Version classiqueVersion mobile

Espions et pratique du renseignement

 | 
Benoît Léthenet

Deuxième partie : Recherche du renseignement

Chapitre 3

« Pour ce que publique renomaye estoit ». Réveiller les consciences et convaincre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 20 novembre 1419, les échevins et bourgeois de Mâcon se rassemblent au couvent des frères Prêcheurs, en présence du Conseil du roi, « pour ce que publique renomaye estoit que monseigneur le daulphin au nombre de iijM chevalz, gens d’armes estrangers, s’en venoit à Lion pour faire guerre au pais de Masconnoys et pour grever et domagier la ville1 ». La mauvaise nouvelle qui arrive a de quoi faire peur. La nature du danger, son volume, son aspect agressif et sa provenance sont des indices qui pourraient faire croire que la rumeur est fondée.

Rumeur vient de rumor qui désigne aussi bien le bruit qui court que la révolte. Le sens commun voit dans la rumeur une information orale, trouble, peu fiable voire généralement fausse2. C’est un récit construit sans auteur, ou dont l’auteur est rarement identifiable, il échappe partiellement aux interactions humaines et s’impose comme une nécessité sociale. Colette Beaune définit la rumeur comme une « proposition destinée à être crue, véhiculée o...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search