Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas profanes

 | 
Thomas Voltzenlogel

Chapitre V

Une politique profane du cinéma : subjectivation, émancipation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son livre Le Pari mélancolique, Daniel Bensaïd note que « celui qui est privé de repères, dans l’espace et dans le temps, n’a plus ni la possibilité ni le besoin de réellement penser son rapport au monde1 ». L’esthétique de la transmission est l’organisation sensible d’une traduction (du latin tradūcĕre, composé de trans « à travers » et dūcō « mener, conduire »), c’est-à-dire d’un transfert, d’un déplacement d’une chose d’un lieu à un autre, d’une expression et d’une interprétation. Les films profanes sont les produits de la construction de passages d’un texte à une œuvre cinématographique ou de l’agencement de signes, de traces à la production d’un texte, d’un discours, d’une interprétation. Les films profanes sont apprêtés de manière à ce que le spectateur puisse emprunter des passages critiques qui mènent le spectateur dans les soubassements du film, là où son armature artistique et les procédés qui ont permis à ce film d’exister deviennent visibles. Le cinéma profane révol...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540