Version classiqueVersion mobile

L’impuissance du cinéma

 | 
Suzanne Beth

Chapitre III

Innovations techniques et primitivité du cinéma

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous n’admirons pas une œuvre à cause du passé mais à cause de sa durée dans le présent.
Yanagi Sôetsu, Artisan et inconnu

L’attitude d’Ozu vis-à-vis des modifications techniques qui ont touché le cinéma de son vivant est une des raisons pour lesquelles il est souvent considéré comme conservateur ou, ainsi qu’il l’a dit lui-même, un « busard obstiné1 ». Son scepticisme s’exprime notamment dans sa manière de temporiser avant d’adopter ces différents changements. Au Japon, le premier film parlant a été réalisé en 1931 alors que Le fils unique, le premier parlant d’Ozu, date de 1936 ; le premier film en couleur japonais – Carmen revient au pays de Kinoshita Keisuke – date de 1951 alors qu’Ozu n’a réalisé Fleurs d’équinoxe, son premier film en couleur, qu’en 1958. De tels écarts signalent sa réserve vis-à-vis de la supposition qu’il s’agirait de simples progrès, qui rapprocheraient le cinéma de son devoir-être. À l’époque de ses dernières réalisations, à la fin des années 1950 et au début...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search