Version classiqueVersion mobile

Texte et contexte

 | 
Irini Tsamadou-Jacoberger
, 
Isavella Stamatiadou

Tradition orientale versus tradition directe

L’importance de la tradition indirecte pour l’édition des textes médicaux grecs anciens

Athéna Bazou

Résumé

Medical texts of the Greek antiquity were very well known and highly esteemed in the East. Particularly Galen’s work was translated in Syrian since the sixth century and in Arabic since the ninth century from the Greek manuscripts available at that time but lost nowadays. These translations as an indirect tradition of Greek texts are valuable because they often provide us with better lessons than those provided by the Greek manuscripts. In this article, we propose a presentation of specific cases of Galen’s treaties in which the Eastern literary tradition is superior to the direct Greek tradition, thus putting the editor in the dilemma of choice between the two.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Textes médicaux grecs anciens

Notre étude traite du rôle de la tradition indirecte orientale pour l’édition critique d’une catégorie de textes grecs anciens, les textes médicaux grecs, qui sont au centre de l’activité philologique pendant les dernières décennies.

Ces traités présentent un intérêt particulier, non seulement du point de vue technique (médical) ou de l’histoire de la médecine (afin d’examiner le niveau des connaissances médicales des Grecs anciens ou d’identifier les sources de nos connaissances et trouver des affinités), mais aussi du point de vue littéraire et philosophique. Médecine et philosophie étaient liées étroitement pendant l’Antiquité et s’alimentaient réciproquement ; elles traitaient les mêmes problèmes, comme le rapport entre l’âme et le corps. et empruntaient du vocabulaire l’une à l’autre1. De plus, les textes médicaux de l’ère impériale, et plus particulièrement ceux de la période de la seconde sophistique2, présentent également un intérêt spécial pour l...

Auteur

Chercheuse du Centre de recherches des littératures grecque et latine de l’Académie d’Athènes, élue maître de conférences à l’Université nationale et capodistrienne d’Athènes (Grèce). Elle travaille sur l’édition des textes médicaux et philosophiques grecs anciens et byzantins, ainsi que sur l’histoire de la médecine.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search