Version classiqueVersion mobile

Le pluralisme religieux dans les cimetières en Europe

 | 
Anne Fornerod

Cimetières et funérailles dans les traditions religieuses

Le cimetière, une histoire juive…

Claude Heymann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire des cimetières juifs en Europe se heurte à l’absence de traces de sépultures avant le xie siècle bien que depuis des temps encore plus reculés les juifs aient pu, en Occident chrétien, enterrer leurs morts selon leurs coutumes et disposer du droit de posséder un lieu de sépulture séparé. Les terrains qui leur sont concédés sont souvent d’accès difficile ou situés dans des zones inondables, mais malgré ces difficultés, les juifs peuvent, sans entraves excessives, rester fidèles à leurs traditions funéraires. Déjà, dans le livre communal de Bohême (1330-1340), et il s’agit d’une disposition validée par le pape Innocent IX, le législateur condamne à mort un chrétien qui aurait profané un cimetière juif ou déterré une sépulture (mais peut-être était-ce une exception et telle condamnation n’a-t-elle été jamais exécutée ?). Cette mention, à elle seule, confirme l’importance conférée par les chrétiens aux nécropoles juives.

Avant d’aborder la question du cimetière stricto sensu, ...

Auteur

Rabbin.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search