Version classiqueVersion mobile

Le pluralisme religieux dans les cimetières en Europe

 | 
Anne Fornerod

Cimetières et funérailles dans les traditions religieuses

Le statut des cimetières en droit canonique

Jean-Luc Hiebel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les chrétiens sont dans une position paradoxale vis-à-vis de la mort et des coutumes traditionnelles qui l’entourent jusqu’au cimetière. Les évangiles rapportent les propos sans concession de Jésus traitant les scribes et les pharisiens de sépulcres blanchis (Matthieu 23,27) ou recommandant à ses disciples de « laisser les morts enterrer leurs morts » (Matthieu 8,22). Lui-même pourtant aura droit à une sépulture respectable après sa mort, Joseph d’Arimathie ayant obtenu de Pilate de le placer dans son tombeau tout neuf (Matthieu 27,60 ; Marc 15,46 ; Luc 23,53 ; Jean 19,41). Mais c’est un tombeau vide que trouveront les femmes venues accomplir les rites traditionnels de l’embaumement au matin de la résurrection. La foi en la résurrection est essentielle au christianisme, la mort n’étant qu’un passage vers la vie éternelle dont Jésus, Christ, ouvre le chemin. Les funérailles ecclésiastiques catholiques visent par conséquent à honorer le corps des défunts tout en réconfortant les vivan...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search