Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Cinémas profanes

 | 
Thomas Voltzenlogel

Conclusion

Pour un cinéma émancipé

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Eh bien je peux prétendre, paradoxalement, que ce que fait Ozu, n’importe qui pourrait le faire, et qu’il suffirait que ce soit un cinéaste un peu intéressé par son artisanat, par son travail, ses personnages et ses histoires, pour filmer de la même façon. Et mon rêve c’est que les films que nous faisons arrivent à proposer une méthode qui fasse qui fasse qu’on se dise que n’importe quel crétin un peu patient et prêt à se donner du mal peut arriver à faire le même genre de films : mon rêve c’est que ce ne soient pas des films qui donnent des complexes, devant lesquels on se dise “mon Dieu, le Grand Art, c’est inaccessible, etc.”. Ça, c’est ce que font des gens comme Bertolucci ou les Taviani ou même Angelopoulos : le contraire d’Ozu, et ce qui fait qu’Ozu est grand, c’est que n’importe qui pourrait faire ce qu’il fait.
Jean-Marie Straub1

En refusant la logique pédagogique qui institue l’autre, le spectateur, en ignorant, les cinéastes profanes prennent, de manière singulière, position...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540