Version classiqueVersion mobile

Le pluralisme religieux dans les cimetières en Europe

 | 
Anne Fornerod

L’assise juridique du pluralisme religieux dans les cimetières

Le traitement des morts en Angleterre : entre pluralisme et pragmatisme

Julie Rugg
Traduction de Cécile Dugny

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de l’égalité religieuse et des lieux de sépulture s’inscrit dans un cadre historique et juridique particulier au Royaume-Uni, un État qui n’est pas laïc. L’Église d’Angleterre demeure l’Église établie d’Angleterre. Les inhumations sont régies par le droit civil et par le droit ecclésiastique, qui ont tous deux la même force juridique. Cependant, le système funéraire britannique est fondé sur le pluralisme religieux du xixe siècle et les cimetières contiennent généralement des parties consacrées et d’autres non consacrées (II). Les lois relatives au traitement des morts en Grande-Bretagne sont très libérales à plusieurs égards : par exemple, rien n’exige qu’un corps soit enterré à un endroit en particulier, même si toute inhumation doit faire l’objet d’un permis de construire. Sous réserve d’obtenir un tel permis, toute personne ou institution peut ouvrir un cimetière (III). Toutefois, l’inconvénient de cette approche libérale est qu’elle génère une certaine opacité des d...

Auteur

Cécile Dugny (Traducteur)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search