Version classiqueVersion mobile

L’impuissance du cinéma

 | 
Suzanne Beth

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les uns meurent le matin, qui sont remplacés le soir par de nouvelles naissances. Exactement comme l’écume qui paraît et disparaît sur l’eau.
Et ces hommes qui naissent et meurent, d’où viennent-ils, où vont-ils ? Nous l’ignorons.
Kamo no Chômei, Notes de ma cabane de moine

Au terme de cette étude, il apparaît que, dans ses films, Ozu a abordé, affronté, élaboré de toutes sortes de manières la modernité de son médium, à partir d’un engagement avec son caractère indissociablement matériel et immatériel, technique et expressif. Il a, de la sorte, interrogé les effets du cinéma dans le monde, et pas seulement recouru à sa capacité d’enregistrement comme à un véhicule pour faire état de l’ampleur des changements connus par son pays en cours de modernisation. Le rapport d’Ozu aux bouleversements qu’a connus le Japon de la fin des années 1920 au tout début des années 1960 est ancré dans une réflexion profonde sur la puissance expressive de son médium, une « théorie du cinéma par le cinéma »,...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search