ou du fantasme. Et si tout ce que rapportent les ouv...

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search