Version classiqueVersion mobile

L’impuissance du cinéma

 | 
Suzanne Beth

Chapitre V

Voyage à Tokyo : désœuvrer l’expressivité du cinéma

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cinéma resterait lié, non plus à une pensée triomphante et collective, mais à une pensée hasardeuse, singulière, qui ne se saisit et ne se conserve plus que dans son “impouvoir”, telle qu’elle revient des morts.
Gilles Deleuze, « Optimisme, pessimisme et voyage »
Lettre à Serge Daney

Ozu a dit de Voyage à Tokyo qu’il s’agissait de l’un de ses films les plus mélodramatiques1 et Hasumi commente cette remarque en constatant dans un premier temps qu’en effet le film « comporte une intrigue qui suffit à provoquer l’émotion2 ». Aussi paraît-il conforme à la manière dont, on l’a vu, le mélodramatique se comprend dans le cinéma d’Ozu, où « un “mélodrame” n’est […] qu’une intrigue racontée sans exposer les limites du cinéma3 », sans donner accès à ce qu’il ne peut pas faire. Dans son développement, Hasumi estime toutefois que Voyage à Tokyo est un film authentiquement, c’est-à-dire cinématographiquement, bouleversant :

cela est dû principalement au fait que le ciel, limpide le matin où meurt ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search