Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas profanes

 | 
Thomas Voltzenlogel

Conclusion

Pour un cinéma émancipé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Eh bien je peux prétendre, paradoxalement, que ce que fait Ozu, n’importe qui pourrait le faire, et qu’il suffirait que ce soit un cinéaste un peu intéressé par son artisanat, par son travail, ses personnages et ses histoires, pour filmer de la même façon. Et mon rêve c’est que les films que nous faisons arrivent à proposer une méthode qui fasse qui fasse qu’on se dise que n’importe quel crétin un peu patient et prêt à se donner du mal peut arriver à faire le même genre de films : mon rêve c’est que ce ne soient pas des films qui donnent des complexes, devant lesquels on se dise “mon Dieu, le Grand Art, c’est inaccessible, etc.”. Ça, c’est ce que font des gens comme Bertolucci ou les Taviani ou même Angelopoulos : le contraire d’Ozu, et ce qui fait qu’Ozu est grand, c’est que n’importe qui pourrait faire ce qu’il fait.
Jean-Marie Straub1

En refusant la logique pédagogique qui institue l’autre, le spectateur, en ignorant, les cinéastes profanes prennent, de manière singulière, position...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540